Tautologie : définition de tautologie


Tautologie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAUTOLOGIE, subst. fém.

A. − LING., STYL.
1. Procédé rhétorique ou négligence de style consistant à répéter une idée déjà exprimée, soit en termes identiques (ex. au jour d'aujourd'hui), soit en termes équivalents (monter en haut). Synon. pléonasme.C'est parce que nous disons, avec une sorte de tautologie, économie domestique pour l'administration d'une fortune privée, que nous avons pu dire économie politique pour l'administration de la fortune nationale (Sismondi, Écon. pol., 1827, p. 11).[Les critiques] ne parient jamais sur une issue incertaine et (...) tout se passe pour eux comme si la littérature tout entière n'était qu'une vaste tautologie et comme si chaque nouveau prosateur avait inventé une nouvelle manière de parler pour ne rien dire (Sartre, Litt., 1948, p. 38).
2. En partic. Répétition de mots dans certaines formules consacrées (ex. us et coutumes; mandons et ordonnons que...). (Dict. xixeet xxes.).
B. − LOGIQUE
1. LOG. FORMELLE. ,,Proposition identique, dont le sujet et le prédicat sont un seul même concept (exprimé ou non par un même mot)`` (Lal. 1960).
Principe, postulat de tautologie. ,,Principe d'après lequel le même mot doit, dans le cours d'un exposé théorique, être pris dans le même sens`` (Foulq.-St-Jean 1969). Le principe de tautologie met l'accord constant entre l'auteur et le lecteur. C'est le principe même de la lecture (Bachelard,Philos. du non,ds Foulq.-St-Jean 1969).L'intelligible serait l'identique, ou, comme disent les logisticiens modernes, que le principe suprême de la pensée, c'est le principe de tautologie (Gds cour. pensée math., 1948, p. 372).
2. LOG. MOD. ,,Proposition complexe qui reste vraie en vertu de sa forme seule, quelle que soit la valeur de vérité des propositions qui la composent [selon Wittgenstein]`` (Lal. 1968). La tautologie est cette forme dégénérée de la liaison qui demeure vraie quelles que soient les valeurs de vérité des propositions qu'elle combine; la proposition « p ou non p », par exemple, est vraie indépendamment de tout constat, puisqu'elle l'est pour p vraie comme pour p fausse (Encyclop. univ.t. 161973, p. 997).
Prononc. et Orth.: [tɔtɔlɔ ʒi]. V. tauto-. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1521 tautologia « négligence de style ou procédé rhétorique consistant à répéter une même idée avec des termes différents » (P. Fabri, Art de pleine rhét., éd. A. Héron, livre II, p. 127); 1576 tautologie (Ramus, Dial., l. I, Peroration ds Hug.); spéc. 1872 (Littré: Tautologie. Dans les formules de droit, nom donné aux répétitions de mots consacrés); 1835 log. (Comte, Philos. posit., t. 2, 1893, p. 299). Empr. au b. lat. gramm.tautologia « id. » ives. ds Blaise Lat. chrét., du gr. τ α υ τ ο λ ο γ ι ́ α « id. », dér. de τ α υ τ ο λ ο ́ γ ο ς « qui redit la même chose », comp. de τ α υ ̓ τ ο ́ crase attique pour τ ο ̀ α υ ̓ τ ο ́ neutre de ο ̔ α υ ̓ τ ο ́ ς « le même » et λ ε ́ γ ω « dire ». Cf. la forme taftologie « id. » Trév. 1704-1771. Fréq. abs. littér.: 34.
DÉR.
Tautologique, adj.a) Ling., styl. Qui relève de la tautologie (supra A). Formule, raisonnement, répétition tautologique. C'est là le seul sens que le chrétien puisse reconnaître au mot « état laïque », qui autrement n'a qu'un sens tautologiquela laïcité de l'état signifiant alors qu'il n'est pas l'Église (Maritain, Human. intégr., 1936, p. 190).b) Log. Science tautologique. ,,Qualification donnée à la logique et aux mathématiques par les logiciens Wittgenstein, Carnap et l'École de Vienne`` (Lar. Lang. fr., Quillet 1965, GDEL). − [tɔtɔlɔ ʒik]. Supra prononc. Att. ds Ac. dep. 1762. − 1reattest. 1721 (Trév.); de tautologie, suff. -ique*; cf. l'adv. gr. τ α υ τ ο λ ο γ ι κ ω ̃ ς « tautologiquement » xiies. ds Liddell-Scott.
BBG.Frédéric (M.). La Tautologie ds le lang. naturel. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1981, t. 19, no1, pp. 313-326. − Jacobsen (B.). Tautologies pures et tautologies rhétorisées ds un texte d'anc. fr. Neuphilol. Mitt. 1982, t. 83, pp. 99-110. − Rey-Debove (J.). Le Sens de la tautologie. Fr. mod. 1978, t. 46, pp. 318-332.

Tautologie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAUTOLOGIE, subst. fém.

A. − LING., STYL.
1. Procédé rhétorique ou négligence de style consistant à répéter une idée déjà exprimée, soit en termes identiques (ex. au jour d'aujourd'hui), soit en termes équivalents (monter en haut). Synon. pléonasme.C'est parce que nous disons, avec une sorte de tautologie, économie domestique pour l'administration d'une fortune privée, que nous avons pu dire économie politique pour l'administration de la fortune nationale (Sismondi, Écon. pol., 1827, p. 11).[Les critiques] ne parient jamais sur une issue incertaine et (...) tout se passe pour eux comme si la littérature tout entière n'était qu'une vaste tautologie et comme si chaque nouveau prosateur avait inventé une nouvelle manière de parler pour ne rien dire (Sartre, Litt., 1948, p. 38).
2. En partic. Répétition de mots dans certaines formules consacrées (ex. us et coutumes; mandons et ordonnons que...). (Dict. xixeet xxes.).
B. − LOGIQUE
1. LOG. FORMELLE. ,,Proposition identique, dont le sujet et le prédicat sont un seul même concept (exprimé ou non par un même mot)`` (Lal. 1960).
Principe, postulat de tautologie. ,,Principe d'après lequel le même mot doit, dans le cours d'un exposé théorique, être pris dans le même sens`` (Foulq.-St-Jean 1969). Le principe de tautologie met l'accord constant entre l'auteur et le lecteur. C'est le principe même de la lecture (Bachelard,Philos. du non,ds Foulq.-St-Jean 1969).L'intelligible serait l'identique, ou, comme disent les logisticiens modernes, que le principe suprême de la pensée, c'est le principe de tautologie (Gds cour. pensée math., 1948, p. 372).
2. LOG. MOD. ,,Proposition complexe qui reste vraie en vertu de sa forme seule, quelle que soit la valeur de vérité des propositions qui la composent [selon Wittgenstein]`` (Lal. 1968). La tautologie est cette forme dégénérée de la liaison qui demeure vraie quelles que soient les valeurs de vérité des propositions qu'elle combine; la proposition « p ou non p », par exemple, est vraie indépendamment de tout constat, puisqu'elle l'est pour p vraie comme pour p fausse (Encyclop. univ.t. 161973, p. 997).
Prononc. et Orth.: [tɔtɔlɔ ʒi]. V. tauto-. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1521 tautologia « négligence de style ou procédé rhétorique consistant à répéter une même idée avec des termes différents » (P. Fabri, Art de pleine rhét., éd. A. Héron, livre II, p. 127); 1576 tautologie (Ramus, Dial., l. I, Peroration ds Hug.); spéc. 1872 (Littré: Tautologie. Dans les formules de droit, nom donné aux répétitions de mots consacrés); 1835 log. (Comte, Philos. posit., t. 2, 1893, p. 299). Empr. au b. lat. gramm.tautologia « id. » ives. ds Blaise Lat. chrét., du gr. τ α υ τ ο λ ο γ ι ́ α « id. », dér. de τ α υ τ ο λ ο ́ γ ο ς « qui redit la même chose », comp. de τ α υ ̓ τ ο ́ crase attique pour τ ο ̀ α υ ̓ τ ο ́ neutre de ο ̔ α υ ̓ τ ο ́ ς « le même » et λ ε ́ γ ω « dire ». Cf. la forme taftologie « id. » Trév. 1704-1771. Fréq. abs. littér.: 34.
DÉR.
Tautologique, adj.a) Ling., styl. Qui relève de la tautologie (supra A). Formule, raisonnement, répétition tautologique. C'est là le seul sens que le chrétien puisse reconnaître au mot « état laïque », qui autrement n'a qu'un sens tautologiquela laïcité de l'état signifiant alors qu'il n'est pas l'Église (Maritain, Human. intégr., 1936, p. 190).b) Log. Science tautologique. ,,Qualification donnée à la logique et aux mathématiques par les logiciens Wittgenstein, Carnap et l'École de Vienne`` (Lar. Lang. fr., Quillet 1965, GDEL). − [tɔtɔlɔ ʒik]. Supra prononc. Att. ds Ac. dep. 1762. − 1reattest. 1721 (Trév.); de tautologie, suff. -ique*; cf. l'adv. gr. τ α υ τ ο λ ο γ ι κ ω ̃ ς « tautologiquement » xiies. ds Liddell-Scott.
BBG.Frédéric (M.). La Tautologie ds le lang. naturel. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1981, t. 19, no1, pp. 313-326. − Jacobsen (B.). Tautologies pures et tautologies rhétorisées ds un texte d'anc. fr. Neuphilol. Mitt. 1982, t. 83, pp. 99-110. − Rey-Debove (J.). Le Sens de la tautologie. Fr. mod. 1978, t. 46, pp. 318-332.

Tautologie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tautologie \to.to.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Rhétorique) Répétition inutile, volontaire ou non, d’une idée en différents termes.
    • Le slogan « 100 % de nos clients achètent nos produits » est une tautologie.
    1. Expression qui présente cette répétition de façon figée par l’usage.
      • au jour d’aujourd’hui est une tautologie qui répète le sens déjà inclus dans aujourd’hui, lequel est, mais on l’a oublié, une ancienne tautologie puisque hui provient du latin hodie qui signifie « aujourd’hui ».
  2. (Logique formelle) Proposition toujours vraie, quel que soit le modèle dans lequel elle s’instancie.
    • La tautologie est cette forme dégénérée de la liaison qui demeure vraie quelles que soient les valeurs de vérité des propositions qu’elle combine ; la proposition « p ou non p », par exemple, est vraie indépendamment de tout constat, puisqu’elle l’est pour p vraie comme pour p fausse. — (Encyclopédie universelle, tome 16, 1973, page 997.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tautologie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAUTOLOGIE. n. f.
T. didactique. Répétition inutile d'une même idée en différents termes. Cet argument n'est qu'une tautologie.

Tautologie : définition du Littré (1872-1877)

TAUTOLOGIE (tô-to-lo-jie) s. f.
  • 1Vice d'élocution par lequel on redit toujours la même chose. Le sophiste trompe ou par des choses fausses, ou par des paradoxes, ou par le solécisme, ou par la tautologie, Diderot, Opin des anc. phil. (Philos. péripatéticienne).
  • 2Dans les formules de droit, nom donné aux répétitions de mots consacrés. Ainsi vente faite et consommée est une tautologie à deux termes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tautologie : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAUTOLOGIE, s. f. (Gram.) pléonasme de mots, d’idées, ou répétition inutile des mêmes choses ; la tautologie ne sert qu’à rendre le discours long & fastidieux. Le premier & le plus agréable tautologue est le poëte Ovide.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tautologie »

Étymologie de tautologie - Littré

Ταυτολογία, de ταὐτὸ, le même (de τὸ, le, et αὐτὸ, même) et λόγος, discours.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tautologie - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Du latin tautologia, lui-même du grec ancien ταὐτολογία, tautologia (« id. »), dérivé de ταυτολόγος, tautologos (« qui dit la même chose »), composé de ταὐτό, tauto, crase attique pour τὸ αὐτό, to auto neutre de ὁ αὐτός, o autos (« le même ») et λόγος, logos (« parole »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tautologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tautologie totolɔʒi play_arrow

Citations contenant le mot « tautologie »

  • Voilà une tautologie en bonne et due forme. Les articles foisonnent dans les médias. Des articles informatifs – à la tonne – bien sûr, mais aussi des articles dans lesquels les auteurs tentent d’extrapoler des leçons de vie ou d’attribuer des desseins à mère Nature. Et pourquoi pas ? En effet, des situations comme celles-ci ouvrent les yeux et présentent des occasions à l’homme de prendre du recul et de tenter de comprendre le pourquoi et le comment pour assurer un avenir meilleur. C’est dans sa nature. La Presse, Pour le meilleur et pour le pire ?
  • Pour rappel ce taux mesure le nombre de personnes que contamine une personne infectée. En dessous de 1, l’épidémie perd en intensité alors qu’au-dessus, elle progresse. Cette donnée essentielle a aussi fait l’objet d’une comparaison angoissante et fallacieuse ces derniers jours. Ainsi le R est passé au-dessus de 1 la semaine dernière. A cette occasion, il a été rappelé que, au pic de l’épidémie, ce taux était de 1,06. Comprenez : nous serions revenus au pic épidémique, à cette période où les hôpitaux menaçaient d’être saturés. Ce rapprochement est absurde pour au moins deux raisons. La première c’est de dire que le R est proche de 1 au moment du pic épidémique relève de la tautologie. En effet, ce pic correspond au moment où l’épidémie est à son apogée et va commencer à décroître. On est donc, par définition, autour de 1 au moment de ce pic et en dessous après celui-ci. La seconde, c’est qu’un R légèrement supérieur à 1 n’est pas un problème de même nature selon que l’on est, comme aujourd’hui, à plus ou moins 100 nouveaux cas par jour, ou en plein cœur de l’épidémie avec des hôpitaux proches de la saturation. LaLibre.be, La Belgique au bord d'une deuxième vague? "La comparaison choc faite par Marc Van Ranst ne tient pas la route" - La Libre
  • Interpréter le RGPD au regard de ce texte semble relever de la tautologie. En effet, comment une autorité de contrôle pourrait-elle apprécier la pertinence d’un système juridique d’un pays tiers en utilisant pour base d’interprétation ce texte pour « éclairer » le RGPD ? D’après la lecture de la Cour de justice, le premier point de cet article 8 concerne la garantie d’un exercice de voie de droit effective concernant la protection des données à caractère personnel. Ainsi, ce premier doit être lu à l’aune de l’article 47 de la Charte (droit à un recours effectif et à accéder à un tribunal impartial). , Privacy Shield : le Luxembourg bloque la route vers les États-Unis - Données personnelles | Dalloz Actualité
  • Des consuls ( honoraires ou pas) de Syldavie, il y en a pléthore depuis pas mal d’années. C’est un réseau de tintinophiles plutôt drôles ( ce n’est ni un oxymore, ni une tautologie...). J’en connais un ou deux même si je n’en suis pas. C’est en revanche la première fois que je vois l’un d’entre eux en tirer un petit commerce et pour un peu -au contraire du démontage ordonné récemment de certaine fusée dans je ne sais plus quelle commune française- je ne jette pas la pierre à Moulinsart. Et pourtant ! , Un citoyen espagnol s’autoproclame "consul honoraire de Syldavie", (...) - ActuaBD
  • Dire qu'en prison on souffre de privations sans égales est sans doute une tautologie. Tout comme il est presque impossible de parler de la prison sans tomber dans le cliché. Je me suis demandé quelques millions de fois s'il avait jamais été possible de restituer l'idée, de restituer une seule image, aussi banale soit-elle, mais révélatrice, de l'insaisissable souffrance que seul un prisonnier peut comprendre. Je me suis posé cette question atrocement au cours de ces 40 années de semi-liberté arrachées à la férocité de mes poursuivants. Chaque fois que m'apparaissait de loin et sous toutes les latitudes, l'enceinte spectrale d'une prison. Si c'était dans un pays au climat torride, je savais qu'au-delà du gris sale de ces murs, des centaines de personnes suffoquaient sous la chaleur – dans les hivers européens, j'imaginais le silence glacé d'une cellule, le poids exagéré de couvertures qui ne réchauffent pas. J'ai fait de ces images un bouclier pour ne pas me laisser entraîner par mille autres douleurs qui m'auraient consumé sur place. Car, pour combattre l'insupportable oppression, l'inconscient nous secourt en éliminant tout ce que nous ne pouvons pas nommer. Même aujourd'hui, depuis la cellule où je me trouve, je maudis le bruit de mes pas qui s'éloignent, m'empêchant d'entendre les gémissements derrière ces murs. Pourtant, la prison résiste à tous les civismes, voire pire encore. Et les souffrances que le prisonnier espère pouvoir faire comprendre ne doivent jamais trop se détacher des souffrances que les gens de l'extérieur subissent également. C'est pourquoi les prisonniers, qui renonceraient sans hésiter même à manger ou à dormir en échange du sentiment d'être encore des femmes ou des hommes, se retrouvent à réclamer ce qui est le plus facile à nommer.C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité rendre publique une demande simple, formalisée ce jour 10 juillet 2020 devant le juge. Club de Mediapart, Coatteria ministeriale (de Cesare Battisti) | Le Club de Mediapart
  • On décourageait les déplacements de, et vers, l’Italie entière à un moment ou seule une partie du nord du pays était touchée. Des contrôles furent imposés à la frontière franco-allemande, mais pas entre le Grand Est et la Corrèze largement épargnée, ni entre les Länder occidentaux et orientaux de l’Allemagne. Même après l’instauration du confinement général on a maintenu la fermeture plus ou moins étanche des frontières, ce qui relève de la tautologie : en bonne logique les arrivants sont confinés comme ceux déjà sur place. Notons que le Luxembourg qui a gardé grandes ouvertes ses frontières aux pays voisins s’en est sorti avec l’un des taux d’infection et de décès des plus bas de l’Europe. La Croix, « Épidémiologie nationaliste »

Traductions du mot « tautologie »

Langue Traduction
Corse tautologia
Basque tautologia
Japonais トートロジー
Russe тавтология
Portugais tautologia
Arabe حشو
Chinois 重言式
Allemand tautologie
Italien tautologia
Espagnol tautología
Anglais tautology
Source : Google Translate API

Synonymes de « tautologie »

Source : synonymes de tautologie sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires