Aporie : définition de aporie

chevron_left
chevron_right

Aporie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

APORIE, subst. fém.

LOG. Contradiction insoluble dans un raisonnement :
Citons comme exemple d'apories les sophismes du philosophe de la Grèce antique Zénon, qui s'efforçait de démontrer que le mouvement n'existe pas objectivement. Voici quels étaient ses arguments : le rapide Achille ne peut pas rattraper une tortue parce que, tandis qu'il parcourt la distance qui le sépare de la tortue, celle-ci avance et franchit un nouvel intervalle, et ainsi de suite, à l'infini. Étant donné que la distance entre Achille et la tortue peut être divisée en un nombre infini de sections, elle ne sera jamais parcourue par Achille. Autre exemple : une flèche qui vole reste immobile parce que, à tout moment donné, elle se trouve à un point déterminé de l'espace; donc, à chaque instant, elle est au repos. Le mouvement est conçu comme un nombre infini de moments de ce genre. Zénon alléguait d'autres arguments analogues. C'est en considérant à tort le mouvement comme une somme d'immobilités du corps dans l'espace, qu'il en arrive à le nier. Ros.-Ioud.1955.
PRONONC. ET ORTH. : [apɔ ʀi]. Land. 1834 note la dernière syllabe longue. Besch. 1845 signale que le mot est inusité.
ÉTYMOL. ET HIST. − Av. 1789 (M. Beauzée ds Gramm. : Aporie [...] L'Aporie, chez certains rhéteurs, n'est rien autre chose que la figure à laquelle nous donnons plus communément le nom de Dubitation; & en effet un homme qui doute semble ne trouver aucune voie pour se tirer de l'incertitude où il est). Empr. au gr. α ̓ π ο ρ ι ́ α (littéralement α ̓ + π ο ́ ρ ο ς « sans chemin, sans issue ») « embarras, incertitude (dans une recherche, dans une discussion) » (Platon, Prot. 324 ds Bailly); le gr. a été lui-même empr. par le b. lat. aporia (dep. Itala), cf. Isidore, Orig., 21, 27 ds TLL s.v., 251, 78; bien attesté comme terme de philos. en lat. médiév. (Albert Le Grand ds Mittellat. W. s.v.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 17.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Gramm. t. 1 1789. − Lal. 1968. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Miq. 1967. − Morier 1961. − Mots rares 1965. − Piguet 1960. − Ros.-Ioud. 1955.

Aporie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

aporie \a.pɔ.ʁi\ féminin

  1. (Soutenu) Problème ou contradiction logique insoluble.
    • Mais, dupé par la langue grecque, qui, grâce à l’article, permet de transformer des verbes en substantifs, il n’échappe à l’aporie de Parménide « L’Être est, le non-être n’est pas, on ne sortira pas de cette pensée » que par cinq théories […]. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Devrons-nous, comme Jonathan Barnes, retenir l’image d’une pensée campant résolument dans l’aporie qu’elle aurait osé formuler ? (« le scepticisme abdéritain est de type pyrrhonien », déclare expressément cet auteur). — (Jean Salem, Démocrite ; grains de poussière dans un rayon de soleil, 1996)
    • L’aporie est une espèce d’énigme, mais considérée d’un point de vue logique plutôt que magique ou spirituel. C’est un problème qu’on renonce à résoudre, au moins provisoirement, ou un mystère qu’on refuse d’adorer. — (André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Presses universitaires de France, 2001)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aporie : définition du Littré (1872-1877)

APORIE (a-po-rie) s. f.
  • Figure de rhétorique. Synonyme de dubitation.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « aporie »

Étymologie de aporie - Littré

Ἀπορία, embarras, de ἀ privatif, et πόρος, passage (voy. PORE) ; absence d'issue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de aporie - Wiktionnaire

(1704) Emprunté au latin aporia, venant du grec ancien ἀπορία, aporia, (« absence de passage », « difficulté », « embarras »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aporie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aporie apɔri play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « aporie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aporie »

  • Paul Ricœur a bâti ce qu’il est convenu d’appeler une « philosophie des conflits ». L’objet de sa recherche a consisté à se confronter aux apories de la pensée. Son disciple Macron réglerait-il son pas sur celui de son maître ? Contrepoints, L’aporie politique Emmanuel Macron | Contrepoints
  • Alors, avec d’autres, elle s’agace du temps pris à rédiger les « messages clés », quand l’urgence, selon elle, serait de débattre des mesures envisagées. C’est sans doute l’aporie de cette session de travail : prendre la mesure des désaccords sans avoir encore la possibilité de les soumettre à la discussion et aux votes. En attendant, les clivages s’expriment sur d’autres sujets. Comme sur le Ceta, entre les tenants d’un moratoire et ceux qui y voient un hors sujet ou sur une éventuelle réforme constitutionnelle, entre ceux qui ont pu contribuer sur le Web et les autres. La Croix, Convention climat, les 150 citoyens au pied du mur
  • D’ailleurs quelle idée que l’Amérique propose unilatéralement une solution alors qu’on n’a jamais vu un peuple accepter d’être libre sous la contrainte et encore moins sous celle de la première puissance mondiale. C’est même une aporie de l’esprit que d’imposer la liberté. Opinion Internationale, Israël – Palestine : contre le plan de paix Trump. L’édito de Michel Taube - Opinion Internationale
  • Évelyne THOIZET, Cycle mythique et irréversibilité historique : une aporie des temps dans trois débuts de romans de Sylvie Germain    101 , S. Jișa, Y. Goga et B.-L. Bartoș (coord.), Sylvie Germain et les mythes
  • Je ne pense pas que Ferreri soit directement inspiré par Nietzsche mais il y a cette idée commune d’une usure des traditions, de l’usure d’un monde, d’un modèle… Le film sort en 1973, c’est à dire à la fin des Trente Glorieuses, cette société qui va uniquement se construire autour de la consommation des biens et des services, elle trouve son achèvement dans "La grande bouffe", avec cette idée de fin du monde. Nietzsche parle de fin d’un monde pour qu’un autre advienne, alors que dans "La grande bouffe" nous sommes dans une forme d’aporie…           Marc Rosmini France Culture, La grande bouffe de Marco Ferreri : "Mange, sinon tu ne vas PAS mourir" - Ép. 3/4 - Michel Piccoli, le jeu qui pense
  • En mars dernier, nous avions organisé dans nos pages une rencontre entre Caroline Fourest et Rokhaya Diallo, pour faire discuter deux féminismes et deux antiracismes qui s’affrontent ouvertement dans le débat public. Tout au long de la conversation, et malgré l’âpre franchise de l’échange, a subsisté un non-dit. Alors que Rokhaya Diallo se vit, pense et parle en tant que Noire, Caroline Fourest rechignait à être renvoyée à son statut de Blanche et ne semblait pas voir que ce refus pouvait être perçu comme une limite à son antiracisme. La discussion a achoppé sur une aporie, chacune manifestant aux yeux de l’autre, et pour des raisons exactement inverses, une forme de racisme dissimulé. L'Obs, Le Blanc, cet être fragile
  • Ce qui est pardonnable est d'avance pardonné. D'où l'aporie : on n'a jamais à pardonner que l'impardonnable. De Jacques Derrida / Antoine Spire - Le Monde de l'éducation - septembre 2000

Traductions du mot « aporie »

Langue Traduction
Corse aporia
Basque aporia
Japonais アポリア
Russe выражение сомнения
Portugais aporia
Arabe أبوريا
Chinois 阿波里亚
Allemand aporia
Italien aporia
Espagnol aporía
Anglais aporia
Source : Google Translate API

Synonymes de « aporie »

Source : synonymes de aporie sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires