La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « haste »

Haste

Définitions de « haste »

Trésor de la Langue Française informatisé

HASTE1, subst. fém.

A. − HIST. ANTIQUE. Longue lance portée par les légionnaires romains (d'apr. Leloir 1961).
P. méton. Manche long et pointu appartenant à une arme, pouvant servir d'arme. Synon. hampe, hast.De son poignard, le roi coupa cette pointe, et le rendit [l'étendard] par la haste au nouveau banneret (Mérimée, Don Pèdre Ier,1848, p. 469).Il se moquera de la haste vibrante et des projectiles du frondeur (Job) (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 276).
B. − P. anal., PALÉOGR. Barre verticale de certaines lettres. Synon. hampe.La forme même des lettres peut varier d'une région à l'autre. Ainsi, au lieu de comporter une seule haste droite, l'iota des inscriptions crétoises a une forme brisée qui l'apparente à un sigma à trois branches, allongé en hauteur (L'Hist. et ses méth.,1961, p. 534).V. hampe1ex. de Civilis. écr.
Prononc. : [ast] init. aspirée. Étymol. et Hist. xiiies. [date des mss] subst. fém. haste « lance » (Florimont, 2333 ds T.-L.); 1542 subst. masc. armes d'ast « toute arme emmanchée au bout d'un long bâton » (Du Pinet, Pline, XI, 39 ds gdf. Compl.). Du lat. class. hasta « lance, pique, javelot »; var. de l'a. fr. haste, hauste : ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 442); cf. FEW t. 4, p. 390 a et 393.

HASTE2, HÂTE2, subst. fém.

Vieux
A. − Broche à rôtir. Leurs montants, qui s'avancent, reçoivent, dans les corbeilles de fer qui les couronnent, les plats à tenir au chaud et soutiennent, par les crochets qui garnissent la hampe, des ustensiles d'emploi fréquent : l'écumoire, la cuiller à pot, (...) les broches à rôtir (hastes), une pelle, des pincettes (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 157).
B. − P. méton. Morceau de viande à rôtir. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Hasteur, hâteur, subst. masc.,vx. Rôtisseur au service d'un grand personnage. Hâteur de la bouche du roi (Ac. 1835, 1878). − Vous nous ruinez! (...) Quatre écuyers de cuisine à six vingts livres par an chacun! un hasteur, un potager, un saussier, un queux, un sommelier d'armures (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 488).
Prononc. : [ast] init. aspirée. Étymol. et Hist. 1175-80 « broche à rôtir » (Renart, éd. M. Roques, br. III, 13122). Empr. au lat.hasta (v. haste1), avec infl. phonét. et sém. de l'a. b. frq. *harst « gril » (cf. a. h. all. harst « gril, morceau de viande rôti »). Bbg. Bugge (S.). Étymol. rom. Haste. Romania. 1875, t. 4, p. 359. - Väänänen (V.). Le Fabliau de Cocagne. Neuphilol. Mitt. 1947, t. 48, p. 31.

Wiktionnaire

Nom commun 1 - français

haste (h aspiré)\ast\ féminin

  1. (Antiquité) Longue lance que portaient originairement les hastaires.
  2. (En particulier) (Numismatique) Javelot sans fer, ou sceptre long, qui est l’attribut des divinités bienfaisantes.
  3. (Typographie) (Par analogie) Barres de certaines lettres.
    • Le caractère anguleux et allongé des minuscules des premières années du 13e siècle s'est maintenant étendu à toutes les majuscules, la fourche à l'extrémité des hastes montantes tend à s'écarter encore, on ne trouve quasiment plus de perluettes ni de « e » cédillés, les abréviations plus communes au 13e siècle comme le « ; » pour le est sont maintenant intégrées et le pied de mouche est connu ([…]). — (Thomas Falmagne, Un texte en contexte, éd. Turnhout,2001, page 138)
    • Hastes de E, de F, de H.

Nom commun 1 - ancien français

haste \Prononciation ?\ féminin

  1. Hâte, précipitation.
    • en haste. — (vers 1135)
      avec précipitation.

Adjectif - ancien français

haste \Prononciation ?\

  1. Alerte.
    • si tu te senz haste et legier.

Nom commun 2 - français

haste (h aspiré)\ast\ féminin

  1. Broche à faire rôtir.
  2. (Par métonymie) Pièce de viande rôtie.

Nom commun 2 - ancien français

haste \Prononciation ?\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. Broche à rôtir.
    • une haste de fer.
  2. Rôti, pièce de viande rôtie.
    • Les altres hastes e gelines,
      Ki lur veneint des quisines
      — (Gaimar, Estoire des Engleis, c. 1140, vers 116-7, édition de Thomas Wright)
    • En grant plenté hastes rostis — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF)
  3. (Botanique) Asphodèle.
  4. (Métrologie) Mesure araire qui correspond à une pique mais de largeur indéterminée.
    • un quartier de vigne contenant trois hastes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HASTE. (H est aspirée). n. f.
T. d'Antiquité. Longue lance que portaient originairement les hastaires. Il se dit particulièrement, en termes de Numismatique, du Javelot sans fer, ou sceptre long, qui est l'attribut des divinités bienfaisantes. Par analogie, il se dit quelquefois des Barres de certaines lettres. Hastes de E, de F, de H.

Littré (1872-1877)

HASTE (ha-st') s. f.
  • 1 Terme d'antiquité. Longue lance.
  • 2 Terme de numismatique. Javelot sans fer ou sceptre long, qui est l'attribut des divinités bienfaisantes.
  • 3 Terme d'épigraphie. La barre verticale dans les F, les P, les R, etc. Les hastes de l'M, de l'N.

HISTORIQUE

XIe s. Entre ses poinz [il] teneit s'anste fraisnine [de frêne], Ch. de Rol. LV.

XIIe s. Hanste [il] ot mout fort, li fers fu acerez, Ronc. p. 36. Droites les astes aus bons espiés moulus, ib. p. 45.

XIVe s. Pourveu de espée, hate… qui sont armes defendues, Du Cange, hasta.

XVe s. Adonc prit le comte par la haste la banniere, Froissart, II, II, 67. Durand Jarrie portant à son col une haste ou aguillade pour toucher les beufz, Du Cange, hasta.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* HASTE, s. f. (hist. anc.) pique. Les Juifs en ont connu l’usage ; il y en avoit de deux sortes : toutes les deux à hampe garnies à son extrémité d’un fer pointu ; mais l’une à hampe courte ou manche, & l’autre à hampe longue. On pointoit avec la premiere ; on lançoit la seconde. Les cavaliers & les fantassins en étoient indistinctement armés ; les généraux d’armées, les officiers de distinction, & même les rois la portoient. Les Grecs ont eu pareillement la haste longue ; c’est leur enchos ; & la haste courte, c’est leur doru. La longue avoit encore à son extrémité opposée à la pointe, un bout de fer aigu, au moyen duquel on la fichoit en terre. Les Eubéens étoient les plus redoutables à la haste longue, & les Locriens à la haste courte. Les piques longues & courtes étoient consacrées aux dieux, & l’on juroit sur elles ; on les enfermoit dans un étui en tems de paix ; on attribuoit chez les Romains l’invention de la pique aux Hétruriens qui la nommoient corini, & les Sabins quirini. Elle marquoit jurisdiction ; il y en avoit dans le lieu d’assemblée des centumvirs, & dans ceux où l’on mettoit à l’encan les biens confisqués ; d’où vient l’expression hastæ subjicere. Le nombre des différentes hastes romaines est grand ; la pesante qui se portoit au moyen d’une courroie passée sur sa hampe, s’appelloit amentata. Celle sous laquelle on affermoit les revenus publics, s’appelloit censoria ; la haste des séances des centumvirs, centumviralis ; la haste symbolique de l’union conjugale, cælibaris ; la haste à hampe rouge qui abandonnoit au pillage du soldat une ville prise, cruenta ; celle qu’on voyoit aux environs des tribunaux des decemvirs, decemviralis ; celle que le héraut lançoit sur le territoire ennemi, en signe de déclaration de guerre, fecialis ; elle étoit rouge : la haste sous laquelle on vendoit quelque chose au profit du fisc, fiscalis ; celle sous laquelle dans les tems de disette on distribuoit aux peuples des denrées à un prix modéré, frumentaria, ou salutis ; celle qui marquoit la dignité & la puissance prétorienne, prætorialis ; la haste pure, hasta pura, fut décernée aux soldats qui s’étoient distingués par leur bravoure ; la haste questorienne, quæstoria, se plantoit dans les occasions où le peuple apportoit au trésor public sa taxe ; la haste sacrée, sacra, étoit celle qu’on voyoit à quelques divinités ; si elle s’agitoit, c’étoit un mauvais présage. Toutes ces hastes ont passé de l’histoire dans l’art numismatique, sur-tout l’hasta pura, qui n’étoit, à proprement parler, que le bois d’une javeline, attribut de la puissance de quelques divinités, & marque d’une bravoure récompensée.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « haste »

Provenç. espagn. et ital. asta ; portug. aste ; du lat. hasta ; sanscr. hasta, main ; Eug. Burnouf supposait que le passage du sens de main à lance avait eu lieu à cause de la forme du fer de lance, semblable à une main allongée dont les doigts sont rapprochés. Il n'est pas sûr que haste ou aiguillade soit le latin hasta ; ce pourrait être un nom verbal de hâter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) Du latin hasta (« longue lance, pic, javelot »).
(Nom 2) De même origine que le précédent avec l’influence de l’ancien bas francique *harst (« gril »), apparenté à harsten (« frire ») en néerlandais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « haste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
haste ast

Traductions du mot « haste »

Langue Traduction
Anglais haste
Espagnol prisa
Italien fretta
Allemand eile
Chinois 匆忙
Arabe تسرع
Portugais pressa
Russe поспешность
Japonais 急いで
Basque presaka
Corse fretta
Source : Google Translate API

Synonymes de « haste »

Source : synonymes de haste sur lebonsynonyme.fr

Haste

Retour au sommaire ➦

Partager