La langue française

Elle

Définitions du mot « elle »

Trésor de la Langue Française informatisé

LUI2, ELLE2, EUX, ELLES2, pron. pers.

Pronom personnel non-prédicatif de la troisième personne, forme tonique (lui masculin singulier, elle féminin singulier, eux masculin pluriel, elles féminin pluriel) correspondant aux pronoms personnels il(s), elle(s), de forme atone (voir il1); peut assumer toutes les fonctions du substantif et s'employer avec toutes les prépositions et locutions prépositives, excepté les prépositions temporelles depuis, dès, durant, passé, pendant, aussitôt; représente le plus souvent des animés ou des inanimés personnifiés.
I.− Emploi non réfl.
A.− Emploi prép. [Lui, elle(s), eux représentent le plus souvent des pers., parfois des animaux ou des choses, surtout personnifiées ou déterminées; en fonction de compl. d'obj. indir., de compl. circ., de compl. déterminatif ou de compl. d'adj.]
1. À lui, à elle, à elles, à eux
a) [Compl. d'obj. indir. de verbes conjugués à un mode personnel construits avec la prép. à]
[exprimant le mouvement (avec des verbes comme aller, arriver, courir, etc.)] Vers cette/ces personne(s). Allez à lui; il courut à elle. Car tout vient du Seigneur, et tout retourne à lui (Vigny, Poèmes ant. et mod.,1837, p. 207).Ils y vont, ils le touchent juste de la voix, sans s'approcher, et c'est mon Alphonse qui va à eux (Giono, Gd troupeau,1931, p. 32).
Rem. Pour désigner des choses ou des lieux, y remplace à lui, à elle, etc. Il s'y est adonné (aux sciences); il y est parvenu (au sommet).
[exprimant une activité mentale (avec des verbes comme penser, rêver, songer à)] Ces fameux tilleuls la faisaient pleurer le dimanche, puis elle songeait à eux tout le reste de la semaine (Stendhal, Lamiel,1842, p. 54):
1. Simone montait l'avenue de Laon, pour gagner le bureau où elle était dactylo, juste à l'heure où je partais pour le lycée, je n'ai jamais osé lui parler. Je pensais à elle, je pensais à elle... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 211.
[comme compl. d'obj. d'autres verbes trans. indir. ou de certains verbes pronom. constr. avec la prép. à] Adressez-vous à elle; renoncez à lui; personne ne fait attention à lui; se fier à, s'attacher à, s'intéresser à lui, à elle, à elles, à eux. En approchant des fermes, ils apercevaient une ou deux personnes les attendant pour se joindre à eux (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Père Amable, 1886, p. 222).Les non-anarchistes préféraient avoir affaire à lui plutôt qu'aux chefs de la F.A.I. (Malraux.Espoir,1937, p. 450).Qu'est-ce qu'un dieu pour que je désire m'égaler à lui? (Camus, Caligula,1944, i, 2, p. 27).
Rem. Renforcé par même ou seul. Agnès : Comme il est beau! Le Monsieur de Bellac : Dites-le à lui-même (Giraudoux, Apollon, 1942, 2, p. 30).
[comme compl. d'obj. second de verbes à double constr.] Nous parlerons de vous ce soir avec le chancelier; ayez patience, c'est moi qui vous recommande à lui (Musset, Quenouille Barb.,1840, i, 3, p. 290):
2. − Quel est donc ce Valdo dont tu parles à tout propos? − Je vais te le présenter à l'instant, ou, plutôt, je vais te présenter à lui. Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 18.
b) [Pour indiquer l'identité ou l'appartenance, avec le présentatif c'est]
C'est + adj. + à lui/à elle(s)/à eux.C'est gentil à lui (de + inf.); c'est aimable à elle. V. aimable ex. 66.
[Avec ell. de c'est] Que le poète ou le romancier se contente ici d'une confusion répugnante, libre à lui (Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p. 9).
C'est à lui que. C'est à lui qu'ils souhaitèrent heureux voyage, c'est à lui qu'ils dirent adieu (Giraudoux, Simon,1926, p. 15).Mon cœur, si ma raison lui donne tort de battre, c'est à lui que je donne raison (Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 260).
C'est à lui/à elle(s)/à eux + à/de + inf. Il lui/leur incombe de, il lui/leur appartient de. V. ce1ii A 1 a ex. de Verne et être ex. 105.
[Avec ell. du présentatif] À lui de jouer; à elle de s'arranger. Je suis décidé à accepter la place; à eux de juger si elle vaut mieux que ce que j'avais en vue (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 160).Suis-je de marbre? À eux de me faire de chair! (Péladan, Vice supr.,1884, p. 70).
[ou avec le verbe être, exprimé ou non] Et ils me donneront en échange le royaume des cieux, car il est à eux (Musset, On ne badine pas,1834, iii, 7, p. 74).À eux les expéditions maritimes, c'est bien ce qu'il leur faut (Montherl., Maître Sant.,1947, i, 6, p. 620):
3. À l'esclave, à ceux dont le présent est misérable et qui n'ont point de consolation dans le ciel, on assure que le futur, au moins, est à eux. L'avenir est la seule sorte de propriété que les maîtres concèdent de bon gré aux esclaves. Camus, Homme rév.,1951, p. 241.
c) [Pour indiquer la possession, la parenté, l'appartenance, après un subst.] Qui lui/leur appartient en propre (cf. sien). Une maison à lui; un ami, un oncle à elle; une allure bien à lui, bien à elle; il n'a pas un moment à lui. Une de leurs nièces (...), fille d'un cousin à eux, nommé Miel (Stendhal, Lamiel,1842, p. 39).Il avait une façon bien à lui de leur prendre la tête sous le bras ou de leur tirer les cheveux ou de leur donner de gracieux coups de pied au derrière (Duhamel, Suzanne,1941, p. 27).
En partic. [Empl. en corrélation avec un adj. poss. de la 3epers., pour renforcer ou préciser l'idée de possession] En sa propre chambre, à lui, Augustin (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 379).Cette touche familière, quelque peu vulgaire qui mettait le jeune homme sur son plan à elle (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 11):
4. ... c'est pour une raison que j'ignore, mais que je pressens, pour une raison qui lui ressemble, par servitude stoïque à quelque point d'honneur − son honneur, son honneur à lui, car il n'est qu'un honneur à son usage... Bernanos, Dialog. ombres,1928, p. 51.
[ou pour renforcer un pron. poss. de la 3epers.] L'allusion à la mémoire impressionnante de M. Henri Desgrès l'inquiétait autant. La sienne, à lui Augustin, n'était-elle pas exposée aux mêmes épithètes? (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 171).
d) [Après un terme de même fonction, subst. ou pron., coordonné, juxtaposé ou en prop. comparative] Ne dites rien ni à sa femme, ni à lui; je l'ai dit à son frère et à lui; adressez-vous à lui plutôt qu'à elle. C'est un brave militaire, c'est l'honneur du pays, et jamais on ne s'aviserait de manquer à lui et aux siens (Scribe, Varner, Mariage raison,1826, ii, 8, p. 402).
e) [En appos. au compl. d'obj. indir. (leur repris par à eux/à elles; lui (atone) repris par à lui/à elle)] Quel bonheur avait-il goûté, quelle grandeur lui restait-il, à lui qui voulait tout mettre à ses pieds? (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 333).Tremblante à la pensée de ce qui aurait pu lui arriver à elle (Proust, Sodome,1922, p. 1031).Oh! à eux, je le leur dirai, soyez sûr (Anouilh, Répét.,1950, ii, p. 44):
5. − Tu ne lui as pas demandé de reçu. − C'est vrai. Pas de pièces de caisse : ma société me fait confiance. − Sans doute. Et à lui? Tu lui fais confiance? Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 30.
[Coordonné à un subst. ou à un autre pron.] Il leur arrivait souvent à Lancelot et à lui, en causant, de juger M. Bourdoise (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 423).L'ébranlement et la fissure de ces murailles autour de lui qui lui barraient le salut, Je dis à lui et à cette multitude avec lui qu'il implique obscurément (Claudel, Soulier,1929, 1rejournée, 1, p. 654).
Rem. En antéposition, à lui/à eux peut se réduire à lui/eux (dans la lang. parlée). Eux on ne leur dit rien (Montherl., Ville dont prince, 1951, I, 1, p. 853).
f) [Dans les tours à valeur d'appos.]
À lui (tout) seul, à elle (toute) seule, à eux (tout) seuls, à elles (toutes) seules. [Pour indiquer que des pers. ou des choses produisent d'elles-mêmes un effet quelconque sans qu'il soit nécessaire d'ajouter autre chose]
[En parlant d'animés] Sans se faire aider, sans l'aide, sans la coopération d'autrui. Il en avait consommé déjà (...) plus de trois mille boîtes à lui tout seul (Céline, Voyage,1932, p. 225).
[En parlant de choses] Sans l'aide ou l'adjonction d'autre chose. Le service à la russe, où les hors-d'œuvre sont à eux seuls tout un véritable repas (Hermant, M. de Courpière,1907, ii, 11, p. 20).Je continue avec méthode mes efforts de réadaptation. Exercice de volonté qui, à lui seul, est déjà salutaire (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 914).
À eux deux, à eux trois, à eux tous. [Pour indiquer, par le nombre cardinal ou par tous, que ce que l'on dit n'est vrai que si l'on prend ce nombre en entier] Ils ont quarante ans à eux deux (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 94).
2. De lui, d'elle, d'elles, d'eux.[Avec toutes les fonctions d'un compl. introd. par la prép. de, compl. d'adj. (je suis content de lui, d'elle, d'elles, d'eux), de subst. (un portrait d'elle), de verbes et de loc. verb. constr. avec de (compl. d'obj. indir., compl. circ., etc.)] Voyez-vous, mes filles, les bonnes gens nous jugent très différentes d'eux (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 3etabl., 6, p. 1627).Je suis sans nouvelles d'eux depuis le 1erjuin (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 12).
Rem. Dans ces emplois, le pron. ne représente ni un animal (montez dessus et non montez sur lui) ni une chose (n'en approchez pas [de cet arbre]).
En partic.
a) [Pour marquer l'appartenance ou la provenance, comme compl. déterminatif ou à la place de l'adj. poss. quand celui-ci n'est pas de mise] L'idée est de lui; cela vient d'elle. Et que nous obtenons, en quelque sorte, des paroles de lui que le souvenir n'aura même pas à déformer (Gide, Robert,1930, p. 1316).Il y a de lui [Euripide] une tragédie perdue, intitulée également Les Crétois, dont nous ne savons rien ou presque rien (Montherl., Pasiphaé,1938, av.-pr., p. 105).
b) [Pour marquer le point de départ d'un mouvement] Si je n'avais pas Cécile, je m'en irais, oui, je m'en irais d'eux tous (Duhamel, Terre promise,1934, p. 169).
c) [En alliance avec les indéfinis, d'eux, d'elles est à rattacher à l'emploi partitif de la prép. de1] Aucun d'eux, aucune d'elles, chacun d'entre eux; un d'eux, l'un d'eux, l'un d'entre eux, l'une d'entre elles, la plupart d'entre eux; quelqu'un d'eux, quelqu'un d'entre eux, nul d'eux, tel d'eux. À qui d'eux eût-on persuadé que je ne travaillais pas pour moi seul, pour mes avantages personnels? (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 463).Sa rêverie, d'abord éparse sur tous les praticiens qu'il avait connus, se rassembla et convergea sur l'un d'entr'eux (Huysmans, À rebours,1884, p. 65).
Pop. Quelques-uns d'eux autres. Depuis le commencement, y en a quelques-uns d'eux autres qui ont été tués par un malheureux hasard (Barbusse, Feu,1916, p. 138).
d) [Dans le gallicisme exclamatif pauvre d'eux! pauvres d'elles!] V. pauvre et moi.
Rem. 1. Pour en, substitut de de lui pour des pers., v. en. 2. Lui tonique peut représenter un inanimé en l'absence d'un tour concurrent après une loc. prépositive contenant déjà de. Je peux citer ce fait parce que mon séjour à Balbec me mit au courant de lui (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 268).
3. [Avec d'autres prép. ou loc. prépositives] Par lui, avec lui, en lui; excepté lui; quant à elle; entre eux, entre lui et elle.
a) [Très souvent avec un subst. représentant des pers.] Il était drôle et amusant, et, avec lui, il y avait toujours − comme disait l'Abbé − de l'imprévu (Gyp, Souv. pte fille,1927, p. 72):
6. Vous savez comme j'aime les lettres en général et tout lettré en particulier. Je me sens vivre en eux; quand ils souffrent, je souffre avec eux; quand ils espèrent, j'espère avec eux; quand ils travaillent je suis avec eux. Il me semble que mon cœur a des fibres qui répondent au cœur de chacun d'eux. Hugo, Corresp.,1845, p. 619.
Entre eux, entre elles. Mutuellement, réciproquement, l'un avec l'autre, les uns avec les autres. Quelques poètes et un jeune et grand peintre réellement unis entre eux et avec lui par des rapports intimes d'amitié et de voisinage (Sainte-Beuve, Poés.,1829, p. 65).Et les pleurs et les chants sont les voix éternelles De ces filles de Dieu qui s'appellent entre elles (Musset, Coupe,1832, i, 1, p. 272).
b) Rare. [Avec un subst. représentant un animal ou une chose, surtout personnifiée] Le solitaire se ramasse (...). Deux balles coup sur coup l'abattent. Le limier se jette sur lui (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 11).
Rem. 1. ,,Après les prépositions, on emploie souvent cela, mais l'emploi de lui tend à se répandre. Lui se dit néanmoins des choses avec les prép. avec, après, devant, derrière, au-dessus de, etc.`` (Thomas 1956). 2. L'omission du pron. pers. tonique est fréquente, notamment dans la lang. fam., et lorsque le subst. désigne un animal ou une chose non personnifiés, après des prép. comme après, avec, devant, derrière, dessous, dessus, qui ont alors un emploi adv. : contre peut devenir là(-) contre; dans la lang. pop., autour de, en face de deviennent autour, en face. Un écheveau de crins rattaché à un anneau de cuivre que le musicien passe dans son pouce, il tire dessus en jouant pour lui donner le degré de tension nécessaire (Du Camp, Nil, 1854, p. 117).
c) Chez lui, chez elle, chez eux
À la maison, à son/leur domicile. Je la remis chez elle; je lui souhaitai le bonsoir (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 186).J'ai pris pour vous rendez-vous jeudi à 3 heures, chez eux, 33 rue de Seine (Balzac, Corresp.,1841, p. 260).Le café qu'on buvait chez lui était exquis (Taine, Notes Paris,1867, p. vii).
Au fig. Dans sa/leurs personne(s), son/leur esprit, son/leur caractère, son/leur clan, sa/leur classe. Chez eux [des conseillers], c'est la tête et non le bras qui agit (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 13).L'ascenseur, dont il me pria de le laisser manœuvrer les boutons, c'était chez lui une manie (Proust, Guermantes 2,1921, p. 314).Chez lui le geste ou la parole précédait toujours l'émotion ou la pensée (Gide, Geneviève,1936, p. 1352).
4. Littér. (ou dans la lang. jur. ou admin.). [Devant un part. passé sans auxiliaire, le pron. pers. tonique compl. d'obj. indir. ou compl. d'attrib. introd. par la prép. à, ou plus rarement avec d'autres prép. comme de, par, pour, etc., est antéposé] Ils rempliront les conventions par eux souscrites (Laya, Ami loix,1793, ii, 3, p. 38).Cette société d'illustres égaux (...) s'entretenant ensemble dans une langue d'eux seuls comprise (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 502).Un coffre rempli de poulets flairant le musc et le benjoin, à lui adressés par une foule de personnes de qualité (Gautier, Fracasse,1863, p. 33).
[Devant un adjectif] Des raisons à lui particulières. Son tourment à lui spécial, c'était les fourmis rouges (Céline, Voyage,1932, p. 224).
B.− Emploi non prép. [Le pron. pers. tonique peut assumer toutes les fonctions non prép. d'un subst. ou d'un pron. dans la phrase; à l'opposé des formes atones, les formes toniques peuvent être séparées du verbe par une appos., par une rel., ou peuvent être coordonnées]
1. [En fonction de suj.]
a) [Suj. prédicatif; forme d'insistance, ou pour s'opposer à un autre pron. pers.; parfois séparé du verbe par une virgule ou par un membre de phrase, à la différence du pron. atone il(s)1, elle(s); non commutable avec moi ou toi, ces pron. ne pouvant être qu'apposés à un suj.] À l'asile, on les plaisantait, on disait à Pérez : « C'est votre fiancée ». Lui riait (Camus, Étranger,1942, p. 1132):
7. Les passans qui me voyaient auraient pu dire : Voilà un fidèle croyant. Mais eux priaient, et moi j'écoutais; eux adoraient, et moi je cherchais à adorer... Quinet, All. et Ital.,1836, p. 196.
[Parfois séparé du verbe] Eux, nous étonnaient par leurs principes dégénérés; et nous, nous les étonnions par nos idées et nos mœurs nouvelles (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 112).Il la boudait (...). Elle pourtant, à chaque minute, (...) semblait l'inviter à être aimable (Zola, Germinal,1885, p. 1180).
Lui + rel.Lui qui aimait faire l'homme d'importance, s'oubliait (Pourrat, Gaspard,1925, p. 12).
Lui renforcé par aussi, au moins, du moins, non plus, seul, ou par un adj. numéral cardinal, ou par tous.Eux deux, elles toutes. Napoléon : (...) Je demande mes maréchaux (...). Santini : Ils ont pris la route de Paris (...). Caulaincourt : Vous le voyez, sire; eux aussi vous abandonnent (Dumas père, Napoléon,1831, iv, tabl. 14, 2, p. 99).
Lui-même (non réfl.; v. aussi même).Marguerite : je ne reverrai jamais mon fils! et qui peut en répondre, madame? La marquise : Lui-même ignorera qui il est (Dumas père, Jones,1838, V 2, p. 195).Et que veux-tu savoir, quand lui-même ne sait rien encore? (Claudel, Père humil.,1920, i, 1, p. 485).
b) [Suj. coordonné à un subst. ou un pron.] Eux et moi serons contents (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1878, p. 242).Pas une minute, ni eux, ni personne, ne soupçonnèrent l'épouvantable vérité (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 147).
[ou suj. d'une prop. comparative ell.] Frère sombre et pensif des arbres frissonnants, Tu laisses choir tes ans ainsi qu'eux leur feuillage (Hugo, Contempl.,t. 2, 1856, p. 129):
8. Et moi aussi, je suis comme eux. Mais quoi! La mort n'est rien pour les hommes comme moi. C'est un événement qui leur donne raison. Camus, Peste,1947, p. 1316.
c) [Suj. d'une prop. ell.] La soirée était chaude, et des papillons venus du jardin tournoyaient autour des bougies. Eux aussi! répliqua ironiquement le petit bossu (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 49):
9. Quelles tourtes, ces examinateurs! L'esprit le plus obtus aurait compris que, par ce temps écrasant, nous composerions en français plus lucidement le matin. Eux, non. Colette, Cl. école,1900, p. 199.
d) [Suj. d'un inf. de narration] Et lui de renchérir, de répliquer, de conclure. Et lui de cornemuser et nous tous de trépigner comme des fous (Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 96).Eux, alors, de lâcher leur fardeau (...) et puis de s'enfuir à toutes jambes (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 46).
e) [Suj. d'une prop. part. abs., ell. du verbe être] La jeune fille qu'il a conduite à cette ferme, il y a six semaines, lui déguisé en ouvrier (Sue, Myst. Paris,t. 2, 1842-43, p. 280).Cependant, lui parti, M. Baslèvre n'aurait pu agir autrement (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 18).Je ne parviens pas à résister à dire, à formuler, eux absents, ce fond de ma pensée (Du Bos, Journal,1926, p. 31):
10. En vain Rachel, puis Théophile Gautier ou Victor Hugo ont-ils tenté de rendre à l'enclos déserté une vogue éphémère : eux partis, un abandon définitif s'est appesanti sur ce lieu plein d'histoire. Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919p. 3.
2. [Dans les autres fonctions, toujours en cont. prédicatif]
a) [En tournure ell., dans des phrases interr., exclam., le pron. formant à lui seul la question ou la réponse] Vous l'avez joint au téléphone? − Lui-même (? en personne). Oh! lui alors! Encore lui! Toujours lui! Impossible... Dites-lui que je ne pense recevoir aucun journaliste... Non, même pas lui! (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 473).
En partic. [Phrases exclam. à valeur affective] Cette grossesse l'exaspérait. Lui qui prenait tant de précautions! (Zola, Terre,1887, p. 242).Mais tous semblaient ravis? − Oh! Eux!... (Malraux, Conquér.,1928, p. 19).
b) [En coordination avec un subst. ou un pron.] J'embrasse ton mari, et toi, et lui, et toi encore (Hugo, Corresp.,1843, p. 607).Vous lui donnez un emploi chez vous (...) en vertu d'un traité qui n'engage ni lui ni vous pour un temps déterminé (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 436).
c) [En tournure compar.] Je vous confie la lettre ci-jointe écrite à Dubochet, prenez-en connaissance car elle vous regarde ainsi que lui (Balzac, Corresp.,1844, p. 664).
d) [Après le présentatif c'est ou il y a ou dans la tournure c'est... qui/que] C'est bien elle. Toutes lui ressemblaient,ce n'était jamais elle (Musset, Namouna,1832, p. 433).Ils jouaient l'indifférence, ce n'étaient pas eux (Zola, Page amour,1878, p. 1041).On a sonné! On vient! C'est eux! (Giraudoux, Lucrèce,1944, ii, 4, p. 129).
[P. allus. littér. à Montaigne (Essais, i, 27, De l'amitié)] Inutile de chercher d'autres raisons que celle-ci : « Parce que c'était eux, parce que c'était moi... » (Mauriac, Th. Desqueyroux,1927, p. 253).
C'est lui qui/que/dont, etc. Ce n'étaient pas eux qui fuyaient les détails, mais les détails qui les fuyaient (Baudel., Salon,1846, p. 150).Les idées nouvelles ne peuvent être vaincues que par elles-mêmes, ou plutôt ce sont elles qui vainquent leurs adversaires (Renan, Avenir sc.,1890, p. 521).C'est bien lui surtout que je suis venu voir (Gide, Journal,1905, p. 151):
11. Était-ce lui qui avait discrètement renvoyé Marika? N'était-ce pas elle plutôt qui s'était enfuie, effrayée par l'aspect du pays, ou doutant de mes promesses, ou craignant la colère des personnes dont je dépendais? Larbaud, Barnabooth,1913, p. 185.
En partic. [En phrase exclam.] C'est lui qui sera content! C'est lui, oui, qui a de la chance! (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 79).
[Après le tour présentatif il y a servant de mise en relief] Oh! mon Dieu, s'il n'y avait pas Vous! Il s'entendit murmurer à voix presque haute : « S'il y a Lui, il est bien caché » (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 315).
Emploi subst. Dira-t-on que pour Dieu ces adhérences se rompent? Mais il est facile de voir que Dieu ainsi défini n'est en rien pour moi et que je ne suis en rien pour lui. Rien si ce n'est un lui qui ne pourra jamais devenir un toi (G. Marcel, Journal,1918, p. 137).
e) [Après le tour restrictif ne... que] Je n'ai trouvé que lui qui m'ait parlé sentiment d'une manière attachante et vraie (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1630).Et je n'ai plus trouvé de grand dans l'univers que lui et son auteur (Delacroix, Journal,1822, p. 19).Il n'y avait plus qu'eux sur la terre (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 293).
f) [En fonction d'appos.]
α) [au suj., ce dernier étant un subst., un pron., ou un pron. atone de la même pers. et du même genre : lui, il..., elle, elle..., eux, ils..., elles, elles...; le pron. tonique est parfois séparé du verbe par une virgule ou par un membre de phrase] Et ceux qui ont perdu la vie, n'ont-ils rien perdu, eux? (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 311).Vous sauvez la vie aux gens, et après vous les oubliez! Oh! c'est mal! eux ils se souviennent de vous! (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 562):
12. Pour un blessé que nous soignons par hasard, pour un enfant à qui nous donnons à manger, la guerre infatigable en fait par centaines, elle, et tous les jours, des blessés, des malades et des abandonnés. Péguy, Myst. charité,1910, p. 20.
[Accompagné d'un compl. circ. de constr. dir.] Nous passâmes encore un pont, lui, son sac de jouets sur l'épaule, moi, un fragile carton aux doigts (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 254).
En partic.
[Dans les prop. part. (lui + part. prés. ou part. passé)] Et nous allions tous deux, lui pensant, moi rêvant (Hugo, Feuilles automne,1831, p. 775).Ils couraient par la plaine vide et rase, lui ballonné dans sa blouse, elle échevelée, son bonnet au poing, tous les deux répétant les mêmes mots, grondant comme des bêtes traquées (Zola, Terre,1887, p. 449).
[Dans une énumération, pour expliciter un pron. pers. sing. ou plur.] Il est certain qu'elle me déplaît, elle, sa foulure et son bouillon (Musset, Il ne faut jurer,1840, ii, 1, p. 126).Nous étions restés orphelins, moi à cinq ans, lui à dix-huit (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 633).Il périt tout entier, lui et sa vile carcasse! (Claudel, Choéphores,1920, p. 924).
Fam. [Après un autre suj. en appos. et le renforçant] Les Japonais, eux, ils ne demandent pas tant de choses (Goncourt, Journal,1876, p. 1151).
Rem. On relève a) une forme pop. eusses : Eusses, ils ne connaissent rien (France, Crainquebille, 1905, tabl. 1, 3); b) une forme pop. ou région. (Canada) eux autres : Et eux autres maintenant, (...) ils disent que nous sommes morts (Claudel, Agamemnon, 1896, p. 882). Ce sont des dames riches qui apportent des jouets aux petits garçons malades, ou d'autres enfants, qui en ont plus qu'ils en veulent, eux autres (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 277).
β) [au compl. d'obj. dir. (souvent pour reprendre un pron. pers. atone)] Vous verrez le directeur général lui-même. Mais eux ça les tentait pas l'aventure (Céline, Voyage,1932, p. 232):
13. Les aquarelles de Cézanne constituent un chapitre à part, et pour lequel mes connaissances actuelles sont encore trop déficientes. Je les admire, elles, sans réserve... Du Bos, Journal,1928, p. 134.
En partic.
[En coordination (souvent pour dédoubler un pron. pers. atone au sing. ou au plur.)] Je les considérais avec surprise, eux, leurs armes et leur accoutrement (Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 229).On les accuserait tous deux, lui d'un manque de franchise, elle de l'oubli de ses devoirs (Duranty, Malh. H. Gérard,1860, p. 103).Je sais qu'il déteste le bruit, qu'il désire qu'on ne le mette, ni lui, ni les siens, en scène (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. xiv).
Lui qui. Pourquoi l'avaient-ils crucifié, lui qui chérissait les enfants (...)? (Flaub., Cœur simple,1877, p. 26).
Vx. Lui + adj. numéral ordinal. Quel beau rôle Que celui d'un nigaud qui gémit et qui piaule, Et qui de vers connus dans un livre-glaçon, Nous donne, lui centième, une contrefaçon! (Pommier, Crâneries,1842, p. 161).On le ramassa sous les balles, lui troisième, à l'assaut d'un village (P. Margueritte, Simple histoire,p. 297 ds Le Bidois 1967, t. 1, § 288):
14. Zeus ayant rempli son cœur de l'art divin L'établit, lui quatrième en ce siège par ordre chronologique, Prophète du dieu son père, Loxias, tel qu'encore il est aujourd'hui même. Claudel, Euménides,1920, i, p. 950.
g) [En fonction d'attribut prédicatif] Tout ce qui n'est pas lui; je ne voudrais pas être lui (= je ne voudrais pas être à sa place). Dans sa création le poëte tressaille; il est elle, elle est lui (Hugo, Contempl.,t. 1, 1856, p. 74):
15. Bouvard et Pécuchet m'emplissent à un tel point que je suis devenu eux! Leur bêtise est mienne et j'en crève. Flaub., Corresp.,1875, p. 237.
h) Fam. [En fonction de thème, ne renforçant ni le suj. ni le compl. d'obj. et signifiant, dans des tours ell., « pour lui, quant à lui »] Lui, très troublé; elle... ses lèvres tremblaient un peu (Rolland, J.-Chr.,Nouv. journée, 1912, p. 1437).Chacun ses monstres, eux c'était l'Amérique leur bête noire (Céline, Voyage,1932, p. 233):
16. Et lui aussi, le vieux Peuch, il a tout son menu sur son gilet. Mais, lui, ce n'est pas de l'œuf. Il n'en mange plus, à cause du foie. C'est de la sauce béchamel ou quelque autre saleté de cette espèce. Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 21.
i) [Avec valeur d'oppos.] Racine s'est trouvé là : autant valait, je crois, pour modèle choisir lui qu'un autre (Dumas père, Charles VII,1831, préf., p. 230).
Rem. Pour éviter soit une équivoque, soit un sens trop concr., on emploie après le verbe le pron. compl. d'obj. dir. tonique et on laisse devant le verbe le pron. atone de la 1reou de la 2epers. compl. d'obj. indir. ou d'attribution. Cette lettre m'apporte, lui tel que je l'ai connu; elle me rappelle lui en ce moment. ,,Ces cas sont (...) assez rares et leur correction sera contestée par beaucoup`` (Sandf. t. 1 1965, § 43).
II.− Emploi réfl.
A.− Lui/elle(-même), eux/elles(-mêmes)
1. Emploi réfl. déterminé
a) [Comme compl. prép.]
α) [Le subst. déterminé masc. ou fém. désigne une pers.] Il est maître de lui, sûr de lui. Elle attira Jean contre elle (...) et, d'un coup de hanche l'élevant de terre, se mit à danser avec lui (A. France, Servien,1882, p. 53).La concierge, qui était une brave femme, le lava et tenta de le faire revenir à lui (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 17).Il ne faut pas que nos hôtes parisiens soient des étrangers parmi nous, il faut qu'ils se sentent chez eux (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1937, p. 23):
17. Le peuple de l'esprit (...). C'est le seul peuple qui subsiste sans frontières; c'est le seul peuple qui soit chez lui partout, ce qui revient à n'être nulle part chez soi. Alain, Propos,1933, p. 1156.
Rem. Pour l'emploi de soi avec un subst. déterminé désignant une pers., v. soi.
β) [Le subst. déterminé masc. ou fém. désigne une chose] La terre tourne sur elle-même. Si petit que soit le fragment d'une œuvre romaine, il porte en lui un monde qui m'apparaît comme sans limites (Green, Journal,1935, p. 23).Les grands sentiments promènent avec eux leur univers, splendide ou misérable (Camus, Sisyphe,1942, p. 24).La vertu a en elle ce qu'il faut pour la rendre aimable (DauzatGramm.1958, p. 263).
Rem. Pour un subst. déterminé désignant une chose, on emploie soi (emploi arch.) ou lui/elle (v. soi); l'emploi de lui/elle est de règle si le suj. est un animal. ,,Au féminin, on emploie plutôt elle`` (Dupré 1972).
b) [Comme attribut réfl. (souvent sous la forme renforcée avec même)] Sainte-Beuve ne fut lui que par ses disgrâces auprès des jeunes femmes (Barrès, Homme libre,1889, p. 90).Bremond − qui me quitte à l'instant, qui est plus adorablement lui que jamais (Du Bos, Journal,1927, p. 288).La façon naturelle qu'ils [des amis] ont d'être « eux » et de compter pour rien dans la transformation qu'ils accomplissent en moi (J. Bousquet, Trad. du silence,1936, p. 54):
18. J'ai avancé (...) que jamais homme n'a été plus lui-même que le Dante, qu'Alfieri n'était pas lui, pour la langue, que même pour les idées il était bien moins lui qu'il ne croyait. Stendhal, Rome, Naples et Flor.,t. 2, 1817, p. 158.
2. Emploi réfl. indéf. [Pour représenter un pron. indéf. (surtout suivi d'un déterminatif : chacun de..., aucun de..., celui qui...) ou un subst. à valeur gén. à la place de soi (plus rare que soi)] Chacun de nous appartient à la société autant qu'à lui-même (Bergson, Deux sources,1932, p. 7).Il me semble qu'à la première conscience qu'il aurait de lui-même, l'homme retomberait en poussière (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1184).
B.− Lui-même, elle-même, eux-mêmes, elles-mêmes
Rem. Même est obligatoire chaque fois que l'équivoque peut naître et que lui, elle... peut s'interpréter comme renvoyant à autre chose que le sujet.
1. [Sert à renforcer le suj. désignant une pers. ou une chose] Il est imbu de lui-même, en contradiction avec lui-même. Tel qu'en lui-même enfin l'éternité le change, Le poëte suscite... (Mallarmé, Poés.,1898, p. 70).Voilà donc une malheureuse population qui est entièrement abandonnée à elle-même au point de vue hygiénique et prophylactique! (Romains, Knock,1923, ii, 2, p. 9).
a) En partic.
[En appos.] Les meilleurs libraires de Leyde, sont, disent-ils eux-mêmes, des antiquaires (Michelet, Journal,1837, p. 237).À ce moment le do lui-même est remplacé par un indistinct son intermédiaire (Gide, Retour Tchad,1928, p. 887).Depuis Marie, sœur de Moïse, jusqu'à cette parfaite Marie elle-même qui fut la mère du Christ (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 190).
[En emploi attribut] Il n'est plus lui-même. Il est tout à fait changé. Nos rêves sont la meilleure et la plus douce partie de notre vie. C'est le moment où chacun de nous est le plus lui-même (Renan, Drames philos.,Eau jouvence, 1881, iv, 3, p. 497).
[En emploi subst.] Louise : Qui êtes-vous, monsieur? Dubouloy : Un ami intime de Saint-Hérem, un autre lui-même (Dumas père, Demois. de St-Cyr,1843, i, 9, p. 114).C'est trop souvent cet homme officiel qui fait la leçon au lui-même d'autrefois (Sainte-Beuve, Chateaubr.,t. 1, 1860, p. 109).
[Après ne... que] Les visages n'affirment qu'eux-mêmes (Alain, Propos,1923, p. 548).On dit que les Arnauld n'estiment qu'eux-mêmes (Montherl., Port-Royal,1954, p. 1012).
b) Expr. diverses
De lui-même, d'elle(s)-même(s), d'eux-mêmes
[En parlant de pers.] De son/leur propre chef, de sa/leur propre initiative, tout seul, spontanément. En apprenant que son père voulait céder son commerce, elle vint d'elle-même lui demander la préférence (Zola, Terre,1887, p. 48).Le cousin Lachassaigne (...) jugeait inconcevable que le professeur ne songeât pas de lui-même à démissionner (Mauriac, Génitrix,1923, p. 333).
[En parlant de choses] Sans l'aide ou l'adjonction d'autre chose. Chaque barreau, plutôt d'acier que d'or, semblait luire de lui-même (Gide, Tentative amour.,1893, p. 79):
19. Les feux de cheminée et les inondations devenaient plus rares; les lustres ne tombaient plus d'eux-mêmes et spontanément sur le plancher... A. France, Vie fleur,1922, p. 309.
En/par lui/elle-même, en/par eux/elles-mêmes
[En parlant de pers.] Personnellement. Il est venu voir par lui-même. Esprits capables de vérifier en eux-mêmes et par eux-mêmes (Nizan, Chiens garde,1932, p. 157).
[En parlant de choses] Par sa/leur propre nature. C'est [Une Bataille, de Salvator Rosa] la bataille en elle-même, personnifiée pour ainsi dire (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 111).Les résultats généraux (...) ont de la valeur en eux-mêmes (Renan, Avenir sc.,1890, p. 135).Ces théorèmes sévères ne sont pas intéressants par eux-mêmes; c'est que par eux-mêmes ils ne sont pas; il faut les faire et les soutenir (Alain, Propos,1931, p. 1009).
Pour lui/elle-même, pour eux/elles-mêmes
Pour sa propre personne, indépendamment de toute considération d'intérêt. M. Thiboust-Gouron était dur pour lui-même comme pour autrui (Sartre, Nausée,1938, p. 123).
En leur propre nom. C'est qu'ils ne parlent pas seulement pour eux-mêmes, ils parlent aussi pour M. Claudel (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 133).
Pour la chose considérée isolément. S'il restait encore de lui quelques os, ils existaient pour eux-mêmes, en toute indépendance (Sartre, Nausée,1938p. 127).
2. [Sert à renforcer le pron. réfl. se]
a) [Se est compl. d'obj. dir.] Avant de se trouver eux-mêmes, ils s'étaient rencontrés les uns les autres (Martin du G., Devenir,1909, p. 26).Il leur demande un grain de blé et en échange Il Se donne Lui-même, Il est le Pain des anges (Jammes, Géorgiques,Chant i, 1911, p. 31).
b) [Se est compl. d'obj. indir. (à + le pron.)] Pour se justifier à lui-même les soupçons qu'il a (Mérimée, A. Guillot,1847, p. 11).La demeure qu'ils se sont donnée à eux-mêmes, est (...) la demeure de l'absolu (Psichari, Voy. centur.,1914, p. 116).
Prononc. : [lɥi], [εl], [ø], [εl]. On ne fait pas la liaison entre eux et un mot suiv., ex. : je chante, eux/écoutent, mais je chante, elles écoutent, avec la liaison. Pas de liaison non plus après eux-mêmes, eux seuls : eux-mêmes/avaient émigré, eux seuls/auraient pu rester. Étymol. et Hist. Lui2: v. lui1. Elle2, eux, elles2: v. il1(s).
STAT. − Lui1 et 2. Fréq. abs. littér. : 303 549. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 395 544, b) 440 000; xxes. : a) 460 064, b) 440 999.
BBG. − Foulet (L.). L'Extension de la forme oblique du pron. pers. en a. fr. Romania. 1935, t. 61, pp. 401-463. − Heriau (M.). Le Verbe impers. en fr. mod. Paris, 1980, p. 399, 905; pp. 1010-1012. − Jensen (J.). Obs. sur le pron. lui. R. rom. 1970, t. 5, pp. 205-222. − Mason (P.). Li and lui as indirect objects pronouns in two Middle Fr. texts. St. neophilol. 1980, t. 52, no2, pp. 385-388. − Pinchon (J.). Hist. d'une norme... Lang. fr. 1972, no16, pp. 74-87. − Thomas (A.). Lui et lei. Romania. 1883, t. 12, pp. 332-334. − Tilander (G.). Un Probl. syntaxique de l'a. fr. je lui donne = je le lui donne. Romania. 1937, t. 63, pp. 31-47. − Zribi-Hertz (A.). Coréférence et pron. réfl. : notes sur le contraste lui/lui-même en fr. Ling. Investig. 1980, t. 4, no1, pp. 131-179.

Wiktionnaire

Nom commun

elle \ɛl\ masculin et féminin identiques

  1. Lettre latine L, l.
    • Avec un elle et pas un emme. Parce que la mangouste-mayonnaise ça n'existe pas. — (site fmr-ides.blogspot.com, 11 mars 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ELLE. Pronom personnel féminin de la troisième personne
. Il s'emploie comme sujet. Elle est venue. Elles sont parties. Quand il est employé comme complément, il est le plus souvent précédé d'une préposition. J'ai fait cela pour elle. Se diriger vers elle. Il se répète ou il répète un autre pronom de la 3e pers. sing. quand on veut insister sur la personne ou la chose en question. Elle, elle aurait osé dire cela! Je le lui dirai à elle. Je veux la voir, elle.

Littré (1872-1877)

ELLE (è-l') pron.
  • de la 3e pers. féminin. Il s'emploie comme sujet. Elle a dit. Elles font. Qui a tenu ce langage ? elle.

    Elle qui… au féminin, tandis que, au masculin, on dit lui qui… Elle qui se prétend si sage a pourtant fait une sottise.

    Elle ne sert pas de régime direct à un verbe actif ; on le remplace par la devant ce verbe : je la chéris, pour je chéris elle.

    Quand le pronom la est le régime direct d'un verbe, et qu'après ce verbe il y a un nom qui concourt avec le pronom à former ce régime direct, on joint elle à ce nom : le lion la dévora, elle et ses enfants. On dit de même au sujet : elle mourut, elle et ses enfants.

    Elle ne sert pas ordinairement de régime indirect à un verbe quand ce régime est marqué par à ; on y substitue lui : parlez-lui, et non parlez à elle. Cependant, en quelques cas exceptionnels, où l'on veut exprimer plus fortement le régime indirect, on peut se servir de elle. Il croyait même parler à elle, Fénelon, Tél. VII.

    Quand on ajoute même à elle, on peut dire à elle : parlez à elle-même (voy. MÊME).

    D'elle-même spontanément. Mais enfin d'elle-même on ne l'entend jamais…, Th. Corneille, Ariane, II, 1. La flamme du bûcher d'elle-même s'allume, Racine, Iphig. V, 6.

    Elle se construit aussi avec une préposition comme complément d'un adjectif ou d'un verbe. Je ne suis pas content d'elle. Je pense à elle. Bien des préventions se sont élevées contre elle. Il faut s'adresser à elle. Je trouvai du plaisir à me perdre pour elle, Racine, Androm. II, 5.

    Elle se construit moins bien de la sorte, quand il s'agit de choses et non de personnes ; vous avez une plume bien taillée ; c'est avec elle que j'ai écrit ; il vaut mieux dire : c'est avec cette plume. Cette muraille menace ruine, ne vous approchez pas d'elle ; dites : ne vous en approchez pas. Aussi on désapprouve ces deux vers de Voltaire : Fers, tombez de ses mains, le sceptre est fait pour elles, Oreste, V, 7. ; Mais qui peut altérer vos bontés paternelles ? Vous seule, vous, ma fille, en abusant trop d'elles, Tancr. I, 4. Cependant rien, dans la grammaire, n'empêchant cet emploi, qui seulement est languissant et prosaïque, on ne le blâmera pas absolument ; et l'on acceptera ce vers de V. Hugo, cité par Legoarant : Moi, la douleur m'éprouve, et mes chants viennent d'elle. On acceptera également cette phrase-ci : Cette comédie ayant plu à ceux pour qui elle est faite, je trouve que c'est assez pour elle.

HISTORIQUE

Xe s. Elle n'out eskolté les mals conseliers, Eulalie.

XIe s. Quant el [la dame] le voit, ne peut muer ne rie [s'empêcher de rire], Ch. de Rol. LXXV.

XIIe s. Ele ot chemise de soie d'Aumarie, Ronc. p. 160. Nule chançon ne m'agrée, S'el ne vient de fine amor, Couci, I. La roïne ne fit pas que courtoise, Qui me reprist, ele et ses fiex li rois [son fils le roi], Quesnes, Romancero, p. 83. Au departir de li [elle] [il] l'a doucement baisie, Et ele lui aussi, Sax. VII.

XIIIe s. N'ert [n'étoit] fame qui à ele de grant biauté s'afiere, Berte, XI. Onc puisqu'ele [elles] leur dame voudrent [voulurent] faire mourir, ib. LXIII. Ge fusse arivés à bon port. Se d'els [elles] troi ne fusse aguetiés, la Rose, 2879.

XIVe s. Les queles choses, s'il [elles] sont bien considerées, H. de Mondeville, f° 31, verso. Les vaines [veines] sont devisées en moult de parties, tant qu'il soient capillaires, H. de Mondeville, f° 22, verso. Nous manifesterons et declarerons quantes il [les vertus] sont, Oresme, Eth. 78.

XVIe s. Ell' n'en prendroit jamais, te di-je ; Car c'est une femme d'honneur, Marot, I, 207. Et que veux-tu ? el' m'ayme bien, Je n'ai que faire de m'en plaindre, Marot, I, 210. Elles sçavent trouver mille feintes excuses, Après qu'ell' ont failly, Ronsard, 125.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ELLE, (Gramm.) pronom relatif féminin, sur lequel il ne sera pas inutile de dire un mot en faveur des étrangers qui étudient notre langue.

Il est certain, comme l’a remarqué le P. Bouhours, que elle au nominatif ne convient pas moins à la chose qu’à la personne ; & que l’on dit également bien d’une maison & d’une femme, elle est agréable : mais dans les cas obliques, elle ne convient pas à la chose comme à la personne, & on ne diroit pas en parlant d’un homme à qui la Philosophie plairoit extrèmement, il s’attache fort à elle, il est charmé d’elle ; il faut dire pour bien parler, il s’y attache fort, il en est charmé. On ne diroit pas aussi en parlant d’une victoire, j’ai fait un discours sur elle ; on diroit bien néanmoins, une action de cette importance traîne de grands avantages après elle.

Quoiqu’il n’y ait proprement que l’usage qui puisse nous instruire à fond là-dessus, & qu’il soit difficile de rendre raison pourquoi l’un se dit plûtôt que l’autre, on peut cependant marquer quelques occasions, où elle se met fort bien dans les cas obliques. Par exemple :

1°. Quand la chose se prend pour une personne ; si la vertu paroissoit à nos yeux avec toutes ses graces, nous serions tous charmés d’elle. 2°. Quand le mot elle est entrelacé dans la période & ne finit point le discours : ainsi je pourrois dire alors en parlant de la Philosophie, de toutes les Sciences c’est la plus utile ; c’est d’elle que les hommes ont appris à vivre ; c’est à elle qu’ils doivent leurs plus belles connoissances. 3°. Le pronom elle peut finir le discours, quand la phrase qu’on employe a rapport aux personnes : Il ne faut pas s’étonner, dit M. de la Rochefoucault en parlant de l’amour propre, s’il se joint quelquefois à la plus rude austérité, & s’il entre si hardiment en société avec elle. Le même écrivain a pû dire selon ce principe : la Philosophie triomphe aisément des maux passés, & de ceux qui ne sont pas prêts d’arriver ; mais les maux présens triomphent d’elle. Bouhours, remarques sur la langue françoise. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « elle »

(Pronoms personnels 1 et 2) Forme tonique du latin illa (« celle-là »).
(Nom commun) Du latin el.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, ile, èle, elle, elles ; Berry, alle, ielle ; provenç. e-la, elha, ella ; espagn. et ital. ella ; du latin illa (voy. IL). L'ancienne langue a dit aussi il pour elle ; ce qui n'a rien d'extraordinaire, le latin disant illa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « elle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
elle ɛl

Citations contenant le mot « elle »

  • Quand sera brisé l'infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi !  De Arthur Rimbaud
  • Elle flotte, elle hésite : en un mot, elle est femme. De Jean Racine / Athalie
  • Et pourtant, elle tourne ! De Galilée
  • Dieu existe-t-elle ? De Patrick Sébastien / Carnet de notes
  • La Parisienne ne mange pas, elle grignote ; elle ne cause pas, elle jabote ; elle ne marche pas, elle trotte. De Adrien Decourcelle
  • Idée : plus elle est fixe, plus elle trotte. De Anonyme
  • Elle croit que tout change, et seule elle a changé. De Bernard-Joseph Saurin / Epître sur la vieillesse
  • Femme rit quand elle peut, et pleure quand elle veut. De Jean Antoine de Baïf / Mimes, enseignements et proverbes
  • La mort, si elle nous voyait pleurer, elle se tordrait. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Une femme est une femme, elle sait ce qu'elle vaut et elle ignore ce qu'elle veut. De Roch Carrier / De l'amour dans la ferraille
  • Une illusion peut-elle exister ? De Koan zen
  • Pourquoi la postérité serait-elle plus équitable que les contemporains ? Elle peut se tromper, elle aussi... De Tristan Bernard / Dictionnaire humoristique de A à Z
  • Comme elle avait parfois des remords, elle s’imaginait qu’elle avait du coeur. De Sacha Guitry / Pensées, maximes et anecdotes
  • La vérité ne blesse pas par elle-même. Elle fait mal car elle brise une illusion. De Olivier Lockert
  • Le vendredi 8 janvier, découvrez dans tous les kiosques une nouvelle édition hors-série du « ELLE Nutrition ». , ELLE Nutrition : plaisir, vitalité et équilibre… Laury Thilleman nous livre ses secrets - Elle
  • Évidemment, rien n’empêche Meghan Markle de faire une nouvelle demande pour obtenir la nationalité britannique, mais il faudra pour cela retourner en Grande-Bretagne. Pas certain que ce soit dans ses projets désormais… , Meghan Markle n'obtiendra pas la nationalité britannique - Elle
  • Coup dur pour la skipper franco-allemande au 62ème jour de course. Victime d'un grave problème sur la quille de son voilier MACSF au large de l'Argentine, Isabelle Joschke va devoir abandonner. Une information transmise à la direction de course samedi en fin de journée. France 3 Pays de la Loire, Vendée Globe : Isabelle Joschke contrainte à l'abandon, elle était la première femme au classement provisoire
  • Alors que la conversation se poursuit, le prévenu fait part de sa jalousie concernant son comportement avec le voisin : « C’est là qu’elle me dit qu’elle a couché avec lui, ce qui m’a mis en colère. » , Val-de-Marne. Victime de violences conjugales, elle saute par la fenêtre pour fuir | Actu Val-de-Marne
  • Pour votre santé et celle des autres, nous vous remercions de respecter la notice et les consignes d’utilisation. , En cadeau cette semaine dans votre ELLE : un masque Notshy léopard - Elle
  • Une femme s’oublie dans le désir d’un homme : Laetitia Dosch est superbe dans « Passion simple », de Danielle Arbid, d’après Annie Ernaux. Un film sensuel sur l’attente, et un écho puissant à notre impatience de retrouver les salles. , Laetitia Dosch, héroïne de « Passion Simple », d'Annie Ernaux - Elle
  • Morgan est alsacienne, Jacques savoyard. Ce père biologique et sa fille vivent une très belle histoire depuis qu'ils se sont retrouvés, après 40 ans de séparation. Pour ce faire, ces deux inconnus ont dû contourner la législation française qui interdit aux particuliers de réaliser des tests génétiques. Chaque année, comme Morgan et Jacques, entre 100.000 et 200.000 Français en font donc faire à l'étranger. C'est d'ailleurs une société israélienne qui a mis en relation le père biologique et sa fille. Europe 1, "Je riais, je pleurais" : 40 ans après, elle retrouve son père biologique grâce à l'ADN
  • Si l’heure est aux bonnes résolutions, il est grand temps de zieuter du côté des prochaines tendances. Parmi elles, cinq nouvelles règles mode font déjà leur petit effet.  , Ces 5 nouvelles règles mode ne passeront pas inaperçues en 2021 - Elle
  • Pendant l’Occupation, elle s’exile à New York et travaille comme rédactrice de mode pour le Harper’s Bazaar ». C’est là bas que lui vient l’idée de créer un magazine féminin « à l’américaine ». Dès lors, dans sa tête germe l’idée d’un magazine précurseur. Elle privilégie les photos à une époque où les illustrations sont dans toutes les revues. Elle est la première à insérer des patrons de vêtements dans ses pages, pour que les femmes aient accès au prêt-à-porter à une époque où la Haute Couture est reine. En 1946, ELLE est le premier magazine à oser exposer en couverture un bikini, ce nouveau maillot de bain dévoilant 90% du corps. , ELLE a 75 ans : feuilletez le tout premier numéro ! - Elle

Traductions du mot « elle »

Langue Traduction
Anglais she
Espagnol ella
Italien lei
Allemand sie
Chinois
Arabe هي
Portugais ela
Russe она
Japonais 彼女
Basque bera
Corse ella
Source : Google Translate API

Elle

Retour au sommaire ➦

Partager