La langue française

Castration

Définitions du mot « castration »

Trésor de la Langue Française informatisé

CASTRATION, subst. fém.

A.− CHIR. et MÉD. VÉTÉR. Opération ayant pour but ou résultat de priver l'individu mâle ou femelle de ses facultés de reproduction. Spéc. Castration complète, bilatérale. Ablation des testicules ou des ovaires. Castration incomplète. Ablation d'un seul testicule ou ovaire. Synon. partiels bistournage, émasculation, ovariotomie, stérilisation.
En partic. Opération concernant des individus mâles :
Après l'extirpation des ovaires les femmes deviennent apathiques, et perdent une partie de leur activité intellectuelle ou de leur sens moral. La personnalité des hommes qui ont subi la castration s'altère de façon plus ou moins marquée. La lâcheté historique d'Abélard devant l'amour et le sacrifice passionné d'Héloïse furent causés sans doute par la sauvage mutilation que les parents de cette dernière lui firent subir. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 168.
PSYCHANAL. Angoisse de castration, complexe de castration. ,,Angoisse liée à la fonction symbolique du phallus et plus précisément à la menace imaginaire de la suppression du pénis`` (Julia 1964). Cf. Mounier, Traité du caractère, 1946, p. 146 et S. Freud, Introd. à la psychanal., 1959, p. 399.
Au fig., rare. Censure. La castration d'un livre (Lar. 19e-20e). Annihilation d'une activité créatrice. Régime [politique] (...) de mutilation et de castration (Hugo, Correspondance,1857, p. 271).
B.− P. ext., BOT. Ablation des anthères d'une fleur permettant notamment après fécondation par le pollen d'une espèce voisine la création d'hybrides. Dès que leurs étamines se sont libérées, avant que les premières fleurs du cep à féconder n'éclatent à leur tour (...) on procède à la castration (Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 86).
Prononc. et Orth. : [kastʀasjɔ ̃]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. Ca 1380 (Evr. de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo150dds Gdf. Compl.). Empr. au lat. castratio, de même sens, employé à propos des animaux, des hommes et en bot. Fréq. abs. littér. : 27.

Wiktionnaire

Nom commun

castration \kas.tʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Chirurgie) Opération par laquelle on châtre un homme ou un animal.
    • À plusieurs reprises, il avait été appelé en consultation au quartier des hussards en l’absence du vétérinaire militaire. Il connut ainsi le lieutenant Galais et ils eurent une controverse sur la castration des poulains qui leur donna de l’estime l’un pour l’autre. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 107.)
    • Beaucoup plus connue est la généralisation de la castration dans le monde arabe, par l'intermédiaire des eunuques de harem, ces « gardiens du lit » au sens littéral du mot, à qui revenait la responsabilité de la chasteté des femmes du sultan. — (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, page 15)
    • C’est pour les rendre moins agressifs et pour éviter qu’ils se battent que l’on castre les animaux ; ils sont alors plus faciles à manier. La castration évite la reproduction d’animaux aux qualités insuffisantes et l’accouplement des mâles avec des femelles encore immatures ou des femelles de parenté trop proche. La croissance des animaux castrés est plus rapide et la viande est de meilleure qualité. La viande du verrat adulte sent parfois très fort mais elle est sans odeur si vous le castrez. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 79)
    • Si la castration rend l’animal plus doux et plus docile, elle est parfois tenue responsable d’une diminution de la force de travail. C’est le cas si l’animal est castré trop tôt, car le développement des masses musculaires est alors réduit. — (Lhoste Philippe, Havard Michel & Vall Eric, La traction animale, 224 p., page 45, 2010, Quae - Cta - Presses agronomiques de Gembloux)
    • Nous avons déjà relevé les qualités et les défauts des chevaux marocains. […]. La castration ne se pratique pas, et on ne monte généralement que les étalons. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 231)
  2. (Botanique) Opération analogue par laquelle on ôte à une plante la faculté de produire du pollen.
    • La castration du maïs pour la production de semences d'hybrides.
  3. (Psychanalyse) Castration imaginaire qui peut mener à l’angoisse de castration puis au complexe de castration.
    • La castration, qu’on l’intitule théorie, fantasme, ou fantasme originaire, est avant tout une réponse et non pas un questionnement pulsionnel. C’est une réponse à une question parmi les questions angoissantes que peut se poser le petit enfant : d’où vient la différence des sexes ? — (Jean Laplanche, Nouveaux fondements pour la psychanalyse, PUF, 2008, page 40)

Nom commun

castration

  1. Castration.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CASTRATION. n. f.
T. de Chirurgie. Opération par laquelle on châtre un homme, un animal. Il se dit aussi, en termes de Botanique, d'une Opération analogue par laquelle on ôte à une plante la faculté de produire des semences.

Littré (1872-1877)

CASTRATION (kas-tra-sion) s. f.
  • 1 Terme de chirurgie. Opération par laquelle on châtre un homme, un animal. Les moyens de guérir la lèpre, entre lesquels on sera sans doute étonné de trouver la castration, Diderot, Lett. s. l. chirur.

    Les chirurgiens appellent aussi castration l'ablation d'un seul des testicules affecté de tumeur : de là la distinction de la castration en complète et incomplète.

  • 2 Terme de botanique. Opération par laquelle on empêche une plante de produire des semences.

HISTORIQUE

XVIe s. La voix après la castration est plus gresle, Paré, VI, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CASTRATION, s. f. terme de Chirurgie, est l’action de châtrer, ou l’opération par laquelle on ampute & retranche les testicules d’un animal mâle, qui devient par-là incapable d’engendrer. Voyez Testicules.

La castration se pratique communément en Asie, spécialement chez les Turcs, qui châtrent tous ceux de leurs esclaves qu’ils employent à la garde de leurs femmes, & à qui ils coupent non-seulement les testicules, mais souvent même la verge. La castration se pratique aussi en Italie sur les musiciens dont on veut que la voix se conserve. Cette castration n’est point une opération de Chirurgie, puisqu’elle n’a pas le rétablissement de la santé pour objet. Voyez Eunuque & Castrati.

La castration est aussi une opération medicinale, nécessaire en certains cas, comme dans la mortification ou autres maladies des testicules, & singulierement dans la sarcocele & la varicocele. On l’a quelquefois faite aussi à des maniaques. Voyez Sarcocele, &c.

La castration peut aussi se pratiquer sur les femmes. Athenée dit que le roi Andramiris fut le premier qui fit châtrer des femmes. Hesychius & Suidas rapportent que Gyges fit la même chose. Galien observe qu’on ne les peut châtrer sans les mettre en danger de la vie. Dalechamp, sur le passage d’Athenée que nous venons de citer, dit qu’il ne faut pas entendre là châtrer à la lettre, que ce n’étoit que boucler.

Pour faire l’opération de la castration dans les maladies du testicule, qui n’ont pû se guérir par les différens secours qu’elles indiquoient, on fait coucher le malade sur le dos ; on lui fait assujettir les jambes & les mains par des aides. Le Chirurgien pince la peau du scrotum sur la tumeur à l’endroit de l’anneau, avec les pouces & les doigts indicateurs de ses deux mains ; un aide prend le pli de peau que tenoient les doigts de la main droite ; l’opérateur prend alors un bistouri droit avec lequel il fend ce pli. Il continue l’incision jusqu’à la partie inférieure au moyen d’une sonde cannelée & du bistouri. Il sépare tout le tissu cellulaire qui entoure le testicule, soit en le coupant, soit en le déchirant. On fend le muscle cremaster suivant sa longueur, pour mettre le cordon spermatique à nud. On passe par-dessous une aiguille courbe, enfilée de quelques brins de fil ciré, afin d’en faire la ligature. Voyez Ligature. Quelques praticiens veulent qu’on ne lie que l’artere. Si le cordon spermatique est gonflé jusqu’au-dessus de l’anneau, il faut débrider cette ouverture, & ne point faire de ligature. On coupe le cordon ; & si l’artere donnoit du sang, on mettroit sur son embouchûre un peu de charpie imbibée d’eau de rabêl.

L’artere de la cloison du scrotum donne quelquefois du sang : dans ce cas, on peut en faire la ligature, ou appliquer sur l’embouchûre un petit bourdonnet trempé dans l’essence de rabel.

Après avoir extirpé le testicule, on retranche avec le bistouri les levres de la poche que forme le scrotum. On panse la plaie avec de la charpie seche, soûtenue d’une compresse en fer à cheval, & le tout contenu par un suspensoire. Voyez Suspensoire.

Il ne faut lever l’appareil qu’au bout de trois ou quatre jours, lorsque la suppuration le détache : on peut seulement dès le lendemain humecter la charpie avec l’huile d’hypericum.

Les pansemens doivent être simples, & ne demandent pas d’autres attentions que la cure des ulceres. Voyez Ulcere.

Il est à propos de faire saigner le malade, & de lui faire sur le bas-ventre des embrocations avec les huiles émollientes, pour relâcher le tissu de toutes les parties, & prévenir l’inflammation. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « castration »

Provenç. castracio ; espagn. castracion ; ital. castrazione ; de castrationem, de castrare (voy. CHÂTRER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin castratio, dérivé de castro.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin castratio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « castration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
castration kastrasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « castration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « castration »

  • L’acte amoureux est castration de l’homme. De Jean-Paul Sartre
  • J’avoue… Ce n’est pas le sujet le plus sexy du siècle. Mais j’ai un défi. Vous prouver qu’un sujet aussi rebutant que la castration des porcs peut avoir un intérêt… Et peut-être même qu’il peut vous donner l’occasion de briller en société – si vous arrivez à l’amener habilement dans la conversation. L'Opinion, Pourquoi il est bon d’en finir avec la castration des cochons – Economie | L'Opinion
  • Le ministre de l'Agriculture a présenté le plan du gouvernement pour le bien-être animal ce mardi. Parmi les mesures, l'arrêt du broyage des poussins ou de la castration des porcelets à vif. En Bretagne, terre d'élevage porcin et avicole, ces mesures posent problème pour les agriculteurs. France Bleu, Quelles alternatives à la castration des porcs ou au broyage des poussins ?
  • Selon un article relayé des milliers de fois sur Facebook ces derniers jours, la castration chimique pourrait être rendue obligatoire pour les personnes reconnues coupables de viol. Le Monde.fr, Non, la castration chimique ne va pas être rendue obligatoire
  • À partir de 2021, la castration des porcelets à vif devrait être interdite. Les 500 producteurs de porc de la région, mais aussi les salaisons et notamment celles de Lacaune dans le Tarn, prennent acte. Ils demandent aussi quelles seront les solutions alternatives. France Bleu, Fin de la castration à vif des porcelets : inquiétude et méfiance en Occitanie
  • La castration des porcs mâles est largement répandue en France : elle est pratiquée sur environ 85% d'entre eux. Car si un cochon n'est pas stérilisé à la puberté, il arrive que des hormones donnent à la viande un goût et une odeur désagréables. Mais plusieurs pays ont interdit cette pratique, comme la Norvège depuis 2002 et la Suisse depuis 2010.  France Bleu, VIDÉO - Une association dénonce la castration à vif de porcelets élevés pour faire du jambon de Bayonne
  • Alors on cherche des solutions, notamment en triant les spermatozoïdes pour être sûr de n’avoir que des porcs femelles. Mais cela reste encore, soit très cher, soit très expérimental. On travaille également sur l’alimentation des porcs pour supprimer l’odeur. Mais c’est plutôt l’anesthésie ou l’endormissement avant castration qui reste, aujourd’hui, la solution la plus viable. Mais comment être sûr, dans un élevage industriel, que le cochon a bien été endormi ? C’est la grande question que posent les associations qui luttent pour le bien-être animal. Europe 1, Broyage de poussins, castration à vif des porcelets : comment sortir de ces pratiques ?
  • La castration des porcelets permet d’obtenir des porcs plus gras, tout en évitant l’odeur nauséabonde de verrat que peut dégager à la cuisson le gras de certains mâles « entiers ». « Nous avons travaillé avec les vétérinaires prêts à élaborer un protocole pour une prise en charge complète de la douleur », a expliqué M. Guillaume. Le Monde.fr, La France veut interdire la castration à vif des porcelets et le broyage des poussins à la fin de 2021

Traductions du mot « castration »

Langue Traduction
Anglais castration
Espagnol castración
Italien castrazione
Allemand kastration
Portugais castração
Source : Google Translate API

Synonymes de « castration »

Source : synonymes de castration sur lebonsynonyme.fr

Castration

Retour au sommaire ➦

Partager