Abuseur : définition de abuseur


Abuseur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ABUSEUR, subst. masc.

Celui qui abuse, qui trompe; séducteur et rapineur :
1. Au nouveau Longwodd, Plantation House, chez le gouverneur on voit le duc de Wellington en peinture et le tableau de ses batailles. Une armoire vitrée renferme un morceau de l'arbre près duquel se trouvait le général anglais à Waterloo; cette relique est placée entre une branche d'olivier cueillie au jardin des Olives et des ornements de sauvages de la mer du Sud : bizarre association des abuseurs des vagues. Inutilement le vainqueur veut ici se substituer au vaincu, sous la protection d'un rameau de la Terre-Sainte et du souvenir de Cook; il suffit qu'on retrouve à Sainte-Hélène la solitude, l'Océan et Napoléon. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 673.
2. Comment que vous me parlez à présent?... Que c'est moi qui l'ai massacré?... Mais vous avez bu mon garçon!... Ah! vous avez du culot!... Mais vous êtes fous tous alors?... Mais comment... C'est moi que vous venez d'accuser?... Pour ce voyou?... cet abuseur?... L.-F. Céline, Mort à crédit,1936, p. 638.
Prononc. : [abyzœ:ʀ].
Étymol. ET HIST. − 1. 1309 « celui qui use mal, qui fait abus » (Joinville, St Louis, Ac. Dict. hist. ds Gdf. Compl. : officiers, sergens ou autres, qui sont rapineurs et abuseurs en leurs offices); 2. 1317 « celui qui trompe » (Arch. nat., JJ 53, fo119 ro, ibid. : des abuseurs et faiseurs de fausses monnoies). Considéré comme fam. par les dict. du xviiies. dep. Ac. 1762, comme peu usité au xixes.; semble être sorti de l'usage. D'apr. Besch. 1845, abuseur aurait été empl. comme adj., mais seul Trév. 1752 signale cet emploi qu'il rejette. Dér. de abuser* 1 et 2; suff. -eur* ou calque du lat. médiév. abusor, 1227-41 « qui male, illicite utitur », Greg. IX (ds Mittellat. W. s.v.) et 1301, même sens, Stat. ordin. clun. (ds Du Cange, s.v.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.

Abuseur : définition du Wiktionnaire

Nom commun

abuseur \a.by.zœʁ\ masculin (pour une femme on dit : abuseuse)

  1. (Familier) (Rare) Celui qui abuse.
    • […] car il entend qu’on le laisse libre de ses actes et, lorsque Jehan de la Maison Neuve l’accuse d’être un « abuseur de femmes », il se fâche tout rouge. — (François Berriot, Athéismes et athéistes au XVIe siècle en France, Éditeur Cerf, 1976)
    • La plupart des abuseurs sont des récidivistes et commencent leurs activités dés l’adolescence. — (Yves-Hiram Haesevoets, L'enfant victime d'inceste : De la séduction traumatique à la violence sexuelle, Éditeur De Boeck Université, 2003)
    • En outre, la victime peut souvent avoir l’impression que les actes de l’abuseuse ont été normaux, n’ayant jamais connu d’autre types de pratiques de soin. — (François Sauvagnat, Victimisation et contre-victimisation : du syndrome de Munchausen par procuration au syndrome d’aliénation parentale section 11 de Le trauma psychique : questions cliniques, éthiques et politiques, Éditions L’Harmattan, 2008)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abuseur : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABUSEUR. n. m.
Celui qui abuse. Un grand abuseur. Il est familier et peu usité.

Abuseur : définition du Littré (1872-1877)

ABUSEUR (a-bu-zeur) s. m.
  • Celui qui abuse, qui trompe.

HISTORIQUE

XIVe s. Se le dit tel abuseur avoit aucune chose prins ou gaingné sous ombre de la dite abusion, Du Cange, abusor.

XVe s. Et trouva on que ce n'estoit qu'un abuseur ; si le fit prendre et emprisonner et eut sa finance qui estoit grande, Juvénal Des Ursins, 1389. Et se trouva un cordelier forgé qui de lui-même prit debat au dit frere Hieronime [Savonarole], l'appellant heretique et abuseur de peuple, Commines, VIII, 19.

XVIe s. C'estoyent divinateurs, enchanteurs et abuseurs du simple peuple, Rabelais, Pant. IV, 58. [Traitz] dont le cruel abuseur plein d'attraits A bien souvent faict mainte plaie amere, Marot, II, 280. D'un petit nombre d'abuseurs sont sorties plusieurs sectes, Calvin, Inst. 89.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ABUSEUR. Ajoutez : La cause pour laquelle ces abuseurs défendaient…, Bossuet, Var XI, 202.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abuseur »

Étymologie de abuseur - Littré

Abuser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abuseur - Wiktionnaire

 Dérivé de abuser avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abuseur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abuseur abysœr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « abuseur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abuseur »

  • Pour chaque histoire, le même mode opératoire : l’abuseur se saisit de la « faille » pour se rendre indispensable et installer, progressivement, son emprise. Démuni, l’abusé se mure souvent dans le silence, parfois durant de longues années, jusqu’à rompre liens familiaux et amicaux. Dans un état de dépendance totale envers son agresseur, plusieurs victimes racontent avoir même pris sa défense lorsque ce dernier était inquiété par la justice. La Croix, Être sous le joug d’un abuseur et s’en affranchir
  • Les fans peuvent seulement supposer que Billie n’a pas suivi tout le monde pour faire un point sur les abus sexuels, disant que n’importe qui peut être un abuseur et qu’il est important de ne pas les soutenir. Breakingnews.fr, Pourquoi Billie Eilish a-t-elle suivi tout le monde? Les fans sont confus sur les réseaux sociaux!
  • « On tourne une page importante dans l’histoire de l’église catholique où les prêtres abuseurs vont devoir répondre de leurs gestes. La loi du silence est finie », affirme Gaétan Bégin. La Tribune, Une victime d’un prêtre abuseur salue le projet de loi 55 | Actualités | La Tribune - Sherbrooke
  • «Nous ne sommes même pas vraiment soulagés. On ne se réjouit pas de son emprisonnement. On espère plutôt qu’il aura l’occasion de réfléchir un peu sur lui-même, et surtout de se faire soigner.» Dans le cabinet de leur avocat bruxellois, tout à côté de l’imposant Palais de justice de Bruxelles, Florence et Carlo Peeters n’ont pas le sourire des jours heureux, encore moins celui des vainqueurs. Il y aurait plutôt chez eux, d’abord, une espèce d’infinie douleur qu’on devine au fond de leur regard. Leur ton est calme, leur voix est posée. Même si savoir aujourd’hui l’abuseur de leur fils derrière les barreaux n’a rien d’un réconfort, ni même d’un apaisement. Ce n’est pour eux qu’un épisode de plus, le dernier espèrent-ils, d’une longue saga et d’une interminable procédure qui les auront littéralement épuisés. De longues années d’un combat interminable, dont ils semblent bien lassés et dont ils se seraient évidemment volontiers passés. «On espère maintenant pouvoir tourner la page», soupirent-ils. , «Ce prêtre valaisan a détruit la jeunesse de notre fils» | Illustré

Traductions du mot « abuseur »

Langue Traduction
Portugais abusador
Italien violento
Espagnol abusador
Anglais abuser
Source : Google Translate API

Synonymes de « abuseur »

Source : synonymes de abuseur sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires