La langue française

Mythomanie

Sommaire

  • Définitions du mot mythomanie
  • Étymologie de « mythomanie »
  • Phonétique de « mythomanie »
  • Citations contenant le mot « mythomanie »
  • Traductions du mot « mythomanie »
  • Synonymes de « mythomanie »

Définitions du mot mythomanie

Trésor de la Langue Française informatisé

MYTHOMANIE, subst. fém.

Tendance pathologique, plus ou moins consciente à la fabulation, au mensonge. Chez certains sujets anormaux, cette activité mythique persiste, et se traduit, au cours de leur vie, par des manifestations pathologiques, auxquelles E. Dupré a donné l'heureuse dénomination de mythomanie (Macaigne, Précis hyg., 1911, p.280).Les dispositions qui vont de l'hystérie à la mythomanie semblent se greffer sur une habitude précoce de perdre le contact direct avec le monde réel et d'abandonner à une affectivité sans règle la direction de la vie psychique (Mounier, Traité caract., 1946, p.386).Ce sont d'ailleurs, mâles et femelles, de fort bourgeoises créatures, venues ici, comme d'habitude, par mythomanie ou par bêtise, par excès ou par manque d'imagination (Camus, Chute, 1956, p.1477).
Prononc. et Orth.: [mitomani]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1905 (E. Dupré, B. méd., 25 mars, p.263). Formé des élém. mytho-* et -manie*. Fréq. abs. littér.: 20.

Wiktionnaire

Nom commun

mythomanie \mi.tɔ.ma.ni\ féminin

  1. (Vieilli) Recours systématique aux mythes.
    • Une seule exception à la mythomanie, exception caractéristique : parce qu’elle fut durable et profonde, se remarque dans l’histoire de l’art : — chez les Néerlandais. Le génie germanique, en opposition au vieux génie romain, ne s’est jamais affolé de traditions qui lui sont étrangères. La race du Nord n’est point porté à dissimuler l’homme sous le dieu et le héros. Chez elle, l’homme de la nature, comme on eût dit au XVIIIe siècle, s’affirme et s’étale carrément, tel qu’il est, sans nimbe ni auréole. — (W. Burger, Nouvelles tendances de l’art dans Revue Germanique, volume 19, page 71, 1862)
    • La mythomanie — Les patriarches antédiluviens nommés par la Genèse sont-ils des mythes. […] La mythomanie est une véritable maladie de notre époque et bien des savants qu’on croit sérieux et graves n’ont pas échappé à la contagion. — (Fulcran Vigouroux, Les Livres Saints et la critique rationaliste : histoire et réfutation des objections des incrédules contre les Saintes Écritures, volume 3, pages 443-445, 1887)
    • En effet, certains des arguments critiques avancés par les détracteurs de la mythomanie de l’époque s’adressent indifféremment aux ethnologues, aux mytholoques, et aux membres du Collège de sociologie. — (Dominique Lecoq, Jean-Luc Lory, Écrits d’ailleurs : Georges Bataille et les ethnologues, page 128, 1987)
  2. (Médecine) Tendance pathologique psychique, plus ou moins volontaire et consciente, au mensonge.
    • J’essaierai de vous exposer, dans une histoire d’ensemble, l’histoire de la Mythomanie. — (La Mythomanie : Étude psychologique et médico-légale du mensonge et de la fabulation morbides, Dupré, 25 mars 1905, p. 1)
    • Sa mythomanie est un moyen de nier la vie… de nier, et non pas d’oublier. — (La Condition humaine, Malraux, éd. Gallimard, 1933, p. 45)
    • Chez l’enfant et l’adolescent, les principaux troubles sont : le mensonge, la mythomanie, les délires imaginatifs, l’hystérie. — (Léon Michaux, Psychiatrie infantile, 1967)
    • Par mythomanie, j’entends évidemment cette attitude qui consiste à défaire auprès des auditeurs/lecteurs la perception qu’ils auraient pu avoir d’une situation, d’un évènement, en leur imposant un autre, « inventée », modifiée, « fausse ». — (Relectures de Madeleine Monette par Ricouart, éd. Summa Publications, Inc., 1999, p. 75)
  3. (Par extension) Fabulation, fait d’inventer et de raconter un mensonge.
    • Il a installé chez les Zaïrois la mythomanie, le mensonge surréaliste. — (L’illusion tragique du pouvoir au Congo-Zaïre par Bwatshia, éd L’Harmattan, 2007, p. 119)
    • Celui-ci avait nié en bloc, parlant de « mythomanie » alors que nous lui faisions part de plusieurs témoignages concordants. — (Policiers infiltrés à Lyon : le préfet lance une enquête, Burlet, sur le site rue89.com, « Celui » corrigé en « Celui-ci, » 27 octobre 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MYTHOMANIE. n. f.
Tendance pathologique au mensonge.

Étymologie de « mythomanie »

Composé des formants mytho- (« mythe ») et -manie (« manie »)[1][2].
Contrairement à d’autres substantifs en -ie (→ voir géographie et philosophie), le mot n’a pas d’étymons latins ou grecs.
Le mot mythomane semble attesté postérieurement à mythomanie → voir mythomane.
Historique : (1862) le sens premier[3] est « recours systématique aux mythes ». (1905) Ernest Dupré lui donne celui de « mensonge pathologique ». (1935) Entrée au Dictionnaire de l’Académie française.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mythomanie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mythomanie mitɔmani

Citations contenant le mot « mythomanie »

  • Les grands rêves poussent les hommes aux grandes actions et aux mythomanies épiques. De André Malraux
  • La mythomanie se situe dans la catégorie des troubles du comportement et des troubles du lien social. C’est pour cela qu’elle ne concerne guère ceux qui finissent par admettre leur mauvaise foi. Un mythomane, à la différence d’un menteur, croit pertinemment en son mensonge. « Et pour cause, car pour y croire autant, il est parvenu à confondre totalement le mensonge à la réalité. Avant de convaincre les autres, le mythomane a construit pour lui même tout un argumentaire qui enroberait solidement son mensonge. En d’autres termes, il s’est convaincu lui-même de sa propre histoire », explique Pascal Neveu, psychanalyste et Directeur à l’Institut Français de Psychanalyse Active (IFPA). Actualités Santé, Mythomanie : les dangers au-delà de la farce - Actualités Santé
  • Selon les statistiques, nous mentons tous au moins deux fois par jour. Ces mensonges nous servent à éviter les conflits, à nous justifier : ce sont des petits arrangements avec la vérité. Nous en sommes rarement fiers et souvent un peu gênés. Ceux de Marion, en revanche, sont sa bouée de sauvetage ; elle ne peut s’en empêcher, a besoin d’eux pour exister. C’est cet automatisme irrépressible qui fait de la mythomanie une maladie grave, et des mythomanes, des êtres insaisissables et inquiétants. En effet, nous mentant aussi sûrs d’eux et souriants que s’ils disaient vrai, ils nous renvoient à la nature incertaine du langage, au manque de fiabilité des mots. , Victimes ou manipulateurs - Qui sont les mythomanes ? | Psychologies.com
  • Longtemps, Stéphane Bourgoin s'est fait passer pour une victime. Une victime collatérale d'un tueur américain. Une victime de lui-même, en réalité. De sa mégalomanie, de sa mythomanie, qui l'ont conduit à s'inventer une vie passée entre la France et les Etats-Unis. L'homme s'est d'abord construit un mythe terrifiant qu'il a seriné à l'envi à ses fans : en 1976, résidant alors à Los Angeles, en Californie, il aurait découvert sa compagne-fiancée-femme (selon ses versions) morte, violée et mutilée. leparisien.fr, Stéphane Bourgoin, confessions d’un mythomane en série - Le Parisien
  • La mythomanie, une pathologie aussi angoissante que fascinante, et qui est loin d’avoir livré tous ses secrets. Explications. , Mythomanie - Mythomane | Psychologies.com
  • Cette jeune femme, qui a été condamnée mardi à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour escroquerie et faux témoignage, a fait montre de mythomanie ("mythos", légende en grec, et "mania", folie en latin), ce désordre psychiatrique, déclinable à l'envi (névrose, psychose ou état limite), se traduisant par des troubles du comportement. Soit, selon l’aliéniste Ernest Dupré dans son traité intitulé "Pathologie de l’imagination et de l’émotivité" (1925), "une tendance constitutionnelle à l’altération de la vérité, à la fabulation, au mensonge et à la création de fables imaginaires". Preuve qu'être mythomane ne se résume pas à mentir ni à fabuler et peut générer des effets absolument dévastateurs pour les autres et pour soi-même.  LCI, Fausses victimes d'attentats, menteurs pathologiques : comment devient-on mythomane ? | LCI
  • Ce colleur d'affiches doit absolument faire soigner sa mythomanie , il n'y a que des affiches de son Seigneur Larrat dans toute la ville, aucune de Montagné ou Rivel , donc personne ne les arrache . sans blague , ce colleur d'affiches connu dans toute la ville pour sa violence , d'ailleurs il a plusieurs plaintes aux fesses et sous Perez il a fait la une des journaux pour violence . Jean Noel Lloze est connu pour être non violent . On imagine qui est derrière tout ça , de plus ce colleur d'affiches agent de mairie , devrait réflechir sur le droit de réserve , mais réfléchir ça doit être si dur pour lui ! ladepeche.fr, Carcassonne. Au tour du colleur d’affiches de déposer plainte contre le colistier - ladepeche.fr

Traductions du mot « mythomanie »

Langue Traduction
Anglais mythomania
Espagnol mitomanía
Italien mitomania
Allemand mythomanie
Chinois 狂躁症
Arabe هوس الأسطورة
Portugais mitomania
Russe мифомания
Japonais ミソマニア
Basque mythomania
Corse mitomania
Source : Google Translate API

Synonymes de « mythomanie »

Source : synonymes de mythomanie sur lebonsynonyme.fr
Partager