La langue française

Bivouac

Sommaire

  • Définitions du mot bivouac
  • Étymologie de « bivouac »
  • Phonétique de « bivouac »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bivouac »
  • Citations contenant le mot « bivouac »
  • Images d'illustration du mot « bivouac »
  • Traductions du mot « bivouac »
  • Synonymes de « bivouac »

Définitions du mot bivouac

Trésor de la Langue Française informatisé

BIVOUAC, subst. masc.

A.− Vx. ,,Garde extraordinaire faite la nuit en plein air`` (Ac. 1835).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
B.− Usuel. Campement provisoire établi le plus souvent la nuit par un rassemblement de personnes en marche (troupes, expéditions sportives, scientifiques, etc.). Cette troupe établit son bivouac aux portes du logement du roi (Thierry, Récits des temps mérovingiens, t. 2,1840, p. 137);on entendait à six cents pieds plus bas l'agitation, les cris, le murmure du bivouac ennemi (Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 3, 1868, p. 166):
1. Ils [une nuée de Juifs] se répandirent par la ville, achetant les uniformes et les armes, vendant du pain et du lard, de l'eau-de-vie au petit verre. De bivouac en bivouac, ils poussaient de singulières brouettes, chargées de vivres ignobles. Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 91.
SYNT. Coucher, dormir au bivouac; installer son bivouac.
P. plaisant. :
2. Je crois bien aussi que j'ai quelque part une vieille mère; ... Je ne sais plus où elle a établi son bivac maintenant; ... Dumas Père, Napoléon Bonaparte,1831, V, 1, p. 113.
P. métaph. :
3. Telle était cette Convention démesurée; camp retranché du genre humain attaqué par toutes les ténèbres à la fois, feux nocturnes d'une armée d'idées assiégée, immense bivouac d'esprits sur un versant d'abîme. Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 189.
4. Elle choisit alors pour maître Gabriel Michon, un gringalet chauve qui avait une joufflure d'ange et des regards noyés d'ivrogne. Celui-là lui gaula le fessier à coups de bottes, dès le premier soir, puis deux autres le remplacèrent, se partageant en même temps le bivac de ses grâces, et ils la quittèrent d'un commun accord, ... Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 48.
P. méton. Le lieu de ce campement :
5. On amarra la barque au rivage, on fit quelques pas pour chercher un bivouac commode; ... Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1 1846, p. 390.
Rem. Pour la graphie vieillie bivac, cf. ex. 2 et 4.
PRONONC. ET ORTH. : [bivwak]. Dernière transcr. de la forme bivac dans DG : bi-vàk'. Les dict. mod. préconisent les formes bivouac et bivouaquer (cf. Ac. 1932, Rob. et Dub.). Cf. déjà Pt Lar. 1906 qui écrit s.v. bivac : ,,Forme vieille de bivouac`` et s.v. bivouaquer : ,,on disait autrefois bivaquer``. Cf. également Lar. 20eet Lar. encyclop. : ,,bivouac ou autrefois bivac et bivouaquer ou autrefois bivaquer``. Pour les dict. de la fin du xviiieet du xixes. 1. Ac. : Ac. 1798 et 1835, bivac ou bivouac; bivaquer ou bivouaquer. Ac. Compl. 1842, bihouac et plusieurs formes pour lesquels il renvoie à bivac ou à bivouac : ,,biouac, biwac, biwouack, bivoie``. Ac. 1878, bivouac; bivouaquer en notant cependant : ,,quelquefois on écrit et on dit bivac; bivaquer``. 2. Autres dict. que Ac. : Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill. comme Ac. 1798 et 1835 (cf. aussi Quillet 1965). Littré ajoute néanmoins que bivouac et bivouaquer sont plus usités (à comparer avec Fér. Crit. t. 1 1787 qui signale s.v. bivouac : ,,on prononce plus communément bivac``). Lar. 19ecomme Ac. 1878. Besch. 1845, bivac, bivouac ou biouac (pour cette forme supra Ac. Compl. 1842) et bivaquer ou bivouaquer. Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844 et DG consacrent à bivac et bivaquer une vedette de renvoi à bivouac, bivouaquer.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1650 bivoie « garde d'un camp » (Mén.), forme isolée; 1690 bivouac (Fur.); 1755 bivac (Prév.); Ac. 1762 note qu',,on prononce plus communément Bivac``, forme répertoriée dans les dict. jusqu'au Lar. 20e; le sens est considéré comme vx dep. Ac. 1835; 2. 1805 bivouac, bivac « campement provisoire d'une troupe en plein air » (J. Lunier, Dict. des sc. et des arts, Paris, p. 164); 1835 « lieu de campement » (Ac.). Empr. soit au m.b.all. (Boulan, p. 168) biwacht « garde extraordinaire, service de garde auxiliaire », Lasch-Borchl. s.v., soit au néerl. bijwacht (Behrens D., p. 46 et 98; FEW t. 15, 1repart., p. 108; Valkhoff dans Neophilologus, t. 21, p. 193) « garde secondaire par opposition à la garde principale [hoofdwacht] », attesté dep. 1651 (Valkhoff, loc. cit.) et composé de bij « auprès de » et de wacht « garde »; le mot a prob. pénétré en France par l'intermédiaire des mercenaires combattant dans les armées fr. au xviies.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 203. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 428, b) 523; xxes. : a) 219, b) 85.
BBG. − Behrens D. 1923, p. 46. − Boulan 1934, p. 168. − Colomb. 1952/53, p. 118; pp. 208-210.

Wiktionnaire

Nom commun

bivouac \bi.vwak\ masculin

  1. (Militaire) (Sens étymologique désuet) Garde extraordinaire faite la nuit en plein air.
    • Être de garde au bivouac.
  2. Campement provisoire pour passer la nuit en plein air.
    EF Fürstenkongress Biwaklager.jpg
    • On entendait à six cents pieds plus bas l'agitation, les cris, le murmure du bivouac ennemi. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1868)
    • Entreprendre une méharée au Mali, c'est s'immerger complètement dans le monde du désert, des espaces sans fin, des bivouacs étoilés, des feux de camp et des théières fumantes. — (Eric Milet, Mali: Magie d'un fleuve aux confins du désert , Éditions Olizane, 2007, p. 144)
  3. (Par extension) Lieu de campement.
    • L’endroit où se trouvait cet homme était admirablement choisi pour une halte de quelques heures. […]. Une source jaillissait à quelques pas du lieu où le chasseur avait établi son bivouac. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Deux fois par an, au printemps et à l’automne, le dernier régiment monté de l’armée française envoie en province, par roulement, ses trois escadrons pour quelques jours de « bivouac ». Au menu : divers exercices qui entraînent les hommes et les chevaux. C’était le premier bivouac du lieutenant Pelardy affectée cet été au régiment de cavalerie dès sa sortie de l’Ecole d’officiers de la gendarmerie nationale (EOGN). — (Jean-Louis Andreani, Le “bivouac” de la lieutenante-cavalière Pelardy ne fut pas une balade, dans Le Monde, 20 octobre 2005 [texte intégral])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIVOUAC. n. m.
T. de Guerre. Station de troupes dans un campement en plein air ou le Campement lui-même. Ce fut notre premier bivouac. L'armée a beaucoup souffert dans les bivouacs par l'intempérie de la saison. Coucher au bivouac.

Littré (1872-1877)

BIVOUAC
  • Voy. BIVAC, BIVAQUER.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bivouac »

(XVIIe siècle) De l’allemand[1] dérivé de bewachen ( « garder, monter la garde » ). Le mot est entré en français par l’intermédiaire des mercenaires[1] suisses. Il est adopté par les autres langues européennes lors des guerres napoléoniennes principalement à partir de la forme bivac majoritaire avant le milieu du XIXe siècle[2][3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bivouac »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bivouac bivwak

Évolution historique de l’usage du mot « bivouac »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bivouac »

  • L’été sera sous le signe du bivouac, vu le nombre de places réduit que pourront offrir nos refuges, mesures post Covid-19 oblige, ce qui a inspiré à David Manise, notre expert en survie, ce fervent plaidoyer en faveur du « cold camping ».  Sans jeu de mot, à la rédaction d’Outside, on a craint un instant un truc fumeux, ce terme nous étant jusqu’alors inconnu. Mais non, franchement, l’approche est convaincante ! Ok, ok. Je sais. Moi aussi.  Moi aussi j’adore passer la soirée près du feu, à refaire le monde en grillant de la figatelle (une des preuves irréfutables que Dieu aime la Corse). Me planquer près du feu, me relier à mes ancêtres, avec les bêtes sauvages qui rôdent dans la nuit et tout et tout.  Mais vous savez quoi ?  Le feu, c’est pour les débutants. Bivouaquer sans feu, c’est un peu comme le café noir. Un peu comme la douche froide. Un peu comme se lever tôt (ou se coucher très tard) pour bosser à un truc qui nous fait vibrer, pendant que les autres dorment. Un peu comme un sentier un petit peu exposé, un peu flippant, qui nous fait sentir le soulagement que ça soit terminé, et la fierté d’avoir traversé. Bivouaquer sans feu, c’est comme éliminer le sucre de sa vie. Ça n’est pas forcément pour tout le monde, mais ceux qui savent se passer du feu ont ce petit truc en plus, dans le coin du regard, qui les démarque des autres.  J’ai beaucoup d’amis amérindiens un peu partout au Canada et aux US. Dans beaucoup d’endroits, le feu est considéré comme quelque chose qui est soit sacré, soit vraiment indispensable. On ne le banalise pas, et on ne l’allume pas pour rien. Quand on fait du feu, c’est toujours de manière considérée. Délibérée. J’aime bien cette approche. Le feu, c’est le confort. C’est sympa. Ça fait de la lumière, ça tient chaud (un peu). Ça… Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor, Tentez le « cold camping «, l’art du bivouac sans feu – Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor
  • Le bivouac, où stationneront une cinquantaine de chevaux, sera visitable par le public. C’est ouvert à tous, habitants, touristes, tout le monde peut assister à cette grande fête, où sera installé un marché nocturne pour l’occasion avec possibilité de se restaurer sur place (repas chaud auprès d’un traiteur, réservation à l’avance à [email protected]). centrepresseaveyron.fr, La route du sel partira du village - centrepresseaveyron.fr
  • La pratique du bivouac peut néanmoins impacter les milieux naturels et ne s’improvise pas. Alors voici quelques rappels pour vous aider à préparer votre séjour autonome dans les règles de l’art. Parc national des Ecrins, Pour de belles nuits en pleine nature | Parc national des Ecrins
  • Le contexte sanitaire a amené les organisateurs du Rallye du Maroc (10-14 octobre) à modifier leur plan initial. L'épreuve ne s'élancera pas d'Agadir, comme prévu, mais sera organisée autour d'un bivouac XXL à proximité de M'Hamid au sud de Zagora. L'Équipe, Rallye-raid : le parcours Rallye du Maroc fera la part belle aux dunes - Rallye-raid - L'Équipe

Images d'illustration du mot « bivouac »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bivouac »

Langue Traduction
Anglais bivouac
Espagnol vivac
Italien bivacco
Allemand biwak
Portugais acampamento
Source : Google Translate API

Synonymes de « bivouac »

Source : synonymes de bivouac sur lebonsynonyme.fr
Partager