La langue française

Casuiste

Sommaire

  • Définitions du mot casuiste
  • Étymologie de « casuiste »
  • Phonétique de « casuiste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « casuiste »
  • Citations contenant le mot « casuiste »
  • Traductions du mot « casuiste »
  • Synonymes de « casuiste »

Définitions du mot « casuiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

CASUISTE, subst. masc.

A.− Théologien qui, par profession, résout les cas de conscience. Casuiste relâché, rigide; minutie de casuiste :
1. Le casuiste vit dans les interstices qui séparent la vertu des vertus et la règle des cas particuliers. J. Vuillemin, Essai sur la signif. de la mort,1949, p. 235.
B.− P. ext., péj. Celui qui aime à subtiliser, qui argumente avec subtilité de manière à justifier ses fautes ou celles d'autrui. Casuiste politique :
2. ... elles ont beau jeu pour faire des confidences voilées (...) Le cas doit sembler admirable aux belles théologiennes de la passion, aux savants casuistes de l'amour. A. France, La Vie littér.,t. 4, 1892, p. 22.
Prononc. et Orth. : [kɑzɥist] ou [ka-]. [ɑ] post. ds Fél. 1851 et DG; [a] ant. ds Warn. 1968 et Lar. Lang. fr. ainsi que ds Fér. 1768, Land. 1834, Nod. 1844 et Littré; [ɑ] ou [a] ds Passy 1914 et Pt Rob. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1611 « théologien qui cherche à résoudre les cas de conscience » (Cotgr.). Prob. empr., en raison de la notoriété des jésuites casuistes espagnols aux xvie-xviies. (Suarez, Sanchez, Molina, Escobar, etc.), à l'esp. casuísta « id. » (1616, C. Oudin ds Gili), dér. du lat. scolastique casus « cas de conscience » (cf. av. 1596 cardinal Tolet, Summa casuum conscientiae absolutissima ds Théol. cath. t. 2, p. 1873), suff. -ista (-iste*). Fréq. abs. littér. : 90.

Wiktionnaire

Nom commun

casuiste \ka.zɥist\ masculin

  1. Celui qui s’occupe de casuistique.
    • On a souvent entendu de savans ecclésiastiques espagnols témoigner leur étonnement de ce que les systèmes de leurs casuistes avaient occasionné tant de disputes en France, tandis qu’en Espagne il n’y avait même pas le quart du clergé qui connût leur nom. — (Anonyme, Le Clergé en Espagne, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Que sont devenus les casuistes ? Gens simples, qui prenaient les péchés un à un, et par grand effort, effaçait celui-ci, puis celui-là. Les voilà tous effacés. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, page 113)
    • […], l’Église avait ses hommes d’État, ses administrateurs, comme elle avait ses prédicateurs, ses écrivains et ses casuistes. — (Hippolyte Castille, Le Prince de Talleyrand, 1857)
    • La règle des chartreux leur impose de ne jamais manger de viande, et la tortue est considérée comme poisson par les casuistes. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Toute théologie morale se divise nécessairement en deux tendances : il y a des casuistes pour dire qu’il faut se contenter des opinions ayant une légère probabilité ; d’autres veulent qu’on adopte toujours l’avis le plus sévère et le plus sûr. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, La décadence bourgeoise et la violence, 1908)
  2. (Par analogie) Personne s’encombrant de détails dans un débat.
    • Et que m’importe que Robarts soit pendu ou meure d’un coup de sabre dans la bataille? Il faudrait être casuiste pour en voir la différence. — (Alfred Assolant, Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, 1867)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CASUISTE. n. m.
Celui qui s'occupe de casuistique. Casuiste sévère, rigide, complaisant.

Littré (1872-1877)

CASUISTE (ka-zui-st') s. m.
  • Théologien qui s'applique à résoudre les cas ou les difficultés de conscience par les règles de la raison et du christianisme. Si les Jésuites n'avaient que des casuistes relâchés, ils ruineraient leur principal dessein qui est d'embrasser tout le monde, puisque ceux qui sont véritablement pieux cherchent une conduite plus sûre ; mais comme il n'y en a pas beaucoup de cette sorte, ils n'ont pas besoin de beaucoup de directeurs sévères pour les conduire ; ils en ont peu pour peu ; au lieu que la foule des casuistes relâchés s'offre à la foule de ceux qui cherchent le relâchement, Pascal, Prov. 5. Le christianisme est bien différent dans les livres saints et dans les casuistes, Pascal, J.-C. 13. Le meilleur de tous les casuistes est la conscience, Rousseau, Ém. IV. Comme il y a un nombre infini d'actions équivoques, un casuiste peut leur donner un degré de bonté qu'elles n'ont point, en les déclarant bonnes, Montesquieu, Lett. pers. 57.

    Par extension. L'amour a des casuistes D'avis fort différents dans sa religion ; Il a ses Escobars, il a ses jansénistes, Chaulieu, Ép. à Lafare, 1703.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CASUISTE, s. m. (Morale.) Qu’est-ce qu’un Casuiste ? c’est un Théologien qui s’est mis en état par une longue étude des devoirs de l’homme & du Chrétien, de lever les doutes que les fideles peuvent avoir sur leur conduite passée, présente & future ; d’apprécier la griéveté devant Dieu & devant les hommes, des fautes qu’ils ont commises, & d’en fixer la juste réparation.

D’où l’on voit que la fonction de Casuiste est une des plus difficiles par l’étendue des lumieres qu’elle suppose, & une des plus importantes & des plus dangereuses par la nature de son objet. Le Casuiste tient, pour ainsi dire, la balance entre Dieu & la créature ; il s’annonce pour conservateur du dépôt sacré de la morale évangélique ; il prend en main la regle éternelle & inflexible des actions humaines ; il s’impose à lui-même l’obligation de l’appliquer sans partialité ; & quand il oublie son devoir, il se rend plus coupable que celui qui vend aux peuples leur subsistance temporelle à faux poids & à fausse mesure.

Le Casuiste est donc un personnage important par son état & par son caractere ; un homme d’autorité dans Israël, dont par conséquent la conduite & les écrits ne peuvent être trop rigoureusement examinés : voilà mes principes. Cependant je ne sai s’il faut approuver la plaisanterie éloquente & redoutable de Pascal, & le zele peut-être indiscret avec lequel d’autres auteurs, d’ailleurs très-habiles & très respectables, poursuivirent vers le milieu du siecle dernier, la morale relâchée de quelques Casuistes obscurs. Ils ne s’apperçurent pas sans doute que les principes de ces Casuistes recueillis en un corps, & exposés en langue vulgaire, ne manqueroient pas d’enhardir les passions, toûjours disposées à s’appuyer de l’autorité la plus frêle. Le monde ignoroit qu’on eût osé enseigner qu’il est quelquefois permis de mentir, de voler, de calomnier, d’assassiner pour une pomme, &c. Quelle nécessité de l’en instruire ? Le scandale que la délation de ces maximes occasionna dans l’Eglise, fut un mal plus grand que celui qu’auroient jamais fait des volumes poudreux relégués dans les ténebres de quelques bibliotheques monastiques.

En effet, qui connoissoit Villalobos, Connink, Llamas, Achozier, Dealkoser, Squilanti, Bizoteri, Tribarne, de Grassalis, de Pitigianis, Strevesdorf, & tant d’autres, qu’on prendroit à leurs noms & à leurs opinions pour des Algériens ? pour qui leurs principes étoient-ils dangereux ? pour les enfans qui ne savent pas lire ? pour les laboureurs, les marchands, les artisans, & les femmes qui ignorent la langue dans laquelle la plûpart ont écrit ? pour les gens du monde qui lisent à peine les ouvrages de leur état ; qui ont oublié le peu de Latin qu’ils ont rapporté des colléges, & à qui une dissipation continuelle ne laisse presque pas le tems de parcourir un roman ? pour une poignée de Théologiens éclairés & décidés sur ces matieres ? Je voudrois bien qu’un bon Casuiste m’apprît qui est le plus coupable ou de celui à qui il échappe une proposition absurde qui passeroit sans conséquence, ou de celui qui la remarque & qui l’éternise.

Mais, après avoir protesté contre tout desir d’une liberté qui s’exerceroit aux dépens de la tranquillité de l’état & de la religion, ne puis-je pas demander si l’oubli que je viens de proposer par rapport aux corrupteurs obscurs de la morale Chrétienne, n’est pas applicable à tout autre auteur dangereux, pourvû qu’il ait écrit en langue savante ? Il me semble qu’il faut ou embrasser l’affirmative, ou abandonner les Casuistes. Car pourquoi les uns mériteroient-ils plus d’attention que les autres ? Des Casuistes relâchés seroient-ils moins pernicieux & plus méprisables que des inconvaincus ?

Mais, dira-t-on, ne vaudroit-il pas mieux qu’il n’y eût ni incrédules ni mauvais Casuistes, & que les productions des uns & des autres ne parussent ni en langue savante, ni en langue vulgaire ? Rien n’est plus vrai, de même qu’il seroit à souhaiter qu’il n’y eût ni maladies ni méchanceté parmi les hommes. Mais c’est une nécessité qu’il y ait des malades & des méchans, & il y a des maladies & des crimes que les remedes ne font qu’aigrir.

Et qui vous a dit, continuera-t-on, qu’il est aussi nécessaire qu’il y ait parmi nous des Casuistes relâchés & des incrédules, que des méchans & des malades ? N’avons-nous pas des lois qui peuvent nous mettre à couvert de l’incrédulité & du relâchement ?

Je ne prétens point donner des bornes aux puissances ecclésiastiques & civiles : personne ne respecte plus que moi l’autorité des lois publiées contre les auteurs dangereux ; mais je n’ignore pas que ces lois existoient long-tems avant les Casuistes relâchés & leur Apologiste, & qu’elles ne les ont pas empêchés de penser & d’écrire.

Je sais aussi que par l’éclat de la procédure, les lois civiles pourroient arracher des productions misérables à l’obscurité profonde où elles ne demanderoient qu’à rester, & que c’est-là précisément ce qu’elles auroient de commun avec les lois ecclésiastiques dans la censure de Casuistes ignorés, qu’une délation maligne auroit fait connoître mal-à-propos.

Au reste, c’est moins ici une opinion que je prétens établir, qu’une question que je propose. C’est aux sages magistrats, chargés du depôt des lois, & aux illustres prélats qui veillent pour le maintien de la foi & de la morale évangélique, à décider dans quels cas il vaut mieux ignorer que punir ; & quelles sont, pour me servir de l’expression d’un auteur célebre, les bornes précises de la nécessité dans lesquelles il faut tenir les abus & les scandales. V. Cas, Aius-Locutius, & le J. de Trevoux, Nov. 1751.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « casuiste »

(1611) Probablement emprunté à l’espagnol casuista, de même sens  [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. casuista ; ital. casista ; de casus, cas de conscience (voy. CAS). Il est écrit deux fois casuite dans Thiers, Superstitions, préface, éd. de 1697. Nous voyons par la 8e réflexion critique de Boileau sur Longin que Perrault écrivait toujours casuite ; Boileau lui reproche cette orthographe et dit qu'il faut écrire et prononcer casuiste.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « casuiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
casuiste kazµist

Évolution historique de l’usage du mot « casuiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « casuiste »

  • Si les quatre partis s’entendent ce vendredi, la semaine prochaine la commission parlementaire pourra débuter et le gouvernement casuiste est prêt à faire des compromis et travailler avec l’opposition.  EnBeauce.com, Projet de loi 61 : le gouvernement promet de revenir à la charge s'il n'est pas adopté | EnBeauce.com
  • Jean-Claude Marin lit-il parfois la presse ? Le Procureur général près la Cour de cassation, que l’on sait si méticuleux, si attentif aux détails -là même où se niche le Malin-, s’informe-t-il sur la trajectoire des éminents visiteurs qu’il reçoit, voire décore, sous les lambris de la plus haute juridiction hexagonale ? Pas sûr. Si tel était le cas, sans doute se serait-il abstenu de remettre le 28 novembre à Marie-Madeleine Mborantsuo, alias « 3M », présidente du Conseil constitutionnel du Gabon, la médaille de la Cour de cass’. Et ce « en signe d’amitié ». Mais si, à l’inverse, cet habile casuiste du droit connaît les faits d’armes récents de la Dame, son geste, d’incongru, en devient consternant. L’Afrique en face, le blog de Vincent Hugeux (titre reglage), Quand le procureur général près la Cour de cassation décore la caution d'une mascarade électorale | L’Afrique en face, le blog de Vincent Hugeux (titre reglage)
  • Sera un spectacle délicieux. Ils vont pédaler dans la semoule casuiste ! Ou un enfer, si des décisions autoritaires et malheureuse sont prises sous la pression des khmers verts... Le Point, Audi s'adapte à l'époque et supprime 9 500 postes en Allemagne | Automobile
  • On l’a dit, François est un jésuite. A qui donne-t-il raison? Ni aux uns, ni aux autres, mais au contexte. En bon casuiste, il considère que les problèmes créés par les divorcés, les divorcés remariés ou par les relations prémaritales doivent se régler à la boussole des principes doctrinaux (qui indiquent la direction générale), mais en tenant compte du terrain, c’est-à-dire des cas particuliers, des histoires de vie de chacun. Ce qui donne dans le texte cette injonction à examiner «l’innombrable diversité des situations concrètes» et à tenir compte des «circonstances atténuantes» dans le discernement pastoral. Le Temps, Avec «Amoris Laetitia», le pape mise sur le contexte contre la révolution et l’immobilisme - Le Temps
  • — En attendant, il considéra Athos comme un Achille, Porthos comme un Ajax, et Aramis comme un Joseph. Au reste, la vie des quatre jeunes gens était joyeuse : Athos jouait et toujours malheureusement. Cependant il n’empruntait jamais un sou à ses amis, quoique sa bourse fût sans cesse à leur service ; et lorsqu’il avait joué sur parole, il faisait toujours réveiller son créancier à six heures du matin pour lui payer sa dette de la veille. — Porthos avait des fougues : ces jours-là, on le voyait insolent et splendide ; s’il perdait, il disparaissait complètement pendant quelques jours, après lesquels il reparaissait le visage blême et la mine allongée, mais avec de l’argent dans ses poches. Quant à Aramis, il ne jouait jamais. C’était bien le plus mauvais mousquetaire et le plus méchant convive qui se pût voir. Il avait toujours besoin de travailler. Quelquefois, au milieu d’un dîner, quand chacun, dans l’entraînement du vin et dans la chaleur de la conversation, croyait que l’on en avait encore pour deux ou trois heures à rester à table, Aramis regardait à sa montre, se levait avec un gracieux sourire et prenait congé de la société pour aller, disait-il, consulter un casuiste avec lequel il avait rendez-vous ; d’autres fois, il retournait à son logis pour écrire une thèse, et priait ses amis de ne pas le distraire. Cependant Athos souriait de ce charmant sourire mélancolique, si bien séant à sa noble figure, et Porthos buvait en jurant qu’Aramis ne serait jamais qu’un curé de village. Maintenant que nous avons jeté un coup d’œil sur les quatre amis, reprenons le cours de notre narration… France Culture, Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique
  • A ce titre, la création d'une personnalité morale tierce présente de nombreux avantages. Elle permet notamment d'isoler le cabinet des défaillances éventuelles de l'activité commerciale, mais surtout de permettre l'entrée d'associés non avocats et de capitaux extérieurs nécessaires au développement d'une activité. Quant aux activités concernées, le texte rappelle leur nécessaire connexité avec notre profession, sans les définir. Différents exemples étaient envisagés lors de la publication du décret, tenant en la formation ou la location de parkings. Une interprétation casuiste et souple de ladite connexité mérite d'être mise en œuvre. Elle doit relever d'un lien suffisamment éprouvé avec notre profession pour pouvoir être qualifiée, s'agissant soit de faciliter son exercice (location de locaux, mutualisation de ressources, applications de gestion des démarches palais, etc.) ou les relations avec les clients (formation, logiciels de mise en contact et de sélection, recherche documentaire avancée, lecture automatique de contrats, etc.). Affiches Parisiennes, Les nouvelles normes de l'exercice professionnel, une avancée pour les avocats
  • Mais qu’est-ce que le Fight Club ? C’est là que le bât blesse : la première des règles du Fight Club consistant à ne pas parler du Fight, même au prix d’une prétérition digne d’un casuiste septième dan, vous n’en saurez pas davantage. Sauf en allant (re)voir ce film, qui mérite d’être pris en pleine face, comme un direct du gauche. , Cinéma Grenoble : "Fight Club" : les enfants du siècle dernier - article publié par Vincent Raymond

Traductions du mot « casuiste »

Langue Traduction
Anglais casuist
Source : Google Translate API

Synonymes de « casuiste »

Source : synonymes de casuiste sur lebonsynonyme.fr
Partager