La langue française

Paisson

Définitions du mot « paisson »

Trésor de la Langue Française informatisé

PAISSON1, subst. fém.

Action de faire paître des animaux; en partic., ,,pâturage des porcs en forêt pour consommer le gland et la faîne`` (Cap. 1936).
P.méton. Ce que paissent les animaux. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [pεsɔ ̃]. Att. ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. 1remoitié xiiies. «pâture, pâturage» mener [ses bestes] en paisson (Guillaume de Palerne, 367 ds T.-L.); 1243 (doc. ds Gdf.); spéc. 1261 le passon de lors pors (Cart. du Val St Lambert, BN lat. 10176, fol. 47 ro, ibid.); 1265 (Cart. de Rengien, fol. 23 ro, Arch. Meurthe, ibid.: quatre vins pors a la passon de glans). Du lat. pastio, -onis «action d'élever des bestiaux, des animaux domestiques; pâturage, pacage».

PAISSON2, subst. masc.

MÉGISS. Outil composé d'une partie métallique en forme de demi-cercle et d'un manche court, utilisé surtout par le gantier pour travailler les peaux, les tirer, les ouvrir. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc.: [pεsɔ ̃], [pe-]. Étymol. et Hist.1. a) Ca 1150 pesson «piquet de tente» (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 4300: Li pesson qui tiennent le tref); ca 1165 paisson (Benoît de Ste-Maure, Troie, 14304 ds T.-L.); b) 1155 paissun «pieu auquel on attache les chevaux» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 10349); 2. 1680 «outil de gantier» (Rich.). Issu d'un dér. en -one (-on1*) du lat. paxillus, v. paisseau; cf. le corresp.a. prov. paison «pieu» (fin xiie-début xiiies. Bertrand de Born ds Levy Prov.).

Wiktionnaire

Nom commun 1

paisson \pɛ.sɔ̃\ féminin

  1. (Élevage) Action de mener les porcs paître des glands ou de faines. Glandée.
    • La glandée , le panage et la paisson , c'est-à-dire la faculté d'introduire des porcs dans une forêt pour manger le gland qui tombe naturellement des chênes, ou le droit de faire manger par les porcs les glands, faînes et autres fruits , sont donc adjugés selon les mêmes règles que les coupes de bois. — (Gabriel Dufour ,Traité général de droit administratif appliqué, tome 1, Éd. Delamotte, Paris 1843)
    • À partir de 1580, seulement, le droit à la paisson sera abandonné aux chaumiers. — (Pierre Boyé, Les Hautes-Chaumes des Vosges, Rencontres transvosgiennes, 2019, ISBN 978-2-9568226-0-8)

Nom commun 2

paisson \pɛ.sɔ̃\ masculin

  1. (Technique) Outil en forme de demi-cercle utilisé par les gantiers. Palisson.

Nom commun 1

paisson masculin

  1. Piquet, échalas.
    • Li paisson qui tienent le tref
      Sont de color vermeil et blef.
      — (Le Roman de Thèbes, manuscrit de la British Library, Addition 34114)

Nom commun 2

paisson féminin

  1. Action de paître.
  2. Nourriture du bétail.
    • Et li poisson… De leurs chars [les chairs des hommes] feront leurs paissons. — (Eustache Deschamps)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PAISSON (pê-son) s. f.
  • 1Tout ce que paissent les animaux.
  • 2En particulier, action de paître le gland et la faîne.

    Paisson pleine, se dit lorsque les glands ou les faînes abondent.

HISTORIQUE

XIVe s. C'est [pour l'épervier] mauvaise paisson que de caille et de pigon, Ménagier, III, 2.

XVe s. Et li poisson… De leurs chars [les chairs des hommes] feront leurs paissons, Deschamps, Poésies mss. f° 469.

XVIe s. Aucuns, pour la commodité qu'ils ont de paissons et glandée…, De Serres, 836. … Les poures cerfs oublier leurs paissons, Et se tenir en leurs forts et buissons, Saint-Gelais, 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PAISSON, s. m. (Jurisprud.) terme ancien, qui vient du latin pascere, & qui est encore usité en matiere d’eaux & forêts, pour exprimer le droit de pacage, ou l’exercice même de ce droit, c’est-à-dire l’acte même de faire paître les bestiaux ; il signifie aussi quelquefois les herbes & fruits que les bestiaux paissent dans les forêts & dans la campagne.

Le réglement général pour les eaux & forêts fait par Henri IV. au mois de Mai 1597, pour éviter les fraudes & les abus qui se commettoient par le passé sous couleur de délivrance d’arbres faite aux marchands adjudicataires de la paisson & glandée pour leur chauffage, ordonne qu’à l’avenir les paissons & glandées soient adjugées, sans qu’aux marchands paissonniens soient délivrés aucuns arbres pour leur chauffage ; mais seulement que ceux qui auront en garde les porcs à leur loge de bois traînant ès forêts ou de bois sec abattu au crochet.

L’article suivant porte, que dans les publications qui se feront des paissons & glandées avant l’adjudication d’icelles, sera comprise la quantité de porcs que pourra porter la glandée de la forêt, suivant l’estimation qui en aura été faite, & que le nombre des officiers usagers, & autres privilégiés ayant droit de paisson, sera restraint à proportion de ladite estimation.

Enfin l’article 35 défend aux usagers, officiers & autres ayant droit de paisson, d’y mettre d’autres porcs que de leur nourriture, sans qu’ils puissent vendre leur droit (de paisson) aux marchands paissonniers, ni que les marchands les puissent acheter d’eux, sous peine d’amende arbitraire & confiscation des porcs, & privation desdits droits & offices pour les usagers, officiers & privilégiés, & contre les marchands, sur peine d’amende arbitraire.

Le titre xviij. de l’ordonnance des eaux & forêts est intitulé, des ventes & adjudication des pascages, glandées & paissons ; il n’est cependant point parlé de paisson nommément dans le corps du titre, mais seulement du cas où il y aura assez de glands & de feines pour faire vente de glandée, & que l’on reglera le nombre des porcs qui seront mis en pacage ou glandée, tant pour les usagers que pour les officiers, ce qui fait connoître que paisson & pacage sont quelquefois synonymes ; & que la glandée est aussi prise le plus souvent pour paisson, parce que le gland est le fruit qui se trouve le plus communément dans les bois, propre à la nourriture des porcs. Voyez Pacage.

Dans les bois de haute futaye la glandée n’est ouverte que depuis le premier Octobre jusqu’au premier Février ; il n’y a pendant ce tems-là que les propriétaires ou leurs fermiers, & les usagers, qui puissent envoyer des bestiaux dans la futaye. Voyez le titre xviij. de l’Ordonnance de 1669. (A)

Paisson, s. m. terme de Gantier & de Peaussier, morceau de fer ou d’acier délié qui ne coupe pas, fait en maniere de cercle, large d’un demi-pié ou environ, & monté sur un pié de bois, servant à déborder & à ouvrir le cuir pour le rendre plus doux : les Gantiers disent paissonner, pour signifier étendre & tirer une peau sur le paisson. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « paisson »

Provenç. paichio ; du lat. pastionem, de pascere, paître (voy. PAÎTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) Du latin paxillus. Selon Constans, via le latin paxum. Selon Van Daele via le latin populaire paxionem. Voir paissel.
(Nom 2) Du latin pastio (« action de faire paître »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « paisson »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
paisson pɛsɔ̃

Citations contenant le mot « paisson »

  • «Il s'agit de l'une des plus grandes faînées des 30 dernières années», selon Toni Burkart, spécialiste des graines d'arbres à l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Les paissons pleines surviennent avec une périodicité variable selon les essences, mais qui peut être mise en défaut, précise WSL mardi dans un communiqué. Le Temps, Les hêtres croulent sous les graines - Le Temps
  • Il fut un temps où la Haute-Loire, comme le reste de la France, était parsemée de « prés-vergers », des vergers clairsemés qui remplissaient plusieurs fonctions, outre celle de nourrir les hommes. C’était avant le déferlement des machines et le remembrement qui l’a nécessairement accompagné. Il est en effet prouvé depuis beau temps que les animaux de la ferme recherchent l’ombrage et la protection des arbres. Des études ont montré que les vaches donnaient d’autant plus de lait qu’elles avaient à disposition l’ombre d'une frondaison. La poule est également une espèce forestière à l’origine et, entre un pré nu et un bois, choisira toujours le bois – en échange de son ombre bienfaitrice, elle régulera les ravageurs qui s’attaquent aux arbres. Idem pour le cochon. Sans parler de l’apport de nourriture pour ces animaux : les années où les arbres croulaient sous les fruits étaient d’ailleurs dites naguère « de paisson pleine », car les animaux avaient alors de quoi paître en abondance… On distinguait les fruits à couteau des fruits à jus, selon les sols et les variétés. Un vieux pommier du village produit encore de ces pommes à cidre si acides que les enfants de la contrée les ont surnommées les « pommes-diarrhées »… Pomme à cidre ou pomme à couteau, rappelons d'ailleurs que, comme le dit un proverbe anglais, une pomme par jour éloigne le médecin (pourvu que l’on vise bien). , Veine Verte : Un verger pour royaume (OPINION) sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

Traductions du mot « paisson »

Langue Traduction
Anglais paisson
Espagnol paisson
Italien paisson
Allemand paisson
Chinois 佩森
Arabe بايسون
Portugais paisson
Russe paisson
Japonais パイソン
Basque paisson
Corse paisson
Source : Google Translate API

Synonymes de « paisson »

Source : synonymes de paisson sur lebonsynonyme.fr

Paisson

Retour au sommaire ➦

Partager