La langue française

On

Sommaire

  • Définitions du mot on
  • Étymologie de « on »
  • Phonétique de « on »
  • Citations contenant le mot « on »
  • Traductions du mot « on »
  • Synonymes de « on »

Définitions du mot on

Trésor de la Langue Française informatisé

ON, pron. pers. indéf.

Pronom personnel de troisième personne, exprimant l'idée d'animé humain et fonctionnant toujours comme sujet.
I. − [Dans un cont. de généralité, souvent combiné avec un prés. gnomique révélé lui-même par une conj. de temps, désigne un suj. animé indéf.]
A. − [Dans l'énoncé de vérités d'expérience, considérées comme universelles, c'est-à-dire vraies pour n'importe qui] On a souvent besoin d'un plus petit que soi. On peut éclaircir l'histoire, on ne la renouvelle pas (Bainville,Hist. Fr., t.1, 1924, p.6).On n'épuise pas le malheur, mon amour, on l'oublie. Vous ne voulez pas l'oublier (Bernanos,Dialog. ombres,1928, p.47).Quand on vit seul, on ne sait même plus ce que c'est que raconter: le vraisemblable disparaît en même temps que les amis (Sartre,Nausée,1938, p.21).
B. − [Dans des énoncés que l'on veut de portée générale, bien qu'ils ne s'appliquent qu'à des objets particuliers ou dans des circonstances déterminées]
1. [L'énoncé n'est vrai que pour un seul objet]
a) [Correspondant grammaticalement à un objet premier] On le revoit toujours avec plaisir. Si l'on m'insulte, je mets mon homme à bas, personne ne tire aussi bien le pistolet et l'épée que votre serviteur. On le sait! (Balzac,Gobseck,1830, p.419).
b) [Correspondant grammaticalement à un objet second] On lui reconnaît volontiers de grandes qualités. Sans compter que tous ces salauds-là, on leur donne un doigt et ils vous bouffent la tête (Camus,Révolte Asturies,1936, i, 2, p.405):
1. Pitthée, Égée, étaient beaucoup plus intelligents que moi; comme l'est également Pirithoüs. Mais l'on me reconnaît du bon sens; le reste vient ensuite, avec la volonté, qui ne m'a jamais quitté, de bien faire. Gide,Thésée,1946, p.1418.
2. [L'énoncé n'est vrai que]
a) [pour un groupe limité, p. ex. seulement des hommes ou seulement des femmes] Il y a de l'humilité dans la plupart des femmes; bien peu imaginent qu'on les puisse aimer jusque-là (Mauriac,Journal 1,1934, p.10).
b) [dans un lieu déterminé] On a beau partir plus tard de Manosque les jours où les pratiques font passer l'heure, quand on arrive à Vachères, c'est toujours midi (Giono,Regain,1930, p.9):
2. L'on respire un instant dans ces belles clairières couvertes; mais sitôt qu'on en sort, on est tout empêtré dans l'enchevêtrement confus des ramures; on se courbe, on se glisse à genoux, on rampe; au bout d'un quart d'heure de reptation on a complètement perdu le sens de la direction... Gide,Retour Tchad,1928, p.870.
c) [dans certaines circonstances] À mon âge, on ne croit plus guère aux capricieuses ni aux folles, et l'étourderie, voyez-vous, est trop souvent la comédie qu'on se joue à soi-même, lorsqu'on doute des forces de son coeur (Bernanos,Dialog. ombres,1928p.41).
d) [à un moment déterminé ou pour une certaine durée] Comment! Tu t'es rasé? On se rase maintenant pour aller à la guerre? Tu comptes paraître plus redoutable, avec ta peau poncée? (Giraudoux,Amphitr. 38,1929, i, 3, p.32).
C. − [On se rencontre également dans les allusions à une vérité d'expérience]
1. [Dans une prop. interr. ou compar.] Françoise qu'il aimait, du reste, malgré cela, comme on peut aimer la personne qu'on est content de faire rager tous les jours en la battant aux dominos (Proust,Temps retr.,1922, p.843).
2. [Dans une prop. rel.; l'énoncé qui comporte le morphème on peut servir par sa généralité à définir une notion que l'antécédent seul ne fournirait pas] Comment montrer de la défiance vis-à-vis d'un charmant garçon dont on est devenu l'ami? (Zola,Argent,1891, p.93).Et si on leur annonçait un résultat, ils faisaient mine de s'y intéresser, mais ils l'accueillaient en fait avec cette indifférence distraite qu'on imagine aux combattants des grandes guerres, épuisés de travaux (Camus,Peste,1947, p.1372).
D. − [Parfois la généralisation évoquée par l'énoncé s'opère à partir de cas particuliers] Nous finirons par avoir la guerre. On finit toujours par avoir la guerre (Duhamel,Maîtres,1937, p.12).Je ne comprends pas que l'on puisse aimer le merlan (Duhamel,Maîtres,1937p.19):
3. L'on n'a pas idée de se refuser une promenade, une fête, une rencontre avec un ami, une soirée avec une femme, c'est-à-dire d'appauvrir sa journée, sous prétexte qu'on doit absolument se raconter à soi-même sa journée. (Même simplement se priver d'aller se coucher quand on a bien sommeil, pour la raison qu'on n'est pas en règle avec son pensum quotidien). Romains,Hommes bonne vol.,1939, p.5.
1. [La situation particulière peut transparaître si nettement que l'on reconnaît derrière on]
un «je». Et puis, elle souffrait beaucoup par ses relations avec ses fils; et elle disait: on les a soignés, entourés, quand ils étaient tout petits, et puis plus tard ils ne peuvent pas écrire à leur mère, parce que cela ne serait pas convenable pour le père (Barrès,Cahiers, t.3, 1902, p.10).
un «nous». C'est dommage, qu'on ne puisse pas avoir le gaz ici: nous sommes trop loin de Saint-Pierre (Daniel-Rops,Mort,1934, p.23).
un «tu» ou un «vous». C'est drôle que tu ne peux pas trouver ça toute seule! On fait un petit effort (Lavedan,Beaux dimanches,1898, p.9 ds Sandf. t.1 1965, §222).Violaine: Tout beau, maître Pierre! Est-ce ainsi qu'on décampe de la maison comme un voleur sans saluer honnêtement les dames? (Claudel,Annonce,1912, p.12).
une 3epers. déterminée. Voici sept ou huit fois que je vous envoie chez mon avoué, depuis quinze jours, et il n'est pas venu? Croyez-vous que l'on puisse se jouer de moi? (Balzac,Gobseck,1830, p.431).
2. [On empl. dans des jugements particuliers, mais présentés comme si l'individualité du sujet était sans importance, le locuteur confondant son expérience avec celle de n'importe qui. Le verbe est alors fréq. au cond., et on peut alterner avec je] On dirait que... À moins de perdre la foi −et que lui reste-t-il alors, puisqu'il ne peut la perdre sans se renier? −un prêtre ne saurait avoir de ses propres intérêts la claire vision, si directe −on voudrait dire si ingénue, si naïve −des enfants du siècle (Bernanos,Journal curé camp.,1936, p.1034).Si vous lisiez les lettres qu'il m'envoie! On croirait qu'il parle à un domestique (Camus,Possédés,1959, 1repart., 1ertabl., p.932).
E. − [On empl. dans les descriptions auxquelles le prés. ou l'imp. confère une certaine généralité] Complètement dénudés par la dernière tempête, tous les arbres qu'on voyait de la fenêtre se projetaient contre ces nuages dans l'immobile minutie d'une photographie (Malègue,Augustin, t.2, 1933, p.382).On rencontre aujourd'hui, en Espagne, jusque dans ses sentiers, des paysans qui s'acheminent vers leur lopin de terre, montés sur leur mécanique à deux roues (T'Serstevens,Itinér. esp., 1963, p.9).
F. − [On appartient à certaines loc. plus ou moins figées] On ne peut mieux; on ne sait où, on ne sait d'où; on ne sait pourquoi; sait-on jamais? comme on dit. Un jour, par hasard, il [Gobseck] portait de l'or; un double napoléon se fit jour, on ne sait comment, à travers son gousset (Balzac,Gobseck,1830, p.385).D'un geste large, le bras tendu, avec une sorte d'air noble qui évoquait un acteur de province, il offrit à Mélanie le journal déplié et froissé, taché par ses doigts toujours poisseux d'on ne sait quoi, et toujours sales (Montherl.,Célibataires,1934, p.739).Les fromages les plus frais ne sont pas nécessairement les plus naïfs. Il y en a qui sont, dès l'égouttoir, dès le lait, si l'on peut dire, touchés, hantés par une effervescence démoniaque (Duhamel,Cécile,1938, p.19).
[Loc. fonctionnant comme un adv. modifiant un adj.] On ne peut plus. Tout à fait, extrêmement. Il (...) se déclare on ne peut plus sensible au charme de certains amis catholiques, mais il sait leur résister quand cela devient nécessaire (Green,Journal,1929, p.13).Vous voyez, Mesdames et Messieurs, que tout ceci est on ne peut plus moderne! (Montherl.,Pasiphaé, av.-pr., 1938, p.106).
II. − [En dehors de tout cont. de généralité, indique que le suj. est un animé humain; signifie que la vérité de la prop. est indépendante des particularités que, dans la réalité, les êtres désignés peuvent présenter]
A. − [On est suj. gramm. et ne correspond à aucun être précis] On frappe; on pose un triangle ABC.
1. [On + verbe peut commuter]
a) [peut commuter avec un subst. d'action] On est prié de ne pas fumer = prière de ne pas fumer.
b) [peut commuter avec une tournure passive] On le traite d'infâme = il est traité d'infâme.
Rem. L'emploi de on permet de marquer explicitement, à la différence des constr. passives, que l'information du prédicat reste identique à elle-même, quel que soit l'agent; l'action verbale se rapprochant d'une «action pure» indépendante des particularités du sujet.
[On est seul possible et la tournure ne peut commuter avec le passif]
Avec un verbe en empl. abs. Il prit la place du pompier tombé dans le brasier. Du sommet de l'échelle, il se retourna; on ne tirait pas; il ne voyait aucun lieu d'où l'on pût tirer (Malraux,Espoir,1937, p.768):
4. En dernière analyse, la noblesse est un luxe qu'une société ne peut se payer que tard. −Mais le plus tôt est le mieux, dit Mercery, définitif. −Demain, on rasera pour rien, reprit le Négus. Pas d'histoires. Les partis sont faits pour les hommes, pas les hommes pour les partis. Malraux,Espoir,1937p.604.
Avec une nuance iron. Un grand rassemblement se tenait devant l'église. On mariait là dedans (Maupass.,Sur l'eau,1888, p.308).
Avec un verbe intrans. ou trans. indir. Des coups de cloche la réveillèrent [la mère Simon]; on sortait des vêpres (Flaub.,Coeur simple,1877, p.45).Le jeune architecte me pria un soir à dîner. On était en mai. La température était délicieuse (Billy,Introïbo,1939, p.8):
5. La cité Monthiers se trouve prise entre la rue d'Amsterdam et la rue de Clichy. On y pénètre, rue de Clichy, par une grille, et rue d'Amsterdam par une porte cochère toujours ouverte et une voûte d'immeubles dont la cour forme cette cité, une véritable cour oblongue, où de petits hôtels particuliers se dissimulent au bas des hautes murailles plates du pâté de maisons. Cocteau,Enfants,1929, p.7.
Avec un verbe pronom. On s'est souvent demandé ce qui serait arrivé si le duc de Bourgogne, l'élève de Fénelon, avait succédé à Louis XIV (Bainville,Hist. Fr., t.2, 1924, p.5).
2. [On qui n'exprime que la notion d'agent animé, se rencontre souvent]
[avec les verbes de perception] De cet étage, on voit le tombeau de son père (Giraudoux,Électre,1937, i, 1, p.16).
Loc. exclam. On aura tout vu! Panisse: Nous sommes du jury. Nous attendons le président, M. Gadagne, qui va venir nous chercher. César, avec pitié: Du jury!! On aura tout vu! (Pagnol,Fanny,1932, i, 1ertabl., 1, p.9).
[avec les verbes de jugement] Une maladie lente, mal déterminée, et qu'on pensa lui avoir été transmise par sa femme (Martin du G.,Thib., Pénitenc., 1922, p.751).
[dans certains cont.]
[les indications scéniques] Avant que le rideau se lève, on entend une sorte d'appel déchirant. Une voix d'homme, aiguë, qui crie: «Judith! Judith!» (Giraudoux,Judith,1931, i, 1, p.11).On entend, au dehors, des milliers de coups de marteaux sur des coques de navires, les vieux navires en démolition. On entend ferrailler la chaîne des grues. On entend des coups de sifflets lointains (Pagnol,Marius,1931, i, 1, p.10).
[les recettes de cuisine] :
6. La sauce peut être servie froide: on additionne alors le court-bouillon de gélatine, afin d'obtenir une gelée limpide dans laquelle on introduit la julienne préalablement cuite à l'eau bouillante. On ajoute câpres, piments et cornichons avant de napper le poisson, refroidi dans son court-bouillon. Ac. Gastr.1962, p.414.
[Pour les pratiques codifiées, notamment les règles de jeux] On peut toutefois toucher une pièce sans être obligé de la jouer (par exemple pour la remettre sur l'échiquier si elle est tombée) (Jeux et sports,1967, p.893).
[les définitions, les appellations] J'appelle armes ses deux paires de «verres», un couteau de poche, souvent une brosse à habits, un sécateur, de vieux gants, parfois le sceptre d'osier, épanoui en raquette trilobée, qu'on nomme «tapette» et qui sert à fouetter les rideaux et les meubles (Colette,Sido,1929, p.17).Ce que je peux dire seulement c'est que, ni dans l'un ni dans l'autre cas, il n'y a rien eu de ce qu'on appelle à l'ordinaire un événement (Sartre,Nausée,1938, p.13).
[les énoncés de problèmes] On considère le triangle dont les supports des côtés ont pour équations respectives: x = 2, y = 1, x + y = 1 (Lespinard, Pernet, Gauzit,Math., Classe de sc. exp., Lyon, A. Desvigne, 1952, p.116).
B. − [On correspond à un suj. indéterminé]
1. [Une pers. indéterminée dont le locuteur ignore l'identité ou qu'il juge superflu de nommer] Gabrielle: Sois tranquille! On ne le fera pas entrer dans mon boudoir (Bernstein,Secret,1913, i, 5, p.7).Regarde, dit-elle, fainéant! Pendant que tu étais occupé à dormir, on nous a volé notre maison (Michaux,Plume,1930, p.137):
7. Copeau me demande de l'accompagner chez les Bibesco; on doit le présenter à Chaumeix. Je surmonte l'appréhension de cette affreuse corvée qu'est pour moi un dîner dans le monde et ressors de l'armoire l'habit de mon mariage qui n'a pas servi douze fois. Gide,Journal,1910, p.290.
Rem. Oppos. on/quelqu'un. Quelqu'un est le signe de l'indétermination du suj., on le signe de son indéfinition: «quelqu'un vous attend» signifie que j'ignore son identité ou que je ne veux pas la révéler. «On vous attend» signifie que l'identité du sujet, ses particularités, n'ont aucune incidence sur l'action verbale. Peut-être s'agit-il de plusieurs personnes. Tout l'accent est mis sur le procès.
[On désigne souvent le lecteur] Mais dira-t-on; on objectera que... Qu'on me permette, pour faire saisir toute la rigueur de cette alternative, de développer ici une sorte de théorème fondamental (Valéry,Variété [I], 1924, p.25).Je touche ici à un point particulièrement délicat, mais que je crois d'une telle importance que l'on m'excusera si j'y insiste quelque peu (Gide,Robert,1930, p.1324).
2. [Un groupe plus ou moins indéterminé; on désigne alors une «pluralité indéterminée»]
[Le groupe peut être précisé par le cont.] Mariette, l'ombrelle et l'écharpe; on s'impatiente peut-être à la maison. Vous savez que Monsieur revient de bonne heure (Baudel.,Fanfarlo,1847, p.533).Pardon, Monsieur, voilà deux heures qu'on appelle de Zurich. Ils demandent une réponse (Camus,Cas intéress.,1955, 1ertabl., p.611).
[Le groupe peut être vaguement suggéré −ou du moins l'on sait que le locuteur pense à des pers. précises] C'était une douce et gentille et fidèle amie. Demain on l'enterre rue des Saules (Céline,Mort à crédit,1936, p.11).Elle se redressa avec courage, et, précédée de la concierge qui s'était emparée des valises, elle se dirigea vers l'ascenseur. −«On a donc tout changé?» murmura-t-elle (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p.640).
[Dans des constr. avec dire, raconter, on désigne l'opinion] Cette tour d'ivoire où l'on dit qu'il se retirait, qu'était-ce, sinon son talent même, son esprit haut et solitaire? (A. France,Vie littér.,1890, p.256).La vie est devenue bien difficile, dit-on, dans les provinces du centre (Malraux,Cond. hum.,1933, p.304):
8. Les bruits les plus fâcheux courent sur le compte de Zelten. Il est le grand homme des cafés, des coulisses, des piscines. On raconte qu'il a acheté la police et qu'hier soir même, tous les agents étaient convoqués chez lui. Giraudoux,Siegfried,1928, I, 1, p.13.
Rem. 1. Les emplois sont à rapprocher des formes subst. on-dit, qu'en dira-t-on. 2. À la limite, on peut désigner aussi «tous les hommes» ou «les hommes d'une certaine époque». Dans ce cas, nous peut servir de régime à on. On réclame d'abord le bonheur à la vie. Elle nous le doit (Chardonne, Épithal., 1921, p.242). 3. Dans une phrase nég., on se rapproche du pron. indéf. personne; on marque l'indifférence quant à la nature particulière du suj., la nég. portant uniquement sur le verbe. Depuis bien des années déjà. Le fils est parti et l'on ne sait plus où il est (Claudel, Sagesse, 1939, 1repart., p.1107).
III. − [On peut se substituer à n'importe quel pron. pers. de l'animé, même si, dans la pensée, la personne est parfaitement déterminée]
A. − [On mis pour je]
1. [Je s'efface par discrétion, par pudeur, derrière l'indéfinition de on, en partic., dans le on dit «de modestie»] Oui, c'est... −il se servit du mot scientifique −et avec cela, on a le cancer... j'ai le cancer. Oui, je l'ai... et maintenant gardez cela pour vous (Goncourt,Journal,1883, p.220).Amalric: Alors ne la faites pas. Croyez-moi! Je vous aime bien, Mesa. Oh! comme on l'aime, son petit Mesa! (Claudel,Partage de midi,1949, i, p.1067).
[Désignant l'aut. dans les préf., les av.-pr.] Le travail dont on expose les résultats dans cet ouvrage a été compris par nous comme l'expérience d'une méthode grammaticale (R. L. Wagner, Les Phrases hyp., Paris, Droz, 1959, p.11):
9. À défaut de ce dialogue-là, qui serait sûrement le plus beau à entendre (le monde étant le résultat d'un dialogue éternel entre le père et le fils), on a essayé d'échantillonner ici quelques jeux, que chaque lecteur pourra continuer, dans ses nuits sans sommeil, au gré de son caprice. Renan,Drames philos.,1888, préf., p.374.
Rem. Une idée de généralité peut s'attacher à l'énoncé, bien que on désigne manifestement la 1repers. Je suis bien content de vous trouver; on ne vous dérange pas? [en vous rendant visite en ce moment, vous dérange-t-on?] (Frei 1929, p.147).
2. [La généralité de on révèle le sentiment qu'a le je de son importance: on dit «de vanité»] Et puis, on est bourgeois de Gand (Hugo,Hernani,1830, i, 3, p.25).Ma belle mine fit le reste, car il faut bien dire qu'on sait se présenter (A. Daudet, Nabab,1877, p.187).
3. Dans la lang. pop. On y va = j'y vais. Louis, à Clémence: Comment! vous n'êtes pas encore partie? Clémence: Allons, on s'en va (Mérimée,Deux hérit.,1853, p.38).Virginie, voyant son succès, s'approcha de deux pas (...) criant plus fort: (...) qu'elle dise seulement ce que je lui ai fait... Dis, rouchie, qu'est-ce qu'on t'a fait? (Zola,Assommoir,1877, p.395).
B. − [On mis pour tu ou vous]
1. [Employé par discrétion, on esquive la difficulté du tutoiement ou du vouvoiement] On a été sage? Qu'est-ce qu'on dit à la dame? (S'adressant à des enfants). Elle caressait le cheval à l'encolure, à l'épaule avec la familiarité d'une affection de vieille date: «Mon bon Bauria, disait-elle. Mais oui, mais oui, on est beau. On a des yeux de biche. Seulement, on aime la liberté, on court les bois» (M. Bedel,Molinoff,1928, vii, p.67 ds Dam.-Pich. t.6, §2344).L'Aubergiste: Entrez! et en attendant on prendrait p't'être bien un petit coup de quéq'chose pour se rafraîchir? Premier Porteur: C'est pas de refus (Claudel,Raviss. Scapin,1952, p.1315).
2. [Avec une nuance de dédain, de supériorité ou du moins de familiarité] Alors? On donne des coups de pied en vache comme une femme? (Sartre,Mort ds âme, 1949, p.119):
10. Les amitiés sont absolument interdites entre élèves de divisions différentes. soubrier: N'empêche... Il y en a bien d'autres, et eux on ne leur dit rien. l'abbé: Je n'ai pas à vous dire pour quelles raisons il nous arrive de fermer les yeux, pendant plus ou moins de temps, sur telle ou telle de ces amitiés. Montherl.,Ville dont prince,1951, I, 1, p.853.
En partic. [Avec le subj., dans les ordres, les défenses] Et qu'on ne passe pas son temps à avoir l'air de prendre les anars pour une bande de cinglés! disait le Négus (Malraux,Espoir,1937, p.605).Je suis prêt à l'aimer de toutes mes forces, mais qu'il se fasse vite, ce mariage, et qu'on en arrête la date sans perdre une minute, car je suis à bout de patience et de résistance (Aymé,Cléramb.,1950, i, 4, p.33).
C. − [On mis pour une 3epers. déterminée]
1. [Par pudeur ou par réserve, par discrétion réelle ou feinte]
Au sing. Et puis, tu me diras si l'on a eu du chagrin en apprenant mon départ... Si l'on a pleuré!... −Qui ça, mon commandant? −Eh parbleu! elle! Anita (Labiche,Voyage de M. Perrichon,1860, i, p.7 ds Le Bidois, § 384):
11. −Madame, dit le valet de chambre... que dois-je faire ? −Vous feindrez d'aller chez l'avoué, et vous reviendrez dire à monsieur que son homme d'affaires est allé à quarante lieues d'ici pour un procès important. Vous ajouterez qu'on l'attend à la fin de la semaine prochaine. [«que l'homme d'affaires l'attend...» Madame imagine ce que dira le valet qui ne nommera pas l'homme d'affaires par discrétion]. Balzac,Gobseck,1830, p.431.
Au plur. Ç'avait été dans une maison discrète du quartier des Champs-Élysées, un après-midi. On s'était dit tout ce qu'on avait à se dire, et ce jour n'avait point eu de lendemain (A. France,Bergeret,1901, p.140).
Dans la lang. pop. Voilà qu'après dîner, tous ces messieurs on était là à fumer en rond autour de moi (Frei1929, p.147).
2. [Avec une nuance iron., voire de dédain] [Le médecin] porte des ongles sales... Tandis qu'il trottine à ses malades, elle [sa femme] reste à ravauder des chaussettes. Et on s'ennuie! (Flaub.,MmeBovary, t.1, 1857, p.149).
Rem. Il arrive, comme en fr. class., que plusieurs on renvoient à des pers. différentes. On verra qu'on n'a pas toujours résisté à cette double tentation... [Le premier on désigne le lecteur, le second l'auteur] (Langages. Paris, 1967, no7, p.3).
IV. − [Dans la lang. parlée, on remplace souvent, sans effet styl. particulier, la 1repers. du plur.] Qu'est-ce qu'on fait cet après-midi? = Que faisons-nous cet après-midi? Nous partîmes pour la gendarmerie de Sceaux, où il devait me mettre aux mains des gendarmes. Mais en route, on causa (Vallès,Réfract.,1865, p.61):
12. En passant à la grand'garde I, il cria: −Hé! Raoul! Vous êtes là? Ouste! On vous emmène. Le lieutenant Raoul sortit de son trou, en achevant de boucler la sacoche de son browning. Les trois hommes continuèrent vers les Rappes en bavardant. Romains,Hommes bonne vol.,1938, p.7.
Rem. J. Pohl (Six esquisses ds Fr. mod. t.35 1967, n1, pp.10-12) fait observer que on inclut généralement l'interlocuteur, alors que nous tend à l'exclure. On dit de préférence (deux couples se fixent, par téléphone, un rendez-vous en vue d'une excursion): «Nous vous préviendrons si nous passons par chez vous; éventuellement on pourrait se rencontrer devant votre maison» et non: «on vous préviendra si on passe par chez vous; éventuellement nous pourrions...».
Rem. gén. 1. Accord en genre et en nombre. Les adj. et les part. qui se rapportent à on s'accordent au masc. sing. Toutefois, ,,le pronom on, qui grammaticalement est du genre masculin, n'en souffre pas moins un adjectif prédicatif au féminin, lorsque la personne déterminée à laquelle il se rapporte, est du sexe féminin. Cet accord sylleptique peut se faire également, quand on, tout en se rapportant uniquement à des femmes, a le sens d'un pronom indéfini`` (Weerenbeck, Le Pron. on, en fr. et en prov., 1943, p.9). −Monsieur, quand on n'a pas le temps de rêver éveillée, on n'a pas davantage le temps de rêver endormie, Dieu merci! (A. France, Bonnard, 1881, p.272). C'est maintenant surtout, bien plus qu'au printemps lorsque ma mère mourut, que je réalise ce que c'est que vivre à Saint-Léonard (Loiret) avec un vieil oncle sourd et stupide, quand on est fille, pauvre, orpheline sans frère ni soeur, et qu'on va sur ses trente ans (Montherl., J. filles, 1936, p.921). De même, l'accord sylleptique peut entraîner exceptionnellement le plur. pour l'attribut ou l'appos. se rapportant à on. On était une trentaine, et assez serrés, car on n'ouvrait pas le petit salon, qui servait de chambre à ces demoiselles (Zola, Pot-Bouille, 1882, p.49). On était désemparés. On avait faim, on avait soif et dans ce malheureux cantonnement, rien! (Barbusse, Feu, 1916, p.206). 2. Substituts de on. a) On peut être repris par se ou soi. Et, à ce moment-là, Séraphin s'étant tu également, on avait senti grandir autour de soi une chose tout à fait inhumaine et à la longue insupportable: le silence (Ramuz, Derborence, 1934, p.14). b) Par nous ou vous. Les livres, c'est comme les amis, on ne les choisit pas librement. Ils s'imposent à vous (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.386). 3. On peut renvoyer à des choses ou à des abstractions personnifiées; mais il ne peut pas désigner Dieu. Et puis les menteuses [les cloches], les effrontées, celles qui sonnent pour le dehors, pour la rue, pour faire croire qu'on est une maison considérable et qu'on occupe beaucoup de monde (A. Daudet, Fromont jeune, 1874, p.81). 4. Répétitions de on. On peut être répété ou omis devant un verbe coord., dans les mêmes conditions que les autres pron. pers. 5. Oppos. on/l'on. a) La lang. châtiée use volontiers de la var. styl. l'on , surtout après et, où et si, plus rarement après ou, qui, quoi, pourquoi. Et l'on dit qu'à Londres il y a une foule d'hommes et de femmes françaises sans place qui réunissent les talents que je cherche (Staël, Lettres L. de Narbonne, 1792, p.87). Hector: Si l'on aime ce qui vous délivre de l'espoir, du bonheur, des êtres les plus chers (Giraudoux, Guerre Troie, 1935, I, 3, p.21). b) L'on est fréq. après que (surtout le que rel.), en partic. quand la syllabe initiale du mot suiv. est con- ou com-. Car on avait dans cette maison tellement peu de personnalité que l'on conservait en bonne place tous les objets qui vous avaient été offerts (Montherl., Lépreuses, 1939, p.1372). c) En tête de phrase, l'on évite peut-être une attaque inhabituelle. Camille, ouvrez, ouvrez, c'est moi. L'on ne vient pas (Chénier, Élégies, 1794, p.72). 6. On employé subst. Debout, dans sa chaire, pâle de rage, le pauvre On écoutait toutes ces injures, dévorait toutes ces humiliations et se gardait bien de répondre (A. Daudet, Pt Chose, 1868, p.108). On me proposa un jour de me faire inviter aux soirées d'Augustine. −Qui, On? −On, parbleu! Vous le voyez d'ici: l'éternel on qui ressemble à tout le monde, l'homme aimable, providentiel (A. Daudet, Trente ans de Paris, 1888, p.47 ds Sandf. t.1, §219).
Prononc. et Orth.: [ɔ ̃]. Liaison de n devant voyelle et h non aspiré (on a: ɔ ̃ na; on habite: ɔ ̃ nabit) d'où difficulté dans certains cas à distinguer (lang. parlée) constr. positive et constr. négative (si l'on ose/si l'on n'ose). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Pron. de la pers. suj. indéterminée A. 1. Employé sans art. 842 (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie, p.2, 5: Si salvarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dift; cf. E. Koschwitz, Commentar zu den ältesten franz. Denkmälern, p.41; Moignet, Gramm. de l'a. fr., p.146 note ,,peut encore s'interpréter comme un subst.``); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 235: Par nule guise ne l'em puet hom blasmer), [cf. 1647, Vaug., p.10: Si le verbe finit par une voyelle devant on, comme prie-on, alla-on, il faut prononcer et escrire un t entre deux: prie-t-on, alla-t-on pour oster la cacophonie]; ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2949: En un carner cumandez qu'hom les port); 2. employé avec l'art. déf. ca 1050 disjoint, précède le verbe dont il est le suj. (St Alexis, éd. Chr. Storey, 566: Sainz Boneface, que l'um martir apelet); 1119 conjoint, suit le verbe (Philippe de Thaun, Comput, éd. E. Mall, 2612: E s'ele la lune est en esclem, Saciez, dunc pruvet l'em Qu'en cele lunaisun Avrum bele saisun). Vestige de hom subst., cet emploi n'a plus cours que dans la langue littér. pour des raisons euphoniques, cf. 1647, Vaug.: ,,on dit et l'on dit sont bons, mais on dit est meilleur au commencement de la période``, ainsi que la critique de cette remarque par A. Goosse ds Z. rom. Philol. t.75, 1959, pp.291-299. B. 1. On étymologiquement masc. est suivi d'un part. passé adj. masc. sing. ca 1179 (Renart, éd. M. Roques, 1943: ...puis que hom est antrepris Et par force lïez et pris, Bien puet savoir a cel besoing Qui l'aime et qui de lui ait soing); cf. l'attribut accordé en genre et en nombre avec la ou les personnes qu'il représente; 1643 on suivi d'un masc. plur. (Corneille, Polyeucte, I, 3: On n'a tous deux qu'un coeur qui sent mêmes traverses); 1659 on suivi d'un attribut fém. (Molière, Précieuses, 9: Quelque spirituelle qu'on puisse être); 2. xves. [ms.] le verbe dont on est le suj. peut être au plur. (Voyage d'Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, § 168, var. M : ...aultre rue, par oult on vont... toute maniere de gent); 1426 (Ballade d'un pélerin au retour de Terre Sainte ds Voyage d'Anglure, p.112, 14: Quant on sont a tauble essis). C. On employé stylistiquement pour représenter une ou plusieurs personnes déterminées 1. dans le discours direct, est substitué à un pron. pers. de la 2epers. pour exprimer la distance entre le locuteur et autrui 1198-1202 substitué à tu (Jean Bodel, St Nicolas, éd. A. Henry, 256: Que vent on chaiens? [dit Auberon au tavernier]); 2. substitué à un pron. pers. de la 3epers. [emploi prédicatif] 1253 (Recueil gén. des jeux-partis éd. A. Långfors, XCIII, Sire Audefroy à J. Bretel, 1: J'aim par amours et on moi ensement [on: elle, ma dame]); 3. substitué à un pron. de la 1repers. a) ca 1340 représente je (Bastard de Bouillon, éd. R. Fr. Cook, 4760: ,,Biaus niés``, dist l'amulainne, ,,oies c'on vous dira``); b) représente nous; le verbe est au plur. ca 1445 Rouen (Farce joyeuse des galans et du monde ds Recueil gén. des sotties, éd. E. Picot, II, 88: On ne debvons pas grand amende; v. ex. analogues xvies. Normandie au gloss., s.v. on; cf. Hug.). Du lat. homo, cas suj. du subst. signifiant «homme», développé en position proclitique, et qui, à basse époque, est relevé dans qq. ex. comme suj. indéterm., emploi aboutissant à sa fonction de pron. indéf.: Peregr. Aether. 13, 1: ubi homo desiderium suum compleri videt; Diosc. 4, 76: unde si homo gustaverit, solutionem ventris panditur; Vitae patrum, 7, 26, I: Quomodo potest se homo mortificare; v. Lat. Gramm., 2epartie, Syntax und Stilistik, §107 f γ), p.198; Vään., §297; v. aussi TLL, s.v. 2882, 58. Fréq. abs. littér.: 372142. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 521010, b) 525720; xxes.: a) 549941, b) 525669. Bbg. Benes (P.). Le Pron. on en fr. et ses équivalents en roum. Ét. rom. Brno. 1965, n1, pp.171-188. _Burr (I.). Das Lob des on. Rom. Forsch. 1979, t.91, pp.1-23. _Cressot (M.). Répét. nécessaire du pron. on sujet et du pron. il sujet impers. Fr. mod. 1948, t.16, pp.249-251. _Gardin (B.). Discours patronal et discours syndical. Langages. Paris. 1976, t.10, n41, pp.33-37. _Grafström (Å). On remplaçant nous en fr. R. Ling. rom. 1963, t.33, pp.270-298. _Greive (A.). Zur Linguistik des gesprochenen Frz. Arch. St n. Spr. 1978, t.215, pp.42-46. _Hausmann (F. J.). Wie alt ist das gesprochene Frz? Rom. Forsch. 1979, t.91, pp.431-444. _Holtus (G.), Pfister (M.). Code parlé und code écrit im Frz. Z. rom. Philol. 1977, t.93, pp.78-81. _Hunnius (Kl.). Mais des idées, ça, on en a, nous, en France. Arch. St. n. Spr. 1981, t.218, pp.76-89. _Lagane (R.). On, pron. indéf. ou pron. pers.? Fr. Monde. 1963, no21, pp.39-40. _Loffler-Laurian (A.-M.). L'Expr. du locuteur ds les discours sc.: je, nous et on. R. Ling. rom. 1980, t.44, pp.145-154. _Meier (H.). Über Sprachschichten und Sprachwandel im modernen Frz. Rom. Forsch. 1977, t.89, pp.364-366. _Muller (Ch.). Sur les emplois pers. de l'indéf. on. R. Ling. rom. 1970, t.34, pp.48-55. _Pinchon (J.). Les Emplois de on. Fr. Monde. 1973, no94, pp.42-44; 1973, no95, pp.46-48. _Pohl (J.). Six esquisses. Fr. mod. 1967, t.35, pp.10-11. _Reid (T.B.W.). A Note on the origins of Fr. on. Medium Aevum. 1938, t.7, pp.199-209. _Söll (L.). Zur Situierung von on «nous» im neuen Frz. Rom. Forsch. 1969, t.81, pp.535-549. _Spitzer (L.). Vous et nous régimes atones de on. Fr. mod. 1940, t.8, pp.323-343. _Weerenbeck (B.H.J.). Le Pron. on en fr. et en prov. Amsterdam-Leipzig, 1943, 108 p.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ON. Pronom masculin indéfini
qui indique d'une manière générale une ou plusieurs personnes et qui est toujours sujet d'un verbe. On dit, on raconte que... On fait la guerre. Que fait-on ici? Aussi dit-on que... Prendra-t-on cette place? Ce qu'on aime. Si vous faites cela, que dira-t-on? Qu'en dira-t-on? On lui a confié un secret. On lui a écrit une lettre. On n'a pas plus d'esprit que lui. Quelquefois, pour l'euphonie, on met avant ce pronom l'article élidé. Il faut que l'on consente. Si l'on nous entendait. Il se prend, dans le langage familier, pour Je, nous. Ne craignez rien, on s'occupera de votre affaire. Il y a longtemps qu'on ne nous a vu. Il peut se prendre aussi pour Tu, vous, il, elle, ils, elles. On n'a pas été sage aujourd'hui, Malgré toutes mes avances, on n'a montré que de l'indifférence à mon égard. Quoique ce pronom soit ordinairement suivi d'un masculin, comme dans cette phrase : On n'est pas toujours heureux, il y a des circonstances qui marquent si précisément qu'on parle d'une femme, qu'alors On est suivi d'un féminin. On n'est pas toujours jeune et belle. Il s'emploie aussi, familièrement, avec le pluriel des et un nom. On n'est pas des esclaves pour endurer de si mauvais traitements.

ON-DIT est employé substantivement et signifie Propos qui se répète de bouche en bouche. Croire sur un on-dit, sur des on-dit; condamner quelqu'un sur un on-dit, sur des on-dit, Croire quelque chose, condamner quelqu'un sur un simple rapport, sur des bruits vagues.

QU'EN-DIRA-T-ON est aussi employé substantivement et désigne l'Opinion. Se moquer du qu'en-dira-t-on, braver le qu'en-dira-t-on, Mépriser tout ce que les gens pourront dire. Il est sensible au qu'en-dira-t-on.

Littré (1872-1877)

ON (on ; l'n se lie : on aime, dites : on n'aime ; d'autres ne conservent pas le son nasal de la voyelle, et disent o-n aime. L'n ne se lie pas quand, dans une interrogation, on est après son verbe ; que dit-on à la cour ? Elle ne se lie pas non plus dans le proverbe : on est un sot. Vers la moitié du XVIIe siècle, on intercalait un z de liaison et on prononçait : on-z ouvre, on-z espère, etc. ; Méré, dans son Traité de l'éloquence et de l'entretien, s'élève contre cette prononciation) subst. abstrait
  • 1Il indique d'une manière générale ou vague les gens, les personnes ; il n'est employé jamais que comme sujet du verbe, qui se met toujours au singulier. On est toujours trop prêt quand on a du courage, Corneille, Cid. IV, 5. On garde sans remords ce qu'on acquiert sans crimes, Corneille, Cinna, II, 1. Tout le monde s'intéresse dans cette affaire [le procès de Foucquet] : on ne parle d'autre chose ; on raisonne, on tire des conséquences, on compte sur ses doigts, on s'attendrit, on espère, on craint, on peste, on souhaite, on hait, on admire, on est accablé, Sévigné, Lett. à Pompone, 17 décemb. 1664. Par le travail, on charmait l'ennui, on ménageait le temps, on guérissait la langueur de la paresse, Bossuet, Anne de Gonz. On aime les gens, on en est aimé, on en est sûr, on les néglige, on ne se contraint point avec eux, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 2 mars 1681. On ne surmonte le vice qu'en le fuyant, Fénelon, Tél. VII. L'on n'est rien devant Dieu quand on n'est pas ce que l'on doit être, Massillon, Pet. carême, Écueils. On est plus criminel quelquefois qu'on ne pense, Voltaire, Œdipe, IV, 1. On fut consterné dans Stockholm [à la suite de victoires des Russes], et l'on ne s'y croyait pas en sûreté, Voltaire, Russie, II, 5. On a vu des souris se loger sur leur dos [des cochons], et leur manger le lard et la peau sans qu'ils parussent le sentir, Buffon, Quadrup. t. I, p. 291. On entre dans le monde, on en est enivré, Au plus frivole accueil on se croit adoré, Gresset, Méchant, IV, 4. On riait un moment des épigrammes, et on retournait pleurer au Préjugé à la mode et à Mélanide, D'Alembert, Éloges, la Chaussée. On relit tout Racine, on choisit dans Voltaire, Delille, l'Homme des champs, I.
  • 2On remplaçant un sujet déterminé. Vous êtes malade, ma chère enfant : vous dites quelquefois que votre estomac vous parle ; vous voyez que votre tête vous parle aussi : on ne peut pas vous dire plus nettement que vous la cassez, que vous la mettez en pièces, Sévigné, 1er avril 1689. On [Mme de la Vallière dans la grille d'en haut et se faisant carmélite] vous dira de là haut qu'on peut quelque chose de plus difficile, puisqu'on peut embrasser tout ce qui choque, Bossuet, la Vallière. Quand on n'a jamais eu un mouvement de coquetterie, qu'on n'a dans ce genre aucune espèce d'expérience, et qu'on n'a que dix-huit ans, on s'engage avec beaucoup plus de facilité qu'une coquette de trente ans, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 148, dans POUGENS. On n'a pas plus d'esprit, de grâce…, Collin D'Harleville, Mœurs du jour, I, 2.
  • 3On, désignant en général les hommes, les gens, peut, selon la signification du discours, restreindre son sens à telle ou telle personne désignée par je, tu, il, nous, vous, ils.

    On se dit pour je. Soyez tranquille, on songera à vos intérêts. Il y a longtemps qu'on ne vous a vu. Allez, vous êtes fou dans vos transports jaloux, Et ne méritez pas l'amour qu'on a pour vous, Molière, Misanthrope, IV, 3. On ne s'attache à nulle société, on ne prend aucun plaisir, on a toujours le cœur serré, Sévigné, 13. On a certains attraits, un certain enjouement, Que personne ne peut me disputer, je pense, Regnard, le Joueur, II, 2. Encore si on pouvait bien digérer ! mais avoir toujours mal à l'estomac, craindre les rois et les libraires ! on n'y résiste pas, Voltaire, Lett. d'Argental, octob. 1755. Le je est presque aussi scrupuleusement banni de la scène française que des écrits de Port-Royal, et les passions humaines, aussi modestes que l'humilité chrétienne, n'y parlent jamais que par on, Rousseau, Hél. II, 17.

    On se dit pour tu. Qu'on l'embrasse tout à l'heure devant moi ; qu'on lui témoigne son repentir et qu'on la prie de vouloir te pardonner, Hauteroche, le Coch. 18.

    On se dit pour il ou elle. On l'écouta, on se laissa lorgner [en parlant d'une femme], Hamilton, Gramm. 6. On était ! on parlait ! on m'a vu !… quel langage ! Mon neveu, ce garçon méconnaît-il l'usage De nommer les gens par leur nom ? Imbert, Jaloux sans amour, III, 6.

    On se dit pour nous, et alterne avec nous. Je trouve qu'on ne souhaite l'estime que de ceux que nous aimons et que nous estimons, Sévigné, 17 nov. 1675. Qu'on hait un ennemi quand il est près de nous ! Racine, Théb. IV, 2. On sait sur les maris ce que l'on a d'empire, Regnard, le Joueur, II, 2.

    On se dit pour vous. Quoi ! Madame !… Le soin de son repos [d'Agamemnon livrant Iphigénie à la mort] est le seul qui vous presse ! On me ferme la bouche, on l'excuse, on le plaint [Achille à Iphigénie] ! Racine, Iph. III, 6. Et vous, à m'obéir, prince, qu'on se prépare, Racine, Mithr. III, 1. Vous, Narcisse, approchez ; Et vous, qu'on se retire, Racine, Brit. II, 1.

    On se dit pour ils ou elles, ou pour une compagnie, une masse de personnes dont on fait partie. En vain de tous côtés on l'a voulu tourner ; Hors de son sentiment on n'a pu l'entraîner, Molière, Mis. IV, 1. On se lève à huit heures ; très souvent je vais, jusqu'à neuf heures que la messe sonne, prendre la fraîcheur de ces bois ; après la messe on s'habille, on se dit bonjour, on retourne cueillir des fleurs d'orange, on dîne, jusqu'à cinq heures on travaille ou on lit, Sévigné, 562. Mais, s'il vous plaît, Ne ferions-nous pas bien d'aller voir où l'on est ? Gresset, le Méch. III, 5.

  • 4On peut désigner très clairement une femme ; et alors, emportés par la signification, nous accordons l'adjectif avec le sens et non avec la forme du mot, et le mettons au féminin ; c'est une syllepse. On n'est pas plus belle que cette femme-là. C'est un admirable lieu que Paris, il s'y passe cent choses tous les jours qu'on ignore dans les provinces, quelque spirituelle qu'on puisse être, Molière, Préc. 10. À quoi qu'en reprenant on soit assujettie, Je ne m'attendais pas à cette repartie, Molière, Mis. III, 5. On a beau se sentir de la résolution, on est femme, et on ne répond point de soi pour l'avenir, Lamotte, Minutolo, sc. 3. On vous épousera, toute fière qu'on est, Marivaux, Fausse confid. I, 2. S'attrister est bien fou… On est plus jolie à présent, Et d'un minois plus séduisant On a les piquantes finesses, Marmontel, Mél. de litt. Rép. à Voltaire. On espérait le lendemain qu'il viendrait de bonne heure et avant la foule : on l'attendit, on fut inquiète ; il ne vint point, on eut de l'humeur ; il écrivit, on lut son billet et l'humeur cessa, Marmontel, Cont. mor. Heureux div. Et que trouvez-vous donc de si extravagant à vouloir régner avec vous ? est-on faite de manière à déparer un trône ? Marmontel, Contes mor. Soliman II.
  • 5On, par une syllepse semblable à la précédente, peut prendre l'adjectif pluriel masculin ou féminin. Est-on allé là ? on y est allé deux. Ici on est égaux, en parlant d'un cimetière. On n'a tous deux qu'un cœur qui sent mêmes traverses, Corneille, Poly. I, 3. Que tous deux on se taise, Molière, Éc. des femm. I, 2. De tous vos façonniers on n'est point les esclaves, Molière, Tart. I, 6. Quand je vois qu'on ne me veut point, il me prend une envie pareille de ne les avoir point, Sévigné, 349. Hier on [le roi et Mme de Montespan] alla ensemble à Versailles, accompagnés de quelques dames ; on fut bien aise de le visiter avant que la cour y vienne, Sévigné, 10 juill. 1676. Le commencement et le déclin de l'amour se font sentir par l'embarras où l'on est de se trouver seule, La Bruyère, IV. Personne n'est surpris de me voir passer l'hiver à la campagne ; mille gens du monde en ont fait autant ; on est toujours séparés, mais on se rapproche par de longues et fréquentes visites, Rousseau, Lett. au maréch. de Luxembourg. Mais par l'effet d'un rare aveuglement Qui fait bien voir que, quoi qu'on soit princesses, On peut parfois causer des maladresses…, Dumouriez, Richardet, II, 11. On est réconciliées [Mme de Sévigné et sa fille], on dit les plus belles choses sur l'amitié, sur l'absence, Abbé de Vauxcelles, Réflexions sur les lettres de Mme de Sévigné, t. XII, p. LXXV, édit. GROUVELLE, 1813.
  • 6On admet devant lui l'article l', particulièrement dans les cas où l'euphonie l'exige. Pour paraître à mes yeux son mérite est trop grand, On n'aime pas à voir ceux à qui l'on doit tant, Corneille, Nicom. II, 1. Il faut mettre que l'on et non pas qu'on devant des mots qui commencent par con ; je ne dirais pas qu'on conduise, mais que l'on conduise, Vaugelas, Rem. t. I, p. 32, dans POUGENS. C'est l'oreille seule qu'on doit prendre pour juge sur le choix d'on et de l'on, Acad. Observ. sur Vaugel. p. 15, dans POUGENS. Mais puisque l'on s'obstine à m'y vouloir réduire, Molière, Tart. IV, 5. C'est d'un roi que l'on tient cette maxime auguste, Que jamais on n'est grand qu'autant que l'on est juste, Boileau, Sat. X. Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Boileau, Art p. I. L'on hait avec excès lorsque l'on hait un frère, Racine, Théb. III, 6. L'on marche sur les mauvais plaisants ; et il pleut par tous pays de cette sorte d'insectes, La Bruyère, V. Pour éviter un hiatus ou pour rompre la mesure du vers dans la prose, il est très permis d'écrire l'on, et c'est le seul de nos pronoms substantifs qui, par lui-même et sans que cela change rien à sa nature, souffre quelquefois l'article, D'Olivet, Ess. gramm. III, 1.
  • 7Quand on suit le verbe dont il est le sujet, il s'y joint par un trait d'union. Pensait-on que je céderais ? Mon père y tient l'urne fatale [aux enfers] ; Le sort, dit-on, l'a mise en ses sévères mains, Racine, Phèdre, IV, 6.

    Si le verbe se termine par un e muet ou par un a, on le joint à on par un trait d'union et par un t euphonique. Pense-t-on que je céderai ? Prie-t-on ? Alla-t-on à Paris ? Ira-t-on à Lyon ?

  • 8On dit, sorte de locution jouant le rôle de substantif, et signifiant : ce qui se dit. Un on dit. Les on dit. Croire les on dit, croire des rapports sans preuve, ajouter foi à des bruits vagues.
  • 9Le qu'en dira-t-on, sorte de substantif composé. Se moquer du qu'en dira-t-on, se moquer de ce que les autres peuvent dire.

    PROVERBE

    On est un sot, c'est-à-dire qu'un rapport vague et sans autorité doit être regardé comme une sottise.
    Anselme : Et partout sa vertu lui donne tant de lustre, Que sur ce qu'on en dit… - Le marquis : Monsieur on est un sot, Th. Corneille, Comtesse d'Orgueil, II, 1.

REMARQUE

1. Il faut éviter dans une phrase que on se rapporte à des personnes différentes. Ce défaut se trouve dans les exemples suivants : On amorce le monde avec de tels portraits ; Pour les faire surprendre, on les apporte exprès ; On s'en fâche, on fait bruit, on nous les redemande ; Mais on tremble toujours de crainte qu'on les rende, Corneille, la Suite du Ment. II, 7. Au moins en pareil cas est-ce un bonheur bien doux, Quand on sait qu'on n'a point d'avantage sur vous, Molière, le Dép. II, 4. Si ces personnes étaient en danger d'être assassinées, s'offenseraient-elles de ce qu'on les avertirait de l'embûche qu'on leur dresse ? Pascal, Prov. X. Mais, dans l'exemple suivant, on, bien que se rapportant à des personnes différentes, est très clair : Puisqu'on [Orgon] ne veut point croire à tout ce qu'on [Elmire] peut dire, Et qu'on [Orgon] veut des témoins qui soient plus convaincants ; Il faut bien s'y résoudre et contenter les gens, Molière, Tart. IV, 5.

2. On se met devant et après le verbe ; mais l'on ne se met jamais que devant.

HISTORIQUE

IXe s. Si cum om per dreit son fradra [frère] salvar dist [doit], Serment.

XIe s. Ce sait hom bien que je sui tis parastres [ton beau-père], Ch. de Rol. X.

XIIe s. Ço est la lei à hume, ke hum te serve en simplicited e pureted, Rois, p. 145. Iluec dit on que Lucifer desçant, Bat. d'Aleschans, v. 5980. Quant prez erent [étaient] de cel endreit Come hom piere jeter porreit, Rou, v, 6702. Ne dira l'on en France la louée…, Ronc. p. 23. Mais à dame de valor Doit on penser nuit et jor, Couci, I. Mais se vos ieuz où l'on se puet mirer…, ib. II. On ne puet [peut] pas servir à tant seigneur, ib. XXIV.

XIIIe s. L'en doit bien reculer pour le plus loin saillir, Berte, XII. Si en fache on [qu'on en fasse] un mangier faire, Lai d'Ignaurès. Une chançon tote de Rome, Onques si bele n'oït home, Ren. t. III, p. 47.

XVe s. Tost serons au lieu que vouldroye, Que l'en appelle Nonchaloir, Orléans, Départie d'Amour en ball. À commencer la guerre et à l'entreprendre ne se fault point tant haster, et a l'on assez de temps, Commines, V, 18. Tant chauffe on le fer qu'il rougit, Villon, Ballade. Tant aime on Dieu, qu'on craint l'eglise, Villon, ib.

XVIe s. Il est des peuples où on tourne le dos à celuy qu'on salue, et ne regarde l'on jamais celuy qu'on veult honorer, Montaigne, I, 110. Il en est où l'on pleure la mort des enfants, et festoye l'on celle des vieillards, Montaigne, I, 112. On l'esteindroit [une antipathie], qui s'y prendroit de bonne heure, Montaigne, I, 184. J'aime mieulx, dit-il, que l'on demande pourquoy l'on n'a point dressé de statue à Caton, que pourquoy on luy en a dressé, Amyot, Caton, 38. Quand on est bien, qu'a l'on besoing d'amis ? Amyot, Comm. disc. le flat. 49. Qu'on chante les nouveaux hymnes, Mais qu'on vante les vins vieux, Ronsard, 394. L'en, l'on ou on peult estre bien joyeux, Palsgrave, fol. 102, verso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ON. - REM. Ajoutez :

3. Selon l'usage de la langue de Malherbe, on et l'on pouvaient avoir dans la phrase une place qu'on ne leur donnerait pas aujourd'hui. Rochefontaine s'est sauvé, et n'a-t-on trouvé sur Montchrestien autre chose qu'un billet, Lexique, éd. L. Lalanne. Le marché d'enclore les faubourgs dans la ville est fait, et y commencera l'on à ce printemps, ib. On l'a ouvert aujourd'hui [le comte de Sault], et a l'on trouvé qu'il avait les boyaux pourris, ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ON, (Géogr. sacrée.) ville de la Palestine au pays de Samarie, selon S. Jérôme. Aquila & Symmaque rendent ce mot par l’épithete inutile. & Théodotien par le terme iniquité. Le P. Bonfrérius remarque judicieusement que le mot on séparément n’est point dans l’écriture le nom d’une ville particuliere de la Palestine ; mais que quand il est joint au mot maison, alors il devient un nom vraiment géographique, soit au propre, soit au figuré.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « on »

Picard, un, ein, o, ol, os ; Berry, ou ; provenç. et anc. catal. hom ; anc. espagn. omne ; anc. portug. ome ; anc. ital. huom ; du lat. homo, homme. Hom, om, on, est le nominatif du mot dont le régime est home. On comprend comment ce mot homme a pu devenir le substantif abstrait on. Dans l'ancien français on a dit souvent en pour on, par une tendance à changer la voyelle on en en, comme o latin en a (exemple dame de domina).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin homo (« être humain »), par évolution en position atone. L’usage, en gallo-roman, de homo, comme pronom personnel indéfini, attesté très sporadiquement en latin tardif (et qui n’a pas donné de suite dans les autres langues romanes actuelles comme l’espagnol, l’italien, etc.), en catalan, langue latine, le pronom personnel indéfini hom existe et semble être dû au superstrat francique (cf. allemand man, de Mann, « homme »), mais il convient d’être prudent avec cette hypothèse. Il est à noter toutefois que les consonnes nasales se sont maintenus en moyen néerlandais et en néerlandais dans lesquelles ons signifie « nous » (il en est de même avec uns en vieux haut allemand, en allemand et en gotique), contrairement aux langues germaniques de la mer du Nord dont le « n » a disparu (d'où la loi des spirantes nasales ingvaeoniques). L’occitan possède une forme semblable, om (« on »), issue elle aussi de homo. Or la Gaule méridionale, sous suzeraineté wisigothique, n’a pas connu de superstrat francique et l’influence linguistique des Wisigoths y fut anecdotique. Il faudrait noter aussi, qu'en corse, autre langue latine, l'usage de omu pronom indéfini, est toujours en vigueur aujourd'hui.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « on »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
on ɔ̃

Citations contenant le mot « on »

  • On meurt comme on a vécu. De Proverbe français
  • On naît poète, on devient prosateur. De Alfred de Musset / Le poète déchu
  • Quand on aime on est davantage. De M.M. Martinié
  • Plus on sait, plus on doute. De Pie II
  • On ne choisit pas, on est choisi. De Louis Teissier Du Cros / L'amour, les femmes et nous
  • Plus on boit, plus on a soif. De Ovide / Les fastes
  • 1: on écoute 2: on regarde 3: on analyse De Aziz / Loft Story - Juin 2001
  • A brusquer on s’expose, on offre, on se donne... De Maryline Desbiolles
  • On pardonne tant que l’on aime. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • Plus on connaît, plus on aime. De Léonard de Vinci / Carnets
  • On demande conseil, on cherche une approbation. De Charles Caleb Colton
  • Plus on va loin, moins on apprend. De Lao-Tseu
  • Quand on aime, on aime toujours trop. De Marcel Achard / Gugusse
  • Plus on lit, moins on imite. De Jules Renard / Journal
  • Consulterle journal Le Monde.fr, Football : « Si on ne diminue pas les charges salariales, il n’y aura pas de miracle »
  • Le chef Philippe Simon, qui manie l’humour aussi bien que les ingrédients de ses plats, a fait une petite escapade dans un hypermarché. Ce qu’il a constaté en termes de protocole sanitaire l’a presque effrayé, concernant le non-respect des règles. , Meroux (90). Covid-19 : "Est-on vraiment dangereux à ce point-là ?" s’interroge un restaurateur du Territoire de Belfort
  • Normandie et Nouvelle-Aquitaine sont les régions qui comptent le plus de personnes vaccinées, par rapport à la population régionale totale. France Inter, CARTE - Dans quelles régions de France vaccine-t-on le plus ?
  • Un nouveau groupe a travaillé depuis la Toussaint. Nous avons eu deux matchs pour nous préparer (un nul 26-26 après une défaite face à la Serbie 27-24) et on voit qu’il y a encore du travail à faire. On sait que nous ne sommes pas encore à notre meilleur niveau de jeu mais on travaille tous les jours pour. J’espère qu’on verra dès jeudi que l’on ne travaille pas pour rien, que ça va commencer à payer. Le Telegramme, Handball. Romain Lagarde : « Ce qu’on veut, c’est de l’or ! » - Handball - Le Télégramme
  • Après un premier foyer d'influenza aviaire détecté le 5 janvier 2021, le Gers cumule les contaminations. Pour le moment épargné, l'est du département semble attendre son tour... , "D'ici un mois, dans le Gers, on sera tous touchés par l'influenza aviaire" s'avance un éleveur | Actu Occitanie
  • Depuis quelques jours, les habitants du quartier de la Croix-Rousse entendent à nouveau le « bistanclaque », bruit caractéristique et séculaire des anciens métiers à tisser qui ont fait la réputation de Lyon (Rhône) comme capitale de la soie. Les canuts, ses ouvriers tisserands qui travaillaient à domicile et que l'on comptait par milliers au XIXe siècle, ont aujourd'hui disparu, remplacés par les métiers numériques installés dans des usines ultramodernes. leparisien.fr, A Lyon, on tisse à nouveau la soie comme au temps des canuts - Le Parisien
  • Chaque jour France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui gros plan sur le site internet "dodonaturel.fr" basé à Villemoirieu et qui propose à la vente des matelas pour bébés en matière 100% recyclables et naturelles. France Bleu, La nouvelle éco : à Villemoirieu, on vend et on fabriquera bientôt des matelas "100% naturels" pour les bébés
  • Une enquête a été lancée, vendredi, pour cartographier  la présence en France de la souche mutante du virus, dont les cas se multiplient. À ce stade, l’enjeu n’est plus d’empêcher sa propagation mais seulement de la retarder. Décryptage. L'Humanité, Variant du Covid-19 : peut-on le maîtriser sans reconfiner ? | L'Humanité

Traductions du mot « on »

Langue Traduction
Anglais we
Espagnol nosotros
Italien noi
Allemand wir
Chinois 我们
Arabe نحن
Portugais nós
Russe мы
Japonais 私達
Basque guk
Corse noi
Source : Google Translate API

Synonymes de « on »

Source : synonymes de on sur lebonsynonyme.fr
Partager