La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « lest »

Lest

Variantes Singulier Pluriel
Masculin lest lests

Définitions de « lest »

Trésor de la Langue Française informatisé

LEST, subst. masc.

A. − MAR. Corps pesant chargé dans la partie basse de la cale, ou fixé au plus bas de la quille d'un bâtiment pour en assurer la stabilité. Gilliatt descendit dans la panse les deux caisses contenant les roues démontées (...). Ces deux caisses firent lest (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 306).Sa coque [du garde-côtes américain Ratahdin], s'élève très peu au-dessus de la flottaison normale et peut, grâce à un lest d'eau, s'immerger au moment du combat (Croneau, Constr. nav. guerre, t. 1, 1892, p. 190):
1. Il [le lest] est en général composé d'un saumon de métal fixé au plus bas de la quille ou au bout d'un aileron. De la position du lest et de la proportion existant entre son poids et la flottabilité du bateau dépendant bien des performances et, bien souvent, la sécurité propre à tel ou tel yacht. Barber. 1969.
Lest fixe. ,,Masse métallique faisant partie intégrante du bateau`` (Soe-Dup. 1906).
Lest mobile, volant. Gueuse, saumon placé en réserve dans les parties centrales d'un bâtiment. (Dict. xixeet xxes.).
Sur (son) lest. Sans fret, sans chargement. Il [un brick] navigue sur son lest, et montre presque deux pieds de cuivre hors de l'eau (Sue, Altar-Gull,1831, p. 1).Pétroliers et porte-vins font nécessairement une traversée sur deux sur lest, c'est-à-dire à vide (Le Masson, Mar.,1951, p. 72).V. baptiser ex. 10.
SYNT. Lest de cailloux, de galets, de pierres, de sable; lest en fonte, en plomb; lest métallique; garnir un bateau/un navire de lest; débarquer, embarquer du lest.
P. métaph. et au fig. Ce qui assure la stabilité, l'équilibre, ce qui sert à pondérer. Nous nous remettons à travailler. Nous nous sentons sortir de l'immense tristesse, qui nous a pris à notre retour (...). Il nous semble reprendre notre équilibre. Le travail est vraiment le lest de la vie (Goncourt, Journal,1864, p. 75):
2. Puisque voici Ferdinand VII qui s'embarque aussi à bord de la Liberté, c'est pour elle un lest suffisant. Quoi que fassent maintenant les vagues de l'absolutisme, elles n'abîmeront pas ce glorieux navire... Mussetds Revue des Deux Mondes,1833, p. 203.
B. − P. anal.
1. Masse fixée à un corps (pour en assurer l'équilibre, pour en augmenter le poids). On leur donne une position oblique ou horizontale [aux frayères] (...) et un lest en pierre sert à couler celles qui sont clayonnées (Code pêche fluv.,1875, p. 136).Dans la partie basse [du flotteur de la torpille Whitehead] (...) se trouve un lest composé d'une masse de plomb (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, p. 661).
2. Corps pesant (généralement du sable contenu dans des sacs) fixé aux parois extérieures de la nacelle d'un aérostat, dont les aéronautes se débarrassent au moment opportun afin de contrôler l'ascension ou la descente du ballon. Sac de lest. À la fin d'une ascension [en ballon], (...) il faut garder une grande quantité de lest pour régler la descente (Marchis, Nav. aér.,1904, p. 349).
3. Nous descendons, très vite, (...) M. Mallet crie sans cesse : « Jetez du lest, jetez du lest! » et le lest qu'on précipite dans le vide, sable et pierres mêlées, nous revient dans la figure, comme s'il remontait (...) tant est rapide notre chute. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Voy. Horla, 1887, p. 1325.
Loc. fig. Jeter, lâcher du lest. Faire des concessions, des sacrifices; prendre une attitude modérée afin de rétablir une situation compromise, de pallier un échec, d'éviter une catastrophe. Nos instructions (...) l'invitaient à jeter du lest et à ouvrir des négociations à Beyrouth et à Damas (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 196).Si l'on veut résister au mécanisme, l'on est obligé en même temps de lâcher du lest et de trouver de meilleures réponses (David, Cybern.,1965, p. 19).
C. − Produit alimentaire dont la valeur nutritionnelle est faible et qui permet d'assurer une bonne digestion des nutriments (d'apr. Clém. Alim. 1978).
Prononc. et Orth. : [lεst]. Homon. leste. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1208 last « certaine quantité (d'un solide) » (Hist. de Liège, II, 389 ds Gdf.); 1282 lees (Reg. aux bans, Arch. S.-Omer, AB XVIII, 16, no578, ibid.); 1351 lest (Ordonnances des rois de France, t. 2, p. 440, cf. Gdf.); 2. 1473 Sud-Ouest last « poids dont on charge un navire pour en abaisser le centre de gravité et en assurer ainsi la stabilité » (doc. ap. K. Baldinger ds Mél. Flasdieck (H.M.), p. 34); 1611 lest (Cotgr.); 3. 1837 « corps pesant que les aéronautes emportent pour régler le mouvement ascensionnel de leur ballon » (Vigny, Journal poète, p. 1052). Empr., dans le nord du domaine d'oïl, au m. néerl.last « poids, charge » et à sa var. frisonne lest. L'a. gasc. et le fr. région. du Sud-Ouest ont emprunté le mot à l'angl. last, lest « id. » (cf. K. Baldinger, loc. cit., pp. 33-36). Cf. également les attest. de lastum, lestum, lesta en lat. médiév. (xiies.), dans le domaine angl., ds Latham et Nov. gloss. Fréq. abs. littér. : 78. Bbg. Behrens D. 1923, p. 71. - La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 272.

Wiktionnaire

Nom commun - français

lest \lɛst\ masculin

  1. (Marine) Pierres, sable ou autres matières pesantes dont on charge le fond d’un bateau pour lui donner la stabilité convenable, en le faisant suffisamment entrer dans l’eau.
    • Non, son ardent désir, c’est le bateau mouvant
      Avec sa voile ronde et ses deux focs au vent
      Et le lest de galets humides qui le charge
      — (François Coppée, L'Épave, 1880 → lire en ligne)
  2. Sacs de sable qui sont placés dans la nacelle d’un ballon et qu’on jette pour donner plus de légèreté au ballon.
    • Jeter du lest.
    • Il n’emportait que deux cents livres de lest, « pour les cas imprévus seulement », disait-il, car il comptait bien n’en pas user, grâce à son appareil. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
  3. (Aéronautique) Poids supplémentaire porté dans un planeur pour déplacer le domaine de performance optimale vers des vitesses supérieures. Souvent de l’eau est stockée dans une soute, et peut être évacué pendant le vol.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LEST. (Le T se prononce.) n. m.
T. de Marine. Pierres, sable ou autres matières pesantes dont on charge le fond d'un bateau pour lui donner la stabilité convenable, en le faisant suffisamment entrer dans l'eau. Il se dit aussi des Sacs de sable qui sont placés dans la nacelle d'un ballon et qu'on jette pour donner plus de légèreté au ballon. Jeter du lest. Jeter du lest signifie figurément Faire les concessions, les sacrifices nécessaires pour éviter une catastrophe, pour conjurer un danger, une menace. Comprenant que sa situation était compromise, il s'est décidé à jeter du lest. Devant l'impopularité de ces mesures, le gouvernement se hâta de jeter du lest.

Littré (1872-1877)

LEST (lèst') s. m.
  • 1 Terme de marine. Assemblage de morceaux de fer ou de petits cailloux, ou de matières lourdes, qu'on entasse avec ordre jusqu'à une certaine hauteur dans le fond d'un navire, pour abaisser par leur pesanteur spécifique le lieu du centre de gravité de ce navire chargé, et contribuer ainsi à augmenter la stabilité dont la forme de la carène peut le rendre susceptible. Bray le lest de 12 barils simples, 30 sols… lest de hareng en vrac, 18 barils pour lest, 20 sols, Arrêt du Conseil d'État, 21 juin 1642.

    Sur son lest, se dit d'un navire qui est sans chargement. Le vaisseau, qui était sur son lest, fatiguait beaucoup au roulis, Chateaubriand, Itin. 3e part.

    Le navire est parti, est retourné sur son lest, il est parti, retourné sans prendre de chargement.

    Lest de sable, lest composé de sable, de graviers et de petits cailloux.

    Lest de pierres, lest composé de pierres, de galets, de gros cailloux.

    Lest lavé, lest qui a servi et que l'on a lavé pour le faire resservir.

    Lest volant, gueuses qu'on place en réserve dans les parties centrales du bâtiment.

    Voiles à lest, vieilles voiles qu'on étend sous les sabords, quand on embarque ou décharge le lest, de peur qu'il n'en tombe dans l'eau.

    Au XVIIe siècle, bon lest, celui qui était composé de petits cailloux, toujours faciles à arranger ; mauvais lest, celui qui s'arrangeait difficilement dans la cale, celui qui fondait, le sel par exemple, celui que l'on composait de très grosses pierres, de quartiers de canons éclatés, etc. ; vieux lest, celui qui avait fait campagne.

  • 2 Terme de pêche. Poids dont on charge le pied de certains filets.
  • 3Sable que les aéronautes emportent pour le laisser tomber à mesure qu'ils veulent s'élever.
  • 4 Fig. Moyen de pondérer, de modérer. Il faut combiner les puissances, donner un lest à l'une pour la mettre en état de résister à l'autre, Montesquieu, Esp. V, 14. Les Français… flottants, comme des vaisseaux sans lest, au gré des passions, Chateaubriand, Génie, III, III, 5.

    Cet homme a besoin de lest, c'est-à-dire il agit trop légèrement, il a besoin de quelque chose qui le force à la réflexion, à la prudence.

REMARQUE

On trouve quelquefois écrit lets au lieu de lest : Pour chacun hambourg de saumon dont les 12 font le lets, Tarif de la déclar. du 16 févr. 1635.

HISTORIQUE

XVIe s. Au milieu des deux estoit à l'ancre la caraque bien chargée de lest, D'Aubigné, Hist. II, 41.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lest »

Le même que last ou laste (voy. ce mot), qui signifie un certain poids.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du néerlandais last (« poids ») → voir last en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lest »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lest lɛst

Fréquence d'apparition du mot « lest » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « lest »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « lest »

  • Cette dernière optique était celle des révolutionnaires de l’Est, qui menèrent l’attaque contre Bernstein Plekhanov, Parvus et Rosa Luxemburg et qui avaient le soutien de Karl Kautsky, le plus éminent théoricien du Parti allemand, bien qu’il se sentît sans doute plus à l’aise avec Bernstein qu’en compagnie de ses alliés nouveaux venus. Ce fut pour eux une victoire à la Pyrrhus, qui « ne fit que renforcer l’aliénation en évacuant la réalité ».
    Hannah Arendt — Vies politiques
  • Délibère lentement et exécute lestement.
    Proverbe italien
  • L'âme est une sorte d'aérostat qui ne peut monter, atteindre ses fins dernières dans l'espace, qu'en jetant son lest.
    Joris-Karl Huysmans — En route
  • On peut se demander si les convictions les plus fanatiques ne servent pas parfois de simple lest au milieu du vide que l'homme a créé en persistant à s'interroger sur l'idée de Dieu et le sens ultime des choses.
    Yehudi Menuhin — Voyage inachevé
  • La famille est un lest, jette-le et tu pars au ciel !
    José de Almada Negreiros — Scènes de la haine
  • Avant était surtout adverbe dans la langue du moyen âge. Il l’est constamment dans la Chanson de Roland. En moyen français l’usage de avant préposition se développe et triomphe à partir du XVIe siècle. Au XVIIe siècle, ces deux prépositions ne se distinguent pas encore d’une manière précise ; les conjonctions avant que et devant que sont en concurrence, mais, malgré les préférences de Vaugelas pour cette dernière, avant que l’emporte.
    Joseph Anglade — Grammaire élémentaire de l’Ancien français
  • LOUISE DE CHAULIEU À RENÉE DE MAUCOMBE.Janvier 1824.Comment, bientôt mariée ! mais prend-on les gens ainsi ? Au bout d’un mois, tu te promets à un homme, sans le connaître, sans en rien savoir. Cet homme peut être sourd, on l’est de tant de manières ! il peut être maladif, ennuyeux, insupportable. Ne vois-tu pas, Renée, ce qu’on veut faire de toi ? tu leur es nécessaire pour continuer la glorieuse maison de l’Estorade, et voilà tout. Tu vas devenir une provinciale. Sont-ce là nos promesses mutuelles ? À votre place, j’aimerais mieux aller me promener aux îles d’Hyères en caïque, jusqu’à ce qu’un corsaire algérien m’enlevât et me vendît au grand-seigneur ; je deviendrais sultane, puis quelque jour validé ; je mettrais le sérail c’en dessus dessous, et tant que je serais jeune et quand je serais vieille. Tu sors d’un couvent pour entrer dans un autre ! Je te connais, tu es lâche, tu vas entrer en ménage avec une soumission d’agneau. Je te donnerai des conseils, tu viendras à Paris, nous y ferons enrager les hommes et nous deviendrons des reines. Ton mari, ma belle biche, peut, dans trois ans d’ici, se faire nommer député. Je sais maintenant ce qu’est un député, je te l’expliquerai ; tu joueras très bien de cette machine, tu pourras demeurer à Paris et y devenir, comme dit ma mère, une femme à la mode. Oh ! je ne te laisserai certes pas dans ta bastide.
    Honoré de Balzac — Mémoires de jeunes filles mariées
  • Lorsque la fillette ouvrit la porte, elle poussa un cri en voyant poindre, de dessous la maison, deux pieds chaussés de souliers rouges. Dorothy était épouvantée, mais une petite femme vêtue de blanc s’approcha d’elle : —Je suis la Bonne sorcière du Nord et ta maison vient d’écraser la Méchante Sorcière de l’Est, qui ne manquera à personne. Pour te remercier, prends tes souliers : ils recèlent de grands pouvoirs !Dorothy les chaussa, puis demanda à la Bonne Sorcière de l’aider à rentrer chez elle.—Mon enfant, la seule personne qui peut t’aider est le puissant Magicien d’Oz. Mais pour le rejoindre, un voyage très dangereux t’attend. Suis cette route de briques jaunes jusqu’à la Cité d’Émeraude et tu le trouveras. »Et après l’avoir saluée, la Sorcière disparut.
    Lyman Frank Baum — Le Magicien d’Oz
  • Ô géraniums, ô digitales… Celles-ci fusant des bois-taillis, ceux-là en rampe allumés au long de la terrasse, c’est de votre reflet que ma joue d’enfant reçut un don vermeil. Car « Sido » aimait au jardin le rouge, le rose, les sanguines filles du rosier, de la crois-de-Malte, des hortensias, et des bâtons-de-Saint-Jacques, et même le coqueret-alkékenge, encore qu’elle accusât sa fleur, veinée de rouge sur pulpe rose, de lui rappeler un mou de veau frais… A contre-cœur, elle faisait pacte avec l’Est : « Je m’arrange avec lui », disait-elle. Mais elle demeurait pleine de suspicion et surveillait, entre tous les cardinaux et collatéraux, ce point glacé, traître aux jeux meurtriers. Elle lui confiait des bulbes de muguet, quelques bégonias, et des crocus mauves, veilleuses des froids crépuscules. Hors une corne de terre, hors un bosquet de lauriers-cerises dominés par un junkobiloba, – je donnais ses feuilles, en forme de raie, à mes camarades d’école, qui les séchaient entre les pages de l’atlas – tout chaud jardin se nourrissait d’une lumière jaune, à tremblements rouges et violets, mais je ne pourrais dire si ce rouge, ce violet, dépendaient, dépendent encore d’un sentimental bonheur ou d’un éblouissement optique. Étés réverbérés par le gravier jaune et chaud, étés traversant le jonc tressé de mes grands chapeaux, étés presque sans nuits… Car j’aimais tant l’aube, déjà, que ma mère me l’accordait en récompense. J’obtenais qu’elle m’éveillât à trois heures et demis, et je m’en allais, un panier vide à chaque bras, vers des terres maraîchères qui se réfugiaient dans le pli étroit de la rivière, vers les fraises, les cassis et les groseilles barbues. A trois heures et demie, tout dormait dans un bleu originel, humide et confus, et quand je descendais le chemin de sable, le brouillard retenu par son poids baignait d’abord mes jambes, puis mon petit torse bien fait, atteignait mes lèvres, mes oreilles et mes narines plus sensible que tout le reste de mon corps… J’allais seule, ce pays mal pensant était sans dangers. C’est sur ce chemin, c’est à cette heure que je prenais conscience de mon prix, d’un état de grâce indicible et de ma connivence avec le premier souffle accouru, le premier oiseau, le soleil encore ovale, déformé par son éclosion… Ma mère me laissait partir, après m’avoir nommée « Beauté, Joyau-tout-en-or » ; elle regardait courir et décroître sur la pente son œuvre, - « chef-d’œuvre » disait-elle. J’étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temps-là ne sont pas toujours d’accord… Je l’étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu’à mon retour, et de ma supériorité d’enfant éveillée sur les autres enfants endormis. Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d’avoir mangé mon saoul, pas avant d’avoir, dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l’eau de deux sources perdues, que je révérais. L’une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L’autre source, presque invisible, froissait l’herbe comme un serpent, s’étalait secrète au centre d’un pré où des narcisses, fleuris en ronde, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe… Rien qu’à parler d’elles, je souhaite que leur saveur m’emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j’emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire…
    Colette — Sido

Traductions du mot « lest »

Langue Traduction
Anglais ballast
Espagnol lastre
Italien zavorra
Allemand ballast
Chinois 压载物
Arabe الشرق
Portugais lastro
Russe балласт
Japonais バラスト
Basque lasta
Corse ballast
Source : Google Translate API

Synonymes de « lest »

Source : synonymes de lest sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot lest au Scrabble ?

Nombre de points du mot lest au scrabble : 4 points

Lest

Retour au sommaire ➦