La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « touaille »

Touaille

Variantes Singulier Pluriel
Féminin touaille touailles

Définitions de « touaille »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOUAILLE, subst. fém.

Vx. ou région.
A. − [Au Moyen Âge et jusqu'au déb. du xviies.]
1. Linge employé à des usages divers, notamment ceux de la nappe et de la serviette actuelles. La touaille de cette époque, comme la serviette de nos jours, servait encore à bien d'autres usages (Havard1890).
P. anal. Maigre et nu [un homme] les yeux embusqués à la clairière d'une barbe qui mangeait son visage une touaille bigarrée cachait ses génitoires (Arnoux, Suite var., 1925, p. 139).
En partic. Ornement d'église, nappe d'autel. Ces touailles, réservées pour les cérémonies du culte, prirent, par la suite, le nom de Tavayoles (Havard1890).
2. Coiffure portée par les femmes, faite d'une pièce de linge enroulée plusieurs fois autour de la tête et recouvrant les oreilles. À cette époque, c'était (...) une mode chez les femmes de porter des touailles sur leurs têtes (Havard1890).P. anal. Maintenant je n'ai plus un blanc, j'ai vendu ma nappe, ma chemise et ma touaille (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 453).
En partic. ,,Nom donné au turban de certains orientaux`` (Leloir 1961).
B. − Essuie-main fait d'un linge se déroulant en continu sur un rouleau de bois. Il y a des touailles auprès des réfectoires des religieux (Havard1890).
Rem. Empl. signalé comme vieilli dès 1893.
Prononc. et Orth.: [twɑ:j], [twaj]. Littré, Barbeau-Rodhe 1930, Lar. Lang. fr., Rob. 1985 [ɑ]; Pt Rob. [a] et Martinet-Walter 1973 7/17 [twɑj], 6/17 [tuaj], 3/17 [twaj]. Att. ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. 1. Fin du xies. tevale « serviette, nappe » (Raschi, Gloses, éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 999); 1165-70 toaille (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 3146); 2. 1160-74 « corporal » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, Appendice, 275); 3. 1690 « essuie-mains suspendu à un rouleau » (Fur.). De l'a. b. frq. *thwahlja « serviette » (cf. l'a. h. all. dwahilla), att. en lat. médiév. (viiies. duvahila ds Du Cange, s.v. toacula; ca 810 toacla, Brevium exempla ds Capitularia regum francorum, éd. A. Boretius, t. 1, 1883, p. 254). V. aussi tavaïolle. Bbg. Guinet 1982, p. 156. − Nigra (C.). Metatesi. Z. rom. Philol. 1904, t. 28, p. 3. − Tailliez (F.) « Touaille »... R. Ling. rom. 1959, t. 23, pp. 152-153.

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

touaille \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de toaille.

Nom commun - français

touaille \tu.aj\ féminin (Désuet)

  1. (Au Moyen Âge et jusqu'au début du XVIIe siècle) Linge qui servait à plusieurs choses, notamment de nappe et de serviette.
    • XVI toailles, XVI longières de deux cannes et demie. Ung buffet. Une douzène de serviettes. Ung coffre debbit à deux serrayes — (Comptes roi René, 1461)
  2. (Spécialement) Nappe qui recouvrait l’autel dans les églises.
  3. Coiffure de femme, qui consistait en un linge plusieurs fois enroulée autour de la tête et qui recouvrait les oreilles.
  4. (Vieilli) Essuie-main sans fin placé sur un rouleau. Il consiste en un longue bande de tissus dont les deux bouts les plus étroits ont été cousus ensemble, et placé sur un rouleau.
    • Puis il me soutient à la hauteur de la touaille (que nous appelons rouleau) pour que je m'y essuie les mains. — (Simone Bussières, La pyramide des morts, Éd. Septentrion, Sillery (Quebec) 1999)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOUAILLE (tou-â-ll', ll mouillées, et non tou-â-ye) s. f.
  • Linge suspendu à un rouleau, qui sert à s'essuyer les mains après qu'on les a lavées.

HISTORIQUE

XIIIe s. Deus bassins d'or en ses mains [il] prent, Une toaile à son col pent, Lai del Desiré. Il sembloit que toute la mer, tant comme l'en pooit veoir à l'ueil, feust couverte de touailles des voiles des vessiaus, Joinville, 213.

XVe s. Et fut depuis plus d'un mois que du bras il ne se pouvoit aider, et le portoit en escharpe en une touaille, Froissart, II, III, 43. En chambre après les grans mangers, Touailles blanches sans reprouche, à quoy on essura sa bouche, Quant le dragoir yert [sera] descouvert, Deschamps, Poésies mss. f° 497.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « touaille »

Provenç. toalha ; catal. tovalla ; espagn. toalla ; portug. toalha ; ital. tovaglia ; bas-lat. toacula ; de l'anc. haut-allem. duhailla ; moy. haut-allem. twehele ; angl. towel ; de l'anc. hautallem. duahan ; goth. thvahan, laver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du vieux-francique *thwahlja (« serviette » → voir tovaglia, « nappe » en italien, l'ancien haut allemand dwahilla), attesté en latin médiéval au huitième siècle sous la forme duvahila, toacula ; (Vers 810) toacla). Voir également tavaïolle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « touaille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
touaille tuaj

Citations contenant le mot « touaille »

  • La traditionnelle foire aux touailles se tiendra les vendredi 5 et samedi 6 mai dans les rues du centre- ville. midilibre.fr, Clermont-l'Hérault : deux jours de fête avec la foire aux touailles - midilibre.fr

Traductions du mot « touaille »

Langue Traduction
Anglais touaille
Espagnol touaille
Italien touaille
Allemand touaille
Chinois 图阿耶
Arabe touaille
Portugais touaille
Russe touaille
Japonais トゥアイユ
Basque touaille
Corse touaille
Source : Google Translate API

Synonymes de « touaille »

Source : synonymes de touaille sur lebonsynonyme.fr

Touaille

Retour au sommaire ➦

Partager