La langue française

Bigle

Définitions du mot « bigle »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIGLE1, adj.

Qui louche. Un homme, un regard bigle; avoir les yeux bigles :
1. ... il fut plus grand liseur que moi. Car il était bigle et, guignant de l'œil, il lisait deux pages à la fois. A. France, La Rôtisserie de la Reine Pédauque,1893, p. 351.
Rem. Attesté comme ,,vieilli`` ou ,,peu usité`` par l'Ac. 1835-1932, Besch. 1845, Littré, DG et Quillet 1965.
P. métaph. :
2. Ses paroles mêmes étaient toutes déroutées, bigles comme ses regards. On ne savait positivement plus à qui il s'adressait. A. Daudet, Fromont jeune et Risler aîné,1874, p. 159.
3. Et on fabrique de toi une image bigle et cela est toujours possible. Et l'on démontre ta bassesse et cela est toujours possible. Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 858.
Emploi subst. Le bigle a souri à la jeune fille (Saint-Exupéry, Citadelle,1944p. 969).
Rem. On rencontre dans la docum. un ex. où bigle de jambes signifie « dont les jambes ne sont pas symétriques, boiteux » : ,,Et l'enfant, tu le trouves assis sur le mur bas, les jambes pendantes. Et les autres lui lancent des pierres : « Eh! toi qui ne sais point courir, bigle de jambes! »`` (Saint-Exupéry, Citadelle, 1944, p. 936) et le néol. biglerie, subst. fém., fam. Fait d'être bigle, myopie, strabisme. Au fig. ,,Et le troisième tiers (...), le voilà qui trouve sa foi dans ce monument de logique que tu as imposé de construire. Et ta biglerie le pousse à vomir`` (Saint-Exupéry, Citadelle, 1944, p. 858).
PRONONC. ET ORTH. : [bigl̥]. Var. bicle (cf. bicler) ds Besch. 1845 et Lar. 19e(avec la mention ,,s'est dit`` ou ,,autrefois``).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1336 bigre « qui louche » (A.N. JJ 70, fo58 ro, sans contexte dans Gdf. Compl.); 1471 bigle (Lettre de Louis XI, IV, pp. 299-300; v. no33 dans Fr. mod., t. 4, p. 340); cf. 1550 (B. de La Grise, trad. de Guevera, l'Orloge des Princes, II, 10 dans Hug.). Prob. malgré le hiatus chronol., déverbal de biscler avec attraction de aveugle*, v. bigler (FEW t. 1, p. 380; Bl.-W.5; voir W. v. Wartburg dans R. de dialectol. rom., t. 3, p. 459). L'hyp. d'un empr. au prov. mod. biscle [Palay, p. 155 « qui louche »] (EWFS2) que l'on fait remonter au lat. *bisoculus (EWFS2) (d'où fr. biseuil « qui louche ») fait difficulté du point de vue de l'accentuation, qui proviendrait de *bisclar (cf. ang. bicler < *bisoculare) apr. généralisation du rad. faible.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 31.
BBG. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 68, 192; t. 2 1972 [1925], p. 322. − Sigurs 1963/64, p. 38.

BIGLE2, subst. masc.

Chien courant anglais, employé pour la chasse au lièvre et au lapin :
La robe noire des épagneuls luisait comme du satin; le jappement des talbots valait celui des bigles chanteurs. Flaubert, Trois contes,La Légende de st Julien l'Hospitalier, 1877, p. 89.
PRONONC. ET ORTH. : [bigl̥]. Les dict. consultés admettent également l'orth. anglaise beagle (Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Pt Lar. 1906, Lar. 20e, Rob., Lar. encyclop., Quillet 1965), et l'orth. fr. bicle (Ac. Compl. 1842, Besch. 1845).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1650 bigle (Mén. : Bigles. Ce sont ces petits chiens de chasse qui nous sont venus d'Angleterre, semblables à nos briquets); 2. 1885 beagle (Guy, Plume et Poil, p. 35 dans Bonn. : Comment voulez-vous que ces malheureux petits beagles, gros comme le poing, chassent la bête noire?) 1 empr. à l'angl. beagle « id. » (Bonn.; Boulan, p. 100; Mack. t. 1, p. 76; Nyrop t. 1, § 66; FEW t. 18, pp. 20-21) au moment où cette race de chien fut introduite en France. 2 représente un nouvel empr. dû à l'anglomanie du xixes. Le m. fr. beegueule « criailleur, insolent et importun » (1470 dans Gdf.) cf. bégueule est peut-être à l'orig. de l'angl. (ODEE; Klein Etymol.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Behrens Engl. 1927, p. 186. − Bonn. 1920, p. 9. − Boulan 1934, p. 100.

Wiktionnaire

Adjectif

bigle \biɡl\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Qui louche.
    • La loi du borgne Locrien, à mon avis, était extrêmement juste, et il avait grand intérêt à la proposer ; et, pour moi, quand je n'eusse été que bigle, je m’y fusse hasardé. — (Vincent Voiture, Lett. 192.)
    • Si vous êtes bigle, vous verrez que je deviens aveugle et sourd. — (Voltaire, Lett. Pictet, sept. 1763.)
    • Car il était bigle et, guignant de l’œil, il lisait deux pages à la fois. — (Anatole France, La Rôtisserie de la reine Pédauque, 1893)
    • Un poulet... un lapin s'écria la femme, en levant d'atones yeux bigles sur son interlocuteur, mais, monsieur Dickson, nous n'en mangeons jamais ! Nous sommes végétariens, et Hippgood, notre cuisinier, qui est également l'unique serviteur de Red Manor, saurait difficilement s'y prendre pour tuer une bête. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Fantôme des Ruines Rouges, 1932)
    • En plus, elle était un peu bigle, sous un chignon pas plus gros qu’une noix. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 46)

Nom commun 1

bigle \biɡl\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui louche.
    • […], il rêve d'un châtiment exemplaire : un assommoir pour le bigle, une bille de bois qui lui cherrait de très haut en plein crâne; […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Nom commun 2

bigle \biɡl\ masculin

  1. (Zoologie) (Chasse) (Vieilli) Chien de chasse (chien courant) anglais, pour chasser le lièvre et le lapin (voir beagle).
    • J'ai omis de parler du chien terrier, du bigle, du chien de fouine, du barbet, qui sont des espèces métisses, des espèces fabriquées. (Alphonse Toussenel; « L'esprit des bêtes, vènerie française et zoologie passionnelle » -1847)

Forme de verbe

bigle \biɡl\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bigler.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bigler.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe bigler.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe bigler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe bigler.
    • Bigle un peu le chanteur foufou… encore un qui la soigne, sa publicité. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, chapitre XII, Gallimard, 1956)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIGLE. adj. des deux genres
. Qui louche. Il a vieilli.

Littré (1872-1877)

BIGLE (bi-gl') adj.
  • Louche. Homme, femme bigle. La loi du borgne Locrien, à mon avis, était extrêmement juste, et il avait grand intérêt à la proposer ; et, pour moi, quand je n'eusse été que bigle, je m'y fusse hasardé, Voiture, Lett. 192. Si vous êtes bigle, vous verrez que je deviens aveugle et sourd, Voltaire, Lett. Pictet, sept. 1763.

    Substantivement. Un bigle.

    Bigle a vieilli.

HISTORIQUE

XVIe s. Estre louche ou bicle : c'est une distorsion contrainte avec inegalité de la veuë, Paré, XV, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bigle »

On tire ce mot de bis (deux) et oculus (œil). Il signifie donc « double œil », comme l’espagnol bisojo (louche). Bien que la mutilation soit forte, cependant ce qui peut appuyer cette étymologie, qui reste douteuse, c’est le c dans bicle du génevois et de Paré, et icle dans le mot patois bournicle (borgne). On n’en doit rien inférer pour besicle, dont l’étymologie est donnée non par une conjecture, mais par la série des formes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. bicle ; ital. bieco. On tire ce mot de bis, deux, et oculus, œil (voy. ŒIL) ; double œil, comme l'espagnol bis-ojo, louche. Bien que la mutilation soit forte, cependant ce qui peut appuyer cette étymologie, qui reste douteuse, c'est le c dans bicle du génevois et de Paré, et icle dans le mot patois bourn-icle, borgne. On n'en doit rien inférer pour besicle, dont l'étymologie est donnée non par une conjecture, mais par la série des formes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bigle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bigle bigl

Évolution historique de l’usage du mot « bigle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bigle »

  • quand c'est l'homme la victime il a été clairement tué ! par contre qd c'est une femme elle est tombée par le balcon, elle est mortellement blessée !!! tu te rends compte de ton sexisme Midi Libre ou tu es trop bigle?!? midilibre.fr, Près de Toulouse, une femme tue son mari par arme à feu - midilibre.fr
  • Sur l’anarchisme, Proudhon pour commencer est un socialiste assimilé. Netchaiev un nihiliste. Kropotkine un collectiviste. Donc on bigle gravement, quand on s’imagine l’anarchisme dépolitisé. Et il est logique d’obtenir des anarchismes de droite ensuite (la formulation de l’entame de l’article Wikipedia est actuellement édifiante à ce sujet : si l’anarchisme n’est de droite, alors on dit anarchisme tout court, donc l’anarchisme est a minima gauchisant), tels que le libertisme. Les anarchistes (gauchisants, donc) sont avant tout des rageux qui se prétendent eudémonistes d’éprouver des joies malignes contre l’être, au prétexte de ses maux. AgoraVox, Otto Gross, le rebelle affolé (Viabilités psychanalytiques en perspective 5) - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « bigle »

Langue Traduction
Anglais skew-eyed
Italien bigle
Source : Google Translate API

Synonymes de « bigle »

Source : synonymes de bigle sur lebonsynonyme.fr

Bigle

Retour au sommaire ➦

Partager