La langue française

Accueil > Orthographe > « Suite à » ou « à la suite de » ?

« Suite à » ou « à la suite de » ?

« Suite à la rencontre de l'avocat, je sais me défendre. À la suite du procès, je me sentirai mieux. »

De nombreux lecteurs de ce blog m'envoient régulièrement des courriels afin de me faire part de leurs doutes concernant l'orthographe française. Cette fois, c'est un ancien camarade de classe qui m'interroge :

Voici donc un article pour clarifier la différence entre « suite à » et « à la suite de ». Bonne lecture !

On écrit « suite à » ou « à la suite de » ?

On écrit « suite à » : le français contemporain tolère l'usage de « suite à », notamment en introduction de phrase. Cette locution est le résultat de l'abrégation de la locution « à la suite de ». L'Académie française déconseille son usage même si celui-ci est fréquent dans la langue commerciale et administrative. « Suite à » signifie ainsi « comme suite à... » ou « à la suite de, par suite de, après, depuis, à cause de, en raison de... »

Exemples : 

  • Suite à votre appel téléphonique, je vous recontacte ;
  • Suite à l'annonce parue sur le site Internet de votre société...

On écrit « à la suite de » : vous l'aurez compris, si « suite à » est toléré, la locution initiale « à la suite de » est recommandée par l'Académie française, surtout dans le cadre d'un langage soutenu. On utilise cette  locution pour créer un lien logique avec une action passée (« pour donner suite à », « après ») ou pour exprimer une conséquence (« par la suite de »).

Exemples : 

  • Une averse s'est déclenchée à la suite du changement de temps ;
  • Il est temps de goûter à la suite de l'école ;
  • À la suite de son opération, Bernard est resté au lit une semaine ;
  • À la suite du match de football, les enfants n'ont pas dormi. 

On voit cependant que l'usage tend à favoriser de plus en plus la version raccourcie « suite à », même s'il est plus élégant d'employer « à la suite de ». Cette tendance est confirmée dans les occurrences des deux expressions durant les deux derniers siècles :

tendance suite à / à la suite de
Source : Google Ngram (1800 - 2008)

Exemples d'usage de « suite à » et « à la suite de » dans la littérature

Mis en marche, remontés, portés où les sons roulants du ciel soudain évidé les portaient, automates qui se croyaient libres, David, Lili, Day, les bras écartés en croix, couraient hors de la commune. Comment avaient-ils passé, suite à une telle prise d'élan, leur après-midi ?

Eva Almassy, Tous les jours

Et loin que la thérapie du serrement indéfini de ma main dans la main du baron me fît approcher, même sans jamais l'atteindre, d'un semblant de guérison (à quoi j'avais d'avance renoncé comme comprenant qu'elle est (ma main) inguérissable, suite à ce sévice ancien dont j'avais oublié le moment, les exactes circonstances)...

Jacques Géraud, Proustites

L'escalier par où Halmalo et lui étaient descendus, à la suite des autres fugitifs, se terminait tout près du ravin et des arches du pont par un étroit couloir voûté.

Victor Hugo, Quatrevingt-treize

Alors un bruit bizarre se fit entendre et, comme les bras s'en venaient à la suite des épaules, les mains se montrèrent à la suite des bras et, dans les mains, la queue d'une casserole, et, au bout de la queue, la casserole elle-même, qui contenait un lapin sauté.

Guy de Maupassant, La Main gauche

Son emprisonnement à Fénestrelles, son exil forcé dès le début du mouvement insurrectionnel, à la suite de son évasion spectaculaire, l'avaient placé dans la situation du héros pur.

Jean Giono, Le bonheur fou

Vous pouvez désormais faire un choix éclairé entre les deux locutions. J'espère que cet article vous a été utile, n'hésitez pas dans ce cas à faire un tour dans les autres catégories du site afin de poursuivre votre exploration de la langue française.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Nicolas Le Roux

Cette formule me semble tout à fait appropriée !

Nicolas.

Répondre
Constans-Gavarry

Peut-on dire le matin, le midi et le soir. Je dis à midi.

Répondre
Leïla

Je découvre avec plaisir votre site qui allie bonnes astuces et belle plume. À force de travailler dans la communication, je me surprends moi aussi à faire cette faute !

Répondre
La langue française

Bonjour Leïla,
Merci pour votre commentaire et à bientôt 😉

Nicolas.

Répondre
Maud

Bonjour.

Vous êtes trop indulgent, Nicolas ! « Suite à » est une lourde faute de style et de syntaxe, à proscrire. À moins d’être un humoriste cherchant à ridiculiser la mauvaise maîtrise de notre grammaire par le iitaires et les administrations, car c’est ainsi que cette expression fut popularisée par les comiques troupier de la Première guerre mondiale, aux côtés de « rapport à », construit selon la même faute de syntaxe, pure et dure.
Ce qui donnait : « suite à une embuscade et rapport à vos antécédents, vous serez tous passés par les armes ».

Mais le plus grave est ailleurs : cette expression semble avoir décérébré les francophones de France (pas ceux du Canada) depuis quinze ans. Ils emploient aveuglément « suite à », non seulement à la place de « en réponse à » ou « à la suite de », mais pour introduire tout complément de temps ou de cause, par oubli de l’existence de : « Après, depuis, à cause de, parce que, en raison de, etc ».

La liste d’une trentaine de locutions phagocytées par la fautive « suite à » est fournie ici, c’est captivant :

https://missionlinguistiquefrancophone.blogspot.com/2018/12/suite-un-cancer-de-la-langue.html

En tout état de cause, « suite à » est fautive par mauvaise construction du complément de nom : en français, on dit « la suite du film » et non « la suite au film »… !

La bonne réponse est donc donnée effectivement par l’Acad. fr et la Mission linguistique francophone, et cette réponse est : renoncez absolument à « suite à ».

Répondre
maud

… désolé pour ma faute de frappe : « les militaires »….

Répondre
Patrick mushombe

Une très bonne leçon vraiment. Merci !

Répondre
IDAAS

La propagation de ce genre d’erreur par l’être humain est un crime envers une langue officielle, l’idéal est de laisser les gens du métier en l’occurrence l’académie française prendre en charge ces différentes lacunes.

Répondre
Texto Verso

Aucun membre de l’Académie n’est linguiste.

Répondre
Camille de Guire

Comme locution initiale, il est préférable d’écrire « Comme suite de…» et, dans le texte, on écrit « à la suite de ».

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager