Martyr : définition de martyr, martyre


Martyr, martyre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MARTYR, -YRE, subst.

A. − HIST. DU CHRIST. Personne à qui on a infligé des supplices et/ou la mort parce qu'elle a refusé d'abjurer sa foi. Martyr de la foi; auréole, couronne, gloire, palme, robe du martyr; os, reliques, sang des martyrs. Il y a entre autres la chapelle de saint Vincent de Collioure, martyr du troisième siècle, sous la persécution de Dacien (Barb. d'Aurev.,Memor. 4, 1858, p.102).La Gaule était devenue chrétienne et elle avait eu ses martyrs. L'Église de Lyon, illustrée par le supplice de Pothin et de Blandine, fut le centre de la propagande (Bainville,Hist. Fr., t.1, 1924, p.19):
1. Les femmes, les enfants, les jeunes hommes entouroient les vieillards qui rappeloient les exemples donnés par les plus fameux martyrs: Laurent de l'Église romaine, exposé sur des charbons ardents; Vincent de Saragosse, s'entretenant dans la prison avec les anges; Eulalie de Mérida... Chateaubr.Martyrs, t.3, 1810, p.64.
Martyr désigné. Celui qui devait souffrir le martyre. Ces vieux évêques abattus aux pieds d'un jeune homme désigné martyr (Chateaubr.Martyrs, t.1, 1810, p.58).
Martyr consommé. Celui qui a souffert la mort pour sa foi (cf. Littré).
Ère des martyrs. Celle qui commence à l'avènement de Dioclétien (Ac. 1835).
Avoir l'air d'un martyr. Il rayonne de fierté. Il me regarde, la tête renversée en arrière, les yeux mi-clos, la bouche entr'ouverte, il a l'air d'un martyr (Sartre,Nausée, 1938, p.149).Scènes de martyrs. Un véritable cinéma, qui connut un succès formidable avec ses scènes de martyrs, de bêtes féroces, de gladiateurs, d'arènes (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.110).
En partic. Le commun des martyrs. Office qu'on récite pour tous les martyrs qui n'ont pas un office propre. Au fig. Être du commun des martyrs. Ne se faire distinguer par aucun talent, par aucune qualité (Ac. 1835, 1878).
Emploi adj. Diacres, évêques, prêtres martyrs. Le visage des saints martyrs lorsqu'ils confessoient Jésus-Christ au milieu des tourmens (Balzac,Annette, t.3, 1824, p.228).
B. − P. ext. Personne à qui on a infligé des supplices et/ou la mort pour une cause, un idéal. Une histoire, une nation riche en martyrs. Il faut des témoins de l'idée, ou des martyrs, c'est le même mot, c'est-à-dire des hommes de réelle substance, des hommes d'épaisseur (Alain,Propos, 1933, p.1171).Les listes des martyrs fusillés devant quoi nous restions un moment silencieux, béants d'horreur (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.139):
2. Trois régiments s'étant révoltés à Nancy, l'Assemblée cette fois s'émut et chargea de la répression Bouillé qui commandait à Metz. La répression fut sévère et, pour les journaux «patriotes», les mutins du régiment de Chateauvieux devinrent des martyrs. Bainville,Hist. Fr., t.2, 1924, p.50.
En appos. Le roi(-)martyr. Louis XVI. Mon fils, si vous avez trempé vos mains dans le sang du roi martyr, confiez-vous à moi (Balzac,Épis. Terr., 1830, p.442).
Martyr de qqc.Victime de quelque chose.
1. [Le compl. désigne un principe, un idéal extérieur à soi auquel on sacrifie sa vie] Les martyrs de la liberté, de la patrie, de la résistance, de la science. Ce martyr des bons principes était fort âgé, et s'appelait le marquis de Puylaurens (Stendhal,L. Leuwen, t.1, 1835, p.227).Elle voyait dans l'archevêque Engelbert de Cologne un martyr de la justice et de la sûreté publique, que l'Église se hâta de mettre au nombre des saints (Montalembert,Ste Élisabeth, 1936, p.xxiv).
Héros et martyr de. Le 14 mai 1643 en effet disparaît ce prince à la fois timide et sublime, héros et martyr de l'idée monarchique (Brasillach,Corneille, 1938, p.243).
P. hyperb. Certains martyrs de la mode (...) ont des pierres à leurs chemises le matin, attachent leurs pantalons avec des boutons d'or (Balzac, Œuvres div., t.2, 1830, p.182).Le sort en est jeté: je serai jusqu'au terme le martyr de la traduction (Du Bos,Journal, 1923, p.350).
2. P. anal. [Le compl. désigne un sentiment, un impératif personnel, moral ou psychol.] Être le martyr de qqc.Payer un lourd tribut de souffrances par l'effet de. Être le martyr de son ambition, de son devoir, de la patience, de la probité, de ses passions, de son zèle:
3. On aime assez les catastrophes; mais on n'aime pas les supplices. Or, on ne nous donne là que les martyrs de l'amour, les uns étendus sur le chevalet de l'attente, d'autres déchirés de remords, tous avec une passion qui leur dévore le coeur. Joubert,Pensées, t.2, 1824, p.222.
C. − Personne qui a souffert ou qui souffre beaucoup physiquement ou moralement. Enfance de martyr. Ma pauvre amie sera, je crains, au rang des incurables et des martyrs (E. de Guérin,Lettres, 1841, p.411).Les premiers symptômes de la maladie qui devait faire de lui, pendant vingt-neuf ans, le mot n'est pas trop fort, un véritable martyr (Léautaud,Passe-temps, 1929, p.138):
4. Mieux que ses bavardages de pensionnaire, je goûtais cet ardent silence de petite martyre et parfois le désir me venait de pleurer tant elle paraissait, comme une enfant spartiate, cacher je ne savais quelle blessure. Mauriac,Robe prétexte, 1914, p.286.
Être le martyr de qqn.Souffrir de ses mauvais traitements, de sa tyrannie. Être le martyr de qqc.Souffrir de la maladie, souffrir beaucoup. Un martyr que ce jeune Daudet, le martyr du rhumatisme. Toujours des souffrances, et des souffrances qu'il n'endort qu'avec de la morphine (Goncourt,Journal, 1882, p.176).
En appos. Bouffon-martyr. Souffre-douleur. Il devint un souffre-douleur, une sorte de bouffon-martyr, de proie donnée à la férocité native, à la gaieté sauvage des brutes qui l'entouraient (Maupass.,Contes et nouv., t.2, Aveugle, 1882, p.312).
D. − Emploi adj.
[Le subst. désigne une pers., une collectivité qui subit des mauvais traitements, de cruelles souffrances] Enfant, peuple martyr; ville martyre. Bien entendu, nous n'avons pas renoncé à venger l'Alsace martyre (Sartre,Mots, 1964, 28).
[Le subst. désigne des arbres, la forêt] C'est la forêt sans eau, la forêt martyre, la forêt tantale, mourant de soif dix mois de l'année (Bernanos,Enfants humil., 1948, p.184).
Prononc. et Orth.: [maʀti:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1050 «celui qui a souffert la torture et la mort pour attester la vérité de la religion chrétienne» (Alexis, éd. C. Storey, 566); 1690 (Fur.: Martyr, se dit abusivement des Heretiques et des Payens qui souffrent pour la deffense de leur fausse Religion); b) 1176-81 fig. (Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. M. Roques, 4689); 2. 1690 «celui qui souffre beaucoup moralement ou physiquement» (Fur.); d'où 1694 (Ac.: On dit fig. qu'une personne est le martyr d'une autre pour dire qu'il souffre persecution à cause de luy). Empr. au lat. eccl. martyr, du gr. μ α ́ ρ τ υ ς, -υ ρ ο ς «témoin», d'où spéc. «témoin de Dieu, martyr». Au Moy. Âge, on trouve également la forme martre (v. T.-L. et Gdf.) forme conservée dans Montmartre «mont des martyrs». Fréq. abs. littér.: 1816. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3378, b) 2802; xxes.: a) 2876, b) 1612.

Martyr, martyre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

martyr \maʁ.tiʁ\ masculin (pour une femme on dit : martyre)

  1. (Religion) Celui qui a souffert le martyre.
    • Telle que les anciens martyrs, elle accusait au fond du cœur les Indiens de perdre un temps précieux en cérémonies inutiles. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • S’il y eut des saintes et des martyres, en revanche point de papesses ou seulement de clergeonnes. La messe est purement virile. — (Roger Judrin, Goûts et couleurs: portrait abécédaire, Plon, 1966, p. 108)
  2. (Par extension) Celui qui a souffert des tourments ou la mort pour attester la vérité d’une doctrine.
    • Aucune classe d’hommes n’alimenta de plus de victimes les bûchers du moyen âge. Les Vaudois d’Arras eurent leurs martyrs, comme ceux de Lyon. — (Jules Michelet, Tableau de la France, dans le vol. 2 de Histoire de France, Hetzel, 1831 — éd. Paris : Les Belles Lettres & Offenbourg/Mayence : Lehrmittel, 1947, p. 65)
  3. (Figuré) Victime.
    • Modeste, impitoyable pour les dix martyrs qu’elle faisait, pria Canalis de lire une de ses pièces de vers. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Du mur des fusillés de mai 71, j’aurais voulu saluer les morts des hécatombes nouvelles, les martyrs de Montjuich, les égorgés d’Arménie, les foules écrasées d’Espagne, […]. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, à la suite du frontispice)
  4. (Par hyperbole) Celui qui s’expose à beaucoup d’inconvénients ou de dangers, pour satisfaire ses penchants, son ambition ou pour soutenir ses opinions, ses croyances, etc.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. (Par hyperbole) Celui ou celle qui souffre beaucoup des mauvais traitements, de la tyrannie ou des caprices d’autrui.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. (Par analogie) Morceau de matériau destiné à être usé ou abîmé.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
    1. (Technologie) Plateau ou cale fait d’un matériau assez tendre destiné à supporter les dépassements d’usinage, notamment les perçages ou les fraisages ; il est placé au contact (et généralement en dessous) de la pièce à usiner au moment où l’on installe dans l’étau la pièce à usiner.
      • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
    2. (Menuiserie) Cale dont on se sert lorsque l’on utilise une scie.
      • La lame de scie, qui dépasse forcément un peu sous la pièce, entame le martyr sur quelques millimètres mais épargne le plan de travail. — (Dico Bois+ Le Bouvet → lire en ligne)
    3. (Marine) Pièce de métal ou de bois mise là où certains frottements ou ragages useraient le bateau.
      • Les martyrs sont en général de forme plane et arrondie, et doivent adopter la forme de l’emplacement à protéger.
    4. (Marine) (Spécialement) Pièce en métal ou bois (en général barre ou tige) placée au centre d’un nœud afin éviter qu’une fois souqué, il ne puisse plus être défait. Pour le défaire, il suffit de retirer la barre, ce qui donne le mou nécessaire.
      • Avant de serrer un nœud de plein poing qui permettra de haler un objet lourd, on s’avisera d’y glisser un martyr.
      • Un tournevis peut servir momentanément de martyr.
    5. (Agriculture) Morceau de bois posé sur l’enclumette à battre les faux qui sert à être martelé par la massette à la place de cette première quand on l’enfonce dans le sol[1].
      • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
    6. (Travail de la pierre) Pièce que l’on utilise pour séparer les blocs, en les frappant pour les enfoncer.
      • Les martyrs servent à décoller les bandes de pierre, placés dans les fentes et calés avec des cales plates (utilisation des crémones), sur lequel on frappe. — (Guy Prigent, Témoignage sonore enregistré de Augustin Rault, Erquy : 2004, Témoignage oral de Augustin Rault, ancien artisan carrier d’Erquy)

Nom commun 1

martyre \maʁ.tiʁ\ masculin

  1. (Religion) Mort ou tourments endurés pour sa religion, sa foi.
    • L’ambition de gagner le martyre avait engagé le prêtre à se mettre de notre voyage. — (Arnauld d’Abbadie, Douze ans de séjour dans la Haute-Éthiopie, 1868)
    • […] Beaumanoir est un homme d’une autre trempe. Il hait la sensualité, il méprise la richesse, et brûle de gagner ce qu’ils appellent la couronne du martyre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il faut songer qu’à cette époque il y avait en Afrique un assez grand nombre de montanistes qui exaltaient beaucoup la gloire du martyre et n’admettaient point que l’on eût le droit de fuir la persécution. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La moralité de la violence, 1908, p. 258)
    • Quand Rabénou Tam fut informé du martyre des juifs de Blois, il ordonna un jeûne, qui fut longtemps observé au jour anniversaire (le 20 Siwan). — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Par extension) Tortures endurées par les victimes de tortionnaires.
    • Chacun ici connaît le martyre d’Annick Castel, violée par un parachutiste et qui, croyant être enceinte, ne songeait plus qu’à mourir. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  3. (Figuré) Toute sorte de peines ou de douleurs de corps et d’esprit.
    • Oscar Wilde n’inspire plus de colère, même aux sectaires de la vertu. Tous n’ont plus, pour lui et pour son martyre, que de la pitié douloureuse. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Oscar Wilde, le grand écrivain anglais échoué à Paris après le martyre que la dureté puritaine lui eût fait subir, désira rencontrer Esterhazy. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, note de bas de page, p. 128)
    • Mon Dieu, en quel martyre vous m’avez condamnée à vivre, enveloppée de duplicités, environnée d’embûches, cernée de chausses-trapes. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  4. (Poésie) Peine d’amour.
    • La beauté qui cause mon martyre.

Nom commun 2

martyre \maʁ.tiʁ\ féminin

  1. Femme martyr.
    • Sainte Cécile, vierge et martyre.

Forme d’adjectif

martyre \maʁ.tiʁ\

  1. Féminin singulier de martyr.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Martyr, martyre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARTYR, YRE. n.
Celui, celle qui a souffert la mort pour attester la vérité de la religion chrétienne. Saint Étienne est le premier martyr. Sainte Cécile, vierge et martyre. L'Église honore la mémoire des martyrs. Un glorieux martyr de la foi.

MARTYR se dit, par extension, de Celui qui a souffert des tourments ou la mort, soit pour une fausse religion, soit pour une doctrine quelconque. Toutes les religions ont leurs martyrs. L'erreur a ses martyrs ainsi que la vérité. Fig. et fam., Être du commun des martyrs. Voyez COMMUN. Fig., Il souffre comme un martyr, Il souffre beaucoup. Être le martyr de quelqu'un, Souffrir beaucoup de ses mauvais traitements, de sa tyrannie, de ses caprices. Il me maltraite, il me tourmente sans cesse, je suis son martyr. Il est le martyr de cette femme. On dit, dans un sens analogue, Faire de quelqu'un son martyr. Adjectivement, Peuple martyr. Enfant martyr. Être le martyr de son ambition, de ses opinions, de ses croyances, etc., S'exposer à beaucoup d'inconvénients, de dangers, pour satisfaire son ambition, pour soutenir ses opinions, ses croyances, etc.

Martyr, martyre : définition du Littré (1872-1877)

MARTYR (mar-tir, ti-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui a souffert des tourments ou la mort pour soutenir la vérité de la religion chrétienne. Allons à nos martyrs donner la sépulture, Corneille, Poly. V, 6. Falconille idolâtre, qu'on veut avoir été rachetée des peines éternelles par l'intercession de sainte Thècle, première martyre du christianisme, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, I, État de la grâce. La mort des martyrs était pour plusieurs une semence de la vie, selon la parole d'un ancien, Nicole, Ess. mor. 3e traité, ch. 5. S'il n'y avait qu'une religion, Dieu y serait bien manifeste ; s'il n'y avait des martyrs qu'en notre religion, de même, Pascal, Pens. XI, 5, éd. HAVET. L'exemple de la mort des martyrs nous touche ; car ce sont nos membres ; nous avons un lien commun avec eux : leur résolution peut former la nôtre, Pascal, ib. XXIV, 22. Après que les bienheureux martyrs avaient rendu l'âme, les fidèles avaient soin de ramasser, au péril de leur vie, ce qui restait de leurs corps, Bossuet, Panég. St Gorgon. D'abord il [Dioclétien] commande au saint martyr de sacrifier aux idoles ; mais Gorgon le refuse généreusement, disant qu'il n'a garde de rendre cet honneur à un métal insensible, Bossuet, ib. Les saints martyrs de Lyon et de Vienne endurèrent des supplices inouïs, à l'exemple de saint Pothin leur évêque âgé de 90 ans, Bossuet, Hist. I, 10. Le sang qu'a répandu ce généreux martyr [saint Livier], l'honneur de la ville de Metz, pour la gloire de Jésus-Christ, Bossuet, Gornay. Non, si vous voulez rendre la religion chrétienne aimable, ne parlez jamais de martyrs ; nous en avons fait cent fois plus que les païens, Voltaire, Philos. Conseils à M. Bergier. Songe au moins, songe au sang qui coule dans tes veines !… C'est le sang des martyrs…, Voltaire, Zaïre, II, 3. Tes frères, ces martyrs égorgés à mes yeux, T'ouvrent leurs bras sanglants, tendus du haut des cieux, Voltaire, ib. II, 3. Et tu vivras fidèle ou périras martyre, Voltaire, ib. III, 4. Je veux raconter les combats des chrétiens et la victoire que les fidèles remportèrent sur les esprits de l'abîme par les efforts glorieux de deux époux martyrs, Chateaubriand, Martyrs, I.

    Ère des martyrs, ère qui commence à l'avénement de Dioclétien.

    Martyr désigné, celui qui devait souffrir le martyre. Martyr consommé, celui qui a souffert la mort pour la cause de la religion. Martyr avéré, celui qui a été reconnu pour martyr par un jugement canonique, en conséquence duquel l'Église lui a décerné un culte public.

    Le commun des martyrs, au propre et au fig. (voy. COMMUN, n° 12).

  • 2 Par extension, celui ou celle qui souffre pour une religion quelconque, pour ses opinions. Le mahométisme a eu ses martyrs. Le vrai martyr attend la mort, l'enthousiaste y court, Diderot, Pens. philos. n° 39.

    Il se dit aussi de tous ceux qui souffrent ou qui meurent pour quelque chose qu'ils prisent plus que la vie. La chasteté eut ses martyrs aussi bien que la foi, Bossuet, Hist. I, 11. Et martyr glorieux d'un point d'honneur nouveau, Boileau, Lutr. III. Tu fis dans une guerre et si triste et si longue Périr tant de chrétiens, martyrs d'une diphthongue, Boileau, Sat. XII (variante). Dans ce temps où la chasteté avait encor ses martyrs, Massillon, Carême, Prod. Le crime a ses héros, l'erreur a ses martyrs, Voltaire, Henr. V. Que dis-je ! il m'a laissé son projet à remplir, Ce généreux projet dont il fut le martyr, Chénier M. J. Gracques, I, 5.

    Le roi martyr, se dit quelquefois de Louis XVI.

    Le martyr de la science, celui qui succombe en poursuivant des recherches, des labeurs scientifiques. D'autres documents sur ce noble martyr de la science restaient épars dans sa correspondance, dans les papiers, dans les souvenirs rassemblés par sa famille…, Cap, Philibert Commerson.

    Dans le même sens, et par exagération, on le dit de ceux qui travaillent beaucoup et avec un grand zèle dans les arts. Rien qu'à voir cette figure pâle et méditative, ardente et fatiguée à la fois, on devinait un de ces martyrs de l'art ou de la science, Ch. de Bernard, la Chasse aux amants, § 1.

  • 3Celui, celle qui souffre beaucoup. Il est le martyr de la gravelle, de la goutte. Cette opération le fera mourir martyr.

    Fig. Être le martyr de quelqu'un, souffrir beaucoup de ses mauvais traitements, etc.

    On dit, dans un sens analogue, faire de quelqu'un son martyr.

    Être le martyr de ses passions, en souffrir beaucoup d'inconvénients. Tyran de la société et martyr de son ambition, il [l'homme livré à la cour] a une triste circonspection dans sa conduite et dans ses discours…, La Bruyère, VIII. Nous devenons les martyrs de nos propres chimères, Massillon, Panég. St Étienne.

HISTORIQUE

XIe s. Sainz Boneface, que l'um martir apelet, Aveit an Rome une glise moult bele, St Alexis, CXIV. Se vous morez, esterez sainz martirs, Ch. de Rol. LXXXVII.

XIIe s. Soit donkes sainz Estevenes martres…, Saint Bernard, p. 453. Hylaire de Cicestre veïmes amuïr [devenir muet], Et repentir del mal qu'il out fait al martir, Th. le mart. 101. Qu'il chant de saint Estiefne le primerain martyr, ib. 35. Miex vosisse [je voudrais] estre mors que vis, Car en la fin, ce m'est avis, Fera amors de moi martir, la Rose, 1847.

XVIe s. M'allegant qu'il faloit deux marques aux martirs, l'une la pure querelle de la religion, l'autre qu'il soit absolument à son choix de vivre ou de mourir, D'Aubigné, Conf. II, VI. Ainsi fut enterrée cette martyre de chasteté, Marguerite de Navarre, Nouv. 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Martyr, martyre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARTYR, s. m. (Théol.) celui qui souffre des peines, des supplices & même la mort pour la défense de la vérité de l’Evangile.

Le mot martyr est grec, μαρτυς, & signifie proprement témoin. On le donne par excellence à tous ceux qui souffrent la mort pour la vérité de l’Evangile.

Autrefois ceux qui étoient exilés pour la foi, & qui mouroient dans les guerres de religion étoient tenus pour martyrs. Du tems de S. Augustin & de S. Epiphane, on donnoit le titre de martyrs aux confesseurs qui avoient souffert quelques tourmens pour Jesus-Christ, encore qu’on ne leur eût pas ôté la vie.

C’est la pensée de Tertulien dans son apologétique. Plures efficimur, quoties metimur à vobis ; semen est sanguis Christianorum. cap. l.

On compte 19 mille 700 martyrs qui souffrirent le martyre à Lyon avec S. Irénée, sous l’empire de Severe ; 6666 soldats de la légion thébéenne que la persécution fit périr dans les Gaules. Le P. Papebrock compte 16 mille martyrs abyssins, & 150 mille autres sous le seul Dioclétien.

Dodwel avoit fait une dissertation exprès pour montrer que le nombre des martyrs qui ont souffert sous les empereurs romains est très-médiocre. Il prétendoit que ce qu’on en trouve dans les peres se réduisoit à peu de chose, & que si l’on excepte Néron & Domitien, les autres empereurs avoient fait peu de martyrs. Le P. Ruinard a montré au contraire que l’on n’a point enflé le catalogue des martyrs. Le carnage fut grand, & la persécution sanglante sous les premiers empereurs, en particulier sous Dioclétien.

Le P. Papebrock, dans ses acta sanctorum, en compte un nombre presqu’infini. Il n’y a presque point de religion qui n’ait eu ses martyrs, si l’on prend le titre de martyrs dans un sens général pour ceux qui meurent pour la défense de leur religion, soit vraie, soit fausse. Mais les théologiens catholiques soutiennent, après les peres, que ce nom ne convient qu’à ceux qui perdent la vie pour la vérité de l’Evangile dans l’unité de l’Eglise catholique ; ainsi ils le refusent à ceux qui meurent pour le nom de Jesus-Christ, mais dans le schisme ou dans l’hérésie. Leur maxime capitale sur cette matiere est que ce n’est point le supplice qu’on souffre, mais la cause pour laquelle on souffre qui constitue les martyrs. Martyrum non facit pæna sed causa. Ce que S. Augustin explique très bien dans ce passage, en parlant des Donatistes qui vantoient la constance de leurs prétendus martyrs. Jactant fallaciter innocentiam suam, & quam non possunt à Domino accipere, ab hominibus quoerunt martyrum gloriam. Veri autem martyres illi sunt de quibus Dominus ait : beati qui persecutionem patiuntur propter justitiam ; non ergo qui propter iniquitatem & propter christianæ unitatis impiam divisionem, sed qui propter justitiam persecutionem patiuntur, hi martyres veri sunt… Ideo in psalm. xlij. vox illa intelligenda est vererum martyrum volentium se discerni à martyribus falsis : judica me Deus, & discerne causam meam de gente non sanctâ : non dicit, discerne pœna meam, sed discerne causam meam. Potest enim esse impiorum similis poena, sed dissimilis est martyrum causa. S. August. Epist. l. veter. edit. Ce qui a fait dire à S. Cyprien, dans son livre de l’unité de l’Eglise, qu’un schismatique peut bien être massacré pour la défense de certaines vérités, mais non pas couronné : talis occidi potest, coronari non potest. Ou il faut admettre ces principes, ou confondre le fanatisme avec la religion.

On conservoit anciennement avec soin les actes des souffrances & de la mort des martyrs qui avoient versé leur sang pour la défense de la religion chrétienne. Cependant, malgré toute la diligence qu’on y apportoit, il nous est resté peu de ces actes. Eusebe composa un martyrologe pour réparer ces pertes ; mais il n’a point passé jusqu’à nous, & ceux que l’on a rétablis depuis sont très-suspects. Voyez Martyrologe.

L’ere des martyrs est une ere que l’Egypte & l’Abyssinie ont suivie & suivent encore, & que les Mahométans même ont souvent marquée depuis qu’ils sont maîtres de l’Egypte. On la prend du commencement de la persécution de Dioclétien, qui fut l’an de Jesus-Christ 302 ou 303. L’ere des martyrs s’appelle aussi l’ere de Dioclétien.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « martyr »

Étymologie de martyr - Littré

Provenç. martyr ; espagn. martir ; ital. martire ; du lat. martyr ; du grec μάρτυρ, témoin. Martre, dans St Bernard, est la forme française régulière de martyr, qui a l'accent sur mar, forme conservée dans Montmartre, mons martyrum. Μάρτυρ appartient à la grande racine mar, smar, dont il sera question à MÉMOIRE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de martyr - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du latin ecclésiastique martyr, provenant du grec ancien μάρτυς, mártus, μάρτυρος, márturos (« témoin »). Apparaît en ancien français sous la forme martir aux environs de (1050) et aussi sous la forme martre qui restera présent dans de nombreux toponymes : Montmartre, Martroi, Martroy, Martrai, Martrei, Martray, Les Martres et parfois Les Marthes. Ces noms indiquent dans la majorité des cas d’anciens lieux de sépulture ou de supplice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « martyr »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
martyr martir play_arrow

Citations contenant le mot « martyr »

  • Le voeu d'obéissance peut devenir le martyre de la volonté, comme la chasteté peut être le martyre du coeur et des sens. De Jean Bousquet (1910 - ) / Le diable apparaît à Saint-Tristan
  • Vierge et martyre, c'est un pléonasme. De Geoffroy Scott / Le portrait de Zélide
  • Le martyre est la seule façon pour un homme de devenir célèbre sans talent. De George Bernard Shaw
  • Le pape François a aussi reconnu par ce décret du 19 juin le martyre d’une figure contemporaine. Une religieuse italienne assassinée de 19 coups de couteau par trois adolescentes dans le cadre d’un rite satanique, à Chiavenna, le 6 juin 2000. La Croix Africa, Le pape reconnaît le martyre d’une religieuse assassinée lors d’un rituel satanique - La Croix Africa
  • L’ouvrage est traversé par ce mystère du martyre que les frères ne cherchent pas et qui, pourtant, est au cœur de leur existence. En 1994, Christian de Chergé axe la méditation du triduum pascal autour du « martyre de la charité, de l’innocence, de l’espérance ». En mars 1996, le prieur consacre les chapitres communautaires sur « le charisme du martyre ». La Croix, « Heureux ceux qui se donnent » : la vie donnée des moines de Tibhirine
  • Ce n’est que le début d’un récit qui, va de trauma en trauma, de celui de la grande file à celui de sa meilleure amie, à celui du patient incurable pour finalement pénétrer un espace-temps singulier, tantôt en contact avec la réalité, tantôt plus vraiment. Un espace-temps qu’on imagine privé, personnel, intérieur, mais dans cette ville martyre, chacun est marqué par un drame, chacun vit dans un espace-temps traumatique. Au cinéma, cela se marque par un espace sans musique, voire carrément silencieux, immobile. Et puis, tout se remet en route, le mouvement et le bruit. LaLibre.be, "Une grande fille": un chef-d’œuvre où explose le talent de Kantemir Balagov - La Libre
  • Les policiers blessés ont été héliportés à l’hôpital militaire de Sirnak. Deux policiers grièvement blessés, sont tombés en martyr. , Deux policiers grièvement blessés, sont tombés en martyr à Siirt | TRT Français
  • Selon une déclaration du ministère turc de la Défense nationale, le soldat blessé lors des affrontements et transporté rapidement à l’hôpital, est tombé en martyr malgré toutes les interventions. , Turquie : Un soldat tombe en martyr lors de l’opération Griffe-Tigre | TRT Français
  • Le Jour du martyr, célébré le 9 mars, donne lieu à un déchainement médiatique en hommage aux forces de sécurité égyptiennes. Longtemps négligée, cette commémoration instaurée en 1969 par Gamal Abdel Nasser a été relancée depuis 2013 pour contrer la portée contestataire de la figure du héros de la révolution du 25 janvier 2011. Militaire ou policier, celui qu’exalte le régime d’Abdel Fattah Al-Sissi s’est d’abord sacrifié pour la gloire de la Nation. Orient XXI, Égypte. Du « martyr de la révolution » au « martyr de l'armée »
  • Un missionnaire martyr botaniste au Tibet. Jean-André Soulié (1858-1905) Christian Font Édité par l'auteur, 2020 472 pages, format 17 x 24 cm, dos carré cousu collé, couverture pelliculée sur carte 295 g/m2, intérieur sur Munken print white 90 g/m2 ISBN 979-10-699-5215-7 25 € (+ 7 € de frais d’envoi et d’emballage) Tela Botanica, Un missionnaire martyr botaniste au Tibet. Jean-André Soulié – Tela Botanica
  • « Les Américains sont venus à Abbottabad et ont tué Oussama Ben Laden. Il est mort en martyr », a déclaré le chef du gouvernement lors d'un discours devant l'Assemblée nationale. Il a également mentionné les relations compliquées entre Islamabad et Washington, les capitales pakistanaise et américaine, après le raid. « Après cela, le monde entier nous a insultés […]. Notre allié tue quelqu'un dans notre pays sans même nous en informer », a-t-il poursuivi, qualifiant ces faits d'« humiliation » pour de nombreux Pakistanais. leparisien.fr, Pakistan : le Premier ministre fait scandale en qualifiant Ben Laden de «martyr» - Le Parisien
  • Selon une déclaration faite par le ministère turc de la Défense nationale (MSB), deux soldats blessés à la suite d’un tir de missile lancé par des terroristes depuis une zone lointaine, n’ont pas pu être sauvés malgré toutes les interventions et sont tombés en martyr. , Turquie : deux soldats tombent en martyr à Hakkari | TRT Français
  • Le président libanais, Michel Aoun, a demandé en Conseil des ministres mardi que le jeune médecin Louaï Ismaïl, premier membre du corps médical libanais à être mort du coronavirus, soit considéré par le gouvernement comme un "martyr parmi les martyrs du Liban", car il est mort alors "qu'il accomplissait son devoir humanitaire". L'Orient-Le Jour, Le jeune médecin Louaï Ismaïl, ''un martyr du Liban'' - L'Orient-Le Jour
  • Mais, une chose est sûre, l’histoire mêlée de légende concernant le premier évêque martyr et saint patron de la ville trouve bien son épilogue dans la nécropole qui se trouvait dans le quartier Saint-Aphrodise. midilibre.fr, Béziers : Saint-Aphrodise, là où tout commence avec un martyr et un chameau - midilibre.fr
  • Le martyre est la seule façon pour un homme de devenir célèbre sans talent. De George Bernard Shaw
  • Les trois quarts des traîtres sont des martyrs manqués. De Iouri Dombrovski / La Faculté de l'inutile
  • Vierge et martyre, c'est un pléonasme. De Geoffroy Scott / Le portrait de Zélide
  • La vertu a bien des prédicateurs et peu de martyrs. De Claude Adrien Helvétius / Maximes et pensées
  • La vertu humaine a besoin de champions et de martyrs. De Ralph Waldo Emerson / De l'amitié
  • Le voeu d'obéissance peut devenir le martyre de la volonté, comme la chasteté peut être le martyre du coeur et des sens. De Jean Bousquet (1910 - ) / Le diable apparaît à Saint-Tristan
  • Ce sont les martyrs qui font la foi plutôt que la foi ne fait les martyrs. De Miguel de Unamuno / Pages choisies
  • Le fou peut s'habituer à son asile, le prisonnier à sa cellule, l'enfant martyr à son placard - et les regretter quand ils les quittent. De Robert Merle / Madrapour
  • Un homme qui a la foi doit se préparer à être un martyr mais aussi un sot. De Gilbert Keith Chesterton
  • Devenir martyr, on le sait bien, est l’ultime façon de devenir célèbre. De Russell Banks / le Monde des Livres, 16 janvier 2015
  • Un vrai martyr, c'est quelqu'un à qui on refuse aussi ce titre. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L'encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr. De Proverbe arabe
  • L’encre d’un écolier est plus sacrée que le sang d’un martyr. De Mahomet
  • Celui qui reste chaste et meurt d'amour meurt martyr. De Mahomet
  • Qu'a dit la vieille politique de vos pères ? Ne faites pas de martyrs. C'est donc qu'à un gouvernement injuste le martyr est plus nocif que le rebelle. Massimo Taparelli, marquis d'Azeglio, I miei ricordi, XVI
  • Dans l'histoire du monde, c'est encore l'absurde qui a le plus de martyrs. Jules Huot de GoncourtEdmond Huot de Goncourt, Journal, Fasquelle
  • L'homme est du bois dont on fait les bûchers. Albert Camus, L'État de siège, Gallimard
  • Ainsi en est-il des reliques : tout y est si brouillé et confus, qu'on ne saurait adorer les os d'un martyr qu'on ne soit en danger d'adorer les os de quelque brigand ou larron, ou bien d'un âne, ou d'un chien, ou d'un cheval. Jean Calvin de son vrai nom Cauvin , Traité des reliques
  • […] L'hérésiarque était pareil à tous les hommes car tous sont à la fois pécheurs et saints quand ils ne sont pas criminels et martyrs. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, L'Hérésiarque et Cie, Stock

Traductions du mot « martyr »

Langue Traduction
Corse martire
Basque martiri
Japonais 殉教者
Russe мученик
Portugais mártir
Arabe شهيد
Chinois 烈士
Allemand märtyrer
Italien martire
Espagnol mártir
Anglais martyr
Source : Google Translate API

Synonymes de « martyr »

Source : synonymes de martyr sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « martyr »



mots du mois

Mots similaires