La langue française

Tanne

Définitions du mot « tanne »

Trésor de la Langue Française informatisé

TANNE, subst. fém.

A. −
1. TANNERIE
a) Marque brune restant sur une peau d'animal après tannage. (Dict. xixeet xxes.).
b) Région. (Bretagne). Synon. de tannée (v. tanné III A).Je vois des feux de bois qui flambent (...) des groupes qui remuent des bâtons dans les chaudrons. On fait la tanne, on brosse le cochon pour les filets (Chevrillon, Bret. hier, I, 1925, p. 206).
2. P. anal., DERMATOL. Petit kyste à tête noire qui se forme généralement sur les parties grasses de l'épiderme (visage, joue, ailes du nez) et qui est dû à une hypersécrétion des glandes sébacées. Synon. comédon, loupe1, point noir*.Ce nez (...) aux ailes trop retroussées et criblées de tannes (Richepin, Glu, 1881, p. 33).P. compar. Il y en a aussi [des cierges] de défraîchis, de très vieux, qui se pointillent, comme des nez, de tannes (Huysmans, Foules Lourdes, 1906, p. 34).
B. − P. métaph., vieilli, pop., fam. [Déverbal de tanner B 3] Il est bien gentil, notre Antonin, mais quelle tanne! (L. Daudet, Mésentente, 1911, p. 135).
Prononc. et Orth.: [tan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1600 taue (corr. tane) « petite tumeur grisâtre, qui se forme dans les pores de la peau, par accumulation de dépôts graisseux » (Ol. de Serres, Théâtre d'agriculture, VIII, 5, 969); 2. a) 1690 « petit bourbillon qui vient dans le cuir, qui y engendre quelque bube ou tache » (Fur.); b) 1752 tannes plur. « piqûres qui restent sur une peau d'animal après qu'elle a été préparée » (Trév.). Subst. verbal de tanner*.

Trésor de la Langue Française informatisé

TANNE, subst. fém.

A. −
1. TANNERIE
a) Marque brune restant sur une peau d'animal après tannage. (Dict. xixeet xxes.).
b) Région. (Bretagne). Synon. de tannée (v. tanné III A).Je vois des feux de bois qui flambent (...) des groupes qui remuent des bâtons dans les chaudrons. On fait la tanne, on brosse le cochon pour les filets (Chevrillon, Bret. hier, I, 1925, p. 206).
2. P. anal., DERMATOL. Petit kyste à tête noire qui se forme généralement sur les parties grasses de l'épiderme (visage, joue, ailes du nez) et qui est dû à une hypersécrétion des glandes sébacées. Synon. comédon, loupe1, point noir*.Ce nez (...) aux ailes trop retroussées et criblées de tannes (Richepin, Glu, 1881, p. 33).P. compar. Il y en a aussi [des cierges] de défraîchis, de très vieux, qui se pointillent, comme des nez, de tannes (Huysmans, Foules Lourdes, 1906, p. 34).
B. − P. métaph., vieilli, pop., fam. [Déverbal de tanner B 3] Il est bien gentil, notre Antonin, mais quelle tanne! (L. Daudet, Mésentente, 1911, p. 135).
Prononc. et Orth.: [tan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1600 taue (corr. tane) « petite tumeur grisâtre, qui se forme dans les pores de la peau, par accumulation de dépôts graisseux » (Ol. de Serres, Théâtre d'agriculture, VIII, 5, 969); 2. a) 1690 « petit bourbillon qui vient dans le cuir, qui y engendre quelque bube ou tache » (Fur.); b) 1752 tannes plur. « piqûres qui restent sur une peau d'animal après qu'elle a été préparée » (Trév.). Subst. verbal de tanner*.

Wiktionnaire

Nom commun 1

tanne \tan\ féminin

  1. Petit kyste qui se forme sous la peau.
    • Les joues d'Éloa deviendraient blanches, bouffies, / si bouffies / qu’on ne lui verrait plus les yeux, / et piquetées de petites tannes. — (Alphonse Allais, Œuvres anthumes, vol. 1, Robert Laffont « Bouquins », 1989, p. 293)
    • Faire sortir une tanne en pressant la peau avec les doigts.

Nom commun 2

tanne \tan\ masculin

  1. (Géologie) Partie la moins fréquemment submergée d’un marais maritime, aux sols généralement sursalés, nus ou peu végétalisés, se développant aux dépends d’une mangrove [2].

Forme de verbe

tanne \tan\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de tanner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de tanner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de tanner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de tanner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de tanner.

Nom commun

tanne \Prononciation ?\

  1. Mère.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TANNE. n. f.
Petit kyste qui se forme sous la peau. Faire sortir une tanne en pressant la peau avec les doigts.

Littré (1872-1877)

TANNE (ta-n') s. f.
  • 1Marque, piqûre qui reste sur une peau d'animal, après qu'elle a été préparée.
  • 2 Terme de médecine. Petite tumeur formée par l'accumulation de l'épithélium, accompagnée ou non du produit de la sécrétion d'une glande sébacée qui est dilatée par cette accumulation. Une tanne considérable survenue au nez de M. Boulainviliers, ancien prévôt de Paris, Portal, Instit. Mém. scienc. 1807, 1er sem .p. 121.

HISTORIQUE

XVe s. De tanne et de vert perdu, Las ! j'ai trouvé mon cueur vestu, Orléans, p. 287.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TANNE, s. f. (Physiolog.) Les tannes sont l’humeur sébacée de la sueur & de la transpiration retenue dans ses petits canaux excrétoires.

La portion qui couvre le bout du nez, des aîles du nez & du menton, &c. est chargée d’un grand nombre de follicules sébacées qui produisent une secrétion d’un liquide huileux, lequel demeure arrêté dans les petits canaux excrétoires par une transpiration retenue, à cause du défaut de chaleur qui la rend moins abondante dans cette partie. Cette humeur arrêtée s’épaissit & se durcit dans les follicules, d’où on la fait sortir en forme de petits vers par l’expression, & avec une épingle.

Les tannes ne sont donc autre chose qu’une humeur blanchâtre, huileuse & terreuse de la sueur retenue dans les follicules sébacées du menton, du bout du nez, qui forme comme des mailles, tandis que la matiere qui leur servoit de véhicule s’évapore par la chaleur & la transpiration. Cette matiere remplit peu-à-peu ces follicules ou mailles ; alors il en regorge une partie par les petits trous excrétoires qui sont sur la peau.

Comme cette matiere est tenace & gluante, elle retient la crasse & la poudre qui vole sur le visage ; & quoiqu’on l’essuie souvent, non-seulement on n’emporte pas la crasse qui s’est placée sur les extrémités des tannes qui sont dans les enfoncemens de ces trous ; mais au contraire le linge qui essuie le visage, la ramasse & la presse dans ces creux, où elle reste & produit ces petits points noirs, qui paroissent dans les pores de presque tous les nez, & qui forme le petit bout noir de la tanne quand on la fait sortir de son trou, en la pinçant d’une certaine façon.

Voilà ce qui persuade les personnes peu instruites, que les tannes sont des vers qui s’engendrent dans la peau, & que ce petit point en est la tête, au lieu que c’est un petit peloton de l’humeur sébacée & dessechée dans les réseaux de la peau, dont la petite extrémité qui regarde le jour, est sale & crasseuse par la poudre qui sans cesse vole dessus, & en est retenue par la matiere gluante de la tanne même. Il doit paroître plus de tannes sur le nez & sur le menton qu’aux autres endroits du visage, à cause de leur plus grand nombre de follicules sébacées.

C’est donc sans fondement qu’on a pris les tannes pour des vers, mais je crois plus, c’est que très souvent on s’est trompé, quand on a cru, par des incisions, avoir tiré des vers du nez, des sourcils & des différentes parties du visage. En effet, sans vouloir nier qu’effectivement il se trouve quelquefois des vers dans le nez, dans les sourcils & dans d’autres parties extérieures du corps humain, il est constant qu’on se fait très-souvent illusion sur cet article, & que ce que l’on prend pour des vers, n’est communément que du pus épaissi. Lorsqu’un bouton a suppuré sans qu’on en ait fait sortir la matiere, elle s’y fige, & devient de la consistance d’une pâte. Le bouton reste ouvert, & le pus qui le remplit paroît sur cette ouverture comme une tache brune, parce que l’air en a séché & durci le dessus ; c’est cette tache que l’on prend pour la tête d’un ver, il faut le faire sortir. On presse le bouton ; le pus en sortant par l’ouverture du bouton, prend une forme cylindrique, c’est le ver qui sort la tête la premiere. La pression n’étant pas de tous côtés égale, ce pus ne sort pas par-tout en égale quantité, cela fait qu’il se recoquille en divers sens, & voilà le ver qui sort vivant, & qui fait des contorsions. En faut-il davantage pour établir une opinion populaire ? On n’auroit cependant qu’à toucher ce prétendu ver, pour se convaincre qu’il n’étoit rien moins que ce qu’on le croyoit, & c’est ce dont on ne s’avise pas.

Mais les dames seront plus curieuses d’un bon remede contre les tannes, que de toute notre physiologie, il faut bien les satisfaire. Le fiel de bœuf dégagé de sa partie terreuse & grasse, de la maniere que M. Homberg l’enseigne dans les Mém. de l’acad. des Sciences, année 1709. p. 360. sera ce remede qu’il convient d’employer de la maniere suivante.

Prenez une drachme & demie de la liqueur rouge & clarifiée du fiel de bœuf, après qu’elle aura été deux ou trois mois exposée au soleil en été, & autant d’huile de tartre par défaillance ; ajoutez-y une once d’eau de riviere ; mêlez-les bien ensemble, & tenez-les dans une phiole bien bouchée ; il ne faut pas faire beaucoup de ce mélange à-la-fois, parce qu’il ne se conserve pas long-tems. Pour s’en servir, l’on mouille un doigt dans ce mélange, on en tappe l’endroit où sont les tannes, on le laisse sécher, & on en remet ; l’on fait cela sept à huit fois par jour, jusqu’à ce que l’endroit étant sec, commence à devenir rouge, alors on cesse d’en mettre ; on sentira une très-légere cuisson, ou plutôt une espece de chatouillement, & la peau se fera un peu farineuse pendant un jour ou deux ; la farine étant tombée, les tannes seront effacées pendant cinq ou six mois de tems ; ensuite il faudra recommencer le même remede : si après sa premiere application, c’est-à-dire, la farine étant tombée, les tannes n’étoient pas tout-à-fait effacées, il en faudroit appliquer deux fois de suite.

Ce remede du fiel de bœuf étant une espece de lessive, elle entre peu-à-peu dans les pores, où elle détrempe & dissout entierement la tanne. Et comme dans cet état la tanne occupe beaucoup plus de place qu’elle ne faisoit auparavant, la plus grande partie de sa substance sort de son creux, & s’en va en farine ; il faut un tems assez considérable pour remplir de nouveau ces creux. (Le chevalier de Jaucourt.)

Tannes, s. f. pl. (Mégiss.) petites marques qui restent sur les peaux des bêtes fauves, même apprêtées : ce sont les marques des insectes qui les ont piquées. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tanne »

Anc. franç. tanne, couleur brune, couleur de tan : la tanne est ainsi dite de sa couleur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tanne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tanne tan

Citations contenant le mot « tanne »

  • Je ne sais pas pour vous, mais depuis le début des séries, je ne me tanne pas de voir jouer Jesperi Kotkaniemi. DansLesCoulisses.com, Jesperi Kotkaniemi est la clé du CH pour éliminer les Penguins
  • De l’animal qu’on lui apporte, il ne garde que la peau. Il la traite, la tanne et la colle sur une structure en polyuréthane. Dans le bloc compact, il taille à la main le corps de l’animal. Il y fait apparaître les détails les plus fins : le système veineux, les muscles saillants, les muqueuses... Véritable sculpteur, le taxidermiste redonne le prestige à l’animal dans une nouvelle vie. www.paris-normandie.fr, VIDÉO. « Rendre hommage aux animaux » : entrez dans le quotidien d’un taxidermiste normand
  • Sa démarche est éco-responsable et ce qu'elle propose est une première en Belgique. Caroline tanne des peaux de poissons afin de proposer une alternative aux cuirs animaux. Ses poissons proviennent d'élevages écologique. Cette tanneuse de poisson a établit ses quartiers aux ateliers partagés d'Hony, dans le quartier Saint-Léonard et compte bien exploiter son savoir-faire pour proposer quelque chose de neuf dans le domaine de la maroquinerie. Fannie Cornil  , C'est une première en Belgique : elle tanne des peaux de poissons ! - RTC Télé Liège
  • « Être tanné », qu’est-ce que cela veut dire dans un pays où les tanneries, avec leurs tanins toxiques, ont longtemps contaminé rivières et ruisseaux ? En 2015, lors des travaux de réfection de l’échangeur Turcot, quand on a découvert les fondations du vieux village des tanneries de Saint-Henri, on s’est empressé de les raser pour continuer d’oublier les effluves de ce passé qui hante notre présent. Le Devoir, Le mot de la campagne: «Tanné» | Le Devoir
  • Installé à Neussargues-en-Pinatelle (Cantal), Jorge Soler est le seul tanneur de peau d'autruche en France. Pour fabriquer ce cuir original à la texture perlée, l'artisan a mis plusieurs années à trouver la bonne méthode. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, INSOLITE. Dans le Cantal, à la rencontre du seul tanneur de peau d'autruche en France
  • Pendant plusieurs siècles, Autun a été marquée par l’industrie des tanneries. En 1866, la ville comptait 39 établissements implantés pour un grand nombre au faubourg Talus et en Chaumont, au pied des remparts, le long du ruisseau de Meung descendant des pentes de Montdru, mont des Druides. La fontaine de Prévain qui alimente le grand bassin d’eau et le ruisseau qui le traverse ont la réputation de ne pas geler l’hiver. , Autun | Du cuir « tanné aux bonnes écorces du Morvan »
  • Avec ses parents, ça dépend des jours. « Il y a des fois, quand je n’ai pas assez dormi par exemple, ils me tapent sur les nerfs. Et quand ils viennent me dire que je dois respecter mon temps d’écran, des fois ça commence à me tanner. » Le Devoir, Comment supporter ses parents quand on est confinés avec eux à cause du coronavirus? | Le Devoir
  • Jorge Soler est intarissable sur le sujet. « J’ai été à la rencontre des éleveurs d’autruche dans toute la France pour leur proposer de valoriser les peaux et de produire français ! ». Originaire de Barcelone, en Espagne, c’est à Neussargues que le quinquagénaire a ouvert en 2016 son atelier de taxidermie et de tannerie. www.lamontagne.fr, Le cuir d'autruche mis en lumière par Jorge Soler dans le Cantal - Neussargues en Pinatelle (15170)
  • Mais y’a rien qui m’emballe vraiment. Je suis curieuse et y’a des trucs qui titillent mon intérêt, mais c’est toujours assez temporaire. Pour le dire autrement, je me tanne assez vite de mes passe-temps et je n’ai pas vraiment de passion. Ton petit look, Je ne veux pas mourir, mais je ne veux pas vivre non plus | Ton petit look
  • Dans ces 4 500 m² de bâtiments, les peaux s’entassent, à différents stades de transformation. Ici, au pied de la jolie petite ville de Bellac (Haute-Vienne), Nathalie Gal dirige la tannerie éponyme qui lui vient de son grand-père et de son père. Issue du monde du spectacle, de la création et de la communication, elle ne pensait pas forcément reprendre l’affaire. Elle l’a pourtant fait, il y a environ deux ans, et ne peut dorénavant plus se passer de sa tannerie. Elle en rit. Le cuir, ça finit toujours par coller à la peau. SudOuest.fr, Gal tanne la fine fleur de la peau
  • Alexandra Alphonse s’est lancée dans une aventure originale ! De nature créative et un brin écolo, elle voulait que la pêche sortie du lac soit utilisée à 100 % afin de réduire au maximum les déchets. De ces poissons de consommation courante et péchés dans le Léman, elle valorise la peau afin de les transformer en cuir ! La mise au point de ce projet a pris deux années et demie, en se documentant sur internet à travers des pays où la tannerie se pratique par tradition : en Scandinavie ou encore en Mongolie. , Meillerie | Elle tanne la peau de poisson pour en faire des bijoux et de la maroquinerie
  • Ce dossier décrit et explique les « tannes », ces espaces dénudés ou couverts de végétation rase de la partie interne des marais maritimes tropicaux. Ils se développent aux dépens de la mangrove et ont été affectés à de nombreux usages. Futura, Les marais à mangrove | Dossier
  • Marilou Berry: "Un enfant? Ma mère me tanne!" Nice-Matin, Marilou Berry: "Un enfant? Ma mère me tanne!" - Nice-Matin

Images d'illustration du mot « tanne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tanne »

Langue Traduction
Anglais tanned
Espagnol bronceado
Italien abbronzato
Allemand braun gebrannt
Chinois 晒黑的
Arabe عملية تسمير البشرة
Portugais bronzeada
Russe загорелый
Japonais 日焼けした
Basque tanned
Corse tannicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tanne »

Source : synonymes de tanne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tanne »

Tanne

Retour au sommaire ➦

Partager