Y : définition de y


Y : définition du Wiktionnaire

Adverbe

y \i\

  1. Ici, là, à cet endroit.
    • Après avoir situé le monde russe sur le planisphère, entrons-y pour en déterminer les caractères physiques. — (Gonzague de Reynold, La formation de l’Europe : Le Monde russe, Paris : Plon & L.U.F., 1950, p.29)
    • J’y suis, j’y reste.
      Je suis là, je reste là.
    • Allô, y a quelqu'un?
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Y : définition du Littré (1872-1877)

Y (i-grèk, et, selon l'épellation moderne, i) s. m.
  • 1Vingt-quatrième lettre de l'alphabet. L'i final était trop simple et mal propre à recevoir l'ornement des paraphes ou bravoures dont la queue de l'y grec est susceptible, La Mothe le Vayer, la Promenade, Dial. I.
  • 2Dans les lettres numérales employées au moyen âge, Y valait 150 ; surmonté d'un trait, il valait 150 000.
  • 3Sert souvent en algèbre à désigner une inconnue.
  • 4Est un signe qui se met (rarement aujourd'hui) à Paris sur les boutiques, pour indiquer qu'on vend à prix fixe.
  • 5Sur les anciennes monnaies de France, marque celles qui ont été frappées à Bourges.
  • 6Poinçon d'acier au bout duquel est empreint un Y, pour frapper ou imprimer cette lettre.
  • 7Outil des glaciers.
  • 8Espèce de papillon.
  • 9Embranchement en forme d'y. Cette grande chaîne qui, en s'abaissant graduellement, vient aboutir à la Méditerranée, se divise là comme un y grec en deux branches inégales, Saussure, Voy. Alpes, t. v, p. 222. Placés à l'y du carrefour, nous hésitions entre les deux routes, Th. Gautier, le Bien public, 10 mars 1872.

REMARQUE

1. Dans les transcriptions de mots grecs y répond à l'υ grec, que les Grecs modernes prononcent i. On le conserve aussi dans quelques mots empruntés des langues étrangères.

2. Y a deux prononciations : tantôt il représente le son simple d'un i, comme dans physique, hypocrisie, etc., tantôt le son de deux i comme dans appuyer (appui-ié). Quand il est précédé d'un a, il donne à cet a le son d'un è, et garde celui d'i : pays, payer, etc. Quand il est précédé d'un e, il donne à cet e le son è : grasseyer. Quand il est précédé d'un o, la prononciation n'est pas fixée : les uns, et l'Académie est de ce nombre, donnent à cet o le son de oi et à y le son de l'i : si-toi-iin, roi-ial, em-ploi-ié, etc. ; les autres laissent à l'o le son qui lui est propre : si-to-iin, ro-ial, em-plo-ié ; c'est la prononciation ancienne, celle que l'Académie elle-même recommandait en 1694, celle qui doit être préférée.

3. Dans certains mots l'y initial ne reçoit pas l'élision de l'article : le yatagan.

4. Voici une règle empirique, qui peut être d'une grande utilité pour savoir quand il faut un y ou un i dans certains mots tirés du grec. Une foule de gens écrivent Hyppolite, Hyppocrate. Toutes les fois qu'il y a deux p à hip, il ne faut pas d'y grec ; au contraire, il en faut un quand il n'y a qu'un p : Hippolyte, Hippocrate, Hippias, et hypothèse, hyperbole, hypothèque.

HISTORIQUE

XIVe s. Un petit fermail d'or, a un Y gregeois ou milieu, et autour a x perles, De Laborde, Émaux, p. 546.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Y : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)


Y, S. m. c’est la vingt-quatrieme lettre & la sixieme voyelle de notre alphabet, où on l’appelle i grec. Cette dénomination vient de ce que nous en faisons usage au lieu de l’v (u psilon) des Grecs, dans les mots qui nous en viennent & que nous prononçons par un i, comme martyr, syllabe, symbole, syntaxe, hypocrite, &c. car la figure que nous avons prise, après les Romains, dans l’alphabet grec, y représentoit le G guttural, & s’y nommoit gamma.

Les Latins avoient pris, comme nous, ce caractere pour représenter l’v grec ; mais ils le prononçoient vraissemblablement comme nous prononçons u, & leur u équivaloit à notre ou : ainsi ils prononçoient les mots syria, syracusæ, symbola, comme nous prononcerions suria, suracousæ, sumbola. Voici à ce sujet le témoignage de Scaurus : (de orth.) Y liueram supervacuam latino sermoni putaverunt, quoniam pro illâ U cederet : sed cùm quædam in nostrum sermonem græca nomina admissa sint, in quibus evidenter sonus hujus litteræ exprimitur, ut hyperbaton & hymnus, & hyacinthus, & similia ; in eisdem hâc litterâ necessariò utimur.

Le néographisme moderne tend à substituer l’i simple à l’y dans les mots d’origine grecque où l’on prononce i, & fait écrire en conséquence martir, sillabe, simbole, sintaxe, hipocrite. Si cet usage devient général, notre orthographe en sera plus simple de beaucoup, & les étymologistes y perdront bien peu.

Dans ce cas, à l’exception du seul adverbe y, nous ne ferons plus usage de ce caractere que pour représenter deux ii consécutifs ; mais appartenans à deux syllabes, comme dans payer, payeur, moyen, joyeux, qui équivalent à pai-ier, pai-ieur, moi ien, joi-ieux.

Anciennement, les écrivains avoient introduit l’y à la fin des mots, au lieu de l’i simple : on ne le fait plus aujourd’hui, & nous écrivons balai, mari, lui, moi, toi, soi, roi, loi, aujourd’hui, &c. c’est une amélioration réelle.

Baronius nous apprend, que Y valoit autrefois 150 dans la numération, & Y 150000.

Y est la marque de la monnoie de Bourges. (E. R. M. B.)

Y, y, y, (Ecriture.) ces deux dernieres dans leur figure sont composées dans leur premiere partie, de la derniere partie d’m & de l’j consonne ; la premiere est composée d’un accent circonflexe, de la derniere partie d’une ligne mixte, & de la queue d’un g. Voyez le volume des Planches à la table de l’Ecriture, Pl. des alphabets mineurs.

Y, l’, (Géog. mod.) l’Y ou l’, est un golphe du Zuyderzée, qui sépare presque entierement la Hollande méridionale de la septentrionale ; c’étoit autrefois une riviere. Elle en conserve encore le nom, quoique par l’inondation du Zuyderzée, elle soit devenue une espece de bras de mer, sur lequel est située la ville d’Amsterdam, en forme de croissant.

Antonides Van-der-Goès, ainsi nommé du lieu de sa naissance, & l’un des célebres poëtes hollandois du dernier siecle, a immortalisé l’Y, par le poëme qu’il intitula de Y-Stroom, la riviere d’Y ; le plan de ce poëme, au défaut de l’ouvrage même, mérite d’être connu des étrangers.

Il est divisé en quatre livres. Dans le premier, l’auteur décrit ce qu’il y a de plus remarquable sur le bord de l’Y du côté d’Amsterdam ; il ne néglige aucun ornement pour embellir, & pour varier sa matiere. Il y a quelque chose d’heureux dans le tableau qu’il trace d’un quartier d’Amsterdam appellé l’île-neuve. Il compare la rapidité dont les bâtimens de cette île ont été construits, à la maniere dont les murailles de Thebes s’éleverent d’elles-mêmes, dociles au son de la lyre d’Amphion ; cependant, dit-il, cette île avec ses palais magnifiques qui seront un jour leur propres sépultures, ne se fera connoître à la postérité la plus reculée, que par la gloire d’avoir été le séjour de l’amiral Ruyter. Il prend de-là occasion de chanter les louanges de ce grand homme de mer ; ensuite il expose aux yeux du lecteur les bâtimens qui couvrent les bords de l’Y ; mais ce n’est pas d’une maniere seche qu’il les peint, tout y brille d’ornemens, & des couleurs les plus vives.

En parlant de la compagnie des Indes occidentales, il rapporte les guerres que cette société a eues avec les Portugais. Il décrit avec étendue le magasin de l’amirauté, & le palais de la compagnie des Indes orientales : Dans la description du premier, il fait une peinture aussi grande que terrible, de tous les instrumens de guerre qu’on y trouve entassés. C’étoit autrefois, dit l’auteur, l’ouvrage des plus grands monarques, d’élever un capitole ; mais ici des marchands osent élever jusqu’au ciel, un bâtiment qui surpasse les palais des rois. La puissance de la compagnie est assez connue, par l’orient soumis à ses lois ; & le château prodigieux qu’elle a fait construire reçoit le jour de plus de trois mille & trois cens fenêtres.

Dans le second livre, le poëte parcourt une carriere très-vaste, & qui renferme en quelque sorte une partie de l’univers. Après avoir fait l’éloge de la navigation, il passe en revûe les flottes nombreuses qui couvrent l’Y, & qui vont prendre dans le monde entier tout ce qui peut servir à la nécessité & à l’orgueil des hommes. A cette occasion, il parle des expéditions hardies de l’amiral Heemskerk, destinées à chercher une route abrégée vers les Indes par la mer Glaciale. Il s’étend sur les malheurs où l’Amérique est tombée par ses propres richesses. Il introduit l’ombre d’Attabalipa, qui, charmée de voir dans les Hollandois les ennemis de ses bourreaux, leur fait l’histoire des cruautés des Espagnols.

L’auteur suit dans sa description la flotte des Indes : sa muse parcourt les différens pays de cette vaste contrée, & décrit avec pompe les différentes richesses dont chacune de ces provinces charge les vaisseaux hollandois. Non contente de donner une idée de l’étendue du négoce de la Hollande dans ces climats, elle dépeint la puissance de ses armes & de ses trophées, & nous trace pour exemple le tableau d’une bataille où ses soldats remporterent une victoire signalée sur les habitans de Macassar. L’auteur retourne ensuite vers l’Y, en décrivant les pays qu’il découvre sur son passage,

Etant de retour, il détaille les principales marchandises que les autres parties de l’univers fournissent à la Hollande, comme une espece de tribut qu’elles payent à l’industrie de ses habitans. En parlant des vins & d’autres objets de luxe qui viennent de France, il déclame avec autant de force que de bon sens contre les vices que ce même pays tâche de communiquer aux Hollandois.

Le livre troisieme est une fiction d’un bout à l’autre : le poëte est entraîné tout-d’un-coup au fond de l’Y : il voit le fleuve avec ses demi-dieux & ses nymphes, allant à une fête qui devoit se donner à la cour de Neptune pour célébrer l’anniversaire du mariage de Thétis & de Pelée. L’auteur ne suit ici ni Ovide, ni les autres mythologistes : il feint que Thétis autrefois mariée au vieux Triton, & lasse de la froideur de cet époux suranné, s’étoit retirée de la cour de Neptune pour pleurer ses malheurs dans la retraite. Neptune & les autres divinités de la mer touchées de sa douleur, la rappellent, cassent son mariage, & se résolvent à l’unir au courageux Pelée, à qui ils destinent en même tems l’immortalité avec une éternelle jeunesse. Thétis accepte joyeusement ce parti, & Triton plus charmé des plaisirs de la bonne chere que de ceux de l’amour, n’y fait aucune opposition. Le mariage s’acheve, & les dieux des eaux en solemnisent tous les ans la mémoire.

C’est à une de ces fêtes que le fleuve alloit alors avec toute sa cour : le poëte y fut mené aussi par une des divinités aquatiques, qui le cacha dans un endroit du palais de Neptune, où sans être vu il pouvoit tout voir. Les autres fleuves entrent dans la salle du festin, & à mesure qu’ils arrivent, le poëte est instruit de leurs noms, de leur origine & de leur puissance. Les descriptions qu’il en fait sont poëtiques & savantes, c’est l’endroit le plus beau du poëme. Le dieu présomptueux de la Seine, éclate contre l’Y en paroles injurieuses : l’Y lui répond avec autant d’éloquence que de phlegme. Le dieu de la Seipiqué, finit sa déclamation en s’adressant à l’Ebre, & lui reprochant d’être insensible à la fierté d’un sujet rebelle. L’Ebre réplique que la haine qui l’avoit animé autrefois contre l’Y, avoit été purifiée par le feu de la guerre, qu’il l’avoit reconnu pour libre. On voit assez que cette fiction est une allégorie de l’invasion de la France dans les pays-bas espagnols, & de la triple alliance.

Dans le quatrieme livre, l’auteur s’attache à dépeindre l’autre bord de l’Y, qui est embelli par plusieurs villes de la nord-Hollande : elles fourniroient cependant une matiere assez seche, si l’imagination fertile du poëte ne savoit tirer des moindres sujets, des ressources propres à enrichir son ouvrage. En décrivant la ville d’Edam, autrefois nommée Ydam, c’est-à-dire, digue de l’Y, il rappelle l’ancienne fable d’une syrene prise auprès de cette ville par des pêcheurs : il en fait une espece de sibylle, en lui prêtant la prédiction de toutes les catastrophes que les Bataves devoient surmonter avant que de parvenir à cette puissance, dont l’auteur a donné de si grandes idées. Cette prophétie est un abregé de l’histoire de Hollande, & ce n’est pas l’endroit de l’ouvrage sur lequel les fleurs de la poésie sont répandues avec le moins de profusion. La syrene finit par tracer un affreux tableau de ces batailles navales qui se devoient donner un jour sur les côtes de Hollande, entre cette république & l’Angleterre ; enfin, l’ouvrage est terminé par un discours aux magistrats d’Amsterdam, à la sagesse desquels l’auteur rapporte avec raison la richesse de cette puissante ville.

Si ce poëme ne mérite pas le nom d’épique, il ne paroit pourtant point indigne de ce titre par l’heureuse fiction qui y regne, par la noblesse des pensées, par la variété des images, & par la grandeur de l’expression. A l’égard des defauts qu’on y remarque, si l’on réfléchit à la précocité des talens de l’auteur qui n’avoit que vingt-quatre ans quand il le mit au jour, l’on croira sans peine que s’il ne fut pas mort à la fleur de son âge, il auroit conduit son ouvrage plus près de la perfection. Quoi qu’il en soit, il y a peu de poëmes hollandois où l’on trouve plus de beautés que dans celui-ci. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Y : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « y » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « y »

Étymologie de y - Littré

Lat. y, répondant à l'υ grec.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de y - Wiktionnaire

(Lettre) Appelé i grec en raison de l’emprunt de la lettre upsilon dans l’alphabet grec ancien où il dénote tout d’abord le son \y\ (u français) absent du latin avant de se prononcer — en latin comme en grec — \i\.
(Pronom personnel 1) Du latin hic (« ceci ») ; a évincé l’ancien français iv, du latin ibi (« ici »).
(Pronom personnel 2) De il.
(Particule) De t-il.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « y »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
y i play_arrow

Citations contenant le mot « y »

  • Ainsi, le Britannique Andy Murray a laissé clairement entendre qu'il souhaitait très vite des précisions sur ce terrain-là, et notamment l'assurance qu'il n'y aurait pas de quarantaine imposée pour les joueurs au retour de New York. Ceci afin de pouvoir enchaîner dans la foulée avec la saison sur terre battue, laquelle est censée débuter à Madrid, le jour même de la finale de l'US Open... L'Équipe, Andy Murray veut être certain qu'il n'y aura pas de quarantaine au retour de l'US Open - US Open - L'Équipe
  • Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas , Faits-divers - Justice | Il y a dix ans, un incendie qui a marqué la cité
  • Au Liban, un système politique unique au monde (et en panne) Le Monde.fr, Pour la FIFA, il n’y a pas de « base légale justifiant l’ouverture d’une enquête » sur son président
  • Une compétition discrète, mais scrutée : après cinq mois d’interruption en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, le tennis professionnel reprend sous haute surveillance avec le tournoi WTA de Palerme à partir de lundi, à quelques semaines d’un délicat enchaînement US Open/Roland-Garros. 8 mars : c’est la date à laquelle remontent les derniers matchs officiels sur les circuits professionnels, en l’occurrence deux finales dames, à Lyon, en France, et à Monterrey, au Mexique. , Coronavirus : « Si ça ce passe bien, il pourra y en avoir d'autres », le monde du tennis scrute le tournoi de Palerme
  • David Lappartient n'oublie pas que chaque cas sera différent, en fonction du pays dans lequel se tiendra la course ; les législations nationales primant toujours sur le protocole de l'UCI. "Nous aurons à discuter avec les autorités locales, car c'est à elles de décider des règles sanitaires nationales. Dans certains pays, l'équipe du cas positif devra se retirer entièrement, dans d'autres, elle pourra continuer".  Francetvsport, Le Tour de France "ne s'arrêtera pas s'il y a un cas positif au coronavirus" d'après David Lappartient (UCI)
  • Jean-Yves de Chaisemartin en est persuadé, sa chienne a été "abattue". Et il a de sérieuses raisons d'être aussi affirmatif : Oups, son autre chienne, un beagle de 2018, est morte empoisonnée il y a douze jours. "Oups a été retrouvée agonisante dans le jardin alors qu'elle était en fin de gestation de huit chiots". Dévasté, l'ancien maire de Paimpol a déposé plainte. Selon lui, "le doute n'est plus possible, il y a un tueur de chiens, brutal et sanguinaire, dans le territoire".  France Bleu, Paimpol : "il y a un tueur de chiens, brutal et sanguinaire, dans le territoire", affirme l'ancien maire
  • « Il faut contenir les flambées », « tester, isoler et traiter les patients, rechercher et mettre en quarantaine leurs contacts », mais aussi « informer », a souligné le responsable, en pressant les populations de continuer, elles, à respecter les gestes barrières (distances physiques, port du masque, hygiène…) pour rompre les chaînes de trasmission du nouveau coronavirus. « Le message aux gens et aux gouvernements est : faites tout cela. Et continuez quand c'est sous contrôle ! », a-t-il lancé, après avoir souligné que « plusieurs pays qui semblaient avoir passé le plus dur connaiss(aient) de nouvelles flambées ». Le Point, Coronavirus : pour l'OMS, il n'y aura peut-être jamais de vaccin - Le Point
  • On accède aux choses en y renonçant. De Christophe Malavoy / Interview
  • Dans grève, il y a rêve... De Anonyme
  • Honni soit qui mal y pense. De Proverbe français
  • Il y a un commencement à tout. De Proverbe français
  • Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit, n'y croyez plus et il n'y en aura plus. De Balthasar Bekker / Le monde enchanté
  • L'Allemagne est faite pour y voyager, l'Italie pour y séjourner, l'Angleterre pour y penser, la France pour y vivre. De Jean le Rond d’Alembert / Eloge de Montesquieu
  • Où il y a un écu, il y a un diable Où il n’y en a pas, il y en a deux. De Proverbe français
  • A Paris, il y a des impôts sur tout, on y vend tout, on y fabrique tout, même le succès. De Honoré de Balzac
  • Un baiser apaise la faim, la soif. On y dort. On y habite. On y oublie. De Jacques Audiberti / La Poupée
  • Y’a pas de pédagogie, y’a que des pédagogues. De Daniel Pennac / La petite marchande de prose
  • Dès qu’il y a vie, il y a danger. De Ralph Waldo Emerson
  • Qui s'y frotte s'y pique. De Louis XI
  • J'y suis, j'y reste. De Patrice de Mac-Mahon

Images d'illustration du mot « y »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « y »

Langue Traduction
Corse y
Basque y
Japonais y
Russe y
Portugais y
Arabe ذ
Chinois ÿ
Allemand y
Italien y
Espagnol y
Anglais y
Source : Google Translate API