La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ceci »

Ceci

Définitions de « ceci »

Trésor de la Langue Française informatisé

CECI, pron. dém. neutre.

A.− [En corrélation et en oppos. avec cela, cf. la même oppos. entre celui-ci/celui-là, ici/là, -ci/-là, voici/ voilà]
1. [Désigne ce qui est plus proche du locuteur qui parle ou dont on rapporte les paroles]
a) [Dans l'espace environnant] :
1. ... étendant avec un soupir sa main droite vers le livre imprimé qui était ouvert sur sa table et sa main gauche vers Notre-Dame, et promenant un triste regard du livre à l'église : − Hélas! dit-il, ceci tuera cela. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 206.
b) [Dans l'espace d'un texte ou dans le temps d'une énonciation orale] :
2. Puisque ma mère, en me plongeant dans le Styx, a eu l'imprudence de laisser émerger mon talon... Il était si simple de me plonger dans les deux sens... comme ceci, d'abord... et puis comme ça, après! Meilhac, Halévy, La Belle-Hélène,1865, II, 5, p. 225.
3. Notre génération, et les deux précédentes n'ont guère entendu parler que de conflit entre foi et science. Au point qu'il a pu sembler un moment que ceci était décidément appelé à remplacer cela. Teilhard de Chardin, Le Phénomène hum.,1955, p. 316.
[Notamment pour distinguer deux choses et éventuellement valoriser la première] Ce garçon qui possédait des livres rares, qui distinguait avec assurance : « Ceci est beau... Cela ne l'est pas » (Lacretelle, Silbermann,1922, p. 37).
2. Fam. [Valeur d'indéterminé] Telle et/ou telle chose, telle qualité, telle autre non précisée ou non précisable :
4. turelure. − Est-ce ma faute si je suis pair de France, et comte, et maréchal, et grand officier de je ne sais quoi, et président de ça et ministre de ceci, et le diable sait quoi! Claudel, Le Pain dur,1918, I, 3, p. 428.
B.− [Sans oppos. à cela]
1. [Désigne une chose, un obj. proche du locuteur, souvent avec accompagnement du geste et valeur insistante]
a) [Dans l'espace] Un objet présent, par exemple que l'on tient en main, que l'on tend à quelqu'un. Regardez, lisez ceci; permettez-moi de vous offrir ceci; ceci est à moi :
5. − Tenez, ma sœur, lui dit-elle en lui mettant dans la main une pièce d'or qui était cachée sous son oreiller, vous mettrez ceci dans le tronc des pauvres malades. − C'est toute ma fortune. Adieu! Murger, Scènes de la vie de jeunesse,1851, p. 111.
Spéc. [À la messe, paroles du Christ que le prêtre prononce à la Consécration sur le pain et le vin qu'il montre à l'assistance] Ceci est mon corps livré pour vous. Ceci est le calice de mon sang (Évangile, Matthieu XXVI, 26-28):
6. Posément, distinctement, nous prononçâmes ensemble les paroles de la Consécration : Hoc est enim corpus meum, « car ceci est mon corps ». Devant le corps de Jésus-Christ nous fîmes une génuflexion profonde. Billy, Introïbo,1939, p. 151.
Comme ceci. Comme ce que vous voyez (cf. supra ex. 2). Je me le rappelle quand il était haut comme ceci (Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 574).
b) [Dans le temps] Ce dont il est actuellement question entre le locuteur et ses interlocuteurs, ce qu'ils sont en train de dire, de faire. Ceci est une autre question. La môme, pendant tout ceci, est près du buffet, très entourée (Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, II, 2, p. 34):
7. Pourtant je ne regrette pas cette guerre. Non. Je crois que de ceci il sortira de grandes choses... Vercors, Le Silence de la mer,1942, p. 38.
[Avec valeur plus ou moins péj.] :
8. « Est-ce qu'on ne pourrait pas enlever ceci? » (...). Il désignait par « ceci » trois roses fanées dont un maître d'hôtel bien intentionné avait cru devoir décorer la table. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, pp. 1006-1007.
Rem. Dans ces emplois la lang. fam. remplace de plus en plus ceci par cela, plus expressif. Ceci marque dès lors une recherche d'élégance dans la lang. soutenue, où il peut prendre une valeur laud. (ex. 7).
2. [Dans la conversation, dans le récit, annonce avec valeur gén. insistante des précisions qui vont suivre]
a) [Des paroles qui vont être prononcées par le locuteur]
[Avec une ponctuation forte, très souvent un double point annonçant l'explication qui suit] Écoutez bien, retenez bien ceci; j'ai noté pour vous ceci, figurez-vous ceci :
9. − C'est assez, c'est bien, je me tais. J'ajouterai simplement ceci : je ne suis après tout, dans votre maison, qu'un serviteur comme un autre. Bernanos, La Joie,1929, p. 548.
[Souvent en incise] Ceci entre nous, et ceci est très important.
b) [Des précisions détaillées énoncées en appos.]
[Appos. inf.] Forcé de courir la poste faute de temps, vous en arrivez à ceci, de mettre « Victor-Grégoire » en place de « Grégoire-Victor », ce qui n'est plus la même chose (Courteline, Messieurs-les-Ronds-de-cuir,1893, 5etabl., 1, p. 171).
[Appos. propositionnelle] On me reconnaît à ceci que je suis vêtu de velours comme un charpentier et que j'ai l'air d'une brute (Bloy, Journal,1906, p. 292).
[Appos. adj., suivie d'appos. propositionnelle] Les opinions religieuses ont ceci de particulier, qu'elles donnent un pouvoir illimité à ceux qui les annoncent (Destutt de Tracy, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu,1807, p. 389).
Rem. Lorsque les précisions ne sont pas données, ceci indique qu'on laisse volontairement la chose à désigner dans le vague : Je suis M. un tel, âgé de tant, riche de ceci, né à ... (Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 57).
3. [Synon. de cela, pour renvoyer à ce qui précède, p. ex. à des paroles qui viennent d'être prononcées (cf. supra B 1 b)] Tu réfléchiras à tout ceci; tout ceci pour dire que; ceci (soit dit) entre nous :
10. ... je vis cette fois la porte de la ferme ouverte, le feu allumé dans la grande cuisine et j'entendis le bruit habituel des voix et des pas à l'heure de la soupe. Ceci me rassura sans me renseigner. Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes,1913, p. 297.
[En partic. en prop. postposée, ou en incise, ou en constr. part. abs.] Ceci fait, on mit le feu au bois, dont la chaleur se communiqua aux schistes (Verne, L'Île mystérieuse, 1874, p. 156); Martin, je te félicite de ton exactitude. Ceci dit, passe-moi la valise (Romains, Les Copains,1913, p. 176):
11. ... les Allemands comme les Français avaient considéré comme irréalisable l'idée de fabriquer en quelques années une bombe atomique et y avaient renoncé, et ceci non pas par des scrupules moraux, comme on a depuis parfois cherché à le faire croire. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 49.
SYNT. Ceci dit (plus fréq. que cela dit), ceci étant dit, ceci soit dit en passant; ceci fait, ceci posé, ceci retenu, ceci mis à part.
[Avec valeur fréquemment péj., notamment si ceci est précédé de tout] :
12. − Tout ceci est un roman, un roman. Je ne veux pas discuter avec vous, mes enfants. Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 287.
Rem. Quand ceci a un attribut au plur., le verbe être se met soit au sing., soit au plur. : Tout ceci n'est que des conjectures (Restif de La Bretonne, M. Nicolas, 1796, p. 80); Tout ceci sont des mensonges (Jarry, Ubu Roi, 1895, V, 1, p. 85).
C.− Emploi subst.
1. Péj. Une ceci, une cela. Une femme dont on dit des choses diverses, généralement peu élogieuses :
13. − Je sais bien, elle est une ceci, une cela. Mais elle peut savoir du nouveau sur Robert. Pauline ajoutait qu'il n'y avait certainement pas plaisir à fréquenter cette créature : une fantasque, ou maussade ou cajoleuse; elle se disputait avec ses servantes, tenait des conversations déplacées, se permettait des excentricités à l'occasion. Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 74.
En partic. Une ceci. Une femme de mauvaise vie. Albert, Albert, je t'en supplie, ne fais pas de bruit dans la maison; on me renverrait; je passerais pour une ceci! (Borel, Champavert,Passereau, l'écolier, 1833, p. 167).
2. PHILOS., seulement au sing. [Chez Sartre] Le ceci. L'être que je ne suis pas présentement, en tant qu'il paraît sur le fond de la totalité de l'être, c'est le ceci (Sartre, L'Être et le Néant,1943, p. 231):
14. Comment une science spécialisée dans le savoir du ceci-ou-cela et qui prétend connaître cet objet sans limites ni réalité serait-elle une science normale? (...). Le je-ne-sais-quoi est pour l'intellectualisme un sujet inépuisable d'inquiétude et de perplexité : ... Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 58.
Prononc. et Orth. : [s(ə)si]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) xiiies. ceci renvoie à ce qui a été dit (Cortebarbe, Les Trois aveugles de Compiègne, éd. Gougenheim, 282, Paris, 1932), exprimé par cela dans la lang. mod.; b) 1532 cecy désigne ce qui va suivre (Rabelais, Pantagruel, éd. L. Saulnier, X, 26); 2. a) xves. empl. avec cela pour désigner deux choses plus ou moins déterminées, fam. (Coquillart, Poésies, II, 56, éd. Ch. d'Héricault); b) 1740 ceci désigne une chose différente de celle désignée par cela (Ac.); c) 1740 spéc. p. oppos. à cela, ceci désigne l'objet le plus proche (Ac., s.v. cela). Composé de ce*, pron. dém. et de ci*, adverbe. Fréq. abs. littér. : 9 307. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 267, b) 14 551; xxes. : a) 10 319, b) 15 966. Bbg. Georgin (R.). Ceci dit. Déf. Lang. fr. 1971, no58, p. 11.

Wiktionnaire

Pronom démonstratif - français

ceci

  1. Pronom destiné à remplacer un objet proche (ou un être vivant dont on ignore la nature). Dans certains cas rares, et par dérision, il peut remplacer une personne.
    • Mais nous obtenons le même rendement en complétant le désherbage par une simple application de 2,4-D, ceci en l’absence de dicotylédones ! — (Compte rendu de la Conférence du COLUMA, Comité français de lutte contre les mauvaises herbes, 1977, vol.4, page 1096)
    • Ceci n'est pas une pipe. — (René Magritte, La Trahison des images, 1929)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CECI. pron. dém.
Voyez CE pronom.

Littré (1872-1877)

CECI (se-si), nom général de chose, ou, ce qui revient au même, l'adjectif ce (ceci est ce-ci) pris substantivement au masculin singulier.
  • 1Indique, par opposition à cela, la chose la plus proche de celui qui parle. Ceci est à moi, cela est à vous. Ceci est beau, cela est laid.
  • 2Familièrement et d'une façon indéterminée. L'autre avait le nez fait de cette façon-là : C'était ceci, c'était cela, La Fontaine, Fables, VII, 5. Caquet bon bec alors de jaser au plus dru, Sur ceci, sur cela, sur tout…, La Fontaine, ib. XII, 11. On leur a donné [pour bru] la plus folle, la plus dissipatrice, la plus ceci, la plus cela qu'il est possible d'imaginer, Sévigné, 384. Voilà M. de Coulanges qui veut que je vous dise et ceci et cela et de l'amitié, Sévigné, 117. Un ignorant aurait été embarrassé, et vous eût été dire, c'est ceci, c'est cela ; mais moi je touche au but du premier coup, Molière, Méd. malgré lui, II, 6.
  • 3Indiquant, sans opposition à cela, un objet présent, un fait actuel, la chose dont on parle ou dont on va parler. Quant à ceci, c'est autre chose. Que veut dire ceci ? Qu'est-ce que ceci, que tout ceci ? Voyez ceci. Retenez bien ceci. Tout ceci n'annonce rien de bon. Ceci n'est pas humble, mais il faut qu'il passe, Sévigné, 448.

REMARQUE

1. Doit-on dire : ceci et cela me plaisent, ou ceci et cela me plaît ? La seconde manière est préférable, à cause du vague dans lequel l'esprit reste après avoir entendu les mots ceci et cela.

2. Ceci s'emploie quand on veut annoncer des paroles qui vont être prononcées. Dites à votre ami de ma part ceci : il est nécessaire qu'il prenne garde à lui. Cela s'emploie quand on se réfère à des paroles qui viennent d'être prononcées : il est nécessaire que votre ami prenne garde à lui, dites-lui cela de ma part. S'il s'agit non pas de paroles prononcées ou à prononcer, mais seulement de quelque chose à quoi on se réfère, on peut employer ou ceci ou cela : il faut songer dans la jeunesse aux besoins de la vieillesse ; ceci ou cela s'adresse aux prodigues. On emploiera aussi ceci ou cela, si l'on se réfère à quelque proposition qui vient après : cela ou ceci est vrai que Galilée fut condamné par l'inquisition.

HISTORIQUE

XVe s. On faict cecy, on faict cela, On va par cy, on va par là, Coquillart, Monol. de la botte de foin.

XVIe s. Ma tant bonne femme est morte, qui estoyt la plus cecy, la plus cela qui feust au monde, Rabelais, Pant. II, 3.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CECI. - REM. Ajoutez : 3. Ceci avec le verbe être et un substantif au pluriel se construit avec le pluriel du verbe. Ceci sont les données que je peux supposer, Rousseau, Lett. au prince de Wirtemberg, 10 nov. 1763. Mais ceci sont plutôt des souhaits vagues que des projets d'une prochaine exécution, Rousseau, Lett. à M. 2 janv. 1767. On pourrait dire aussi : Ceci est des données, des souhaits.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ceci »

Ce et ci ; wallon, soussi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Pronom résultant de la contraction de ce... ici, les points de suspension étant mis à la place de l'objet dont on parle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ceci »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ceci sœsi

Citations contenant le mot « ceci »

  • Le jeûne a ceci de bon qu'il fait apprécier la moindre collation. De Sylvie Sicotte / Non, je n'ai pas dansé nue
  • Le soliloque a ceci de beau que vous ne mentez qu'à vous-mêmes. De Jacques Folch-Ribas / Le valet de plume
  • Trouver son style, pour un auteur, peut signifier ceci : dynamiter le langage commun. De Yvon Boucher / L'Obscenant
  • La laideur a ceci de supérieur à la beauté : elle dure. De Daniel Mussy / Les limites de l'impossible
  • Je sens que je progresse à ceci que je recommence à ne rien comprendre à rien. De Charles-Ferdinand Ramuz / Journal
  • Les événements ont ceci de commun avec les oies qu'ils vont en troupe. De Léon Bloy / Le désespéré
  • Les hommes ont ceci de commun, ils se rencontrent là où la politique les divise. De Serge Losique / De Z à A
  • Doit-on dire un noir ou un homme de couleur. Tout ceci n’est pas clair. De Serge Gainsbourg
  • La bêtise a ceci de terrible qu’elle peut ressembler à la plus profonde sagesse. De Valéry Larbaud / Fermina Marquez
  • Un livre a ceci de particulier qu'il peut être interprété comme on veut. De Sören Kierkegaard / Le Journal d’un séducteur
  • La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin. De André Malraux / L'Espoir
  • Ils ont guidé les enfants à distance afin de réaliser des expériences sur l’air, en démontrant ses propriétés : fluidité, masse, etc. ; mais également sur les différents mélanges (huile, savon, eau, etc.). Tout ceci sera bien sûr exploité en classe dans le domaine des sciences et des technologies. Le Telegramme, Les CM de l’école Notre-Dame en visioconférence avec l’Enib - Milizac-Guipronvel - Le Télégramme
  • Le temps a ceci de singulier qu’il s’écoute. De Jacques Attali / Le Nouvel Observateur
  • Les livres sont ceci, ils propagent le silence. De Julien Green / Journal
  • L'écriture a ceci de mystérieux qu'elle parle. De Paul Claudel / Connaissance de l'Est
  • L’art a toujours été ceci - interrogation pure, question rhétorique moins la rhétorique. De Samuel Beckett
  • On retiendra de 2020 l’émergence de manifestations dites «digitales» ou «virtuelles». Selon nous, c’est un oxymore, pour paraphraser Magritte, ceci n’est pas un événement! Les manifestations digitales sont des expériences qui se rapprochent de l’expérience télévisuelle, des boutiques en ligne, d’une offre VOD, d’un appel en visio, etc. Rien de nouveau, en fait. Pour qu’une manifestation soit réelle, elle doit s’inscrire dans le réel et la rencontre, sinon c’est autre chose. , Ceci n’est pas un événement! | Paperjam News

Traductions du mot « ceci »

Langue Traduction
Anglais this
Espagnol esta
Italien questo
Allemand diese
Chinois 这个
Arabe هذه
Portugais esta
Russe это
Japonais この
Basque hau
Corse questu
Source : Google Translate API

Synonymes de « ceci »

Source : synonymes de ceci sur lebonsynonyme.fr

Ceci

Retour au sommaire ➦

Partager