La langue française

Givre

Définitions du mot « givre »

Trésor de la Langue Française informatisé

GIVRE, subst. masc.

A. − Fins cristaux de glace apparaissant au contact des gouttelettes d'eau en surfusion avec un corps solide, sur lequel ils forment comme une couche de poudre blanche et brillante. Couvert, blanc de givre; cristaux de givre. Les longues allées de peupliers courbés sous le givre (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 437).Le givre lui fait des glaçons dans sa barbe (Péguy, Myst.,1911, p. 179).Le dépôt de givre est plus épais que la couche de glace formée lors du frimas ou de la gelée blanche, mais plus léger que le verglas (Villen.,1974) :
1. Le brouillard, que le vent glaçait, couvrait de givre mon manteau, mes gants, les cils blonds du cocher et la queue du cheval qui semblait une plume d'autruche énorme... Gide, Journal,1912, p. 361.
P. métaph. Le givre de la vieillesse recouvre ma route (Camus, Possédés,1959, 3epart., 15etabl., p. 1081).
P. méton. Gouttelettes d'eau en surfusion, avant leur mise en contact avec un corps solide. Une rafale de givre les enveloppe (Flaub., Tentation,1874, p. 159) :
2. Par intervalles un nuage de givre, venu des profondeurs de la banquise infinie, fendait l'air de son coup de hache, tombait en sifflant sur la plaine, et c'était à travers la route gelée, aussi dure qu'une enclume, comme le claquement de dix mille sabots, une fuite immense... Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1379.
B. − [P. anal. de forme et de couleur; accompagné d'un déterm. adj. ou subst. prép. de] Fine substance qui rappelle l'apparence du givre. [Les fenêtres] n'étaient pas lisses, mais toutes froncées d'un givre artificiel et démodé (Proust, Prisonn.,1922, p. 11).À peine séchés, nos bras et nos jambes se couvraient d'un givre de sel fin (Colette, Naiss. jour,1928, p. 64).
Prononc. et Orth. : [ʒi:vʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [Début xives. geuvrieuse « couverte de givre » (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, III, 1180) d'où *geuvre (ibid., 1177, cf. cependant var. III, 1177 et 1180)]; 1. xves. joivre (De quaillot lay Fondue, ms. Epinal 189, Bull. A. T. 1876, p. 104 ds Gdf. Compl.); 2. 1611 givre (Cotgr.). La répartition géogr. du mot dans la Romania (cf. FEW t. 4, p. 130b) s'accorde bien avec une base pré-lat. *gev(e)ro (d'où 1, partic. représenté en fr. -prov. mod. et aussi dans tout le quart sud-est du domaine d'oïl) et *givro (d'où 2 qui paraît venir du domaine d'oc), d'orig. inc. Pour la réfutation d'une orig. francique ou gaul., v. FEW, loc. cit. Tend progressivement à évincer frimas*. Fréq. abs. littér. : 223. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 194, b) 508; xxes. : a) 452, b) 238. Bbg. Jud (J.). Zur Geschichte der romanischen Reliktwörter in den Alpenmundarten der deutschen Schweiz. Vox rom. 1945/46, t. 8, p. 56.

Wiktionnaire

Nom commun 1

givre \ʒivʁ\ masculin

  1. (Météorologie) Légère couche de glace dont se couvrent les arbres, les buissons. etc., quand la température devient assez froide pour congeler l’humidité qui est dans l’air.
    • En quelques jours toutes les feuilles tombèrent, la terre durcit comme de la pierre, et tout se couvrit de givre : les tuiles les pavés et les vitres. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Le thermomètre est descendu à -6° ; tout le gréement était couvert de givre et de glace que je dus casser en montant dans la mâture […] — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Il a fait très frais pendant la nuit, et, ce matin, quand je suis sorti de ma tente, la campagne était étincelante de givre. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 120)
  2. (Bijouterie) Tache d’un blanc mat sur une gemme.

Nom commun 2

givre \ʒivʁ\ féminin

  1. (Héraldique) Meuble représentant dans les armoiries un serpent engloutissant un enfant ou un homme (parfois un autre animal). Elle est posée en pal et son corps est entortillé. À rapprocher de bisse, guivre, vouivre, vivre et vuivre.
    • Coupé, au I de sinople à un pal d’or ; au II d’or à une givre de sinople, qui est de la commune de Saumane des Alpes-de-Haute-Provence → voir illustration « armoiries avec une givre »

Forme de verbe

givre \ʒivʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de givrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de givrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de givrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de givrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de givrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GIVRE. n. m.
Légère couche de glace dont se couvrent les arbres, les buissons. etc., quand la température devient assez froide pour congeler l'humidité qui est dans l'air. Le givre est formé principalement par la vapeur des brouillards et par la rosée. Cette nuit il est tombé beaucoup de givre. La campagne est blanche de givre.

Littré (1872-1877)

GIVRE (ji-vr') s. f.
  • Terme de blason. Serpent.

    On dit aussi guivre. Rome a ses clefs ; Milan, l'enfant qui hurle encor Dans les dents de la guivre, Hugo, Orient. 2.

HISTORIQUE

XIe s. Serpens e guivres, dragon et aversier [diable], Ch. de Rol. CLXXXI.

XIIIe s. Car là n'est serpens ne wivre, Fl. et Bl. 1869. Monseigneur Jehan d'Orliens, qui portoit banniere à la voivre, Joinville, 224.

XIVe s. La petite vivre occist le grant torel, Ménagier, I, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Givre, ou Frimat, s. m. (Physique.) sorte de gelée blanche, qui en hyver, lorsque l’air est froid & humide tout ensemble, s’attache à différens corps, aux arbres, aux herbes, aux cheveux, &c. Le givre ou frimat ne differe pas essentiellement de la gelée blanche proprement dite : ces deux congelations se ressemblent parfaitement, se forment de la même maniere, & dépendent du même principe. Ce qui, dans l’usage, sert à les distinguer, c’est que le nom de gelée blanche n’est guere donné qu’à la rosée du matin congelée ; au lieu que ce qu’on appelle givre doit son origine non à la rosée du matin, mais à toutes les autres vapeurs aqueuses, quelles qu’elles soient, qui réunies sur la surface de certains corps en molécules sensibles, distinctes & fort déliées, y rencontrent un froid suffisant pour les glacer.

La formation du givre supposant toûjours, comme nous venons de le dire, la réunion du froid & de l’humidité, on déterminera sans peine les circonstances particulieres dans lesquelles cette espece de congelation doit se manifester. Qu’un grand brouillard soit répandu dans l’air & sur la surface de la terre, il mouillera considérablement la plûpart des corps solides exposés à son action : si l’on suppose en même tems dans ces corps un refroidissement jusqu’au terme de la congelation & au-delà, il n’en faudra pas davantage pour glacer les particules d’eau répandues sur la surface de ces mêmes corps, & qui y sont adhérentes. Ces premiers glaçons attireront d’autres molécules aqueuses qui perdront de même leur liquidité, & ainsi de suite ; tous ces petits corps gelés constituent le givre. Ce qu’on a dit ailleurs de la gelée blanche proprement dite, qu’elle est composée de particules d’eau glacées séparément, unies en un corps rare & leger, formant des filets oblongs diversement inclinés ; tout cela trouve ici son application. Voyez Gelée blanche.

Le givre s’attache aux arbres en très-grande quantité ; il y forme souvent des glaçons pendans qui fatiguent beaucoup les branches par leur poids ; c’est que les arbres attirent avec beaucoup de force l’humidité de l’air & des brouillards.

Les poils des animaux sont de même très-sujets à s’humecter considérablement à l’air libre : ainsi il n’est pas surprenant qu’en certains pays le givre s’attache fréquemment aux cheveux & au menton des paysans & des voyageurs, aux chapeaux, aux fourrures, aux crins des chevaux, &c. Il faut remarquer au sujet du givre qu’on apperçoit sur les hommes & sur les animaux, que les particules d’eau auxquelles il doit son origine, ne viennent pas toutes de l’atmosphere : les vapeurs aqueuses qu’exhalent les animaux par la respiration, se glacent de la même maniere dans de semblables circonstances ; & ce qui le prouve évidemment, c’est que le givre s’amasse autour de la bouche & des narines en plus grande quantité. Dans les villes, quand on voit sur les personnes qui viennent de la campagne l’espece d’eau glacée dont il est ici question, on dit communément qu’il a tombé du givre ; expression très-peu exacte, si l’on entend par-là que les particules d’eau qui composent le givre, se sont gelées dans l’air : on dit de la même maniere, il a tombé de la gelée blanche. Il ne faut pas toûjours chercher dans le discours ordinaire la précision des Mathématiciens.

On doit rapporter au givre cette espece de neige qui s’attache aux murailles après de longues & fortes gelées : la raison de cet effet est que les corps solides s’échauffent moins promptement que l’air, & que ces murailles conservent encore quelque tems après le dégel une grande partie de la froideur qui leur a été auparavant imprimée. Si cette froideur va au terme de la glace ou au-delà, les particules d’eau dont l’air est chargé venant s’attacher aux murailles & s’y accumulant, y forment une croûte de glace rare, spongieuse, & dont les parties sont presque disjointes.

Ce seroit une erreur de croire que cette espece de neige vînt de l’humidité qui sort du mur : comment en sortiroit-elle, puisqu’il est plus froid ou aussi froid que la glace, & que tout ce qu’il a d’humidité au-dedans, n’y peut-être que congelé ?

Les réseaux de glace qu’on observe quelquefois aux vitres des fenêtres, sont encore une espece particuliere de givre. Pendant la gelée, l’air de la chambre est chaud ou tempéré ; la vitre est froide par l’impression de la gelée extérieure, & la vapeur qui s’y attache du côté de la chambre s’y congele subitement. Pendant le dégel, si l’air de la chambre est encore très-froid, & que l’adoucissement vienne de l’air extérieur, ce sera l’humidité du dehors qui s’attachera aux carreaux & qui s’y gelera. M. de Mairan, diss. sur la glace, part. II. sect. 4. ch. vj. & vij.

Dans toutes ces congelations on voit regner constamment le même principe : des corps solides refroidis à un certain degré, glacent les particules d’eau qui s’attachent à leur surface ; & ces particules d’eau, c’est l’air qui les fournit.

Tout corps plus froid que l’air qui l’environne, lui communique en partie son excès de froideur : cet air ainsi refroidi en devient moins propre à soûtenir les vapeurs qui y sont suspendues ; il en laissera donc précipiter une partie ; & si le corps d’où nait le refroidissement, a la propriété d’attirer l’eau, il se couvrira de molécules aqueuses qui se convertiront en glaçons à un degré de froid suffisant pour produire cet effet.

Ceci s’applique naturellement & aux murs des maisons & aux carreaux des vitres, qui dans les cas dont il est ici question, sont toûjours plus froids qu’un air immédiatement contigu. Si l’on demande pourquoi l’air en se refroidissant abandonne une partie des vapeurs aqueuses qu’il tenoit auparavant suspendues, nous ferons d’abord remarquer que cette question n’est point particuliere au sujet que nous traitons, puisqu’elle se présente nécessairement dans l’explication de tout météore aqueux. Nous dirons ensuite, sans entrer dans un grand détail, que les particules d’eau invisibles dans l’atmosphere y sont dans l’état d’une véritable dissolution ; qu’ainsi l’élévation & la suspension des vapeurs dépendent presque entierement de la vertu dissolvante de l’air. Or cette activité dissolvante est d’autant moindre, que l’air a moins de chaleur ; ou, ce qui est la même chose, qu’il est plus froid, selon la loi commune à tous les menstrues : il n’est donc pas étonnant que l’air refroidi laisse échapper une partie des vapeurs qu’il soûtenoit auparavant ; c’est ici une vraie précipitation chimique. On dit communément que le froid en condensant l’air condense aussi les vapeurs dont l’air est chargé ; mais on le dit sans le prouver, & cette explication est moins naturelle que celle que nous venons de donner d’après quelques physiciens modernes. Les observations de M. le Roi, de la société royale des Sciences de Montpellier, ont répandu un très-grand jour sur toute cette matiere. Voyez l’article Évaporation, composé par cet académicien. Voyez aussi Humidité & Expansibilité.

Les congelations qui s’attachent aux vitres des fenêtres, sont quelquefois très-remarquables par la singularité des figures qu’elles affectent. De petits brins de glace s’arrangent de maniere qu’il en résulte diverses figures curvilignes semblables à la broderie : rien ne paroît si contraire à la direction rectiligne & convergente, que les particules de glace suivent constamment quand elles sont en pleine liberté. Aussi M. de Mairan avoue-t-il que ce pnénomene l’embarrassa long-tems : à la fin ayant fait réflexion qu’il ne l’avoit vû que sur des vitres récemment nettoyées, il crut pouvoir conjecturer que les contours dont il s’agit avoient été formés par la main même du vitrier, qui pour sécher les vitres qu’il venoit de laver, y avoit passé une brosse avec du sable fin. Selon cette idée, les particules de glace se seroient logées dans les petits sillons que les grains de sable auroient gravés par leur frottement. M. de Mairan pense aussi que l’ouvrier qui fabrique le verre en remuant avec une baguette de fer la matiere vitreuse actuellement en fusion, fait naître par ce mouvement diverses figures curvilignes qui subsistent après le refroidissement. On pourroit donc appercevoir le phénomene en question, indépendamment des circonstances que nous avons rapportées. Ceci demanderoit un examen plus approfondi. M. de Mairan, dissertation sur la glace.

L’industrie des Physiciens s’applique souvent avec succès à imiter la nature : on peut en toute saison faire naître du givre artificiel semblable à celui qui se forme naturellement. On mêle, pour cet effet, de la glace pilée ou de la neige avec du sel dans un vaisseau de verre mince bien essuyé en-dehors, & que l’on tient environ un quart-d’heure dans un lieu frais : ce mélange produit un refroidissement considérable ; & on voit bien-tôt tous les dehors du vaisseau se couvrir peu-à-peu d’une espece de frimat ou de neige qui ne differe point du givre ou de la gelée blanche ordinaire. Voyez dans les leçons de Physique de M. Nollet, tome III. p. 362. tout le détail de cette expérience, dont nous avons par avance donné l’explication.

En finissant cet article, je serai observer qu’à Montpellier où j’écris, & dans la plus grande partie du bas Languedoc, il est très-rare de voir du givre ; c’est que le froid & la gelée y sont rarement accompagnés d’humidité & de brouillards : le pays est naturellement sec, & l’air n’y est humide jusqu’à un certain degré, que quand les vents de sud & de sud-est chassent vers nous les vapeurs qui s’élevent en abondance de la Méditerranée : or les vents de sud donnent en hyver le tems doux. Je n’ai vû à Montpellier qu’une seule fois des réseaux de glace sur les vitres des fenêtres ; c’étoit pendant les fortes gelées de 1755 : le thermometre de M. de Réaumur étoit à six ou sept degrés au-dessous de la congelation de l’eau. Article de M. de Ratte, secrétaire perpétuel de la société royale des Sciences de Montpellier.

Givre, s. f. grosse couleuvre à la queue tortillée ; il ne se dit guere qu’en terme de Blason : on dit givre rampante, lorsqu’elle est en face. On dit aussi guivre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « givre »

Berry, vouivre ; bourg. vouivre, vivre, fée, jeune fille résolue et vive. La forme régulière est guivre, qui vient du latin vīpera (voy. VIPÈRE), sans qu'il soit nécessaire de passer par le haut-allemand wipera, qui vient aussi du mot latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (1611) De l'ancien français joivre (XIVe siècle), du francoprovençal gevro,[1], en savoyard zhi̱vro, ji̱bro, emprunté à l'ancien bas vieux-francique *gibara « bave », apparenté à l'allemand Geifer, au bas-allemand Gieber, au frison de l'Est gever. Le francique a aussi donné le poitevin jhivrlla, l'occitan gibre et le catalan gebre.
(Nom commun 2) Du latin vipera (« vipère »), par l'intermédiaire du ancien français vouivre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « givre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
givre ʒivr

Évolution historique de l’usage du mot « givre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « givre »

  • Année de givre, année de fruits. De Dicton français
  • Près d’un grand arbre on échappe au givre. De Proverbe chinois
  • Étudiez des informations précises sur le marché Systèmes électriques de protection contre le givre: statistiques, faits et chiffres, aperçu de la croissance, taille, principaux acteurs, analyse Swot, perspectives de l’industrie et analyse régionale, et prévisions jusqu’en 2029. Étude approfondie sur l’impact du nouveau coronavirus (COVID- 19) pandémie sur le marché Systèmes électriques de protection contre le givre à l’origine basée sur les recherches actuelles sur les défis de croissance potentiels et les progrès futurs jusqu’en 2029. INFO DU CONTINENT, Énorme croissance du segment de Mondial Systèmes électriques de protection contre le givre Marche (2020-2029) || Clariant (Europe), B/E Aerospace, JBT Corporation - INFO DU CONTINENT
  • Introduit dans Monster Hunter World aux côtés de l'Alatreon, le Barioth crocgivre, alias le Barioth gelé, ne peut être affronté que via une quête événement spécifique. Nous donnons les détails ici, avec ses capacités, ainsi que ses armes et armures. Millenium, MHW Iceborne : Barioth crocgivre, monstre - Millenium
  • La nuit a été fraîche, et preuve en est le givre qui recouvrait certains endroits des hauts de l'île ce matin. Comme ici sur un élevage près du volcan.  Clicanoo.re, [Société] PHOTOS - Du givre au volcan ce matin | Clicanoo.re
  • L'entretien de votre congélateur est primordial pour conserver vos aliments. D'une part, cela évite à votre nourriture de dégager une odeur désagréable. Aussi, enlever le givre de votre appareil permet de créer plus de place pour stocker vos produits ! Voici la technique facile pour vous débarrasser du givre. Avant toute chose, n'utilisez ni couteaux ni outils pointus pour retirer les morceaux de glace. Vous pourriez percer votre congélateur et donc le rendre inutilisable.  Planet, Comment dégivrer votre congélateur ?
  • Mondial Sans givre Réfrigérateur marché 2020: le nouveau rapport de recherche ajoute dans la base de données Rapports de précision. Ce rapport de recherche répartis sur les pages, de résumer les entreprises et les supports Top avec des tables et des chiffres. Rapport final ajoutera lanalyse de limpact des Covid-19 sur cette industrie. , Impact de Covid-19 sur le marché Sans givre Réfrigérateur 2020: Taille de lindustrie mondiale, la demande, analyse la croissance, Partager, Revenu et prévisions 2026 – Derrière-l'Entente.com

Images d'illustration du mot « givre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « givre »

Langue Traduction
Anglais frosted
Espagnol escarchado
Italien brina
Allemand gefrostet
Chinois 磨砂的
Arabe متجمد
Portugais fosco
Russe матовый
Japonais つや消し
Basque frosted
Corse fritto
Source : Google Translate API

Synonymes de « givre »

Source : synonymes de givre sur lebonsynonyme.fr

Givre

Retour au sommaire ➦

Partager