La langue française

Expectoration

Définitions du mot « expectoration »

Trésor de la Langue Française informatisé

EXPECTORATION, subst. fém.

A.− MÉDECINE
Action de rejeter par la bouche les mucosités des voies respiratoires. La toux s'amollit, les crachats s'épaississent et l'expectoration devient plus aisée (Geoffroy, Méd. pratique,1800, p. 121).Une toux sèche, quinteuse, douloureuse, se terminant par l'expectoration d'une très petite quantité de mucus épais (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 99).
P. méton. Mucosité des voies respiratoires rejetée par la bouche. Trouver des débris membraneux dans des expectorations (cf. Cadet de Gassicourt, Mal. enf.,t. 1, 1880-84, p. 141).Une pleurite sèche avec expectorations sanguinolentes (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 887).
B.− P. métaph. ou au fig., péj. Action de dire (avec colère ou mépris). Ses expectorations amères et haineuses contre notre roman et son hostilité comme personnelle contre son héroïne (Goncourt, Journal,1869, p. 515).L'expectoration d'une sentence soulage (Hugo, Homme qui rit,t. 1, 1869, p. 6).
Prononc. et Orth. : [εkspεktɔ ʀasjɔ ̃]. Cf. é-1. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1611 méd. (Jan du Val, Thresor general des preservatifs, 124 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 147). Malgré son ancienneté plus grande que celle du verbe expectorer*, dér. de celui-ci; suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 11.

Wiktionnaire

Nom commun

expectoration \ɛk.spɛk.tɔ.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Médecine) Action d’expectorer.
    • Ce remède facilite, provoque l’expectoration.
  2. Ce qui est expectoré, crachat.
    • L’expectoration est séreuse ou saumonée en cas d’œdème pulmonaire. — (Loïc Guillevin, Sémiologie médicale, 2004)

Nom commun

expectoration

  1. expectoration.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXPECTORATION. n. f.
T. de Médecine. Action d'expectorer. Ce remède facilite, provoque l'expectoration.

Littré (1872-1877)

EXPECTORATION (èk-spè-kto-ra-sion) s. f.
  • 1 Terme de médecine. Action d'expectorer.
  • 2Fig. Terme de la cour de Rome. Action de faire sortir du secret de la pensée la nomination d'un cardinal. Le roi consentit à l'expectoration, et dépêcha un courrier à Polignac pour le faire revenir sur-le-champ, Saint-Simon, 339, 197.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXPECTORATION, s. f. expectoratio (Medec) ; ce terme est composé de la préposition ex, de, & du substantif pectus, poitrine ; ainsi il est employé pour exprimer la fonction par laquelle les matieres excrémentitielles des voies de l’air, dans les poumons, en sont chassées & portées dans la bouche, ou tout d’un trait hors du corps, en traversant cette derniere cavité ; c’est la purgation de la poitrine & des parties qui en dépendent, dans l’état de santé & dans celui de maladie.

Comme cette purgation se fait par le haut, elle a été mise par les anciens au nombre des évacuations du genre de l’anacatharse ; Hippocrate lui a même spécialement donné ce nom (5. aphor. 8.) ἀνακαθαρσις, purgatio per sputa.

L’expectoration est donc une sorte d’expulsion de la matiere des crachats tirés des cavités pulmonaires, dont l’issue est dans le gosier ; c’est une espece de crachement, soit qu’il se fasse volontairement, soit qu’il se fasse involontairement, par l’effet de la toux : mais tout crachement n’est pas une expectoration. Voyez Crachat, Toux.

L’éjection de la salive, qui ne doit point avoir lieu dans l’économie animale bien reglée, ne peut aussi être regardée comme une expectoration ; cette dénomination-ci ne convient absolument qu’à l’évacuation des humeurs muqueuses, destinées à lubrifier toutes les parties de la poitrine exposées au contact de l’air respiré ; lesquelles humeurs étant de nature à perdre la fluidité avec laquelle elles se séparent, & à s’épaissir de maniere qu’elles ne peuvent pas être absorbées & portées dans la masse des fluides, s’accumulent & surabondent au point qu’elles fatiguent les canaux qui les contiennent, ou par leur volume, en empéchant le libre cours de l’air dans ses vaisseaux, ou par leur acrimonie, effet du séjour & de la chaleur animale, en irritant les membranes qui tapissent les voies de l’air. Ces différentes causes sont autant de stimulus, qui excitent la puissance motrice à mettre en jeu les organes propres à opérer l’expectoration ; de sorte qu’il en est de cette matiere excrémentitielle, comme de la mucosité des narines, de la morve : cette mucosité se séparant continuellement dans les organes secrétoires de la membrane pituitaire, pour la défendre aussi du contact de l’air, est continuellement renouvellée ; par conséquent il y en a de surabondante, qui doit être évacuée par l’éternuement ou par l’action de se moucher. Voyez Morve, Eternuement, Moucher. Il est donc très-naturel qu’il existe dans l’économie animale un moyen de jetter hors du corps les humeurs lubrifiantes, qui surabondent dans les voies de l’air, plus ou moins, selon le tempérament sec ou humide ; ce moyen est l’expectoration : ainsi il n’y a que l’excès ou le défaut qui fassent des lésions dans cette fonction, qui est très-nécessaire par elle-même dans l’état de santé, entant qu’elle s’exerce d’une maniere proportionnée aux besoins établis par la constitution propre à chaque individu : cependant il faut convenir, qu’en général ils se font naturellement très peu sentir : mais il n’en est pas de même dans un grand nombre de maladies, soit qu’elles ayent leur siége dans les poumons, ou que la matiere morbifique y soit portée, déposée de quelqu’autre partie ou de la masse même des humeurs. Il arrive très-souvent que la nature opere des crises très-salutaires par le moyen de l’expectoration : les observations à ce sujet ont fourni au divin Hippocrate la matiere d’un grand nombre de prognostics & de regles dans la pratique médicinale. Voyez ses œuvres passim.

Le méchanisme de l’expectoration s’exerce donc par l’action des organes de la respiration ; la glotte s’étant fermée pour un instant, pendant lequel les muscles abdominaux se contractent, se roidissent, pressent les visceres du bas-ventre vers l’endroit ou ils trouvent moins de résistance ; c’est alors vers la poitrine où le diaphragme, dans son état de relâchement, est poussé dans la cavité du thorax, il y forme une voûte plus convexe, qui presse les poumons vers la partie supérieure de cette cavité, en même tems que les muscles qui servent à l’expiration abbaissent fortement & promptement les côtes ; & par conséquent toutes les parois de la poitrine s’appliquent fortement contre les poumons, les compriment en tout sens, en expriment l’air qui est poussé de toutes les cellules bronchiques, de toutes les bronches mêmes, vers la trachée artere : mais l’orifice de celle-ci se trouvant fermé, la direction de l’air (mû avec force selon l’axe de toutes les voies aériennes) change par la résistance qu’il trouve à sortir ; il se porte obliquement contre les parois ; il leur fait essuyer une sorte de frotement qui ébranle, qui emporte ce qui est appliqué contre ces parois, avec une adhésion susceptible de céder aisément ; qui entraîne par conséquent la mucosité surabondante. Dans le même instant que l’effort a enlevé ainsi quelque portion de cette humeur, la glotte vers laquelle cette matiere est portée, s’ouvre avec promptitude pour la laisser passer, sans interrompre le courant d’air qui l’emporte de la trachée artere dans la bouche, & quelquefois tout d’un trait hors de cette derniere cavité, par conséquent hors du corps : ce dernier effet a lieu, lorsque la matiere dont se fait l’expulsion est d’un petit volume (mais assez pesante par sa densité, d’où elle a plus de mobilité), qu’elle se trouve située par des efforts précédens près de l’ouverture de la trachée-artere, c’est-à-dire dans ce canal même ou dans les troncs des bronches. Dans le cas, au contraire, où la matiere excrémenteuse se trouve située dans les cellules ou dans les plus petites ramifications bronchiques, c’est-à-dire dans le fond des cavités aériennes des poumons, il faut souvent plus d’un effort expectorant pour l’en tirer ; il faut qu’elle soit ébranlée & élevée par secousses, avant d’être mise à portée d’être jettée hors des poumons : on peut cependant concevoir aussi un moyen par lequel elle peut être tirée & expulsée d’un seul trait, même de l’extrémité des bronches, si l’on se représente que l’air comprimé avec force & subitement par les organes expiratoires, sort comme s’il étoit sucé, pompé des plus petites ramifications & des cellules qui les terminent ; d’où il doit se faire, que les matieres qui en sont environnées, soient entraînées avec lui, & suivent l’impétuosité du torrent qu’il forme, dont le cours ne se termine que dans la bouche ou dans l’air extérieur.

L’exspectoration, pour être naturelle, c’est-à-dire conforme à ce qui se doit faire dans l’état de santé, doit être libre & se faire sans effort ; elle differe par conséquent de la toux, qui est une expulsion forcée (excitée indépendamment de la volonté, opérée par des efforts convulsifs,) des matieres étrangeres ou excrémenteuses ou morbifiques, contenues dans les vaisseaux aériens des poumons ; c’est une expectoration laborieuse & (comme on dit dans les écoles, mais improprement) contre-nature, puisqu’elle est alors un véritable effort, que la nature même opere pour produire un effet salutaire, qui est la purgation des poumons : il en est comme des tranchées, qui disposent à l’excrétion des matieres fécales. L’on doit même souvent regarder la toux, par rapport à l’évacuation, comme un tenesme de la poitrine, entant que les mouvemens violens en quoi consiste la toux, ne sont que des efforts sans effet, c’est-à-dire qui tendent seulement à expulser quelque chose des poumons, sans qu’il se fasse aucune autre expulsion réelle que celle de l’air. La toux peut aussi être regardée comme une préparation à l’expectoration : on peut dire que les secousses qu’elle opere servent à donner. de la fluidité aux matieres qui engorgent les glandes bronchiques ; qu’elle facilite & procure l’excrétion de ces matieres hors des vaisseaux qui composent ces glandes ; & qu’elle enleve enfin ces excrémens, & les jette hors du corps. Par ces considérations ne doit-on pas regarder la toux comme le plus puissant de tous les remedes expectorans ? Voyez Toux, Expectorant, Béchique, Asthme, Péripneumonie, Phthisie. (d)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « expectoration »

Expectorer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Composé d’expectorer et du suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « expectoration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
expectoration ɛkspɛktɔrasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « expectoration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « expectoration »

  • La BPCO est la quatrième cause de décès aux Etats-Unis. La maladie bloque progressivement les voies respiratoires, conduisant à de la toux, de l'expectoration et de l'essoufflement. Un adulte sur 10 en souffre au-delà de 40 ans. LaProvence.com, Santé | Une étude explique pourquoi une maladie respiratoire chronique atteint aussi les non-fumeurs | La Provence
  • Elle survient  sur des lésions suppurées. De manière générale, l'état du patient est déjà atteint et en dégradation. S'ajoute à cela un état de fièvre persistant et une détérioration des poumons (toux, expectoration purulente, etc.). Cette forme de la mélioïdose s'apparente souvent à une tuberculose. Elle implique également de nombreux abcès aux niveaux viscéral abdominal, uro-génital, cutané et neurologique. La Thaïlande notifie une légère augmentation des cas de mélioïdose, La Thaïlande notifie une légère augmentation des c... - MesVaccins.net
  • Contrairement à la toux grasse, la toux sèche ne produit pas d'expectorations (elle est dite non productive). Elle se manifeste par une sensation de « chatouillement » au fond de la gorge qui déclenche le réflexe de toux. En cas de forte toux, elle entraîne une irritation de la gorge parfois douloureuse, une dyspnée, une voix rauque. La toux sèche répond le plus souvent à une irritation résultant d'une allergie, sinusite, bronchite, asthme, reflux gastro-œsophagien, ou exposition importante à des irritants tels que la poussière, la fumée ou le tabac. La toux sèche peut également précéder la toux grasse ou lui succéder, perdurant pendant plusieurs semaines. Futura, Toux sèche, toux grasse, comment les différencier ?
  • Microscopie de frottis d’expectoration, basée sur la culture, moléculaire rapide, autres boursomaniac, Demande croissante pour Mondial Diagnostic de la tuberculose Marche (2020-2029) || Danaher, Roche, Thermo Fisher Scientific - boursomaniac
  • Les prélèvements de ces 22 patients sont restés positifs, respectivement jusqu’à 39 jours pour les expectorations, et jusqu’à 13 jours pour les selles. Ainsi, l’absence de coronavirus au niveau nasopharyngé ne signifie pas l’absence de virus dans les selles ou les expectorations. Pour autant, les auteurs de l’étude n’ont pas conclu sur le risque de transmission possible du SARS-CoV-2 à d’autres personnes. Santé sur le net, Des expectorations et des selles infectées par le SARS-CoV-2
  • En laboratoire de niveau de biosécurité 3, les chercheurs allemands ont mené des tests sur des échantillons de sang, d'expectoration, de selles et d'urine de ces patients COVID-19. L'objectif était de mesurer l'évolution de la charge virale et de détecter les anticorps capables de neutraliser le virus SARS-CoV-2, c'est-à-dire d’arrêter le processus infectieux. Les chercheurs apportent ici un rapport détaillé sur l'évolution clinique et le traitement du premier groupe allemand de patients allemands atteints de COVID-19. Cette analyse permet une première ébauche des critères déterminant le stade auquel les patients traités dans des hôpitaux ayant une capacité limitée peuvent être libérés ou transférés en toute sécurité. santé log, COVID-19 : Un cap 8 à 10 jours après l'apparition des symptômes | santé log
  • Ceux qui développent des symptômes similaires à ceux de la grippe (fièvre, toux sèche, fatigue, expectorations, maux de gorge, frissons, congestions nasales...) appartiennent à la troisième catégorie et la quatrième, la plus grave, se caractérise généralement par une pneumonie.  CNEWS, Coronavirus : qu'arrive-t-il aux poumons des patients touchés par le Covid-19 ? | CNEWS

Traductions du mot « expectoration »

Langue Traduction
Anglais expectoration
Espagnol expectoración
Italien espettorazione
Allemand auswurf
Chinois 吐痰
Arabe نخامة
Portugais expectoração
Russe мокрота
Japonais 去痰
Basque expectoration
Corse expectorazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « expectoration »

Source : synonymes de expectoration sur lebonsynonyme.fr

Expectoration

Retour au sommaire ➦

Partager