La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tonitruer »

Tonitruer

Définitions de « tonitruer »

Trésor de la Langue Française informatisé

TONITRUER, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne une chose] Faire un bruit de tonnerre. Les Allemands ne cessent d'y envoyer de vastes obus qui tonitruent de temps en temps en nous secouant dans notre sous-sol (Barbusse, Feu, 1916, p. 160).
B. − [Le suj. désigne une pers.] Parler, crier d'une voix retentissante. Il vit s'élever des cathédrales immenses où tonitruaient des moines blancs en chaire (Huysmans, À rebours, 1884, p. 108).Trempé comme un vieux morceau de pain dans un verre d'eau sale et il hurle et il tonitrue... ah! il est bath le pape (Prévert, Paroles, 1946, p. 135).
Au fig. [En parlant d'un peintre] Parfois l'artiste, quasi-muet, se borne à écouter, à enregistrer ce qu'il entend: on l'appelle un réaliste; parfois il hausse le ton, il tonitrue, il couvre la voix des choses: c'est la tentation de nos contemporains (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 6).
Prononc.: [tɔnitʀye], (il) tonitrue [-tʀy]. Étymol. et Hist. 1866 tonitruant (Pommier, Paris, p. 147); 1884 tonitruer (Huysmans, loc. cit.). Empr. au b. lat.tonitruare « tonner » (ives., v. Blaise Lat. chrét.), dér. de tonitrus « tonnerre » et « bruit semblable à celui du tonnerre ». Fréq. abs. littér.: 10.
DÉR. 1.
Tonitruance, subst. fém.a) Caractère de ce qui est tonitruant. Il s'écria tout à coup, en déchaînant les tonitruances de son ancienne voix tragique (Richepin, Braves gens, 1886, p. 77).b) Parole, discours tonitruant. Et la parole vivante de Churchill, à l'opposite (...) des trépignements de rage masochiste de Hitler, de sa tonitruance (...) redonnait vie et espoir aux millions d'auditeurs branchés sur la B.B.C. (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 34). [tɔnitʀyɑ ̃:s]. 1reattest. 1886 (Richepin, loc. cit.); de tonitruer, suff. -ance*.
2.
Tonitruement, subst. masc.a) Bruit retentissant. Ils marchaient (...) sous le tonitruement des hauts parleurs, sur les pentes du stade qui poussait vers eux ses vagues (Genevoix, Laframboise, Match à Vancouver, 1942, p. 232).b) Propos prononcé d'une voix retentissante. Excourbaniès, et de quels tonitruements!soutenait la calomnie du directeur des cultures (A. Daudet, Port-Tarascon, 1890, p. 187). [tɔnitʀymɑ ̃]. 1resattest. 1888 (Villatte, Parisismen), 1890 (A. Daudet, loc. cit.); de tonitruer, suff. -ment1*.
BBG.François (A.). La Désinence ance ds le vocab. fr. Genève-Lille, 1950, p. 74 (s.v. tonitruance). − Quem. DDL t. 10.

Wiktionnaire

Verbe - français

tonitruer \tɔ.ni.tʁy.e\ intransitif ou parfois transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Retentir comme le tonnerre.
    • Les obus se mirent à tonitruer de tous les côtés.
  2. (Plus courant) Parler très fort ; crier ; exprimer de façon très forte.
    • Il vit s’élever des cathédrales immenses où tonitruaient des moines blancs en chaire. — (Joris-Karl Huysmans, À rebours, 1884)
    • Un monstre ventru, plein de lumières électriques, nous tonitrue une chanson à grand renfort de décibels. — (Georges Simenon, Au delà de ma porte-fenêtre, dimanche 20 février 1977)
    • Pendant qu’elle invoquait, provoquait le ciel et l’Enfer, tonitruait' de malheur, je baissais le nez et baissant déconfit je voyais se former sous le lit de la fille une petite flaque de sang, une mince rigole en suintait le long du mur vers la porte. — (Louis-Ferdinand Céline (Louis-Ferdinand Destouches), Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932 (réédition Gallimard, Folio #28, 2019, pages 323-324)
    • Émile Abdou faillit s’étrangler. Des pétasses qui l’envoyaient aux pelotes avec des airs de garde-chiourme, il ne pouvait l’admettre.
      — Passez-moi votre Directeur ou je fais un scandale, tonitrua Émile Abdou Cambalele.
      — (Luc Couillard, Les Soleils du Baboukari, Éditions Les 3 Orangers, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « tonitruer »

Du latin tonitruare (« tonner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tonitruer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tonitruer tɔnitrye

Citations contenant le mot « tonitruer »

  • Rayan a été victime des croyances naïves, de l’ignorance sacrée, de ceux qui sont venus auprès de lui pour crier, hurler et tonitruer leur “Allah Akbar”, qui lui ont certainement fait peur en lui offrant un paysage apocalyptique, eschatologique ou dantesque de ce qui peut être en dehors ce trou. Tribune Juive, Kamel Abderrahmani. Rayan ou l'ange sacrifié par l'ignorance - Tribune Juive
  • Les États européens et l’UE  se sont alors lancés avec confiance dans une politique de sanctions tous azimuts pour contraindre la Russie de Poutine à cesser son agression ; on a même entendu le  ministre des finances français tonitruer haut et fort le 1er Mars dernier : «  Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe ! » …en attendant Godot … Entreprendre, Ukraine : politique de l'émotion contre réalités économiques et stratégiques

Images d'illustration du mot « tonitruer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tonitruer »

Langue Traduction
Anglais thunder
Espagnol trueno
Italien tuono
Allemand donner
Chinois
Arabe صوت الرعد
Portugais trovão
Russe гром
Japonais サンダー
Basque trumoiak
Corse tronu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tonitruer »

Source : synonymes de tonitruer sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot tonitruer au Scrabble ?

Nombre de points du mot tonitruer au scrabble : 9 points

Tonitruer

Retour au sommaire ➦

Partager