Déplorer : définition de déplorer


Déplorer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPLORER, verbe trans.

A.− [Le suj. désigne une pers., parfois un attribut de la pers. ou un obj. personnifié] Manifester de la douleur, de la compassion. Synon. pleurer sur, s'affliger de.
1. Vieilli, gén. poét. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers. morte ou qui va mourir] :
1. Les masques blafards [des portraits] se colorent Comme au temps où je les connus. Ô vous que mes regrets déplorent, Amis, merci d'être venus! Gautier, Émaux et camées,1852, p. 110.
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un inanimé abstr., en partic. un événement, un fait, une situation, parfois un obj. concr.] Déplorer amèrement; déplorer la perte, le sort de qqn; déplorer un malheur. Il déplorait en silence les ruines de la maison (A. France, M. Bergeret à Paris,1901, p. 17):
2. Cet aveugle, qui semblait accablé par l'âge, psalmodiait d'un ton nasillard une espèce de complainte, où il déplorait sa cécité et implorait la charité des passants, ... Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 363.
Emploi abs. Cerisiers aux feuillages pendants, qui ont toujours l'air de déplorer (Arnoux, Rhône,1944, p. 184).
Emploi pronom. réfl., vx. Son talent d'écrivain ne commence à se produire qu'(...) en se plaignant et se déplo rant comme incapable et nul (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 11, 1863-69, p. 355).
B.− [Le suj. désigne une pers., une collectivité ou un de leurs attributs, un mode d'expression; le compl. d'obj. dir. désigne un inanimé abstr. (fait, situation, etc.) et parfois une chose concr., une pers., une collectivité] Juger fâcheux, regrettable, désapprouver vivement, en raison notamment de son caractère irréversible. Déplorer l'absence, l'aveuglement de qqn; déplorer des erreurs, des excès. Qu'on le déplore ou qu'on s'en réjouisse, l'ère d'autorité dans les arts est (...) révolue (Valéry, Variété V,1944, p. 300).
Déplorer comme + adj. ou subst., de + inf., ou que + subj.Il déplorait comme scandaleuse et dangereuse la licence de la presse telle qu'elle existait sous Napoléon III (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 97).Doctrine qui déplorait qu'on accordât plus d'importance aux « notes » (...) qu'aux « sons » (Benda, Fr. byz.,1945, p. 284):
3. ... nous étions seuls dans le wagon, et de mauvaise humeur tous les deux, ennuyés de quitter Paris, déplorant d'avoir cédé à cette idée de voyage, regrettant Marly si frais, la Seine si belle, ... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Les Sœurs Rondoli, 1884, p. 1256.
En incise, rare. On est si mal servi aujourd'hui, déplora l'hôtelier (Toulet, J. fille verte,1918, p. 111).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. déplorateur. Celui qui manifeste de la douleur devant certains événements, qui demande quelque chose. Jérémie et tous les déplorateurs de la Bible (Goncourt, Journal, 1857, p. 411).
Prononc. et Orth. : [deplɔ ʀe], (je) déplore [deplɔ:ʀ]. Enq. : /deploʀ/ (il) déplore. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1remoitié du xiies. « pleurer sur (quelqu'un) » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, 77, 70 : e les lur vedves n'esteient deploredes [viduae eorum non plorabantur]); ca 1200 (Dialogue Grégoire, 139, 10 ds T.-L. : deploranz lo malisce des freres). Empr. au lat. class. deplorare « pleurer, déplorer ». Fréq. abs. littér. : 728. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 070, b) 697; xxes. : a) 1 299, b) 1 024. Bbg. Klein (H.-W.). Regretter et déplorer. Classe de fr. 1954, t. 5, pp. 220-221.

Déplorer : définition du Wiktionnaire

Verbe

déplorer \de.plɔ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Juger quelque chose digne d’une grande pitié, d’une grande compassion.
    • Je ne suis pas venu déplorer ce malheur avec Votre Grâce sans m’être efforcé d’y trouver un remède. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Épouse Victor, ma Julie. Un jour tu déploreras amèrement sa nullité, son défaut d'ordre, son égoïsme, son indélicatesse, son ineptie en amour, et mille autres chagrins qui te viendront par lui. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Nous voici devisant avec des Montalbanais de toutes sortes, gens fins et subtils, très avertis du fléau dont nous recherchons les causes, le dénonçant, le déplorant même, le vitupérant, le décrivant, l'analysant, l'exécrant, l'accablant d'imprécations, mais s'en tenant là. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La généralité des Américains s’imaginaient la guerre d’après les campagnes limitées, avantageuses et pittoresques, qui avaient eu lieu autrefois. […]. Ils étaient enclins aussi à la regretter, comme un exercice ennoblissant, à déplorer qu’il ne fût plus possible d’en expérimenter les émotions. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 211 de l’éd. de 1921)
    • Mais quand les conservateurs crient au loup, déplorant à priori les méfaits d’une ortograf fonétik, ils cherchent surtout à effrayer ceux qui veulent bien les entendre. — (Jean-Pierre Jaffré, « De la variation en orthographe », dans ELA : Études de linguistique appliquée, 2010/3, n° 159, p. 323)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Déplorer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPLORER. v. tr.
Juger quelque chose digne d'une grande pitié, d'une grande compassion. Déplorer la misère humaine. Déplorer les malheurs des temps. Déplorer la disgrâce, la perte, la mort de quelqu'un.

Déplorer : définition du Littré (1872-1877)

DÉPLORER (dé-plo-ré) v. a.
  • Plaindre avec un profond sentiment de pitié, de regret. Fuyez et laissez-les déplorer leurs malheurs, Corneille, Hor. II, 7. Nous voyons que Dieu seul est sage ; et, en déplorant vainement les fautes qui ont ruiné nos affaires, une meilleure réflexion nous apprend à déplorer celles qui ont perdu notre éternité, avec cette singulière consolation qu'on les répare quand on les pleure, Bossuet, Reine d'Anglet. Tous ces désordres que nous déplorons assez, mais que nous ne corrigeons pas, Bourdaloue, 1er Dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 47. Mais non, fais mine un peu d'en être mécontent, Pour la voir aussitôt, de douleur oppressée, Déplorer la vertu si mal récompensée, Boileau, Sat. X.

    En parlant des personnes, dans le style soutenu ou poétique. Ils s'estiment heureux alors qu'on les déplore, Corneille, Hor. III, 2. Infortunés tous deux depuis qu'on vous déplore, Racine, Théb. V, 2.

HISTORIQUE

XVIe s. Le grand seigneur, la voyant deplorée [éplorée] outre mesure, l'envoya en grande pompe à Constantinople, Yver, p. 541. Ilz se meirent à regretter et deplorer ensemble leurs miseres et leurs malheurs ; en core avoient ils quelque debile esperance que leurs affaires n'estoient pas de tout point deplorez, tant comme Alcibiades seroit vivant, Amyot, Alc. 78. Souventes fois l'on voit plusieurs playes et autres maladies, après avoir esté delaissées et deplorées, guerir, Paré, X, 28. Si le cœur en est saisi, la vie est deplorée et briefve, et les malades meurent souvent en mangeant, beuvant, et en cheminant, Paré, XXIV, 37. Il leur demanda de rechef si pour certain ils le tenoient tous pour déploré [perdu, mort], Paré, III, 714.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉPLORER. Ajoutez :
2Se déplorer, v. réfl. Pleurer sur soi-même. Mme de Pompadour [femme du conspirateur impliqué dans l'affaire de Cellamare] disait toujours en se déplorant…, Staal, Mémoires, t. I, p. 157, in-8°, 1821.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déplorer »

Étymologie de déplorer - Littré

Lat. deplorare, de la préposition de, et plorare, pleurer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de déplorer - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Du latin deplorare (« pleurer, déplorer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déplorer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déplorer deplɔre play_arrow

Conjugaison du verbe « déplorer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe déplorer

Évolution historique de l’usage du mot « déplorer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déplorer »

  • Des vols de fleurs sont aussi à déplorer aux Grandes-Ventes. , Près de Bellencombre : des dégradations et des vols sont à déplorer dans les massifs de fleurs | Le Réveil de Neufchâtel
  • Au mardi 30 juin, 45 personnes sont hospitalisées dans l'Eure pour Covid-19. Un nouveau décès est à déplorer dans ce département. tendanceouest.com, Eure. Covid-19 : un nouveau décès à déplorer et un cluster
  • Il est aussi absurde de pleurer sur le temps où on ne sera plus, qu'il le serait de déplorer celui où l'on n'était pas encore. De Arthur Schopenhauer / Métaphysique de la mort
  • Sous la soutane du prêtre qui confesse, un Dieu rieur se cache et s'amuse d'entendre déplorer des péchés qu'il n'a jamais eu l'inélégance de nous reprocher. De Romano Celli / Petites miettes de Dieu
  • Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire, mais comprendre. De Baruch Spinoza

Traductions du mot « déplorer »

Langue Traduction
Corse deplora
Basque deitoratu
Japonais 嘆く
Russe оплакивать
Portugais deplorar
Arabe نأسف
Chinois 痛惜
Allemand bedauern
Italien deplorare
Espagnol deplorar
Anglais deplore
Source : Google Translate API

Synonymes de « déplorer »

Source : synonymes de déplorer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déplorer »


Mots similaires