La langue française

Martre, marte

Sommaire

  • Définitions du mot martre, marte
  • Étymologie de « martre »
  • Phonétique de « martre »
  • Citations contenant le mot « martre »
  • Traductions du mot « martre »
  • Synonymes de « martre »

Définitions du mot martre, marte

Trésor de la Langue Française informatisé

MARTRE, MARTE, subst. fém.

ZOOL. Petit mammifère carnassier digitigrade, de la famille des Mustélidés, au corps long et mince, aux pattes courtes, au pelage fin et lustré recherché en pelleterie, et qui comprend différentes espèces dont les plus connues sont la martre commune ou martre de France, la fouine et la zibeline. M. de Kaborof (...) força nos officiers, M. de Langle et moi d'accepter quelques peaux de martre-zibeline, de renne et de renard (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 128).Il a sa martre sur l'épaule [le petit savoyard] (Queneau,Si tu t'imagines, 1952, p. 295).V. crépu ex.
P. méton.
Fourrure de ces animaux. Baccarat (...) portait un bracelet de prix à son bras nu, qui disparaissait à demi dans un manchon de martre de Sibérie (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 1, 1859, p. 101).Pour le soir c'est la zibeline, la martre de France et aussi tous les visons qui tiennent le haut du pavé (Le Monde, 10 avril 1952, p. 9, col. 4):
. Les femmes passent sous les arbres En martre, hermine et menu-vair, Et les déesses, frileux marbres, Ont pris aussi l'habit d'hiver. Gautier,Émaux, 1852, p. 69.
Poils de cette fourrure. Toujours la question des pinceaux l'avait préoccupé: il les voulait d'un emmanchement spécial, dédaignant la marte, exigeant du crin séché au four (Zola, Œuvre, 1886, p. 269).
Proverbe. Prendre martre pour renard. Confondre une chose avec une autre qui lui ressemble. (Dict. xixeet xxes. dont Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.: [maʀt(ʀ ̭)]. Ac. 1694-1740: marte, martre; Ac. 1762, 1798: martre; Ac. 1835, 1878: martre, marte; Ac. 1935, de nouveau martre. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 martre zool. (Roland, éd. J. Bédier, 281); 1549 marte (Est.); 2. ca 1170 «fourrure de martre» (Marie de France, Lais, Milun, éd. J. Rychner, 104).De l'a. b. frq. *martar, cf. l'a. h. all. mardar, all. Marder «martre».Bbg. Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p. 32, 33, 38, 41. _ Quem. DDL t. 21.

Wiktionnaire

Nom commun

martre \maʁtʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Une des espèces de petits quadrupèdes carnassiers au pelage fin et recherché, appartenant à la famille des mustélidés.
    • Peau, queue, fourrure de martre.
    • Les zibelines sont les plus belles des martres.
    • Le chat-pêcheur, la martre et le vison abondaient le long du torrent mais n’étaient point dangereux. — (James-Oliver Curwood, Kazan, 1914, traduit de l’anglais américain par P. Gruyer et L. Postif, Hachette, 1937, page 188)
  2. Fourrure de cet animal.
    • Julie avança la tête hors de la calèche. Un bonnet de martre lui servait de coiffure. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  3. (Peinture) Poils de cette fourrure, utilisés en particulier pour certains pinceaux.

Nom commun

marte \maʁt\ féminin

  1. Variante de martre.
    • Le cavalier portait un pourpoint de soie violette chamarré et une veste courte ornée de fourrure de marte. — (Andrzej Sapkowski, Sorceleur, tome 2, L’épée de la providence, 2011, p. 31)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARTRE. n. f.
Petit quadrupède carnassier qui a le poil roux et qui se trouve dans les pays septentrionaux. Peau, queue, fourrure de martre. Les martres zibelines sont les plus belles. Il se dit aussi de la Peau de cet animal, quand elle est employée en fourrure. Un manchon, un manteau de martre.

Littré (1872-1877)

MARTRE (mar-tr' ou mar-t') s. f.
  • 1Genre de quadrupèdes carnassiers digitigrades dans lequel on distingue : la martre commune, dite vulgairement martre ou marte des sapins ; la martre des hêtres ou martre domestique, appelée fouine, la martre mineure, qui est notre belette ; la martre blanche, connue sous le nom d'hermine ; la martre zibeline, appelée vulgairement zibeline ou zibelline, et qui fournit les plus belles peaux. Les martres formaient pour Linné un seul genre (mustela) ; Cuvier en a fait quatre, les putois, les martres proprement dites, les mouffettes et les loutres ; la marte zibeline appartient aux martres proprement dites, ainsi que la martre commune et la fouine ; mais la belette et l'hermine sont des putois. La martre, originaire du Nord, est naturelle à ce climat, et s'y trouve en si grand nombre, qu'on est étonné de la quantité de fourrures de cette espèce qu'on y consomme et qu'on en tire, Buffon, Quadrup. t. II, p. 242.

    Fig. Prendre martre pour renard, prendre une chose pour une autre. Tu prends toujours martre pour renard, Voltaire, Facéties, Quest. sur les cuirs, 3e lett.

    Dans un sens analogue. Rendre conte pour conte et martre pour renard, Corneille, le Ment. III, 4.

  • 2La peau de cet animal quand elle est employée en fourrure. Un manchon de martre.
  • 3Nom d'une chenille, voy. HÉRISSON, n° 2.

HISTORIQUE

XIe s. De son col [il] jette ses grandes pels de martre, Ch. de Rol. X.

XVe s. Il y avoit gagné vingt mille escus et deux pennes de martres, Commines, V, 15. Une robe d'escarlate, fourrée de martres de païs, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 345.

XVIe s. Il est temps de laisser tes jeux et ta simplesse, Martes [poupées], chevaux de bois ; ce qui sied en jeunesse Ne sied quand on est grand, Ronsard, 894. Tel qui se tient emmitonné dans les martes jusques aux aureilles…, Montaigne, I, 259.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « martre »

Wallon, mâdrai, le mâle de la fouine ; espagn. et portug. marta ; ital. martora ; allem. Marder ; bas-lat. martures, martalus. On le tire du latin martes ; mais martes est douteux, il ne se trouve que dans Martial, Ép. X, 37 : Venator, capta marte, superbus adest ; des critiques l'ont chassé et remplace par mele. Il n'est donc pas sûr d'en tirer le mot roman.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(c. 1100) De l’ancien bas vieux-francique *martar → voir marter en néerlandais, Marder en allemand. Il y a aussi une etymologie alternative: du gaulois martalos (Savignac, Jean Paul, 2004 Dictionnaire Français-Gaulois, 210: "martre")
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « martre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
martre martr

Citations contenant le mot « martre »

  • Ce petit carnivore (36 à 56 cm pour un poids de 800 g à 2,2 kg) est un animal essentiellement forestier. La martre a un pelage brun avec une bavette jaunâtre sur la gorge. Ses larges oreilles, sa queue touffue et ses longues pattes la différencient des autres mustélidés. Solitaires, mâle et femelle occupent des territoires proches de leur domaine vital. Plus de détails sur le blog Animaux LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE, La martre des pins joue les vedettes
  • La martre ou marte, dont le vrai nom est la martre des pins (Martes martes), appartient à la famille des Mustélidés, comme la fouine (Martes foina). S’ils sont tous deux des petits mammifères carnivores, du même genre, leur espèce diffère ainsi que leur comportement puisqu’il est bien rare de voir une martre près de sa maison, ce qui n’est pas le cas de la fouine. Binette & Jardin, La martre des pins (Martes martes) ou marte, loin du jardin

Traductions du mot « martre »

Langue Traduction
Anglais marten
Espagnol marta
Italien martora
Allemand marder
Chinois
Arabe خز
Portugais marta
Russe куница
Japonais テン
Basque marten
Corse marten
Source : Google Translate API

Synonymes de « martre »

Source : synonymes de martre sur lebonsynonyme.fr
Partager