La langue française

Accueil > Expressions francophones > Rire jaune : définition et origine de l’expression

Rire jaune : définition et origine de l’expression

Dans le quotidien, nous exprimons notre joie et notre bonne humeur par le sourire ou le rire. Ces émotions positives agissent fortement sur notre bien-être ! Les expressions et locutions associées au rire sont nombreuses : fou rire, rires en boîtes, rire nerveux… De la même manière, on trouve une multitude d’expressions utilisant des couleurs : avoir une peur bleue, être vert de jalousie, faire une nuit blanche…

Mais que veut-on dire quand on dit à quelqu’un qu’il rit jaune ? Pourquoi associer la couleur jaune au rire ? Nous vous donnons ici toutes les explications sur la signification et les origines de cette expression. Bonne lecture !

Définition de l'expression « rire jaune »

Quand une personne rit de manière forcée, contrainte et hypocrite, sans véritable envie, on dit qu’elle rit jaune. Ce comportement peut aussi caractériser l’ironie d’une situation déplaisante, une gêne, produisant parfois un rire vicieux, comme pour dissimuler son mécontentement ou sa colère

Mais quel est le lien avec la couleur jaune ? La couleur jaune, éclatante et dorée, a pourtant été considérée comme une couleur positive et très appréciée dans l’Antiquité greco-romaine, symbolisant richesse, pouvoir, puissance et lumière. C’est au Moyen-Âge que le jaune, surtout de couleur mat, a déteint et commencé à se dévaloriser en devenant la couleur des tricheurs, de la trahison, du mensonge, de la maladie, et même de la mort.

Des personnages de l’époque médiévale comme Judas, personnage traditionnel du traitre, étaient représentés sur les tableaux, vêtus de jaune ; les maisons des coupables et des criminels étaient peintes en jaunes. Le jaune a donc pris une valeur négative au fil des siècles. 

Origine de l'expression « rire jaune »

Soumise à plusieurs hypothèses, l’origine de l'expression « rire jaune » est assez mystérieuse. 

Elle serait apparue au XVIIIe siècle quand Saint-Siméon évoquait le teint blafard et jaunâtre des personnes qui souffraient de maladies hépatiques, touchant le foie et les voies biliaires. Ces derniers tentaient de donner une bonne apparence et d’être de bonne humeur malgré leurs troubles liés à l’excès de bile jaune. Ils se forçaient alors à rire, avec leur teint cireux, d’où l’expression « rire jaune ».

En remontant un petit peu plus tôt dans le temps, en 1640, on trouve l’expression « rire jaune comme farine », utilisée par Antoine Outin, linguistique et interprète à la cour de Louis XIII. À cette époque, le terme farine ne qualifiait pas l’aliment mais une personne vicieuse, les escrocs étant nommés des « gens de même farine ». Le Dictionnaire de l’Académie française de 1964 mentionne « des gens qui sont sujets à des mêmes vices, ou qui sont de même cabale. » 

« Rire jaune comme farine » désignait donc, en argot de l’époque, un rire fourbe et sournois, malsain.

Il faut savoir qu’en Italie et en Belgique, on utilise l’expression « rire vert », équivalente à l’expression française.

Exemples d'usage de l'expression « rire jaune »

C’était un très bon et très honnête homme, à mains parfaitement nettes et avec les meilleures intentions, poli, patient, obligeant, bon ami, ennemi médiocre, aimant l’État, mais le roi sur toutes choses, et extrêmement bien avec lui et madame de Maintenon, d’ailleurs très borné et comme tous les gens de peu d’esprit et de lumière, très opiniâtre, très entêté, riant jaune avec une douce compassion à qui opposait des raisons aux siennes et entièrement incapable de les entendre.

Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires

Mais Boche, qui riait jaune à cause de son litre, questionnait Gervaise d’un air de doute, en lui demandant si elle était bien sûre qu’il n’eût pas défilé la parade derrière son dos. Oh ! non, il sautait trop fort, il n’en avait pas envie.

Émile Zola, L’Assomoir

Elle y avait pensé mais, la vache! les cuirs verts faisaient mieux son affaire. A cause de l'odeur elle m'avait mieux. Elle sait que je sais. Elle rit jaune dans sa barbe.

Jean Giono, Les Grands chemins

Cœur qui rit jaune un verbe triste,
Et bête, machinal et gaillard,
Siffle, sifflote, siffle et siffle
Un air, un air

Robert de Souza, Fumerolles, Amarantes

Celui qui trempe, ainsi, son pinceau dans la fange,
Fut un anormal, il a souffert, il se venge,
Il rit jaune, son rire est amer « Hein ! n’est-ce pas ? »

François Gauzi, Le nébuleux

Les entreprises du transport routier rient jaune. Au quatrième trimestre 2021, et pour la première fois depuis le début de la crise du Covid-19, elles ont retrouvé un niveau d'activité satisfaisant, selon la FNTR, leur fédération...

Le Journal des entreprises, 20 Décembre 2021

N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Lafilleducentre

Très enrichissante j'adore 🥰

Répondre
awagni Premium

Vous mentionnez un certain Saint-Siméon au XVIIIe siècle. S'agit-il du duc de Saint-Simon...?
Sinon, qui est ce mystérieux personnage ?
awagni

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager