La langue française

Hobereau

Sommaire

  • Définitions du mot hobereau
  • Étymologie de « hobereau »
  • Phonétique de « hobereau »
  • Citations contenant le mot « hobereau »
  • Traductions du mot « hobereau »
  • Synonymes de « hobereau »

Définitions du mot hobereau

Trésor de la Langue Française informatisé

HOBEREAU, subst. masc.

A. − Oiseau rapace diurne du genre faucon, mais plus petit que ce dernier, migrateur, vivant en Europe l'été, en bordure de forêt ou dans les boqueteaux et chassant pour se nourrir des petits oiseaux, comme les alouettes, les cailles, ainsi que des insectes :
1. Une dent de chaque côté ajoute beaucoup à la force d'un tel bec. C'est pourquoi les faucons, cresserelles et hobereaux passent pour des oiseaux nobles et plus courageux que les oiseaux de proie qui n'ont pas cette dent. Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 194.
B. − P. anal., péj. Gentilhomme de petite noblesse vivant sur ses terres :
2. Souvent obéré et toujours besogneux, [le gentilhomme résidant sur ses terres] vivait d'ordinaire fort chichement dans son château, ne songeant qu'à y amasser l'argent qu'il allait dépenser l'hiver à la ville. Le peuple, qui d'un mot va souvent droit à l'idée, avait donné à ce petit gentilhomme le nom du moins gros des oiseaux de proie : il l'avait nommé le hobereau [it. ds le texte]. Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 207.
HIST., au plur. En Allemagne, parti politique agrarien influent du xixesiècle, groupant des gentilshommes campagnards prussiens à l'esprit conservateur, faisant carrière dans l'armée :
3. C'est absolument contraire à la pratique même des socialistes allemands, qui ne craignent pas, contre les hobereaux, contre la survivance de la féodalité agraire, de soutenir les bourgeois libéraux. Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 73.
Rem. Rare, emploi adj. fém. Anciennes familles hobereautes (La Varende, Gentilsh., 1948, p. 89).
REM. 1.
Hobereautaille, subst. fém.,rare. Ensemble des hobereaux. Il jouissait d'une plénitude heureuse très particulière, qu'il connaissait bien sans pouvoir nettement en définir l'essence : une sûreté complète, un confort social certain. Ce sentiment ne s'établissait en lui qu'à la campagne et en compagnie de forts paysans. Graveron, le comte de Graveron, son ami, appelait cette paix comblée : « la joie Ancien Régime ». Peut-être était-ce la reconstitution du double élément vital, hobereautaille et paysannerie, s'appuyant l'un sur l'autre, se combinant encore, comme jadis ils le firent pour former les grandes nations (La Varende, Manants du Roi, 1938, p. 147; v. aussi Id., Don Bosco, 1951, p. 246).
2.
Hoberelle, subst. fém.,rare. [En parlant d'une femme] Cf. supra B.Les hobereaux du voisinage, ceux qui se croient nobles et les autres, y faisaient luire [dans la tribune] leurs monocles et les hoberelles leurs dents et leurs ombrelles gorge-de-pigeon (Jammes, Mém., 1922, p. 130).
Prononc. et Orth. : [ɔbʀo] init. asp. Passy 1914 admet [hɔbʀo]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Ca 1195 hoberel « petit oiseau de proie » (Ambroise, Guerre Sainte, 1625 ds T.-L.); 1377 hobereau (Gace de La Buigne, 5564, ibid.); 2. 1579 hobreau « gentilhomme campagnard de petite noblesse » (H. Estienne, Precellence du Langage François, p. 127 ds Hug.). Forme élargie par le suff. -ereau (-eau*), de l'a. fr. hobel « sorte de petit oiseau de proie » (fin xiiies. ds T.-L.), cf. ses var. hobé (fin xiiies.-fin xives., ibid.) et hobier (fin xive-début xves., ibid.), qui se rattache prob. à l'anc. verbe hobeler « escarmoucher, harceler l'ennemi, piller » (ca 1195, Ambroise, op. cit., 2384 ds T.-L.), lui-même empr. au m. néerl. hob(b)elen « tourner, rouler »; cf. néerl. hobbelen « se balancer », qui remonte à un verbe germ. *hubbon (v. aubin). Cf. FEW, t. 16, pp. 215a-216b. Fréq. abs. littér. : 111.

Wiktionnaire

Nom commun 1

hobereau (h aspiré)\ɔb(ə).ʁo\ masculin (pour la femelle on dit : hoberelle)

  1. (Ornithologie) Un des petits faucons gris-bleu d’Eurasie ou d’Afrique, au vol très rapide, qui pond ses œufs dans l’ancien nid d’une autre espèce et qui ne chasse que les petits oiseaux.

Nom commun 2

hobereau (h aspiré)\ɔb(ə).ʁo\ masculin (pour une femme on dit : hoberelle)

  1. (Péjoratif) ou (Ironique) Petit gentilhomme campagnard.
    • Le voyageur qui eût aperçu de loin le castel dessinant ses faîtages pointus sur le ciel, au-dessus des genêts et des bruyères l’eût jugé une demeure convenable pour un hobereau de province. — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse - Chapitre I)
    • Avant d’épouser M. de Bargeton, stupide hobereau qu’elle estime et chérit juste ce qu’il vaut, elle avait aimé, jeune fille, un brillant officier qui est mort à l’armée. — (La Revue des Deux Mondes, Chronique de la quinzaine - 14 août 1837)
    • Il s’enquit, bien entendu, des hobereaux d’alentour, apprit qu’ils s’appelaient Blokhine, Potchitaïev, […] — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Cependant, nous devions, plus tard, habiter la Maison (grand M) toute l'année et nous en contenter, comme se contentent des leurs, en tous points analogues à la nôtre, les hobereaux de la région. — (Hervé Bazin, Vipère au poing, Grasset, 1948)
    • Ces grands airs arrogants ! Un hobereau qui… qui… n’a même pas de gants ! Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses ! […] — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897)
    • Ce petit hobereau débuta avec presque rien et s’acquit promptement la réputation de pique-assiette : mais à sa mort il possédait quelque cent mille roubles d’argent liquide. — (Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Les Frères Karamazov)
    • Les filles de nobliaux seront absorbées par les roturiers enrichis… et les fils des hobereaux démocratiseront leur nom et s’associeront à leurs beaux-pères industriels, s’excusant dans les réunions d’être « nés nobles. » — (Henri Louatron, À la messe noire ou le Luciférisme existe, Mamers (Sarthe) : à compte d’auteur, s.d. (vers 1918-1920), p. 31)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HOBEREAU. (H est aspirée.) n. m.
Espèce de petit faucon qui ne chasse que les petits oiseaux. Il se dit, figurément et par ironie, d'un Petit gentilhomme campagnard. Il n'y a que des hobereaux dans ce voisinage.

Littré (1872-1877)

HOBEREAU (ho-be-rô) s. m.
  • 1Petit oiseau de proie qui était surtout employé à la chasse des alouettes.

    Hobereau proprement dit, falco subbuteo, LINNÉ, ; c'est lui qu'on dressait à la chasse aux alouettes, espèce française chassant aujourd'hui pour son propre compte.

    Hobereau-moineau, falco caerulescens, GMELIN, le plus petit des oiseaux de proie connus ; habite l'Inde.

    Le hobereau des pigeons, falco columbarius, GMELIN, espèce de l'Amérique du Nord.

    Hobereau huppart, nom sous lequel on a désigné le sophote indique (rapaces) de Lesson.

  • 2 Fig. et par dénigrement, petit gentilhomme campagnard. Que tous ces hobereaux restent ensevelis…, Nouguier, Odyssée à la mode, p. 146. On y met notre tête [des loups] à prix ; Il n'est hobereau qui ne fasse Contre nous tels bans publier, La Fontaine, Fabl. X, 5. Dans quelques-unes de nos provinces, on donne le nom de hobereau aux petits seigneurs qui tyrannisent leurs paysans, et, plus particulièrement, au gentilhomme à lièvre qui va chasser chez ses voisins sans en être prié, et qui chasse moins pour son plaisir que pour le profit, Buffon, Ois. t. II, p. 44.

REMARQUE

On a dit houbereau : Je ne vous entends point. - A-t-il des houbereaux ? - Encore moins, Scarron, D. Japhet d'Arm. II, 1. Cela convient bien, ma foi, à ces petits houbereaux, Marivaux, Pays. parv. 6e part. On a dit aussi hobreau : Ce nom de hobreau appliqué aux gentilshommes de campagne, Buffon, Ois. t. II, p. 45, note 6.

HISTORIQUE

XIVe s. Ceux [oiseaux] qui volent à tour hault sont le faulcon, le lasnier, le sacre et le hobe, Modus, f° LXXVI, verso. Et qui veult son enfant apprendre à affaitier et gouverner faulcon, si luy baille hobes pour affaittier, ib. f. CI, verso.

XVIe s. Du mot hobreau, on ne peut douter qu'il ne vienne de là, quand on dit d'un petit gentilhomme qui a bien peu de moyen : c'est un hobereau, H. Estienne, Précell. p. 93.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hobereau »

De l’ancien français hobier « faucon ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de l'anc. franç. hobe, petit oiseau de proie. D'après Diez, hobereau vient de l'angl. hobby, signifiant à la fois un petit vautour et une sorte de cheval. Évidemment, hobe et hobby sont le même mot ; mais on ne sait lequel vient de l'autre. Comme, d'après le Dictionnaire de Trévoux, le hobereau se dit aussi aubrier, comme il se dit albanel en provençal, on a conjecturé que hobe pouvait être pour aube, et que cela signifiait l'oiseau blanchâtre. Pour que cette conjecture prît de la consistance, il faudrait qu'on trouvât, en d'anciens textes français, aube pour hobe. À la vérité, on a l'exemple de hobin changé en aubin (voy. ce mot) ; mais cela ne justifierait pas l'étymologie par aube, et tendrait seulement à montrer que le hobby anglais est entré dans le français au moins avec son sens de cheval.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hobereau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hobereau ɔbœro

Citations contenant le mot « hobereau »

  • Faucon hobereau (Falco subbuteo) chassant les insectes près de Caen (Calvados) le 25/07/2016.Photographie : Michel Collard Ornithomedia.com, Faucons de Cuvier et hobereau chassant les chauves-souris en Ouganda | Ornithomedia.com
  • Milan royal et éoliennes • Autour des palombes • Balbuzard pêcheur • Circaète Jean-le-Blanc • Faucon hobereau • Faucon pèlerin • Gypaète barbu • Aigle de Bonelli. , Rapaces de France n°21 parution début novembre - Actualités - LPO
  • Ces grands airs arrogants ! - Un hobereau qui... qui... n’a même pas de gants ! - Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses ! De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • Le 18 juin 1940, la France libre n’a aucune entité juridique et encore moins géographique. Elle s’incarne d’abord dans la personne du général. Très vite ce sont des hommes aussi divers que Leclerc, hobereau, picard, mais aussi Félix Éboué, guyanais et descendant d’esclaves, qui lui donnent son assise territoriale africaine et permettent au général de ramasser le «tronçon du glaive». Le Figaro.fr, «Le général De Gaulle avait su nouer une véritable amitié franco-africaine»
  • Quand je l’ai aperçu, le faucon — était-ce un pèlerin ou un hobereau ? — planait en altitude. Sa silhouette se découpait sur le ciel aveuglant de cette fin d’après-midi estivale. Derrière moi, des petits oiseaux gazouillaient, insouciants, dans leur taillis favori. Le faucon est descendu et a disparu. Courrier international, Et si on prenait le temps d’observer les oiseaux ?
  • Vies minuscules est un premier récit, écrit à l'âge de trente-sept ans. Un portrait en creux de l'auteur et un hommage au monde rural. Tout est dur, impitoyable, rude. La langue coupe le souffle, car on y est totalement immergé. L'anecdotique devient épique. On fait légende et mythe de tout : un paysan orphelin devient le fils d'un hobereau local ou un fils perpétuel s'en va en Amérique. L'auteur donne vie à des « petites gens » avec une absence totale de démagogie. L'amitié entre Roland Bakroot et un professeur de latin, la mort des grands-parents paternels, la découverte d'Arthur Rimbaud par le narrateur lui-même. Et donc le vieil homme atteint d'un cancer de la gorge s'obstinant à ne pas vouloir aller à Paris où il pourrait être soigné de peur que l'on découvre son analphabétisme. Le sentiment de honte, réitérer qu'on est illettré à chaque fois que l'on doit remplir une feuille, étant plus fort que l'envie de vivre. Dans un style noble, Pierre Michon sort les anonymes de leur solitude, de leur oubli. Il ne leur demande rien, il leur donne tout. Le Point, Les huit petites vies de Pierre Michon - Le Point

Traductions du mot « hobereau »

Langue Traduction
Anglais squire
Espagnol escudero
Italien possidente
Allemand knappe
Chinois 乡绅
Arabe مربع
Portugais escudeiro
Russe оруженосец
Japonais 大地主
Basque ezkutaria
Corse squire
Source : Google Translate API

Synonymes de « hobereau »

Source : synonymes de hobereau sur lebonsynonyme.fr
Partager