Affectif : définition de affectif


Affectif : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFECTIF, IVE, adj.

I.− [En parlant des réactions qui affectent l'être hum.; cf. affecter2]
A.− Vieilli. [En parlant des réactions qui affectent la conscience hum.]
1. Qui provoque une réaction organique consciente. Sensation affective :
1. Dans le développement des facultés intellectuelles, après la sensation purement affective, viennent les sensations accompagnées de perceptions, les sensations représentatives, capables d'engendrer des images qui persistent ou que l'esprit peut reproduire, après que les objets extérieurs ont cessé d'agir sur les sens. A. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 291.
2. ... l'atonie est le résultat le plus ordinaire de l'abus que les hommes font de leurs nerfs et des substances propres à les exciter. Or, comme il ne s'agit pas ici de puissance affective, mais d'émotion ou de susceptibilité, je prierai simplement le lecteur de considérer que l'imagination d'un homme nerveux, enivré de haschisch, est poussée jusqu'à un degré prodigieux... Ch. Baudelaire, Paradis artificiels,Le Poëme du haschisch, 1860, p. 378.
3. ... comment expliquer l'invasion de la quantité dans un effet inextensif, et cette fois indivisible? Pour répondre à cette question, il faut d'abord distinguer entre les sensations dites affectives et les sensations représentatives. Sans doute on passe graduellement des unes aux autres; sans doute il entre un élément affectif dans la plupart de nos représentations simples. Mais rien n'empêche de le dégager, et de rechercher séparément en quoi consiste l'intensité d'une sensation affective, plaisir ou douleur. Peut-être la difficulté de ce dernier problème tient-elle surtout à ce qu'on ne veut pas voir dans l'état affectif autre chose que l'expression consciente d'un ébranlement organique, ou le retentissement interne d'une cause extérieure. H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience,1889, p. 36.
2. Qui affecte la sensibilité élémentaire classificatrice :
4. On remarque en effet chez l'homme un élément représentatif proprement dit, à l'égard duquel il n'y a point de distinction entre bien ou mal, beau ou laid, même entre vrai ou faux; un élément affectif qui permet de classer les phénomènes sous tels ou tels de ces rapports, et un élément déterminatif des actes et des jugements, dont l'analyse et les simples apparences nous imposent de tenir compte alors même que nous devrions ensuite en subordonner l'exercice à une loi. Ch. Renouvier, Essais de critique générale,introd. formulaire 2eessai, 1864, p. xix.
B.− [En parlant des réactions qui affectent le cœur hum.]
1. Qui concerne les sentiments, les émotions. Vie affective :
5. ... nos perceptions, nos idées et les divers jugements que nous portons sur la coexistence, ou la succession des objets familiers, sur l'identité, la ressemblance, le changement, les contrastes, la beauté, la laideur, étaient accompagnés ou suivis, dans leur nouveauté, de certaines modifications plus ou moins affectives que nous nommons surprise, admiration, crainte, joie ou tristesse. Ces modifications qui suivent le jugement et en paraissent inséparables, doivent cependant être distinguées par une analyse exacte qui sépare tout ce que l'habitude confond. En considérant ces modifications sous le rapport moral, on les appelle sentiments de l'âme; nous leur conserverons ce nom qui peint leur caractère essentiellement affectif et les range dans une classe différente de celle des simples sensations qui sont indépendantes de tout jugement et avec lesquelles nous ne saurions les confondre. Maine de Biran, De l'Influence de l'habitude sur la faculté de penser,1803, p. 98.
6. La vie spéculative et la vie affective ont chez moi leurs périodes qui se succèdent et ma nature se prête assez bien à l'une et à l'autre. C'est que la vie affective ou de sentiment est aussi une vie toute intérieure ou qui se rapporte au sujet et tend à le concentrer en lui-même. La vie active extérieure (...) se rapporte toute à des objets d'affaires, d'intérêts etc... Maine de Biran, Journal,1819, p. 234.
2. Caractérisé par la prédominance des émotions et des sentiments. Naturel tendre et affectif (Lar. 19e) :
7. ... tous les deux partent du relatif, du social, et c'est là-dessus qu'ils établissent leur conception de l'ordre : ordre naturel chez Maurras, ordre affectif, ordre de la sensibilité chez Barrès. Conception bornée aux antécédents immédiats, aux causes prochaines où l'un et l'autre limitent leur recherche; ordre insuffisant, incomplet... H. Massis, Jugements,t. 1, 1923, p. 205.
8. Il y avait longtemps, au xiiiesiècle, que les pouvoirs politiques avaient compris l'importance de l'attitude affective des peuples à l'égard de leurs gouvernements : la force ne peut pas tout. E. Faral, La Vie quotidienne au temps de saint Louis,1942, p. 214.
3. Rare. Qui est dominé et organisé par la faculté d'affectivité :
9. Il faut admettre pour l'acteur une sorte de musculature affective qui correspond à des localisations physiques des sentiments. Il en est de l'acteur comme d'un véritable athlète physique, mais avec ce correctif surprenant qu'à l'organisme de l'athlète correspond un organisme affectif analogue, et qui est parallèle à l'autre, qui est comme le double de l'autre bien qu'il n'agisse pas sur le même plan. L'acteur est un athlète du cœur. Pour lui aussi intervient cette division de l'homme total en trois mondes; et la sphère affective lui appartient en propre. A. Artaud, Le Théâtre et son double,1939, p. 154.
II.− [En parlant d'une pers. ou d'un groupe de pers.]
A.− Chez qui domine la vie affective :
10. Mais l'homme est aussi un être affectif et opératif; il est doué d'une seconde faculté, conséquence de la première, et qui a deux actes, dont l'un s'exprime par ce mot : j'aime, l'autre par ce mot : j'ordonne. H.-D. Lacordaire, Conférences de Notre-Dame,1848, pp. 157-158.
11. ... il faut d'abord distinguer trois sortes de lois, physiques, intellectuelles et morales. Les premières appartiennent spontanément au sexe actif, et les dernières au sexe affectif, tandis que l'ordre intermédiaire constitue le domaine propre du sacerdoce, qui devant systématiser le concours des deux sexes, participe inégalement à leur double vie. A. Comte, Catéchisme positiviste,1852, p. 76.
12. ... chacun peut distinguer autour de soi trois espèces d'hommes, selon que l'intelligence, l'activité ou les affections dominent, ainsi on peut distinguer une race active qui est la jaune, une race intelligente qui est la blanche, et une race affective ou affectueuse qui est la noire. Alain, Propos,1921, p. 295.
B.− Caractérisé par une certaine disposition à suivre les impulsions de la vie affective :
13. Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l'inspire aussi bien que la raison. Ce qu'il y a, en moi, d'affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la Madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J'ai, d'instinct, l'impression que la Providence l'a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,L'Appel, 1954, p. 1.
III.− Emplois spéc.
A.− LINGUISTIQUE
1. GRAMMAIRE :
14. On a appelé quelquefois verbes affectifs (Verba des Affizierens), par opposition aux effectifs, les verbes transitifs dont l'objet représente la personne touchée par l'action : frapper quelqu'un. Mar. Lex.1933, p. 19.
15. On distingue dans certaines langues, comme le géorgien, une conjugaison affective, qui s'oppose à la conjugaison dite active, en ce qu'elle présente le sujet du verbe comme touché, affecté par l'action, comme réceptif et non agissant, par ex. lorsqu'on exprime l'idée de « j'aime » par une forme qui signifie à peu près « amour est à moi ». Mar. Lex.1961, p. 12.
2. LEXICOLOGIE :
16. Les mots inventés les premiers sont les simples dénominatifs; les actifs suivent; les affectifs succèdent; ceux qui expriment de simples actes de l'esprit sont les derniers. J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 148.
17. Se dit des mots qui peignent d'un seul trait les affections subites de l'âme, tels que les interjections. S'emploie substantivement dans le même sens : Les affectifs ont été le premier langage oral de l'homme (Darjou). Lar. 19e.
18. Affectif. Qui intéresse la sensibilité (lat. affectus) plutôt que l'intelligence; ainsi des mots comme sublime, horrible... sont dits affectifs (quelquefois émotifs), de même les interjections, les hypocoristiques, les intensifs... Mar. Lex.1933, p. 19.
B.− MYSTIQUE. [En parlant de la dévotion, ou d'un acte de dévotion] Qui relève uniquement de la sensibilité :
19. Saint François de Sales a eu une incroyable action sur tout le sexe de son temps par ses ouvrages de dévotion affective. Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 240.
20. Que l'on cesse donc une bonne fois de répéter que les jansénistes n'ont pas connu les délices de la dévotion. Pour quelques textes désolés, désespérés même, qui semblent justifier ce lieu commun, j'en apporterais cent qui le réfutent. Leur faiblesse, leur illusion serait bien plutôt de trop rechercher une prière affective et de voir dans les douceurs de la prière un « signe » de prédestination. H. Bremond, Hist. littéraire du sentiment religieux en France,t. 4, 1920, p. 328.
C.− PSYCHOL. ,,Qui concerne les états de plaisir ou de douleur, de quelque ordre et de quelque intensité qu'ils soient, physique comme moral, sensations comme sentiments, émotions et passions. États affectifs, conscience affective.`` (Foulq.-St-Jean 1962).
Rem. Assoc. syntagm. Ce qui est affectif appartient toujours au domaine de la sensibilité, que la modification (toujours subie) soit reçue par elle ou simplement transmise. En ce sens, affectif peut être associé à passif; cependant ,,affectif diffère de passif en ce qu'il contient 1ol'idée qu'il s'agit d'un phénomène de sensibilité (...), 2ol'existence d'une réaction de la part de l'être sentant, qui exprime par un certain état individuel la modification reçue du dehors`` (Lal. 1968). Par conséquent, il peut également s'opposer à actif. Concernant le domaine de la sensibilité, ce qui est affectif a un caractère spontané ou instinctif et irraisonné : à ce titre, affectif peut être en oppos. avec un terme indiquant l'intelligence, le jugement, etc. Mais affectif n'est pas nécessairement opposé à intelligent, et, si le caractère incomplet, insuffisant de la réaction affective est parfois marqué, la place de ce mot dans une hiérarchie dépend, en définitive, de la pensée du locuteur.
Prononc. : [afεktif], fém. [-i:v]. − Rem. Gattel 1841 transcrit la 2esyllabe avec [e] fermé. Enq. : /afektif, -iv/.
Étymol. ET HIST. − 1. Apr. 1350 « relatif aux affections de l'âme » (Chron. et hist. saint. et prof., Ars., t. 1, fo19 rods Gdf. Compl. : Lynderesis aussi est ung motif tant es choses congnoissables comme es affectives); 2. xve-xvies. « qui exprime ou suscite l'affection » (Anc. Poés. franc., V, 178 ds Hug. : Par quoy de cueur très affectif Vous logeray dans mon repaire, Si d'y loger avez motif, En vous traictant comme mon père); qualifié de vieilli par Fur. 1701; 1718 (Ac., s.v. : [...] n'a guère d'usage qu'en parlant des choses de piété). Empr. au lat. affectivus (attesté dep. Priscien, Gramm., III, 130, 24 ds TLL, 1180, 70 au sens de « qui exprime un désir, en parlant d'un verbe », terme gramm.); au sens 1 en lat. médiev. (av. 1279, Conradus Saxo, Speculum, 12 ds Mittellat. W. s.v., 349, 31 : duae vires animae, videlicet intellectiva et affectiva, quae sequitur per dilectionem); au sens 2, de même, Chartae turicenses (ixe-xiiies.), XIII, 1710 a, ibid., 349, 35 : flagrantiam suarum orationum... affectivam.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 774. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 338, b) 412; xxes. : a) 318, b) 2 590.
BBG. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Fér. 1768. − Foulq.-St-Jean 1962. − Goblot 1920. − Lal. 1968. − Lav. Diffic. 1846. − Littré-Robin 1865. − Mar. Lex. 1961 [1951]. − Marcel 1938. − Moor 1966. − Morier 1961. − Piéron 1963. − Piguet 1960. − Porot 1960. − Prév. 1755. − Springh. 1962.

Affectif : définition du Wiktionnaire

Adjectif

affectif \a.fɛk.tif\ masculin

  1. (Psychologie) (Philosophie) Ce qui se rapporte aux affects : humeurs, émotions, sentiments, motivations, passions.
    • Ce retour à l’honnêteté affective et sexuelle des élites françaises est un progrès probablement plus important pour notre pays que les changements et manipulations constitutionnels de l’après-guerre ou de 1958. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 162)
  2. Tendre, affectueux.
    • Cet enfant est très affectif.
  3. (Religion) Qui inspire de l’affection.
    • Il parle des choses de Dieu d’une manière très affective.
    • Saint Bernard est un des pères de l’église les plus affectifs.
    • On a imprimé des livres sous le titre de Théologie affective.
    • Ainsi, les cadres qui manifestent un fort engagement affectif et qui sont donc plus mobilisés ne le sont pas pour des conditions matérielles. — (Michel Audet, Fernande Lamonde, Marcel Bernard, Roch Laflamme, Alain Larocque, La gestion des âges: face à face avec un nouveau profil de main-d'œuvre, 2002)

Nom commun

affectif \a.fɛk.tif\ masculin

  1. Domaine psychologique ayant trait aux émotions.
    • N’importe quelle tâche d’apprentissage affecte l’un des trois domaines psychologiques : le cognitif, l’affectif et la psychomotricité.
    • L’affectif donne l’impression très forte de connaître la clé de son bonheur et d’aller vers lui, mais il est voué à l’échec. — (Dominique Ramassamy, Le Yoga du cœur subtil, 2005)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affectif : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFECTIF, IVE. adj.
Qui inspire, qui est propre à inspirer de l'affection. Il se dit surtout en parlant des Choses de piété. Il parle des choses de Dieu d'une manière très affective. Saint Bernard est un des Pères de l'Église les plus affectifs. On a imprimé des livres sous le titre de Théologie affective. Il se dit, en termes de Philosophie, de Ce qui se rapporte aux sentiments, aux passions. Les facultés affectives.

Affectif : définition du Littré (1872-1877)

AFFECTIF (a-fè-ktif, kti-v') adj.
  • 1Qui inspire de l'affection, qui émeut, qui touche l'âme. Que n'ai-je ce style tendre et affectif dont il se sert pour reconnaître sa misère, pour louer les miséricordes de son libérateur ? Fléchier, Panég. I, p. 293.
  • 2En style philosophique, qui se rapporte, dans l'âme, aux besoins et aux passions. La partie affective de l'âme. Facultés affectives par opposition à facultés intellectuelles. Les premières sensations des enfants sont purement affectives, ils n'aperçoivent que le plaisir et la douleur, Rousseau, Ém. I.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AFFECTIF. Ajoutez :

3Qui est disposé à l'affection. Comment se peut-il faire que je sente ces choses, moi qui suis le plus affectif du monde ? St François de Sales, Introd. à la vie dévote. Si elles [les filles] sont d'une humeur affective, elles doivent changer l'amour qu'elles ont pour elles-mêmes et pour les créatures, à aimer Dieu de tout leur cœur, Jacqueline Pascal, dans COUSIN, Jacqueline Pascal, p. 313, 1845.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affectif »

Étymologie de affectif - Littré

Voy. AFFECTION ; provenç. affectiu ; espagn. afectivo ; portug. affectivo ; ital. affettivo.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de affectif - Wiktionnaire

Du latin adfectivus (« qui exprime un désir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affectif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affectif afɛktif play_arrow

Citations contenant le mot « affectif »

  • « Un père un peu cinglé » : Bénabar dévoile son très (très) étonnant "chantage affectif" sur ses enfants Public.fr, « Un père un peu cinglé » : Bénabar dévoile son très (très) étonnant "chantage affectif" sur ses enfants
  • Ça en dit long sur moi, je n'étais pas travailleuse, j'étais une mauvaise étudiante, c'est pour ça que je n'ai pas fait de thèse, je n'aspirais à la reconnaissance de l'Université. Mais tout me plaisait dans la philosophie, la manière de raisonner, la mise en cause des idées reçues. Je pense que j'ai contribué à rétablir l'affectif et le passionnel dans l'écriture philosophique. J'essaie d'être relativement neutre, mais je suis toujours très engagée dans mes écrits. Au fond, peut-être que je suis une moraliste même si je n'aime pas beaucoup l'idée. Derrière tout ce que je fais, il y a un souci éthique. Je cherche à convaincre, à transmettre, à transmettre la façon de mettre à mal et convaincre mes lecteurs du bien fondé de ma mise à mal.         Élisabeth de Fontenay France Culture, Élisabeth de Fontenay : "Je pense que j'ai contribué à rétablir l'affectif et le passionnel dans l'écriture philosophique"
  • Depuis la musique modale de la Grèce antique et à travers l’histoire de la musique classique, les différentes tonalités musicales expriment prétendument des sentiments uniques de manière innée. Les 24 tonalités musicales possèderaient-elles réellement des pouvoirs expressifs et affectifs ? France Musique, Le pouvoir expressif et affectif des tonalités
  • D'emblée les pères modernes se situent dans l'affectif avec l'enfant. Aimer l'enfant, le dire, en témoigner, constitue une sorte de repère, de mode d'affirmation obligatoire. De Christine Castelain-Meunier / Cramponnez-vous les pères
  • Distinguer le raisonnable et le rationnel. Le premier inclut l'intuition et l'affectif. Le second n'implique qu'un déroulement correct du processus logique. De Hubert Reeves / L'Espace prend la forme de mon regard
  • Lorsqu'une femme met au monde, elle change brusquement de génération ; elle est submergée par un véritable orage hormonal et affectif qui ne peut être contrôlé. Elle devient instinctive. De Edwige Antier / Eloge des mères
  • Alors que la société se montre généralement sévère à l'égard de l'échec professionnel, elle continue de manifester un certain respect pour le malheur affectif. De Alain de Botton / Le Plaisir de souffrir
  • La création n'est pas un acte intellectuel ; c'est un processus émotionnel - quelque chose d'affectif et d'instinctif. De Albert Higon / Le jour des vooies
  • C’est une illusion de croire que l’admiration puisse avoir un prolongement affectif. De Yasmina Reza / Nulle part

Images d'illustration du mot « affectif »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « affectif »

Traductions du mot « affectif »

Langue Traduction
Portugais emocional
Allemand emotional
Italien emotivo
Espagnol emocional
Anglais emotional
Source : Google Translate API

Synonymes de « affectif »

Source : synonymes de affectif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affectif »



mots du mois

Mots similaires