La langue française

Regain

Sommaire

Définitions du mot regain

Trésor de la Langue Française informatisé

REGAIN1, subst. masc.

Herbe qui repousse, dans une prairie naturelle ou artificielle après la première fauchaison. Couper, faire, faucher le regain. Étourdies par l'odeur du regain fraîchement coupé, par l'odeur des chèvrefeuilles, par l'odeur des blés noirs en fleurs (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 81).
Prononc. et Orth.: [ʀ əgε ̃]. Homon. et homogr. regain2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1174-78 (Etienne de Fougères, Livre des manières, éd. R. A. Lodge, 746). Dér., à l'aide du préf. re-* indiquant la recoupe (cf. aussi, au même sens, les subst. recor en fr.-prov., revivre dans le Sud-Est, v. FEW t. 17, p. 460a), de l'a. fr. gaïn « id. » (ca 1190, Renart, éd. M. Roques, branche IX, 8969), d'abord au sens de « moisson » (1160-74, Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 835: lur gaainz), sens indirectement att. dans fromage de gaïn « fromage fait du lait tiré après la moisson » (1165-70, Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 3122), puis au sens de « époque de la récolte, automne » (ca 1223, Gautier de Coinci, Miracles de Notre-Dame, éd. V. F. Koenig II Mir 20, 480: en yver et en waÿm Et en printanz et en esté). Gain s'est maintenu au sens de « regain » dans les parlers de l'Est, v. FEW t. 17, p. 458a. L'a. fr. gaïn à distinguer de gaaing, fr. gain* (v. FEW t. 17, pp. 459b-460a), représente une forme de lat. gallo-rom. *waidimen, formé à partir du frq. *waida, que l'on restitue d'apr. l'a. h. all. weida « pâturage » (v. gagner étymol.) et du suff. -imen. V. FEW t. 17, pp. 458a-460a; DEAF gaïn1, col. 51-53. Bbg. Tappolet (E.). Les Termes de fenaison, le regain et la pâture d'automne. B. du gloss. des patois de la Suisse romande. 1907, t. 8, p. 261; 1909, t. 10, p. 17.

REGAIN2, subst. masc.

Regain de qqc.Réapparition, renaissance de ce qui semblait être à jamais disparu. Regain d'amitié, de faveur, de jeunesse, de santé, de sympathie. Mais cette souffrance et ce regain d'amour pour Gilberte ne furent pas plus longs que ceux qu'on a en rêve (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 644).
Prononc. et Orth.: [ʀ əgε ̃]. Homon. et homogr. regain1. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1666 reguain de jeunesse (Quinault, Mère coquette, I, 4, éd. E. Gros, p. 23). Déverbal de regagner* d'apr. gain*. Fréq. abs. littér.: 95.

Wiktionnaire

Nom commun

regain \ʁə.ɡɛ̃\ masculin

  1. Herbe qui repousse dans les prés après qu’ils ont été fauchés.
    • Faucher le regain.
    • Et Rodolphe et la Goualeuse de se prendre par la main et de courir à perdre haleine dans une vaste pièce de regain tardif, récemment fauché. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Il imaginait la nuit, ce ciel d’août, fourmillant, l’odeur du regain en meule qu’on ne verrait pas. — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 181)
    • Étourdies par l'odeur du regain fraîchement coupé, par l'odeur des chèvrefeuilles, par l'odeur des blés noirs en fleurs. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958)
    • Les écoliers ont repris le tablier noir, plus que jamais halés d'air vif […] Ils ont gardé les vaches de la herde, fané les regains dans les combes lointaines. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • De sorte que le petit vallon herbu, autrefois pâturé et fauché (il y avait même le regain en août à cause de la fraîcheur du lieu), s’était enfriché au point de devenir difficile de pénétration et par endroit, inextricable. — (Gilles Clément, Le Jardin en mouvement, Sens & Tonka, 2007, p. 59)
  2. Reprise d’un avantage perdu, recrudescence inattendue, action de regagner.
    • Un regain d'activité.
    • Il connut pendant quelque temps un regain de faveur.
    • La tiède après-midi d’octobre qui, en donnant au Bois un regain de printemps, avait fait sortir les grandes mondaines en voiture découverte, menaçait de se terminer par une soirée d’une fraîcheur aiguë. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Mais cette souffrance et ce regain d'amour pour Gilberte ne furent pas plus longs que ceux qu'on a en rêve. — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1918)

Verbe

regain \Prononciation ?\

  1. Recouvrer, regagner, récupérer, reprendre.
  2. Rattraper, regagner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REGAIN. n. m.
Herbe qui repousse dans les prés après qu'ils ont été fauchés. Il y aura du regain cette année. On rentre les regains. Il s'emploie aussi figurément et signifie Reprise de possession d'un avantage qu'on avait perdu, retour du moins apparent, recrudescence inattendue. Regain de jeunesse. Il connut pendant quelque temps un regain de faveur.

Littré (1872-1877)

REGAIN (re-ghin) s. m.
  • 1Nom donné à la seconde coupe des prairies naturelles et aux dernières coupes des prairies artificielles. Regain ou revivre, Vauban, Dîme, p. 193. Ne parlez pas à un grand nombre de bourgeois, ni de guérets, ni de baliveaux, ni de provins, ni de regains, si vous voulez être entendu ; ces termes pour eux ne sont pas français, La Bruyère, VII. Toutes ces herbes aqueuses, telles que celles des regains, Genlis, Maison rust. t. I, p. 246, dans POUGENS.

    Se dit aussi de cette herbe quand elle a été séchée comme le foin.

  • 2Seconde fructification du figuier.
  • 3 Fig. et familièrement. Le retour de fraîcheur, d'embonpoint, de vigueur qui se manifeste quelque fois chez les femmes ou chez les hommes qui ont déjà vieilli. Pour vous… je suis persuadée qu'à quatre-vingt-six ans le régime que vous observerez et le choix des bonnes viandes vous feront un regain de vie pour vingt ans, Sévigné, à Bussy, 31 déc. 1684.

    On dit dans le même sens : regain de jeunesse. Tout vieux que je parais, l'âge encore me laisse Des restes de chaleur, des regains de jeunesse ; Mon poil blanc couvre encore un sang subtil et chaud, Quinault, Mère coquette, I, 4.

  • 4 Terme de construction. Ce qu'il y a de trop à une pierre, à une poutre, pour la place à laquelle elle est destinée.

HISTORIQUE

XVIe s. En somme on en vient là par les faveurs, par les gains ou regains que l'on a avecques les tyrans, que…, La Boétie, 63. Le pré en demeure plus promt à produire le regain et seconde herbe, De Serres, 269.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REGAIN, s. m. (Architect.) Les ouvriers disent qu’il y a du regain à une pierre, à une piece de bois, &c. lorsqu’elle est plus longue qu’il ne faut pour la place à laquelle elle est destinée, & qu’on en peut couper. Daviler. (D. J.)

Regain, (Agricult.) On appelle regain la deuxieme herbe qui vient dans la plûpart des prés quelques mois après qu’on les a fauchés. Il y en a même dont le fonds est si bon & la situation si favorable pour les arrosemens, qu’on y fauche l’herbe jusqu’à trois fois par an. Les regains sont abondans quand l’été est pluvieux ; & ce n’est que par le secours des pluies ou des canaux qu’on peut espérer une deuxieme récolte dans les prairies seches. Quant aux prairies humides, sur-tout celles qui sont dans le voisinage de quelque riviere, on y donne tous les arrosemens qu’on veut, en faisant écouler de l’eau dans les prés sitôt que le premier foin en est enlevé. Mais l’abondance du regain, ainsi que celle du premier foin, dépend beaucoup des soins qu’on se donne pour fertiliser les prairies. On fauche ordinairement les regains à la mi-Septembre ; & ce second fauchage est d’autant plus utile, qu’outre la nouvelle herbe, on enleve aussi celle qui peut être échappée à la faux lors de la premiere fauchaison.

Aussi-tôt que le regain est recueilli, on a coutume d’y mener paître les bestiaux pendant l’automne & l’hiver, jusqu’au tems que l’herbe doit recommencer à pointer ; mais il y a des gens entendus en agriculture qui ne permettent pas qu’on laisse des bestiaux dans leurs prés à foin plus de huit ou quinze jours après qu’ils sont dépouillés, afin que ces animaux n’aient que le tems de pâturer ce qui est échappé au faucheur. Ils prétendent que par ce ménagement ils retirent de leurs prés le double du foin qu’ils retireroient en pâturage s’ils y laissoient les bestiaux pendant l’automne & l’hiver.

Le mot regain vient manifestement de la particule redondante re, & de gain, qui en vieux françois signifioit récolte. Le regain est donc une seconde récolte avantageuse au propriétaire. Les Normands disent revoin, & Ménage croit que c’est le véritable mot employé pour refoin, qui veut dire un second foin. Les coutumes de Berry & de Nivernois se servent du terme revivre, parce que les prés semblent revivre une seconde fois. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « regain »

(XIIe siècle) Dérivé de gain avec le préfixe re-. L’ancien français gaaigner (« cultiver la terre, paître »), et gaaing (« culture, pâturage ») expliquent le sens de « repousse de l’herbe ».
Déverbal de regagner au sens moderne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du moyen français regaigner (« regagner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, reguin, rouain ; wallon, rigain ; de re…, et gain. Dans l'ancienne langue, gaagner veut dire cultiver la terre, paître ; gaain, la culture, le pâturage. Gaain a en effet le sens de regain (gaïn, Ren. II, 133). Plusieurs formes parallèles à gaain se trouvent dans les patois et ailleurs avec le même sens : wallon, wayen ; lorrain, veyen ; norm. vouin (vuin se trouve aussi dans l'ancien français) ; ital. guaime. Tous ces mots dérivent de l'ancien haut-allemand, weidanjan, paître ; weida, pâture. Le Berry, qui dit reguiner, pousser un regain, a aussi regouive, s. f. et le verbe regouiver ; ces mots, comme on voit, ne sont pas des barbarismes et tiennent aux anciennes formes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « regain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
regain rǝgɛ̃

Citations contenant le mot « regain »

  • Epoustoufler : étonner sa femme par un regain inattendu d’appétit sexuel. De Alain Finkielkraut / Petit fictionnaire illustré
  • Le pot-de-vin est une sorte de vaso-dilatateur de la conscience politique qui provoque très rapidement un regain d'intérêt chez ceux à qui on l'administre. De Jacques Mailhot / La Politique d'en rire
  • Le Pr François-René Pruvot, président de la Commission médicale d’établissement du CHU de Lille, l’affirme, « c’est clair, il y a un regain de l’épidémie ». Cela peut être imputé selon lui à un « relâchement dans les gestes barrière, mais aussi à quelques réunions familiales et amicales. J’ai en tête un exemple d’une personne venue à un repas de famille alors qu’elle avait de la fièvre et des symptômes. Ce n’est pas responsable ». , Covid-19. Le CHU de Lille constate un regain de l'épidémie qui touche les jeunes | Lille Actu

Images d'illustration du mot « regain »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « regain »

Langue Traduction
Anglais revival
Espagnol renacimiento
Italien rinascita
Allemand wiederbelebung
Chinois 复兴
Arabe إحياء
Portugais renascimento
Russe возрождение
Japonais 復活
Basque berpizte
Corse rinvivimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « regain »

Source : synonymes de regain sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « regain »

Partager