La langue française

Accueil > Linguistique > Stichomythie - procédé littéraire [définition et exemples]

Stichomythie - procédé littéraire [définition et exemples]

Définition de la stichomythie

La stichomythie est un procédé littéraire qui se traduit par un enchaînement de vers ou de phrases très courtes, lors d’un dialogue. Au théâtre, chaque vers forme alors une réplique.

Opposé à la tirade, qui est un long monologue de plusieurs vers, la longueur des stichomythies est le plus souvent de taille égale, principalement un vers.

Cité par Jacques Sherer, voici un exemple de stichomythie dans laquelle « chaque réplique est longue d’un vers » :

SÉVÈRE - Que je me prive ainsi du seul bien qui me reste !
PAULINE - Sauvez-vous d’une vue à tous les deux funestes
SÉVÈRE - Quel prix de mon amour ! quel fruit de mes travaux !
PAULINE - C’est le seul remède qui peut guérir nos maux.
SÉVÈRE - Je veux mourir des miens : aimez-en la mémoire.
PAULINE - Je veux guérir des miens : ils souilleraient ma gloire.

Pierre Corneille, Polyeucte

S'abonner


Ce procédé littéraire est particulièrement utilisé dans les tragédies classiques. Les vers se succèdent de manière rapide, produisant ainsi une accélération du rythme de la pièce.

Les interactions, sous forme de questions-réponses ou de simples discussions, peuvent intensifier les sentiments et exprimer la montée d’une violence, d’une passion ou d’un conflit.

Dans Le Cid de Pierre Corneille, pièce à la dimension romanesque et tragique, se mêlent passions, tensions et déchirements. L’exemple de la confrontation de Don Diègue et Don Gomès (Le Comte), père de Chimène, est régulièrement cité pour illustrer la progression de la violence. La tension entre les deux hommes est renforcée par la stichomythie dans les répliques, en amont du soufflet donné par le Comte à Don Diègue.

LE COMTE - Ce que je méritais, vous l'avez emporté.
DON DIÈGUE - Qui l'a gagné sur vous l'avait mieux mérité.
LE COMTE - Qui peut mieux l'exercer en est bien le plus digne.
DON DIÈGUE - En être refusé n'en est pas un bon signe.
LE COMTE - Vous l'avez eu par brigue, étant vieux courtisan.
DON DIÈGUE - L'éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan.
LE COMTE - Parlons-en mieux, le roi fait honneur à votre âge.
DON DIÈGUE - Le roi, quand il en fait, le mesure au courage.
LE COMTE - Et par là cet honneur n'était dû qu'à mon bras.
DON DIÈGUE - Qui n'a pu l'obtenir ne le méritait pas.
LE COMTE - Ne le méritait pas ! Moi ?
LE COMTE - (Il lui donne un soufflet.)
Ton impudence,
Téméraire vieillard, aura sa récompense.

Le Cid, Acte I, Scène 3

Certains passages de stichomythie peuvent également produire du suspens par les effets de rythme.

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Par exemple, le dialogue entre Agnès et Arnolphe, extrait de la scène 5 de l’acte II de L’école des femmes, dans lequel apparaît également la figure de style appelée aposiopèse :

ARNOLPHE - Ne vous a-t-il point pris, Agnès, quelque autre chose ?
(La voyant interdite.)
Ouf !
AGNES - Eh ! il m’a…
ARNOLPHE - Quoi ?
AGNES - Pris…
ARNOLPHE - Euh ?
AGNES - Le…
ARNOLPHE - Plaît-il ?
AGNES - Je n’ose,
Et vous vous fâcherez peut-être contre moi.

ARNOLPHE - Non.
AGNES - Si fait.
ARNOLPHE - Mon Dieu ! non.
AGNES - Jurez donc votre foi.
ARNOLPHE - Ma foi, soit.
AGNES - Il m’a pris… Vous serez en colère.
ARNOLPHE - Non.
AGNES - Si.
ARNOLPHE - Non, non, non, non. Diantre ! Que de mystère !
Qu’est-ce qu’il vous a pris ?
AGNES - Il…
ARNOLPHE, à part. - Je souffre en damné.
AGNES - Il m’a pris le ruban que vous m’aviez donné.
A vous dire le vrai, je n’ai pu m’en défendre.

Molière, L’École des femmes, Acte II, Scène 5

Des auteurs de la Renaissance comme William Shakespeare utilisent le procédé littéraire des stichomythies pour mettre en scène le badinage amoureux, ce qui participe à amplifier sa légèreté.

BIRON - N’ai-je pas dansé une fois avec vous en Brabant ?
ROSALINE - N’ai-je pas dansé une fois avec vous en Brabant ?
BIRON - Je suis sûr que oui.
ROSALINE - Combien il était inutile alors — de faire la question !
BIRON - Vous le prenez trop vivement.
ROSALINE - C’est votre faute. Vous me provoquez avec de telles questions.
BIRON - Votre esprit a trop de fougue ; il court trop vite : il se fatiguera.
ROSALINE - Pas avant d’avoir jeté le cavalier dans la boue.
BIRON - Quelle heure est-il ?
ROSALINE - L’heure où les fous la demandent.
BIRON - Bonne chance à votre masque !
ROSALINE - Belle chance à la face qu’il couvre !
BIRON - Le ciel vous envoie beaucoup d’amants !
ROSALINE - Amen ! pourvu que vous n’en soyez pas un !
BIRON - Aucun danger ! je me retire.

William Shakespeare, Peines d’amour perdues, Scène III

Dans l'extrait suivant de Hamlet, l’effet de symétrie complète la stichomythie dans le dialogue entre les deux personnages, dont les répliques se succèdent et mettent en évidence l’attitude menaçante du prince :

LA REINE : Hamlet, tu as beaucoup offensé ton père.
HAMLET Mère, vous avez beaucoup offensé mon père.
LA REINE : Allons, allons ! Votre réponse est le langage d’un extravagant.
HAMLET : Tenez, tenez, votre question est le langage d’une coupable.

William Shakespeare, Hamlet, Scène XI

Étymologie et origine de la stichomythie

Le terme stichomythie provient du grec ancien στιχομυθία, stikhomuthía. Composé de stichos (ligne de mots, rangée, vers) et muthos (récit, discours, fable), il signifie une « suite de paroles qui ont un sens ».

Apparu dans le théâtre grec antique, chez des auteurs dramaturges comme Sophocle, Aristophane ou encore Sénèque, la littérature du Moyen-Âge et de la Renaissance a eu également recours à la stichomythie dans de nombreuses tragédies ou autres pièces de théâtres. 

Ce procédé littéraire est moins utilisé dans le théâtre moderne, qui ne se construit pas à partir de vers. Des échanges rapides, comme dans la pièce En attendant Godot, publiée en 1952, peuvent être considérés comme des formes de stichomythies. Les échanges se succèdent rapidement sur plusieurs pages. En voici un court extrait :

ESTRAGON - Et qu'a-t-il répondu ?
VLADIMIR. - Qu'il verrait. 
ESTRAGON. - Qu'il ne pouvait rien promettre.
VLADIMIR. - Qu'il lui fallait réfléchir.
ESTRAGON. - A tête reposée
VLADIMIR. – Consulter sa famille.
ESTRAGON. - Ses amis. 
VLADIMIR. - Ses agents.
ESTRAGON. - Ses correspondants. 
VLADIMIR. - Ses registres. 
ESTRAGON. - Son compte en banque.
VLADIMIR. - Avant de se prononcer. 
ESTRAGON. - C'est normal.
VLADIMIR. - N'est-ce pas ? 
ESTRAGON. - Il me semble.
VLADIMIR. - A moi aussi.

Samuel Beckett, En attendant Godot

Exemples de stichomythies

ÉPHISE - Sire, il est amoureux.
CRÉON - Moi je serai sévère.
ÉPHISE - Il servait sa maîtresse.
CRÉON -Il offensait son père.
ÉPHISE - Il crut vous conseiller.
CRÉON - Il prit trop de souci.
ÉPHISE - Mais il la tient de vous.
CRÉON - Il en tient l'être aussi.
ÉPHISE - Il s'avoue un peu prompt.
CRÉON - Qu'il souffre donc sa peine.
ÉPHISE - Mais, Sire, son amour ?
CRÉON - Mais, Éphise, ma haine ?
ÉPHISE - Faites quelque indulgence à de jeunes esprits.
CRÉON - Je pardonnerai tout, excepté le mépris.

Jean de Rotrou, Antigone, Acte V, scène 4

DOROTÉE - De vrai, je suis d'avis que je vous satisfasse.
ORONTE - Mais je vous offre ici la pais de bonne grâce.
DOROTÉE - Ce n'est pas sans sujet que je suis en courroux.
ORONTE - Ce n'est pas sans raison que je me plains de vous.
DOROTÉE - Témoin ce qu'à présent vous venez de me dire.
ORONTE – Témoin de qu’aujourd’hui vous avez su m’écrire.
DOROTÉE - Vous pensiez cajoler une autre à mes dépens ?
ORONTE - Vous, d'une double lettre avoir le passe-temps ?

Thomas Corneille, L’amour à la mode

Pour aller plus loin :

S'abonner

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager