La langue française

Albarelle

Définitions du mot « albarelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

ALBARELLE1, subst. fém.

BOT. Champignon comestible du genre bolet croissant sur le châtaignier et le peuplier blanc.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén.
Étymol. ET HIST. − 1845 bot. (Besch. : Albarelle [...] Champignon qui croît sur le châtaignier et le peuplier blanc, et qui est bon à manger). Empr. à l'ital. albarello, albarella « id. » attesté dep. le xvies. (G. Soderini 1526-1597, Il trattato della cultura degli orti e giardini, II, 146 ds Batt. t. 1 1961) lui-même dér. de albero « arbre ».
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Mont. 1967.

ALBARELLE2, subst. fém.

Vase cylindrique en faïence, fabriqué en Italie et qui servait à conserver des parfums ou des remèdes. Synon. cornet de pharmacie (on disait aussi magdaléon) :
« C'est d'inspiration italienne, mais ce n'est déjà plus italien », dit le Dr Chompret en parlant de la faïence de Nîmes au xviesiècle. En effet, c'est un Français, Antoine Syjalon (1548-1590), qui est l'auteur de ces chevrettes, de ces albarelles et de ces plats d'influence plus ou moins italienne, dont le décor de fond, semblable à celui de Faenza, comprend principalement des feuilles d'acanthe, des masques grotesques et des dauphins. G. Fontaine, La Céramique française,1965, p. 28.
Prononc. : [albaʀ εl].
Étymol. ET HIST. − 1860 « cornet de pharmacie » (Picolpassi, L'Art du potier, 15 ds Gay t. 1 1887 [lire G. Piccolpasso, potier ital. ca 1548 d'apr. R. Jean, Les Arts de la terre, Manuel d'hist. de l'art, 1911, p. 92. Trad. de son ouvrage de 1560 par Claudius Popelin, Les Troyes libvres de l'art du potier, 1860, d'apr. T. Deck, La Faïence, 1903] : Cestuy-ci poinct ne se trouve qu'emmy les maistres italiens, il ait autre nom que l'Albarelle, ne qu'il se nomme aultrement dans les pharmacies. Régulièrement se fasconne d'une seule pièce et à des grandeurs diverses); 1897 (Nouv. Lar. ill. Albarelle : Vase italien de faïence de forme cylindrique, ayant le pied et l'orifice plus étroits que la panse. Les albarelles sont « les cornets de pharmacie » des amateurs d'antiquités, elles furent en usage aux xvieet xviiesiècles). Empr. à l'ital. albarello, alberello « id. » attesté dep. ca 1353 (Boccaccio, Dec., 7-3 (163) ds Batt. t. 1 1961 : Lasciamo stare le lor celle piene d'alberelli di lattovari e d'unguenti colmi [...]) lui-même dér. de albaro, albero « peuplier » (G. Devoto, Avviamento alla etimologia italiana; d'apr. B. Migliorini, A. Duro, Prontuario etimologico della lingua italiana, le lat. vulg. albarus est dér. de albus « blanc ») dont à l'orig. provenait le bois utilisé pour faire ces vases. L'hyp. d'un rapprochement de l'ital. albero, albaro avec l'ital. albuolo « récipient » (< lat. alveolus) émise en 1723-24 par Salvini, Annotazioni al commento del Boccaccio sopra Dante, 376 ds Tomm.-Bell. 1929 ne convient pas du point de vue morphol.; celle d'un étymon lat. albarius « crépi [vase à crépi?] », DEI, ne convient pas au point de vue sém.
BBG. − Gay t. 1 1967 [1887].

Wiktionnaire

Nom commun

albarelle \al.ba.ʁɛl\ féminin

  1. Nom vernaculaire de la pholiote du peuplier (Agrocybe aegerita), champignon comestible qui croît sur le châtaignier et le peuplier blanc.
    • Ou bien c'est la couleur qui est le caractère principal, et nous aurons des noms de couleurs agrémentés de divers suffixes : jaunotte, roussotte, albarelle, etc. — (Laboratoire de cryptogamie (Muséum national d'histoire naturelle), Revue de mycologie: Volume 32, 1967)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ALBARELLE (al-ba-rè-l') s. f.
  • Champignon bon à manger, qui croît sur le châtaignier et le peuplier blanc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « albarelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
albarelle albarɛl

Citations contenant le mot « albarelle »

  • « Nous avions déjà collaboré pour concevoir des albarelles, à savoir des pots de pharmacie qui ont été exposés dernièrement au salon de céramique contemporaine C14 à Paris. Comme ce mercredi, l’idée était une synergie de nos pratiques s’appuyant sur le même médium céramique, mais évoluant dans des univers différents », explique Tifenn. Cette synergie, on pourra la voir à l’oeuvre à 11 h, 15 h 30 et 17 h 30, à raison d’environ 30 minutes par trogne. Le Telegramme, Le Télégramme - Plérin - En un tour, deux mains. Des « pots à trognes », ce mercredi, au Cap
  • Pour sa deuxième année d’existence, le musée s’est donc attelé à présenter ses pièces récemment acquises dans les galeries permanentes. Avec un budget d’acquisition de 40 millions d’euros par an, le LAD a clairement les moyens de ses ambitions. Le Louvre et ses 7 millions de budget annuel fait figure de parent pauvre à côté de sa petite sœur émiratie. Les visiteurs de l’an II pourront donc admirer un incroyable bodhisattva chinois du XIe siècle, une albarelle mamelouk du début du XVe. Ou encore deux des quatre tapisseries des « Chasses de Maximilien » produites à la manufacture des Gobelins entre 1665 et 1674. Mais aussi une armure japonaise que les Parisiens avaient pu découvrir au musée Guimet l’an passé. « Nous l’avons acquise à la suite de cette exposition », confirme Guilhem André, l’un des quatre conservateurs du LAD, qui refuse d’en dévoiler le prix d’achat. Plus loin, les visiteurs admireront aussi deux paravents d’apparat japonais décorés de cartes du monde et dont « seuls 17 exemplaires existent. » , Le Louvre Abu Dhabi : un an après
  • L’apothicairerie du XVIIe siècle de Baugé, classée au titre des Monuments Historiques, est l’une des plus riches et des plus complètes de France. À l’intérieur, la collection est constituée de plus de 600 pots : albarelles hispano-mauresques, pots canon, piluliers et chevrettes de Nevers, silènes et bouteilles en verre se côtoient sur le mobilier de style Louis XIII. Surplombant l’ensemble, le plafond à caissons dévoile une voûte étoilée montrant ainsi l’importance de l’astrologie dans les pratiques de la médecine à cette époque. Angers Info, 10 sites incontournables à découvrir en Maine-et-Loire ! – Angers Info

Traductions du mot « albarelle »

Langue Traduction
Anglais albarelle
Espagnol albarelle
Italien albarelle
Allemand albarelle
Chinois 阿尔巴雷勒
Arabe الباريلي
Portugais albarelle
Russe albarelle
Japonais アルバレル
Basque albarelle
Corse albarelle
Source : Google Translate API

Synonymes de « albarelle »

Source : synonymes de albarelle sur lebonsynonyme.fr

Albarelle

Retour au sommaire ➦

Partager