La langue française

Horion

Sommaire

  • Définitions du mot horion
  • Étymologie de « horion »
  • Phonétique de « horion »
  • Citations contenant le mot « horion »
  • Images d'illustration du mot « horion »
  • Traductions du mot « horion »
  • Synonymes de « horion »

Définitions du mot horion

Trésor de la Langue Française informatisé

HORION, subst. masc.

Coup généralement violent. Assener, esquiver, essuyer des horions; s'allonger des horions; donner, recevoir maints horions; échanger force horions. Pendant trois ou quatre ans je ne passai guère de jour sans recevoir, à l'improviste, quelque horion qui ne me faisait pas toujours grand mal (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 452).Tricot a la lèvre fendue par un horion paternel et tellement enflée qu'il ne peut introduire la cuillère ordinaire, je lui prête une cuillère à café (Frapié, Maternelle,1904, p. 270) :
1. ... tu ne saurais croire le rôle important que le bâton joue ici; on y distribue les horions avec une prodigalité sublime, le tout accompagné de cris, les plus couleur locale du monde. Flaub., Corresp.,1849, p. 114.
P. méton. Marque laissée sur la peau par un coup. C'est un grand seigneur polonais, (...) aux trois quarts ruiné par suite des guerres de son pays, couvert de blessures et de horions, homme charmant et de bonne compagnie (Flaub., Corresp.,1850, p. 271).
P. métaph. Qu'en ces vils tribunaux, où le regard se heurte De Moreau de la Seine à Moreau de la Meurthe, La justice ait reçu d'horribles horions (Hugo, Châtim.,1853, p. 412).Il employait volontiers les horions moraux assénés en deux temps, comme fait le gladiateur exercé : celui qui ébranle, et celui qui abat (L. Daudet, Sylla,1922, p. 43) :
2. Dans Le Temps, les premiers horions (les plus mérités) de Paul Souday, je les reçus dès 1910 pour avoir écrit, en réponse à une enquête : « Que ce faux bonhomme de Renan nous ennuie! » Mauriac, Journal 3,1940, p. 240.
Prononc. et Orth. : [ɔ ʀjɔ ̃] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1285 (A. de La Halle, Robin et Marion, éd. E. Langlois, 326). Orig. incertaine (cf. FEW t. 1, p. 181b, note 7; Bl.-W.1-5et EWFS2); peut-être de l'a. fr. orillon « coup sur l'oreille » (v. oreillon) avec h expressif; néanmoins la réduction précoce de l mouillée à y pourrait s'expliquer − si l'on admet l'orig. pic. du mot (cf. a. pic. adaier composé de dallier ds FEW t. 15, 2, p. 52b, note 5). Fréq. abs. littér. : 32. Bbg. Mustó (B.). L'Étymol. de fr. horion. Romania. 1968, t. 89, pp. 271-275. - Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 9; 209-210; 360.

Wiktionnaire

Nom commun

horion (h aspiré)\ɔ.ʁjɔ̃\ masculin

  1. Coup rudement assené sur la tête ou sur les épaules.
    • En vérité, dit le père en serrant son poing énorme, je vais t’octroyer un horion. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Deux ivrognes mâles d’une quarantaine d’années, vêtus comme des chiffonniers ou des vagabonds et échangeant des horions dont la violence était exprimée par force étoiles de diverses grosseurs. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 31.)
    • En fait, dans ma jeunesse, j’ai eu ma part de horions, mais le temps des bagarres d’enfants est fini. Il va falloir que tu te défoules en faisant des choses plus constructives. — (Raymond Elias Feist, Les chroniques de Krondor : Pug, l’apprenti, 1982, Traduction de l’américain par Antoine Ribes)
    • Rand soupira. Un instant, il regretta qu’Aviendha ne soit pas là. Mais non, il aurait détesté que Selande, couverte de horions, s’enfuie en courant, ses vêtements déchirés… — (Robert Jordan, Les Feux du ciel, traduit par Jean-Claude Mallé, Bragelonne, 2013, ISBN 978-2-35294-664-9)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HORION. (H est aspirée.) n. m.
Coup rudement déchargé sur la tête ou sur les épaules. Il a reçu un vilain horion.

Littré (1872-1877)

HORION (ho-ri-on) s. m.
  • 1Coup rudement déchargé. Quoique j'attrapasse force horions, Rousseau, Conf. I. Les battus n'ont point porté de plainte : l'un garde son soufflet, l'autre ses horions, Courier, Gaz. du village, n° 4.
  • 2Sorte de maladie, voy. TAC.

REMARQUE

Scarron n'a pas aspiré l'h, et il a fait le mot de deux syllabes : Qui pis est, les méchantes [furies] raillent à chaque horion qu'elles baillent, Scarron, Virg. VI.

HISTORIQUE

XIVe s. [Il] A rassené son glaive tout droit sous le blazon Où il avoit feru le premier horion, Guesclin, 1821.

XVe s. Et donnoient les horions si grands [avec des leviers de chêne] que nul ne les osoit approcher, Froissart, I, I, 31. On mit tout d'un horion [tout d'un coup] quatre sieges, Vigiles de Charles VII, t. II, p. 118. Le vint occire et tuer de horions de lance, tant qu'il lui passa outre parmi le corps, et retira sa lance, et la rapporta à son col, Monstrelet, t. I, ch. 39, p. 37, dans LACURNE. Ha ! devant que je vous le die, Donnez-moi à boire un borion [un coup], Rec. de farces, etc. p. 194.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HORION. Ajoutez : - HIST. XIIIe s. Mais je croy c'onques mais ne fu d'omme sentis Nus plus biaus horions…, Brun de la Montaigne, V. 2210, éd. P. Meyer, 1875.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « horion »

(Date à préciser) D’origine inconnue, présent en 1527 dans La tres joyeuse, plaisante & recreative hystoire composee par le loyal serviteur, des faiz, gestes, triumphes et prouesses du bon chevalier sans paour et sans reprouche le gentil seigneur Bayart dont humaines louenges sont espandues par toute la chrestiente. De plusieurs autres bons, vaillans et vertueux cappitaines qui ont este de son temps. Ensemble les guerres, batailles, rencontres et assaulx qui de son vivant sont survenues, tant en France, Espaigne que Ytalie.
Le lorrain a horié (« fustiger »). Le mot avait la signification de « casque » qui explique peut-être la dérive sémantique vers « coup sur la tête ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, horniote, petit coup ; normand, horgne, coup de poing ; Mortagne et Bayeux, horion, gros rhume. Origine inconnue.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Lyonnais, horillon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « horion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
horion ɔrjɔ̃

Citations contenant le mot « horion »

  • Quelques heures avant la finale de la Coupe Hesbaye/Condroz, Horion a accueilli une autre bonne nouvelle puisque le club a enfin trouvé le remplaçant de Fabrice Lemmens. Pour rappel, il y a 10 jours, le coach horionnais avait jeté le gant. Depuis lors, les Bleus ont remporté leurs deux matchs de championnat avec la manière, sous la houlette de Michele Salamone, joueur du club, mais actuellement blessé. Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net, Gianni Cardarelli coach de Horion (Grâce-Hollogne)

Images d'illustration du mot « horion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « horion »

Langue Traduction
Anglais shock
Espagnol conmoción
Italien shock
Allemand schock
Chinois 休克
Arabe صدمة
Portugais choque
Russe шок
Japonais ショック
Basque shock
Corse scossa
Source : Google Translate API

Synonymes de « horion »

Source : synonymes de horion sur lebonsynonyme.fr
Partager