La langue française

Hanse

Sommaire

  • Définitions du mot hanse
  • Étymologie de « hanse »
  • Phonétique de « hanse »
  • Citations contenant le mot « hanse »
  • Images d'illustration du mot « hanse »
  • Traductions du mot « hanse »
  • Synonymes de « hanse »

Définitions du mot hanse

Trésor de la Langue Française informatisé

HANSE, subst. fém.

[Au Moy. Âge, dans certains pays d'Europe] Association de marchands et plus particulièrement de villes marchandes. C'est à Paris (...) que se sont fondées la hanse pour les marchands (...) et la basoche pour les clercs (Hugo, Paris,1867, p. 25).
Hanse germanique ou teutonique et absol. la Hanse. Association de villes marchandes germaniques, en particulier des bords de la Baltique, du xiieau xviesiècle. Hambourg a eu ses artistes locaux que la décrépitude de la Hanse doit décourager très vite (Faure, Hist. art,1914, p. 505).
REM.
Hanséate, adj. et subst.(Celui, celle) qui était originaire d'une ville de la Hanse, qui y habitait. Sénateurs hanséates (Arts et litt.,1936, p. 48-03).[En parlant d'une chose] Relatif à une telle ville, à ses habitants (Lar. Lang. fr., Lexis 1975). Noter chez Lefebvre (Révol. fr., 1963, p. 101) : ports hanséates au sens de « villes hanséatiques ».V. hanséatique.
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃:s] init. asp. Att. ds Ac. 1762-1878. Ac. 1835 : ,,quelques-uns écrivent anse``. Homon. anse, à l'aspiration près. Étymol. et Hist. 1. Ca 1223 paier la hanse fig. « s'acquitter d'un droit » (G. de Coinci, éd. V. F. Kœnig, II Mir. 30, 633); 2. av. 1244 « association de marchands de plusieurs villes » (Statuts de la hanse ap. A. Giry, Hist. de la ville de St-Omer, p. 413); 3. 1398 hanze d'Alemaigne (Archives du Nord, B 6036, fo4 ds IGLF). Empr. au m. h. all.hanse « association de marchands » (a. h. all. hansa « troupe de soldats »). En lat. médiév., hansa est attesté avec ce sens en 1199 (Nierm.), au sens de « cotisation » dès 1127 (ibid.). V. FEW t. 16, p. 144b. Bbg. Atkinson Jenkins (T.). Fr. etymologies. Mod. Philol. 1913, t. 10, no4, pp. 445-446.

Wiktionnaire

Nom commun 1

hanse (h aspiré)\ɑ̃s\ féminin

  1. (Histoire) Association de marchands, au Moyen Âge ; guilde.
    • C'est à Paris que la civilisation a germé, […], que se sont fondées la hanse pour les marchands, imitée en Allemagne, et la basoche pour les clercs, imitée en Angleterre, […]. — (Victor Hugo, Paris, 1867, chap. 2, §. 3, Nouvelle édition augmentée, Arvensa Éditions, 2014, p. 16)
  2. (En particulier) (Absolument) La hanse germanique ou teutonique, association de villes marchandes germaniques, en particulier des bords de la Baltique, du XIIe au XVIesiècle.
    • Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
      Jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau,
      Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
      N’auraient pas repêché la carcasse ivre d’eau ;
      — (Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre, 1871)

Nom commun 2

hanse \Prononciation ?\ féminin

  1. (Désuet) Corps d'une épingle avant que la tête y soit mise.
    • Aussitôt la main gauche donne à la droite une autre hanse enfilée dans une tête; car, pendant que le pied abaisse la marche, & que la main droite retourne l'épingle sur l'enclume, la gauche cherche à enfiler une nouvelle hanse dans une autre tête; ces trois mouvements se font à la fois, & avec tant de vîtesse qu'un Ouvrier entête communément 7 à 8 milliers d'épingles dans un jour; il y en a qui vont à 12 & plus; encore n'occupe-t-on gueres à ce travail que des femmes ou de jeunes enfants. — (« Manière d'entêter ou frapper les Epingles »; par M. de Réaumur, dans Art de l'épinglier, par M. de Réaumur, avec des additions de M. Duhamel Du Monceau, dans la collection Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par MM. de l'Académie royale des sciences, Paris : chez Saillant & Nyon & chez Desaint, 1761)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

HANSE (han-s' ; quelques-uns écrivent anse, dit l'Académie ; mais cette orthographe est mauvaise) s. f.
  • 1Hanse teutonique, ou, simplement, hanse, confédération de plusieurs villes d'Allemagne et du Nord, qui étaient unies pour le commerce.
  • 2Durant le moyen âge, en France, nom de corporations de métiers.

HISTORIQUE

XVe s. L'umble supplication des maistres et pescheurs hansez de nostre ville de Mente… ont accoustumé les dits supplians de recevoir à la dite hanse gens convenables, non blamez ne diffamez, Ordonn. sept. 1484.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. HANSE. Ajoutez : - REM. On trouve dans un texte du XIIIe s. hanse au sens de port, lieu d'arrivée des navires : Desi à Aigremor ne sunt aresteü, Par un mardi matin sont en hance venu, Gui de Nanteuil, V. 66.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HANSE, s. f. (Commerce.) société de villes unies par un intérêt commun pour la protection de leur commerce. Hanse, dans la langue allemande, signifie ligue, société. Cette association se fit d’abord entre les villes de Hambourg & de Lubek en 1241, par un traité dont les conditions étoient, 1°. Que Hambourg nettoyeroit de voleurs & de brigands le pays d’entre la Thrave, riviere qui coule à Lubek & à Hambourg, & qu’elle empêcheroit depuis cette derniere ville jusqu’à l’Océan, les pirates voisins de faire des courses sur l’Elbe. 2°. Que Lubek payeroit la moitié des frais de cette entreprise. 3°. Que ce qui regarderoit le bien particulier de ces deux villes, seroit concerté en commun, & qu’elles uniroient leurs forces pour maintenir leur liberté & leurs priviléges.

Dès qu’on vit Hambourg & Lubek s’accroître par le commerce, que cette union rendoit plus sûr & plus facile ; les villes voisines, savoir celles de la Saxe & de la Vandalie, attirées par une prospérité si prompte, demanderent à être admises dans l’alliance, & l’obtinrent. Bien-tôt, par les mêmes raisons, cette association de commerce s’étendit au loin ; & cette compagnie de villes liées d’intérêts, établit des étapes en divers royaumes, savoir Bruges en Flandres, Londres en Angleterre, Bergen en Norwege, Novogorod en Russie. C’étoient-là autant de comptoirs généraux, où se portoient les marchandises des contrées voisines pour passer plus commodément par-tout où les intéressés en auroient besoin.

Les princes, qui n’y considéroient d’abord qu’une société lucrative, furent les premiers à souhaiter que leurs villes y entrassent, & en effet il ne s’agissoit que de cela. La protection mutuelle des libertés de chaque ville n’étoit pas un engagement général qu’eût pris toute la hanse ; & si on trouve que quelques villes en ont protégé d’autres associées, il se trouve aussi grand nombre d’occasions, où la hanse n’a rien fait pour les villes de l’association qui étoient opprimées.

Les souverains de divers pays desirant d’attirer chez eux par les sollicitations de leurs sujets, le commerce de la hanse, lui accorderent plusieurs priviléges. On a des lettres patentes des rois de France en faveur des Osterlins, c’est ainsi qu’on nommoit les négocians des villes hanséatiques, du mot ost, qui veut dire l’orient, d’où vient ostsée, qui signifie la mer Baltique. Ces lettres sont entr’autres de Louis XI. en 1464, & en 1483, peu avant sa mort, & de Charles VIII. en 1489.

Le fort de la hanse étoit en Allemagne, où elle a commencé, & où elle conserve encore une ombre de son ancien gouvernement. Les quatre métropoles étoient Lubec, Cologne, Brunswig & Dantzig. Bruges ne fut pas la seule dans les Pays-bas ; Dunkerque, Anvers, Ostende, Dordrecht, Rotterdam, Amsterdam, se voyent sur d’anciennes listes comme villes hanséatiques, aussi-bien que Calais, Rouen, Saint-Malo, Bordeaux, Bayonne & Marseille en France ; Barcelone, Séville & Cadix en Espagne ; Lisbonne en Portugal ; Livourne, Messine & Naples en Italie ; Londres en Angleterre, &c.

Cependant plusieurs choses concoururent à affoiblir cette société. La boussole ouvrit le spectacle des Indes orientales & occidentales : alors quelques princes trouverent mieux leur compte à favoriser le commerce particulier de leurs sujets. Il se forma dans leurs états des compagnies qui firent non seulement le commerce ordinaire de l’Europe, mais des découvertes, des acquisitions, des établissemens en Afrique, aux Indes orientales & en Amérique ; ainsi l’on vit se détacher de gros chaînons de la hanse. D’un autre côté, Charles-quint, ennemi de toute société qui ne servoit pas directement à ses vûes ambitieuses, réduisit lui-même celle-ci à très-peu de chose dans ses états. Des souverains d’Allemagne, moins sages encore, au lieu de conserver les priviléges que leurs ancêtres avoient accordés aux villes pour l’encouragement du commerce, & qui les avoient enrichis, ne songerent qu’à subjuguer ces villes, sous prétexte de leur orgueil & de leurs mutineries. Enfin, quelques autres perdant de leur éclat par les vicissitudes des choses humaines, & n’étant plus en état de payer leur part des contributions, se retirerent d’elles-mêmes d’une société qui leur étoit onéreuse : ainsi la hanse qui avoit vû jusqu’à quatre-vingt villes sur la liste, commença à décheoir au commencement du xvj. siecle, & finit comme le Rhin, qui n’est plus qu’un ruisseau lorsqu’il se perd dans l’Océan.

En vain parla-t-on de rétablir la hanse en 1560 ; en vain fit-on des projets pour y parvenir en 1571 ; en vain proposa-t-on des formules de son renouvellement en 1579 ; en vain imagina-t-on un nouveau plan à ce sujet en 1604 ; son regne étoit passé, & peu de villes souscrivirent aux plans proposés. Louis XIV. faisoit des traités avec la hanse, lorsqu’il n’y avoit plus de villes hanséatiques dans son royaume, & que les villes d’Allemagne, qui seules conservoient une ombre de l’ancienne hanse, voyoient resserrée leur association de trafic dans la partie septentrionale de l’empire ; encore depuis ce tems-là quelques villes en ont été démembrées. La Suede ayant acquis Riga en Livonie, & Wismar en basse Saxe ; ces deux villes, qui étoient hanséatiques, sont devenues de simples villes de guerre, quoique le port de Riga ait toûjours servi au commerce. En un mot, l’ancien gouvernement hanséatique ne subsiste plus qu’à Lubek, à Hambourg & à Brème : ce sont les seules trois villes qui conservent encore ce titre, avec une espece de liaison & des usages dont nous ne donnerons point ici l’exposé, mais qu’on trouvera dans l’Histoire de l’Empire par M. Heiss. (D. J.)

* Hanse, (Commerce.) se dit de quelques impositions assises en différens endroits sur des marchandises à péages ; les bateaux payent un droit de hanse la premiere fois qu’ils arrivent à Paris, & autres lieux où il y a droit de péage. La hanse est aussi la quittance en parchemin d’un droit que tout négociant par eau paye au port S. Nicolas, & ce droit fait partie du domaine de la ville.

* Hanse. Les Epingliers appellent ainsi les branches de l’épingle empointée, lorsqu’elle n’a plus besoin pour être ferrée que d’être entêtée. Voyez Entêtés, Empointés, Epingle.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hanse »

(Nom commun 1) (Date à préciser) Du vieux haut allemand hansa (« troupe, corporation »).
(Nom commun 2) Du latin hasta (« lance »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’ancien bas vieux haut allemand hansa (« troupe de soldats », puis « association de marchands ») → voir Hanse en allemand.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anc. haut allem. hansa, troupe, compagnie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hanse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hanse ɑ̃s

Citations contenant le mot « hanse »

  • Très précis et correct dans son mouvement, il est agréable à prendre en main comme pour un massage. On pourrait lui reprocher le manque d’une hanse entre le manche et l’embout qui permettrait une meilleure prise en main. Avec son amplitude de 16 mm (quand beaucoup de pistolets n’ont que 10mm) il arrive à atteindre des zones plus facilement. Le Café du Geek - LCDG, Test - Achedaway Pro : Le pistolet massant quasi-parfait | LCDG

Images d'illustration du mot « hanse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « hanse »

Langue Traduction
Anglais hanse
Espagnol hanse
Italien hanse
Allemand hanse
Chinois 汉斯
Arabe هانسي
Portugais hanse
Russe ганза
Japonais ハンス
Basque hanse
Corse hanse
Source : Google Translate API

Synonymes de « hanse »

Source : synonymes de hanse sur lebonsynonyme.fr
Partager