La langue française

Rechute

Sommaire

  • Définitions du mot rechute
  • Étymologie de « rechute »
  • Phonétique de « rechute »
  • Citations contenant le mot « rechute »
  • Traductions du mot « rechute »
  • Synonymes de « rechute »
  • Antonymes de « rechute »

Définitions du mot rechute

Trésor de la Langue Française informatisé

RECHUTE, subst. fém.

A. − MÉD. Nouvel accès d'une maladie, souvent infectieuse, parfois inguérissable, qui survient au cours de la convalescence. Synon. récidive, récurrence; anton. amélioration, guérison, relèvement, rétablissement.Le médecin (...) annonça des mieux et des rechutes alternatives d'où dépendraient la vie et la raison du bonhomme (Balzac, Goriot,1835, p. 275).Alix qui, depuis plusieurs années, était malade, avec des alternances de guérisons apparentes et de rechutes (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 469).
Rechute de + subst. désignant la maladie.Rechute de grippe, de typhoïde. Schulz avait eu, disait-il, une rechute de bronchite, qui dégénéra en pneumonie (Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 594).
SYNT. Rechute affreuse, violente; rechute brutale, fatale, grave, sérieuse; nouvelle, seconde, terrible rechute; craindre, enrayer, éviter, faire une rechute; s'exposer à une rechute.
B. − Fait de tomber de nouveau (dans un mal, un inconvénient). Lente diminution de la ferveur. Hier, rechute abominable, qui me laisse le corps et l'esprit dans un état voisin du désespoir, du suicide, de la folie (Gide, Journal,1916, p. 572).Brentano restera en instable équilibre, toujours combattu intérieurement, sujet aux rechutes et aux sécheresses de cœur. Il aura à traverser de longs déserts sans pouvoir étancher sa soif de paix et de rayonnante pureté (Béguin, Âme romant.,1939, p. 279).
MOR., RELIG. Retour à la même faute, à la même passion, au même vice. Rechute dans le péché. Souvent, vaincu par le remords et la honte, il avait recours au tribunal de la pénitence, mais sans fruit: à la première tentation il succombait de nouveau, ses rechutes n'en étaient que plus scandaleuses et plus déplorables (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 282).Massillon, jeune, beau (...) put avoir en ces vives années, quelques égarements, quelques chutes et rechutes, s'en repentir aussitôt (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 9, 1853, p. 3).
Prononc. et Orth.: [ʀ ə ʃyt]. Ac. 1694, 1718: recheute; 1740: -chûte; dep. 1762: -chute. Étymol. et Hist. Ca 1470 « le fait de retomber dans une maladie » (Georges Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 200). Dér. de l'a. verbe recheoir « tomber de nouveau » (ca 1165, Troie, 17229 ds T.-L.), lui-même formé de re-* et de choir*, d'apr. chute*. Fréq. abs. littér.: 194.
DÉR.
Rechuter, verbe intrans.Faire une rechute, retomber dans la maladie alors que la guérison s'annonçait; retomber dans une même faute. Rechuter (dans un vice). Comme le docteur revenait le lundi, pour la dernière fois, Buteau lui conta que le vieux avait failli rechuter (Zola, Terre,1887, p. 412). [ʀ ə ʃyte], (il) rechute [-ʃyt]. 1reattest. 1611 recheuter « tomber de nouveau, retomber dans une même maladie, dans une même faute » (Cotgr.); de rechute, dés. -er.

Wiktionnaire

Nom commun

rechute \ʁə.ʃyt\ féminin

  1. (Didactique) Seconde chute, nouvelle chute.
  2. (Figuré) (Médecine) Retour d’une maladie dont la guérison était récente et incomplète.
    • Une dangereuse rechute.
    • On craint une rechute.
    • Il était guéri, mais il vient d’avoir une rechute.
  3. (Figuré) (Religion) Retour au péché ou, en général, à la même faute.
    • Les fréquentes rechutes mènent à l’endurcissement.

Forme de verbe

rechute \ʁə.ʃyt\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rechuter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rechuter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rechuter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rechuter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rechuter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RECHUTE. n. f.
Seconde chute, nouvelle chute. Il ne se dit guère qu'au figuré en parlant du Retour d'une maladie dont la guérison était récente et incomplète. Une dangereuse rechute. On craint une rechute. Il était guéri, mais il vient d'avoir une rechute. Il se dit figurément du Retour au péché ou, en général, à la même faute. Les fréquentes rechutes mènent à l'endurcissement.

Littré (1872-1877)

RECHUTE (re-chu-t') s. f.
  • 1Seconde ou nouvelle chute. Dans l'obscurité ils firent des chutes et des rechutes.
  • 2Réapparition d'une maladie pendant ou peu après la convalescence. Il y a des rechutes dans les maladies de l'âme comme dans celles du corps, La Rochefoucauld, Max. 193. Ces rechutes, ces agonies fréquentes ne servaient elles pas à Mme de Montausier comme d'apprentissage à bien mourir ? Fléchier, Duch. de Mont. La rechute, dit-on, est pire que le mal, Th. Corneille, Gal. doublé, IV, 1. Une détermination précise du nombre respectif des guérisons et des rechutes [dans la folie], Pinel, Inst. Mém. scienc. 1807, 1er sem. p. 188.

    Fièvre à rechute, sorte de typhus qui paraît originaire de l'Inde, qui se caractérise par une intermission vers le 5e ou 6e jour, et qui se distingue des affections paludéennes par la contagiosité.

  • 3Retour au péché. Je m'assure que cette décision du P. Bauny soulage encore bien la honte qu'on a de confesser ses rechutes, Pascal, Prov. XI. La rechute ordinaire et habituelle dans le péché rend la pénitence passée infiniment suspecte, Bourdaloue, Sem. 18e dim. après la Pentec. Domin. t. IV, p. 98. Les crimes où ils tombent ensuite ne sont pas des rechutes, mais la continuation des mêmes désordres, Massillon, Carême, Pâques.
  • 4Retour à une ancienne habitude, à un ancien sentiment. Tant sur ce point mes vers font de rechutes ! La Fontaine, Lun. Peu s'en fallut que Mlle d'Hamilton ne lui causât une rechute de tendresse, Hamilton, Gramm. IX.

HISTORIQUE

XVIe s. Il craignoit fort une recheute pire que la maladie, Despériers, Contes, CVI. De mon premier accez je me suis peu [pu] guarir, Mais je n'espere plus cet autre secourir ; Car, las ! presque toujours la r'encheute est mortelle, Desportes, Amours d'Hippolyte, 7. Plusieurs recheutes de peste qui la tormenterent [Athènes], Montaigne, I, 392.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RECHUTE, s. f. (Gramm.) c’est l’action de retomber. Il se prend au simple & au figuré. Il a fait une rechute dangereuse. Croyez-vous que Dieu pardonne tant de rechutes successives ?

Rechute, (Médecine.) ce mot vient du latin recadere, retomber, d’où est formé recidiva ; on a donné ce nom au retour des accidens d’une maladie qui paroissoit terminée ; ainsi entre la maladie & la rechute, il y a un tems plus ou moins considérable pendant lequel les symptomes dissipés, la santé semble se rétablir, & se rétablit quelquefois en effet : alors si le malade fait quelque excès dans le boire ou le manger, s’il s’expose de nouveau aux causes qui avoient d’abord donné naissance à la maladie ; ou si enfin, ce qui arrive le plus souvent, la crise n’a pas été complette, & que le noyau de la maladie n’ait pas été entierement détruit, le malade retombe ou fait une rechute, les symptomes reparoissent, & la maladie parcourt ses différens périodes à la maniere accoutumée. L’intempérance des malades cause bien moins de rechutes qu’on ne le croit communément ; les médecins intéressés à favoriser cette erreur publique, ne manquent pas de lui attribuer des rechutes dont ils sont l’unique cause par la maniere inappropriée dont ils ont traité le malade ; il n’est pas rare de les voir occasionnées par l’action des mêmes causes qui avoient produit la maladie ; c’est ce que j’ai très souvent observé sur les fievres intermittentes : l’air marécageux ou infecté de quelque miasme particulier, inconnu, des campagnes qui sont sur les bords de la mer aux environs de Montpellier, est une cause fertile de ces sortes de fievres, peu de personnes en sont exemptes ; elles viennent dès qu’elles sont attaquées, chercher du secours dans les villes voisines ; elles repartent guéries ; mais la même cause est bientôt dans ces sujets disposés suivie des mêmes effets ; ce n’est que dans la suite qu’on peut trouver un remede assuré ; de toutes les maladies les fievres intermittentes sont celles qui récidivent le plus facilement : longtems après qu’elles sont dissipées, il reste une disposition que je crois dans les nerfs, qui est telle que si le jour où l’accès devroit revenir, les malades font quelque excès, ils rattrapent aussitôt la fievre. Vanswieten en rapporte un exemple remarquable ; un homme ayant été par l’effet du printems délivré d’une fievre quarte opiniâtre, marqua dans un almanach avec une étoile, tous les jours où ses accès reviendroient, si la fievre continuoit, afin d’éviter avec plus de circonspection, ces jours-là, tout excès, suivant le conseil d’un médecin instruit : fidele à ces préceptes pendant plusieurs mois, sa santé fut inaltérée ; mais après ce tems faisant avec ses amis une partie de pêche, on le jetta en badinant dans l’eau, dèslors il commença à frissonner, à claquer des dents ; en un mot il eut le premier accès d’une fievre quarte, dont il fut long-tems tourmenté ; & en consultant son almanach, il s’apperçut que c’étoit précisément un des jours fiévreux qu’il avoit noté. L’hiver & l’automne sont de même que dans bien d’autres maladies, les tems les plus favorables aux rechutes. Les fievres ardentes sont, suivant l’observation d’Hippocrate, souvent suivies de rechutes. Coac. prænot. cap. iij. n°. 31.

Le même auteur remarque que ce qui reste après la crise, occasionne ordinairement des rechutes, aphor. 13. lib. II. que les malades retombent facilement lorsque les crises n’ont pas été complettes, qu’elles n’ont pas eu lieu les jours impairs ou critiques, aphor. 36 & 61. lib. IV. Coac. prænot. cap. ij. n°. 5. & cap. iij. n°. 42. Les maladies qu’on arrête sans en emporter la cause, sont très-sujettes à récidiver ; telles sont les fievres avec redoublement, plusieurs maladies périodiques, & les fievres intermittentes humorales qu’on traite par le quinquina ; on doit s’attendre à une rechute dans les maladies qu’on voit se terminer sans crise, ou avec des évacuations peu proportionnées. On doit toujours craindre le bien qui arrive sans une cause suffisante ; lorsque la crise ne se fait pas aux jours convenables, lorsque, comme l’a observé Hippocrate, les urines sont troubles, & que les sueurs sont en même tems copieuses, ou que les urines sont irrégulierement épaisses. Coac. prænot. cap. xxvij. n°. 23. & 39.

Les rechutes sont toujours plus dangereuses que la maladie, à cause de la foiblesse où les accidens & les remedes précédens ont jetté le malade. Si les rechutes sont fréquentes, dit Hippocrate, la phthisie est à craindre. Coac. prænot. cap. iij. n°. 40. Les rechutes, dit-il ailleurs, à la fin desquelles le sang coule du nez, entraînent à la suite des vomissemens de matieres noirâtres, & souvent dégénerent en tremblement, ibid. n°. 17. Dans le traitement des rechutes, il faut suivre la même méthode qui convient dans la maladie premiere ; je ne dis pas celle qu’on a déja employée, parce qu’il est vraissemblable que dès que le malade est retombé, la méthode a été mauvaise ; il faut seulement faire attention, & avoir égard à l’état de foiblesse où doit se trouver le malade. (b)

Rechute, (Fortification.) c’est une élévation de rempart plus haute dans les endroits où il se trouve commandé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rechute »

Re…, et chute.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français recheoir (« retomber »), de cheoir avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rechute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rechute rœʃyt

Citations contenant le mot « rechute »

  • Un médecin qui vous guérit par une ordonnance vous donne une rechute par sa note d'honoraires. De Henry de Montherlant
  • Nous sommes consternés de nos rechutes, et de voir que nos malheurs même n'ont pu nous corriger de nos défauts. De Vauvenargues
  • Les réconciliations ont un intérêt tout spécial et qu'il faut savoir apprécier. Ce sont des rechutes légères, dont on revient complètement guéri. De Henry Becque / Notes d'album
  • Cet emploi qu’il adore, Guillaume Carrier a failli le perdre durant sa rechute, tellement ses patrons ne le reconnaissaient plus. Le Journal de Québec, Cyberdépendance: il a rechuté à cause de la pandémie | JDQ
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-petrole-risque-une-lourde-rechute-le-conseil-bourse-du-jour-1376268 Capital.fr, Le pétrole risque une lourde rechute : le conseil Bourse du jour - Capital.fr
  • Les résultats démontrent un lien direct et rapide entre perte de chance et non-adhésion à l’hormonothérapie. Ainsi au bout de trois ans, une analyse multivariée (qui prenait en compte les facteurs de risque de rechute « traditionnels » comme la taille de la tumeur, son grade, ...) montre que celles qui avaient arrêté leur traitement au cours de la première année présentaient une augmentation du risque de rechute localement ou à distance de 131% en comparaison avec celles qui avaient poursuivi le tamoxifène (hazard ratio [HR], 2,31; IC95% [1,05 – 5,06]). Medscape, Cancer du sein : arrêter précocement l'hormonothérapie augmente le risque de rechute

Traductions du mot « rechute »

Langue Traduction
Anglais relapse
Espagnol recaída
Italien ricaduta
Allemand rückfall
Chinois 复发
Arabe الانتكاس
Portugais recaída
Russe рецидив
Japonais 再発
Basque berrerortzeen
Corse recadda
Source : Google Translate API

Synonymes de « rechute »

Source : synonymes de rechute sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rechute »

Partager