La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « chamade »

Chamade

Variantes Singulier Pluriel
Féminin chamade chamades

Définitions de « chamade »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAMADE, subst. fém.

A.− Sonnerie de trompette ou appel de tambour émis par des assiégés et signalant à l'ennemi leur intention de parlementer. Sonner, battre la chamade :
Les contrebandiers ripostaient, et l'on entendait des plaintes, avec une sonnerie de clairon qui venait de loin : la chamade. J. de La Varende, L'Homme aux gants de toile,1943, p. 137.
B.− P. métaph. et au fig. Battre la chamade.
1. P. métaph. [Le suj. désigne le cœur] Battre à un rythme accéléré sous le coup d'une émotion. Cœur battant la chamade.
P. ell. du verbe. Grande chamade sous les côtes du jeune homme! (H. Bazin, La Tête contre les murs,1949, p. 10).La Chamade (roman de F. Sagan, 1965).
Rem. On rencontre ds la docum. le verbe intrans. chamader. Battre la chamade. Le cœur chamadant (P. Vialar, Le Bal des sauvages, 1946, p. 167).
P. anal. Mon estomac bat la chamade (F. Fabre, Barnabé,1875, p. 308).J'ai l'esprit qui bat la chamade (Huysmans, La Cathédrale,1898, p. 358).
2. Au fig., fam. [Le suj. désigne en gén. une femme] Capituler, succomber (cf. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 200).
Prononc. et Orth. : [ʃamad]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1570 chiamade « batterie de tambour, sonnerie de trompettes pour demander à parlementer » (Carloix, I, 36 ds Gdf. Compl.); ca 1570 chamade (Monluc, Commentaires, L. V [III, 21] ds Hug.); 1680 batre la chamade « capituler » (Rich.); 2. battre la chamade [en parlant du cœur] « battre très fort » (O. Feuillet, Scènes et comédies, p. 88). Empr. à l'ital. du nord ciamada (FEW, t. 2, p. 730; DEI; Dauzat73; v. Rohlfs, t. 1, § 179 et 201) part. passé fém. du verbe ciamà « appeler » (Dauzat73); ciamada correspond. au toscan chiamata « appel » part. passé fém. de chiamare « appeler », du lat. clamare (clamer*). L'hyp. d'un empr. au port. chamada « id. » (DIEZ5, p. 542; REW3, no1961) est moins satisfaisante du point de vue hist., étant donné le grand nombre des termes milit. empruntés par le fr. à l'italien. Fréq. abs. littér. : 18. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 318. − Wind 1928, pp. 37, 71, 126.

Wiktionnaire

Nom commun - français

chamade \ʃa.mad\ féminin

  1. (Militaire) Signal que les assiégés donnaient avec la trompette ou le tambour, quelquefois en arborant un drapeau blanc, pour avertir qu’ils voulaient parlementer.
    • Battre la chamade. Sonner la chamade.
    • Le onzième [jour] de tranchée ouverte, la chamade fut battue, et la capitulation telle à peu près que les assiégés la désirèrent. — (Saint-Simon, Mémoires)
  2. (Figuré) Manifestation joyeuse.
    • Le peintre se levait avec l’aube et saluait d’une chamade l’apparition du soleil. — (Albert t’Serstevens, Un apostolat, Motifs, 2018 [1919], page 29.)
    • La rue débouchait sur un boulevard planté d’ormeaux gigantesques dans lesquels roulait une invraisemblable chamade de rossignols. Ils se poursuivaient aussi et voltigeaient en faisant grésiller le feuillage comme la grêle. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 126)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAMADE. n. f.
T. de Guerre. Signal que des assiégés donnaient avec la trompette ou le tambour, quelquefois en arborant un drapeau blanc, pour avertir qu'ils voulaient parlementer. Battre la chamade. Sonner la chamade.

Littré (1872-1877)

CHAMADE (cha-ma-d') s. f.
  • 1Signal militaire, qui se donne avec le tambour ou la trompette, pour avertir qu'on veut traiter avec l'ennemi. Le onzième [jour] de tranchée ouverte, la chamade fut battue, et la capitulation telle à peu près que les assiégés la désirèrent, Saint-Simon, I, 26.

    Fig. Battre la chamade, se rendre, céder. Je me mis sur nouveaux frais à presser la place, jusqu'à ce qu'enfin la señora Mencia battit la chamade, Lesage, Gil Blas, VIII, 10.

  • 2Batterie de tambour pour attirer les curieux, en termes de bateleur.

HISTORIQUE

XVIe s. St Gelais fit faire quelques chamades à son trompette, et puis l'envoia parler aux capitaines, si glorieusement, qu'ils se rendirent, D'Aubigné, Hist. II, 433. Le duc, ayant chassé le tambour qui avoit fait la chamade, ne respondit que menaces à leurs promesses, D'Aubigné, ib. III, 118. Les chiamades et salves de tant de chiormes, de sorte qu'il n'estoit pas possible d'ouyr un plus grand bruit, Carloix, I, 36. Il print ung trompette… et la chiamade faicte, on demanda ce qu'il vouloit, Carloix, III, 21. Après que la trompette eust commencé la chamade de bien loing, on leur ouvrit fort courtoisement, Carloix, IV, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAMADE, s. f. terme d’Art milit. maniere de battre un tambour, ou espece de son de trompette que donne un ennemi pour signal qu’il a quelque proposition à faire au commandant, soit pour capituler, soit pour avoir permission de retirer des morts, faire une treve, ou quelque chose de semblable.

Ce terme ne s’employe guere que pour exprimer la demande que fait le commandant d’une place de traiter des conditions qu’il veut obtenir pour se rendre.

Ménage le dérive de l’italien chiamata, qui a été fait de clamare, crier.

On eleve aussi pour capituler un drapeau blanc sur le rempart : ainsi dire qu’une place a arboré le drapeau blanc, c’est dire qu’elle a demandé à capituler. Voyez Capitulation. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chamade »

Portug. chamada ; de chamar, appeler, du latin clamare (voy. CLAMEUR) ; ital. chiamata, de chiamare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle)[1] De l’italien chiamata (« appel ») dérivé de chiamare (« appeler »), avec le suffixe -ata[2] ; Pihan tire ce mot de l’arabe شماتة, chamata (« vacarme de réjouissance »)[3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chamade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chamade ʃamad

Évolution historique de l’usage du mot « chamade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chamade »

  • Le coeur a besoin d’un répit pour devenir capable de battre la chamade ; de l’immobilité au galop effréné, il faut des pauses pour retrouver sa respiration et laisser ainsi son coeur prendre de la vitesse. De Natasha Illum Berg / Un thé sur le divan bleu
  • Un choix radical, dicté par une crainte qui l'est tout autant : Najat, 8 ans, souffre d'une pathologie cardiaque. « Son cœur fonctionne de façon irrégulière, et quand il bat la chamade, il faut intervenir très rapidement », détaille son père, très inquiet que cette fragilité ne rende la fillette particulièrement vulnérable, si elle devait croiser la route du Covid-1 9. leparisien.fr, Quand le retour à l’école inquiète : «On va peut-être continuer de lui faire cours à la maison» - Le Parisien
  • Elle a expliqué: « Il y a eu une nuit où j’ai utilisé un tas de coca et j’ai sauté quelques barres de Xanax, et j’ai commencé à m’étouffer un peu. Mon cœur a commencé à battre la chamade et je me suis dit: » Oh mon Dieu, surdosage en ce moment « . » Breakingnews.fr, Demi Lovato dans une nouvelle série documentaire sur YouTube

Traductions du mot « chamade »

Langue Traduction
Anglais racing
Espagnol pecho
Italien accelerato
Allemand am rasen
Portugais tambor
Source : Google Translate API

Synonymes de « chamade »

Source : synonymes de chamade sur lebonsynonyme.fr

Chamade

Retour au sommaire ➦

Partager