La langue française

Banquiste

Sommaire

  • Définitions du mot banquiste
  • Étymologie de « banquiste »
  • Phonétique de « banquiste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « banquiste »
  • Citations contenant le mot « banquiste »
  • Images d'illustration du mot « banquiste »
  • Traductions du mot « banquiste »
  • Synonymes de « banquiste »

Définitions du mot banquiste

Trésor de la Langue Française informatisé

BANQUISTE, subst. masc.

A.− Pop. Saltimbanque; forain (cf. banque2B 2) :
1. − Bien sûr, dit l'homme... je fais beaucoup avec les forains. César ne releva pas le mot... L'autre aurait dit « banquiste », « gonse de la banque », « gars du tapis », cela ne l'aurait pas choqué. Mais « forain »... P. Vialar, Les 4 Zingari,1959, p. 33.
B.− Péj., au propre et au fig. Charlatan :
2. Lepailleur, à l'entendre [Thévenant] (et il disait vrai) était un faux Don Juan, dans le fond un banquiste et un réclamier. L. Daudet, L'Amour est un songe,1920, p. 79.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes.
1reattest. 1789 (Avent. de J. Sharp dans Esn. 1966); dér. de banque2* étymol. 3, suff. -iste*. [bɑ ̃kist]. Durée mi-longue pour la 1resyll. dans Passy 1914. Fréq. abs. littér. : 7.
BBG. − Sain. Lang. par. 1920, p. 107, 238.

Wiktionnaire

Nom commun

banquiste \bɑ̃.kist\ masculin

  1. Nom que se donnaient eux-même les forains.
    • C’était le type parfait du banquiste, farouchement épris de liberté, allant de cour en cour, jouer d’un bras fatigué les romances à la mode.. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 944)
    • En vain, Hugues avait-il objecté qu’en dépit de certaines apparences, il ne pouvait exister aucun lien de parenté entre la profession de banquiste et celle de joueur de trompette bouchée, sa mène n’avait rien voulu entendre. — (Marcel E. Grancher, Sous le pavillon noir, Éditions Gutenberg, 1944, page 11.)
  2. Celui qui va de ville en ville pour vivre aux dépens d'un public qu'il gruge.
  3. (Par extension) Celui qui a des allures de charlatan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BANQUISTE. n. m.
Charlatan, ou Celui qui a des allures de charlatan.

Littré (1872-1877)

BANQUISTE (ban-ki-st') s. m.
  • Charlatan, bateleur. Mot populaire.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « banquiste »

Banque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De banc dans le sens d'estrade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « banquiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
banquiste bɑ̃kist

Évolution historique de l’usage du mot « banquiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « banquiste »

  • Un mariage au milieu des lions. Et quel roman ! "Elle s’est mariée dans la cage aux lions comme le veut la tradition banquiste, avec monsieur le curé à l’intérieur. (…) Ce qui en soit, est une performance ecclésiastique. Le curé donne sa bénédiction au milieu des lions", raconte Christian Boner, précisant que l'on "nomme banquistes tous les gens du cirque". Europe 1, Christian Boner : la vie de Rosa Bouglione "est un véritable roman"
  • MP : « Le clown est devenu triste et terne au le cirque traditionnel, quand il a fait un travail de banquiste. Il fait les liaisons. Il remplit les trous. » www.lepopulaire.fr, La Diagonale des Clowns : une série de spectacles de pitres et contre-pitres à suivre à Limoges du 13 au 18 décembre - Limoges (87000)
  • Faut demander à macron il sait ce qu'il faut faire mais s'en gardera bien en tant qu'encien banquiste ! Le Figaro, Assurance emprunteur: les banques accusées de pratiques illégales
  • Le Juif a déjà presque tout "standardisé" dans le domaine des arts majeurs. Il fait en ce moment de très grands efforts pour standardiser la littérature mondiale, traductions, agences littéraires, cénacles, académies, sont à pied d’œuvre, donnent à fond. Un tout petit fait entre mille : Pensez-vous, chers cocus, que ce soit naïvement, par effet du pur hasard, que l’Académie Goncourt, dans ses choix, lauréats, académiciens... s’enjuive chaque année davantage ?... Il faut au pouvoir juif de nombreux agents, des fourriers très zélés, bien placés, dociles, dévoués, finement gangsters, ils sont indispensables pour que l’armée de standardisation juive procède sans coup férir à l’étranglement de l’art indigène dans tous les domaines, les moindres replis, spirituels, matériels. Les traductions feront le reste, le gros ouvrage d’abrutissement. Mais il est indispensable d’ores et déjà que soigneusement l’on dégoûte, minimise, sape, scie, sans répit, implacablement, par tous les moyens, tous les créateurs, toute l’élite aryenne, Que le lit, le dais, les sinécures, les assurances, les trônes de toutes les pelures, les pires resucées, spongieuses galettes juives, rapidement s’édifient sur les décombres de l’art autochtone. La grande invasion par le film et les traductions ne doit être arrêtée par rien. On encule au millimètre, le premier centimètre c’est le plus dur, le plus coûteux... pour les suivants ça va tout seul ! Tous les pédérastes nous l’affirment. N’importe quel trou du cul peut devenir, bien enculé de publicité, un immense n’importe quoi, l’objet d’un culte, une suprêmissime vedette, un criminel horriblissime, une léviathane catastrophe, un film dantesque, une pâte à rasoir cosmique, un transatlantique qui fait déborder la mer, un apéritif qui fait tourner la terre, le plus grand Lépidaure des Ages, le Président du Conseil qui bouffe les casquettes vivantes. Plus c’est cul et creux, mieux ça porte. Le goût du commun est à ce prix. Le "bon sens" des foules c’est : toujours plus cons. L’esprit banquiste, il se finit à la puce savante, achèvement de l’art réaliste, sur-réaliste. Tous les partis politiques le savent bien. Ce sont tous des puciers savants. La boutonneuse Mélanie prend son coup de bite comme une reine, si 25.000 haut-parleurs hurlent à travers tous les échos, par-dessus tous les toits, soudain qu’elle est Mélanie l’incomparable... Un minimum d’originalité, mais énormément de réclame et de culot. L’être, l’étron, l’objet en cause de publicité sur lequel va se déverser la propagande massive, doit être avant tout au départ, aussi lisse, aussi insignifiant, aussi nul que possible. La peinture, le battage-publicitaire se répandra sur lui d’autant mieux qu’il sera plus soigneusement dépourvu d’aspérités, de toute originalité, que toutes ses surfaces seront absolument planes. Que rien en lui, au départ, ne peut susciter l’attention et surtout la controverse. La publicité pour bien donner tout son effet magique, ne doit être gênée, retenue, divertie par rien. Elle doit pouvoir affirmer, sacrer, vociférer, mégaphoniser les pires sottises, n’importe quelle himalayesque, décervelante, tonitruante fantasmagorie... à propos d’automobiles, de stars, de brosses à dents, d’écrivains, de chanteuses légères, de ceintures herniaires, sans que personne ne tique... ne s’élève au parterre, la plus minuscule naïve objection. Il faut que le parterre demeure en tout temps parfaitement hypnotisé de connerie. Controverses, Barack Obama et le syndrome Carter — Controverses

Images d'illustration du mot « banquiste »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « banquiste »

Langue Traduction
Anglais banker
Espagnol banquero
Italien banchiere
Allemand banker
Chinois 银行家
Arabe مصرفي
Portugais banqueiro
Russe банкир
Japonais バンカー
Basque bankari
Corse banchiere
Source : Google Translate API

Synonymes de « banquiste »

Source : synonymes de banquiste sur lebonsynonyme.fr
Partager