La langue française

Ribaud, ribaude

Définitions du mot « ribaud, ribaude »

Trésor de la Langue Française informatisé

RIBAUD, -AUDE, adj. et subst.

I. − Subst. masc., HIST. [Au Moy. Âge]
A. −
1. Soldat faisant partie d'un corps de garde créé par Philippe Auguste. Le corps des ribauds fut créé par Philippe Auguste pour la sûreté de sa vie (...). Les ribauds étaient armés de massues et veillaient jour et nuit sur la personne du roi (Lar. 19e).V. infra ex. de Lar. 20e.
2. Aventurier qui suivait l'armée en quête de pillages. Sire, ces armes-là, je les laisse aux vassaux, aux ribauds, aux esclaves, Et m'en tiens à l'épée, à l'arme des vrais braves! (Bornier,Fille Rol., 1875, III, 4, p. 74).Laissons nos barons et leurs troupes un peu régulières, pour regarder les ribauds, la sainte piétaille (Barrès,Pays Lev., t. 2, 1923, p. 37).
B. − Roi des ribauds
Chef des ribauds (supra A 1). Est-ce que vous cherchez Marie La Giffarde? − Elle est rue de Glatigny. − Elle fait le lit du roi des ribauds (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 25).Les ribauds de l'armée royale avaient un chef qui portait le titre de « roi » (Lar. 20e).
[Aux xiveet xves., après la dissolution du corps des ribauds] Officier de la maison du roi qui était chargé de la police intérieure du palais et de la surveillance des maisons de jeu et de prostitution. L'un est le roi des ribauds, l'autre le chapelain du duc (Bertrand,Gaspard, 1841, p. 52).Le nom de roi des ribauds donné à leur chef [des ribauds] fut maintenu, jusqu'à la fin de la guerre de Cent ans, pour désigner un personnage attaché à la maison du roi et qui y remplissait les fonctions d'officier de police (Quillet1965).
II. − Adj. et subst., p. ext., vieilli ou littér.
A. − Adj. Qui mène une vie dissolue; débauché, impudique. C'est un homme fort ribaud (Ac. 1798-1878). Il se réjouissait surtout des histoires de femmes ribaudes et de maris trompés (Druon,Lis et lion, 1960, p. 228).
B. − Subst. Homme ou femme de mauvaise vie. Il insulte les juges, les traite de simoniaques et de ribauds (Huysmans,Là-bas, t. 2, 1891, p. 107).Une servante comme il y en a chez les vieux célibataires: une rosse, une ribaude. De celles (...) qui sont viciées à treize ans (Barrès,Cahiers, t. 4, 1906, p. 220).
En partic., au fém. Prostituée. Elle n'avait qu'une tactique, c'était d'empêcher les hommes de blasphémer le Seigneur et de mener avec eux des ribaudes (A. France,J. d'Arc, t. 1, 1908, p. XLVI).
REM.
Ribauder, verbe intrans.,vieilli ou littér. Se livrer à la débauche. J'ai assez ribaudé en Artois (...) pour me tenir calme quelque temps (Druon,Loi mâles, 1957, p. 282).
Prononc. et Orth.: [ʀibo], fém. [-o:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Subst. α) masc. ca 1165 « homme débauché » ([Chrétien de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 592: Laissiés ce truant, ce ribaut); β) fém. déb. du xiiies. ribaude « femme de mauvaise vie » (Gloss. Harley, 2742, 68 ds T.-L.); b) adj. 1391 « débauché » (Registre criminel du Châtelet, t. 1, p. 22: un ribaut putier); 2. subst. a) ca 1200 « homme ou femme qui suit l'armée en vue du pillage » (Antioche, I, 135 ds T.-L.); b) 1269-78 roi des ribauz (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 10908). Dér., à l'aide du suff. -aud*, de l'a. et m. fr. riber « se livrer au plaisir » (ca 1210, Herbert de Dammartin, Foulque de Candie, II, 404 ds T.-L.), lui-même empr. au m. h. all. rîban au sens de « être en chaleur, s'accoupler », propr. « frotter », sens déjà att. par l'a. h. all. rîban. Fréq. abs. littér.: 62.
DÉR. 1
Ribaudaille, subst. fém.a) Troupe de ribauds (supra I B). À l'exception d'une ribaudaille désordonnée armée principalement d'arcs et d'arbalètes, la cavalerie est toute l'armée (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 84).b) Vieilli ou littér. Ramassis de vauriens, de fripouilles. Synon. racaille.Ce qui explique (...) l'affluence de telles ribaudailles aux jours d'exécution, c'est que le protagoniste de la tragédie est toujours un parent (...) souvent un complice (Gautier,Fracasse, 1863, p. 469). [ʀibodaj]. 1reattest. ca 1200 (Graindor de Douai, Conquête de Jérusalem, 6273 ds T.-L); de ribaud, suff. -aille*.
2.
Ribauderie, subst. fém.,vieilli ou littér. Acte ou propos de ribaud (supra II), débauche. Il a donné dans toutes sortes de ribauderies (Ac.).Les armes de Satan, c'est la plaisanterie et la ribauderie et la maussaderie (Péguy,Tapisserie Ste Geneviève et J. d'Arc, 1913, p. 90). [ʀibodʀi]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1reattest. 1260 (Étienne Boileau, Métiers, p. 236 ds T.-L.); de ribaud, suff. -erie*.
BBG.Walt. 1885, p. 76.

Wiktionnaire

Adjectif

ribaud \ʁi.bo\

  1. (Désuet) Impudique, luxurieux.
    • Il se réjouissait surtout des histoires de femmes ribaudes et de maris trompés. — (Maurice Druon, Le Lis et le Lion, 1960)

Nom commun

ribaud \ʁi.bo\ masculin (pour une femme on dit : ribaude)

  1. (Désuet) Personne qui fréquente habituellement les endroits malfamés (maisons de prostitution).
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Histoire) Soldat de la garde créé par Philippe Auguste.
    • Le corps des ribauds fut créé par Philippe Auguste pour la sûreté de sa vie […] Les ribauds étaient armés de massues et veillaient jour et nuit sur la personne du roi. — (Larousse, 19e édition)
    1. (Aux quatorzième et quinzième siècle) Officier de la maison du roi qui était chargé de la police intérieure du palais et de la surveillance des maisons de jeu et de prostitution.
      • Le nom de roi des ribauds donné à leur chef fut maintenu, jusqu’à la fin de la guerre de Cent ans, pour désigner un personnage attaché à la maison du roi et qui y remplissait les fonctions d’officier de police. — (Quillet, 1965)
  3. Aventurier qui suivait l’armée en quête de pillages, pilleur.
    • Sire, ces armes-là, je les laisse aux vassaux, aux ribauds, aux esclaves, Et m’en tiens à l’épée, à l’arme des vrais braves ! — (Henri de Bornier, La Fille de Roland, 1875)

Nom commun

ribaude \ʁi.bod\ féminin

  1. (Désuet) Femme de mauvaise vie ; femme qui se livre à la prostitution.
    • Qui aurait pu reconnaître, en cette belle ribaude, la mercière du Cheapside, revêche, dévote et sempiternellement vêtue de noir ? — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Les garces ! hurla-t-elle. Après tout ce que j’ai fait pour elles, après les mariages que je leur ai arrangés… Se faire pincer comme des ribaudes. Eh bien ! qu’elles perdent tout ! Qu’on les enferme, qu’on les empale, qu’on les pende ! — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, Le Roi de fer)
    • – La vache était ribaude, vous savez ? Elle était comme folle ; pour se déchaîner, faisant de grands gestes ; elle avait vu le taureau.
      Le taureau la voit ; « fier », il veut sortir des brancards pour la « joindre ».
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 46.)
    • Je ne lui ai rien dit de tel, Monseigneur ! Cette ribaude ricane et échafaude ! — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

Forme d’adjectif

ribaude \ʁi.bod\

  1. Féminin singulier de ribaud.

Forme de verbe

ribaude \ʁi.bod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ribauder.

Nom commun

ribaude \ʁi.bod\ féminin

  1. (Désuet) Femme de mauvaise vie ; femme qui se livre à la prostitution.
    • Qui aurait pu reconnaître, en cette belle ribaude, la mercière du Cheapside, revêche, dévote et sempiternellement vêtue de noir ? — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Les garces ! hurla-t-elle. Après tout ce que j’ai fait pour elles, après les mariages que je leur ai arrangés… Se faire pincer comme des ribaudes. Eh bien ! qu’elles perdent tout ! Qu’on les enferme, qu’on les empale, qu’on les pende ! — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, Le Roi de fer)
    • – La vache était ribaude, vous savez ? Elle était comme folle ; pour se déchaîner, faisant de grands gestes ; elle avait vu le taureau.
      Le taureau la voit ; « fier », il veut sortir des brancards pour la « joindre ».
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 46.)
    • Je ne lui ai rien dit de tel, Monseigneur ! Cette ribaude ricane et échafaude ! — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

Forme d’adjectif

ribaude \ʁi.bod\

  1. Féminin singulier de ribaud.

Forme de verbe

ribaude \ʁi.bod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ribauder.

Nom commun

ribaude \ʁi.bod\ féminin

  1. (Désuet) Femme de mauvaise vie ; femme qui se livre à la prostitution.
    • Qui aurait pu reconnaître, en cette belle ribaude, la mercière du Cheapside, revêche, dévote et sempiternellement vêtue de noir ? — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Les garces ! hurla-t-elle. Après tout ce que j’ai fait pour elles, après les mariages que je leur ai arrangés… Se faire pincer comme des ribaudes. Eh bien ! qu’elles perdent tout ! Qu’on les enferme, qu’on les empale, qu’on les pende ! — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, Le Roi de fer)
    • – La vache était ribaude, vous savez ? Elle était comme folle ; pour se déchaîner, faisant de grands gestes ; elle avait vu le taureau.
      Le taureau la voit ; « fier », il veut sortir des brancards pour la « joindre ».
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 46.)
    • Je ne lui ai rien dit de tel, Monseigneur ! Cette ribaude ricane et échafaude ! — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

Forme d’adjectif

ribaude \ʁi.bod\

  1. Féminin singulier de ribaud.

Forme de verbe

ribaude \ʁi.bod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ribauder.

Nom commun

ribaude \ʁi.bod\ féminin

  1. (Désuet) Femme de mauvaise vie ; femme qui se livre à la prostitution.
    • Qui aurait pu reconnaître, en cette belle ribaude, la mercière du Cheapside, revêche, dévote et sempiternellement vêtue de noir ? — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Les garces ! hurla-t-elle. Après tout ce que j’ai fait pour elles, après les mariages que je leur ai arrangés… Se faire pincer comme des ribaudes. Eh bien ! qu’elles perdent tout ! Qu’on les enferme, qu’on les empale, qu’on les pende ! — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, Le Roi de fer)
    • – La vache était ribaude, vous savez ? Elle était comme folle ; pour se déchaîner, faisant de grands gestes ; elle avait vu le taureau.
      Le taureau la voit ; « fier », il veut sortir des brancards pour la « joindre ».
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 46.)
    • Je ne lui ai rien dit de tel, Monseigneur ! Cette ribaude ricane et échafaude ! — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

Forme d’adjectif

ribaude \ʁi.bod\

  1. Féminin singulier de ribaud.

Forme de verbe

ribaude \ʁi.bod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ribauder.

Nom commun

ribaude \ʁi.bod\ féminin

  1. (Désuet) Femme de mauvaise vie ; femme qui se livre à la prostitution.
    • Qui aurait pu reconnaître, en cette belle ribaude, la mercière du Cheapside, revêche, dévote et sempiternellement vêtue de noir ? — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Les garces ! hurla-t-elle. Après tout ce que j’ai fait pour elles, après les mariages que je leur ai arrangés… Se faire pincer comme des ribaudes. Eh bien ! qu’elles perdent tout ! Qu’on les enferme, qu’on les empale, qu’on les pende ! — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, Le Roi de fer)
    • – La vache était ribaude, vous savez ? Elle était comme folle ; pour se déchaîner, faisant de grands gestes ; elle avait vu le taureau.
      Le taureau la voit ; « fier », il veut sortir des brancards pour la « joindre ».
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 46.)
    • Je ne lui ai rien dit de tel, Monseigneur ! Cette ribaude ricane et échafaude ! — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

Forme d’adjectif

ribaude \ʁi.bod\

  1. Féminin singulier de ribaud.

Forme de verbe

ribaude \ʁi.bod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ribauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ribauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ribauder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RIBAUD, AUDE. adj.
Qui est luxurieux, impudique. Substantivement, Une ribaude. Il est vieux.

Littré (1872-1877)

RIBAUD (ri-bô, bô-d') adj.
  • 1Terme populaire et grossier. Impudique, luxurieux. Un homme ribaud, une femme ribaude.

    Substantivement. Le jeu n'est sûr avec cette ribaude, Boileau, Épigr. III. Ce gentil dieu qu'on appelle Mercure, Dieu des fripons, des ribleurs et ribauds, Chaulieu, Rép. à l'abbé Courtin, Œuv. t. I, p. 147.

  • 2Roi des ribauds, officier de la suite du roi dont l'emploi était de s'enquérir des crimes qui se commettaient dans cette suite et d'en faire justice ; il avait aussi juridiction sur les jeux et brelans et sur les femmes publiques.

    S. f. Ribaude s'est dit, à Paris, d'une pomme entourée de pâte et cuite au four.

HISTORIQUE

XIIe s. N'a en la route ne ribaud ne garçon, Garin, dans DU CANGE, ribaldi.

XIIIe s. Et li ribaut boutoient le fu partou et prendoient proie, Chr. de Rains, p. 134. Tiens soit li pooirs et li baus, Tu seras mès rois des ribaus, Ainsinc le vuet nostre chapitre, la Rose, 10974. Car voi bien ore apertement Par vostre parleüre baude, Que vous estes fole ribaude, ib. 7014. Mais ribaus ont les cuers si baus, Portant sacs de charbon en greve, Que la peine riens ne leur greve, Du Cange, ribaldi. Une feme avoit fet son plet à deus ribaus, qu'il tueroient son baron [mari], Beaumanoir, LXIX, 16.

XIVe s. Item a le prevost le jugement des cas advenus en l'ost ou chevauchée du roi, et le roy des ribaulx en a l'execution… Le roy des ribaulx a de son droit, à cause de son office, connoissance sur tous jeux de dez, de berlens et d'autres qui se font en ost et chevauchée du roy ; item sur tous les logis des bourdeaulx et des femmes bourdelieres, doit avoir deux sols la sepmaine, Du Cange, ribaldi.

XVe s. Ils pourront mettre à l'encontre d'eux, si ils veulent, pour combattre, dix ribaux ou varlets, Froissart, III, IV, 15. Et se trouverent jusques à cinq cens lances, chevaliers et escuiers, et bien quatre mille ribaux, Froissart, dans DU CANGE, ribaldi.

XVIe s. Et est une chose esmerveillable qu'avec le temps l'estat de ce roi des ribauds alla tellement au raval, que je le voy avoir esté pris pour executeur de la haute justice, Pasquier, Rech. VIII, p. 525.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ribaud »

Provenç. ribaut ; espagn. et ital. ribaldo, et aussi rubaldo. Mot d'origine incertaine. Quelques-uns le tirent du germanique bald, hardi, qui avait donné baud, dans l'ancien français, avec le préfixe germanique eri, qui signifie avant : le très hardi, le très baud. On remarquera que ceux qui ont écrit en vers latins dans le XIIe et le XIIIe siècle font ri long, ribaldi. Diez y voit un dérivé de l'anc. haut-allem. hrîpâ, moyen haut-allem. rîbe, prostituée. Scheler préfère l'allem. reiben, frotter, de sorte que ribaud répondrait au latin perfrictus, adroit, fourbe. L'ancienne langue avait plusieurs dérivés : ribaudaille, ribauder, ribaudie, ribeaudeau. L'étymologie de Diez paraît la plus probable, bien que ribaud n'ait pas toujours eu une acception défavorable et qu'il ait signifié, en certains moments, une sorte de soldats, et aussi portefaix.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) De l’ancien français ribaud, dérivé de riber (« folâtrer, se livrer au plaisir »), sens pris par ribauder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ribaud »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ribaud ribo

Citations contenant le mot « ribaud »

  • On peut rigoler sur le tableau mais pas dans la gamelle. Le chef, lui, ne travaille pas du chapeau. L’hilarant palmarès est servi avec diligence, dans un univers pour le moins décalé, insolite et entraînant, par une équipe dont le sens de l’animation déteint sur le décor. On vient chercher ici un souffle d’évasion ou une lueur de dépaysement. Pour en revenir à l’ancienne enseigne, La Cache-Ribaud était, avec la Rouvel, le nom de l’une des deux cloches du Gros-Horloge, aujourd’hui exposées au musée. Sa fonction était de sonner le début de la journée, et la dernière heure, celle de la débauche, à savoir 21 h, lorsque les ribauds s’emparaient de la nuit rouennaise, bien avant « le roi Jean ». Le symbole semble avoir gardé tout son sens puisque Le Kitsch ouvre jusqu’à 1 h du matin, de sorte que les ribauds du XXIe siècle puissent se taper la cloche... www.paris-normandie.fr, Le Kitsch à Rouen : quand les ribauds se tapent la cloche !
  • Contact : JJ. ribaud@yahoo.fr ; CD de dix titres à trouver sur les plateformes internet de téléchargement , L'histoire du jour | Ce Roannais est le "sosie" de Renaud
  • Dès lors, chaque joueur pourra, à son tour, effectuer jusqu’à cinq actions pour tenter d’étendre sa réputation. Le joueur pourra notamment placer un pion Ribaud sur une case. Parmi ces ribauds, on retrouve par exemple le bras droit du joueur. Il sera donc à placer sur une case de jeu pour tenter d’en prendre le contrôle. ActuGaming.net, La Cour des Miracles - Avis et présentation | Jeu de société
  • "Avant les fêtes de l'ours, il n'était pas rare que de jeunes hommes désignent une "ribaude" [débauchée], accusée d'avoir adopté une attitude séductrice -en souriant, par exemple. Ils se rendaient donc chez elle la nuit et s'arrogeaient le droit de pénétrer de force dans sa chambre pour la violer. Ils repartaient en lui laissant une poignée de pièces, symbole de sa nouvelle vie de prostituée", raconte le professeur. Selon l'historien Jean-Louis Flandrin, près d'un jeune homme sur deux participait à des viols collectifs, sans être jamais sanctionné. "La culture du viol est un héritage direct de ce passé", analyse Jean-Claude Kaufmann.  LExpress.fr, Violences sexuelles: l'histoire de la Saint-Valentin est loin d'être romantique - L'Express
  • Un magazine titra: « Le Moyen Âge libère la femme ». Or, le Moyen Âge n'a pas plus libéré la femme qu'il ne l'a enfermée. Il ne fut ni un âge d'or ni un âge de fer. La réalité historique se révèle plus complexe. Il est un fait que cette époque a offert des marges de liberté aux plus entreprenantes et aux plus dynamiques, particulièrement en ville. Tolérées dans les corporations, elles purent y exercer les métiers les plus divers: orfévresses, painteresses, barbières, c'est-à-dire chargées de la petite chirurgie ... Par ailleurs, les femmes de seigneurs étaient fréquemment associées au pouvoir, au-delà de trajectoires et de personnalités exceptionnelles comme Aliénor d'Aquitaine. Mais il n'en demeure pas moins que la domination masculine s'exerçait sans relâche sur tous les aspects de la vie. À commencer par la vie privée: une femme avait besoin d'un mari pour exister socialement. Seule, elle était la proie des rumeurs. Or, soupçonnée d'être une femme de mauvaise vie, une « ribaude ", elle était exposée aux pires violences. , Ainsi vivaient les femmes au Moyen Age (Cahiers S&V)

Traductions du mot « ribaud »

Langue Traduction
Anglais ribaud
Espagnol ribaud
Italien ribaud
Allemand ribaud
Chinois 肋排
Arabe ribaud
Portugais ribaud
Russe ribaud
Japonais リボー
Basque ribaud
Corse ribaud
Source : Google Translate API

Synonymes de « ribaud »

Source : synonymes de ribaud sur lebonsynonyme.fr

Ribaud

Retour au sommaire ➦

Partager