Razzier : définition de razzier


Razzier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAZZIER, verbe trans.

Opérer une razzia (contre quelque chose); enlever, piller au cours d'une razzia. Razzier des bourgades, un village. On a réparti le mil de tes greniers, razzié tes troupeaux, volé tes armes (Maran, Batouala, 1921, p. 185).Les Vikings, pirates qui viennent périodiquement écumer les côtes européennes et razzier impitoyablement l'arrière-pays (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 113).
REM.
Razzieur, subst. masc.,rare. Celui qui opère une razzia. Ils courent longtemps, − et puis voici les razzieurs (...). « Ils sont arrêtés », dit un Maure. Nos gens se hâtent, le groupe des razzieurs grandit (Psichari, Voy. centur., 1914, p. 37).
Prononc. et Orth.: [ʀa(d)zje], (il) razzie [ʀa(d)zi]. Att. ds Ac. 1935. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 292: razier. Étymol. et Hist. 1. 1843 « enlever lors d'une razzia » (Le Charivari, 29 déc., p. 2a ds Quem. DDL t. 3: j'ai tout razzié); 2. 1845-46 « soumettre à une razzia » (Besch.). Dér. de razzia*; dés. -er.

Razzier : définition du Wiktionnaire

Verbe

razzier transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire une razzia.
    • Mais généralement l'envoi de quelques troupes met fin aux troubles en peu de temps. Elles envahissent le territoire de la tribu à châtier, pillent les douars, razzient les troupeaux, détruisent les cultures, font des prisonniers et coupent des têtes, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 11)
    • […], l'ennemi avait razzié, bourré de glaise, empilé les uns sur les autres tous les sacs, les couvertures, les draps et jusqu'aux jupons et chemises qu'ils avaient pu trouver dans le village. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.199-200)
    • Le lendemain, les Aït Youssi entrèrent en scène en incendiant quelques douars de la banlieue et en razziant les troupeaux de la capitale. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 213)
    • Les Allemands razziaient plus que jamais notre pays pour approvisionner leur population et leurs armées qui combattaient et s’enfonçaient dans les solitudes glacées de Russie harcelées par les partisans. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 328.)
    • […] ; et les premiers cavaliers revenant du champ de bataille racontaient les résultats de la journée. La souga n'avait pas réussi : pour faire bonne figure, on avait razzié deux ou trois douars et coupé autant de têtes ; […]. — (Eugène Aubin, Le Maroc dans la tourmente : 1902-1903, Librairie Armand Colin, 1904, rééd. Éditions Paris-Méditerrannée, 2004, p.145)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Razzier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAZZIER. v. tr.
Faire une razzia.

Razzier : définition du Littré (1872-1877)

RAZZIER (ra-zi-é) v. a.
  • Néologisme. Faire une razzia. Les tribus razziées.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « razzier »

Étymologie de razzier - Wiktionnaire

→ voir razzia
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « razzier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
razzier razje play_arrow

Conjugaison du verbe « razzier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe razzier

Citations contenant le mot « razzier »

  • Personne ne nous croyait, personne n’aurait misé un clou sur nous. On nous prédisait le pire, avec une joie non feinte. Ceux qui cherchaient à nous effrayer avec le plus d’insistance étaient ceux qui avaient mené le pays à la faillite avant 2010. Il est intéressant de constater que c’est un gouvernement composé d’anciens communistes qui a mené le pays à la faillite avec une politique libérale. Cet exemple confirme la thèse selon laquelle le « libéral » n’existe pas. Le libéral n’est autre qu’un communiste diplômé. Si nous avions suivi leurs conseils, la Hongrie serait aujourd’hui couchée dans un lit d’hôpital, les membres lardés des perfusions du FMI et de Bruxelles, avec le robinet des prêts entre les mains de George Soros. Il n’y a là aucune exagération. Pratiquant le métier de la politique depuis plus de trente ans, j’ai assisté de mes propres yeux aux trois tentatives de George Soros de razzier la Hongrie. Une première fois au début des années 90, quand il a voulu racheter la totalité de la dette du pays : la totalité de la dette publique dans une seule main, le sort de chaque Hongrois entre les mains de George Soros. Rien qu’y penser donne la chair de poule. Toute notre reconnaissance va à József Antall[2], qui y a fait échec. Et je me souviens aussi de 1994, quand Soros a cherché à nous razzier une seconde fois, en essayant de mettre la main sur l’OTP, à l’époque la seule banque commerciale à guichets du pays : là aussi, l’argent de tous les Hongrois dans une seule main, c’était une vision non moins glaçante. Toute notre reconnaissance va à Gyula Horn[3], qui y a fait échec. Les larges succès d’aujourd’hui de la banque OTP montrent qu’il a eu raison. Quant à la troisième tentative, les plus jeunes s’en souviennent aussi : en 2015, des réseaux de trafiquants d’êtres humains déguisés en organisations de défense des droits de l’Homme ont conduit par centaines de milliers les migrants aux frontières de la Hongrie. Et quand l’Europe commençait à ployer sous le poids de la migration, Soros a déclaré qu’il était prêt à financer à crédit l’implantation d’un million de migrants par an. Je vous prie de ne pas oublier que le Plan Soros d’implantation systématique de populations allogènes est toujours d’actualité, l’action est en cours, et il nous appartient de nous en défendre, inlassablement et avec la plus grande énergie. , Discours complet de Viktor Orbán sur l'état de la Nation début 2020 | Visegrád Post
  • Que pensez vous de l'esclavage pratiqué par les maures ou "barbaresques" qui sont venus jusque sur nos cotes française pour razzier et mettre en esclavage des français et des françaises sans compter ceux qu'ils prenaient lors d'expéditions maritimes sur tout le pourtour méditerranéen pour ensuite les ramener et les vendre en terre musulmane conquises ?... L'Obs, Quand la France protégeait la traite des esclaves (et ses intérêts commerciaux)
  • Le nombre le nombre le nombre... Et aussi cette volonté de tout saccager, de tout razzier sur leur passage. Une puissance de destruction comme l'Europe n'en a jamais vue (rien à voir avec une armée classique). Alors oui. Dans ce sens ils sont l'avenir, hélas. Liberté d'expression, Macronie : le poisson pourrit par la tête - Liberté d'expression
  • Que les pleurnichards demandent donc des comptes aux esclavagistes africains précités (liste non exhaustive), aux Algériens qui venaient les razzier avec l'aide de leurs complices noirs (des convertis) et leur faisait traverser le Sahara à pieds et enchainés, aux Egyptiens et aux Zanzibariens et à leur complices « convertis ». Liberté d'expression, Devant les minorités, l'Etat se couche - Liberté d'expression
  • L’histoire : Chef, les barbares sont à nos portes ! En cette année 395 après Jésus-Christ, l’empire romain s’enfonce dans le déclin et sa division entre l’empire d’Occident et l’empire d’Orient accélère la déliquescence, même si les deux factions contrôlent encore de larges pans de territoires. Pendant ce temps-là, les Francs et les Saxons sont de plus en plus belliqueux. Mais le plus grand péril vient des peuples nomades (Ostrogoths, Vandales… ) mais surtout des Huns, qui ne cherchent pas à conquérir des villes, mais à les razzier et à les détruire. Serez-vous celui qui saura briser l’invasion ? L’intérêt  : Pour les amateurs de jeu de stratégie sur PC, la sortie d’un nouveau « Total War » n’est jamais un évènement anodin, même si « l’Attila » que propose le tandem Sega-The Creative Assembly n’est pas un jeu 100% neuf, mais une extension stand-alone de Rome 2 Total War, sorti il y a un an et demi. Du point de vue du joueur, le procédé n’est pas forcément condamnable : la même recette, appliquée à Empire :Total War il y a quelques années, a donné naissance à l’un des titres les plus aboutis de la série, celui sur les guerre napoléoniennes. TW Attila déroule donc la mécanique alternant gestion stratégique au tour par tour et batailles en temps réels qui ont fait la renommée de la série, et s’appuie sur le même moteur que son aîné romain. Les nouveautés sont notamment à chercher parmi les 10 factions jouables : certaines d’entre elles, comme les Wisigoths, les Alains, et bien sûr les Huns, ont un fonctionnement et un déplacement de hordes, traversant les territoires sans nécessairement chercher à les contrôler. Une nouvelle option bienvenue par rapport au schéma classique d’extension progressive de sa zone d’influence généralement proposé par le titre (les joueurs qui gardent un faible pour ce mode de jeu joueront sans hésiter avec la faction empire sassanide, une dynastie iranienne). Jouer l’empire romain d’orient ou celui d’occident représente également un défi de taille, car les zones qu’ils contrôlent sont trop vastes pour être défendus face aux menaces surgissant de toute part. Il faudra donc se résigner à abandonner certaines provinces pour s’assure de conserver les autres, et ne pas se rater dans ces choix… Pour le reste, TW Attila reste dans les pas de Total War Rome 2, avec les mêmes atouts, et les mêmes défauts horripilants (le délai entre chaque tour de jeu, des unités qui sur le champ de bataille suivent des trajectoires aberrantes pour effectuer les déplacements demandés…), même si pas mal de petites scories ont tout de même été gommées. Au final, les amateurs apprécieront ces dizaines d’heures de jeu supplémentaires et ces nouvelles orientations tactiques offertes, tout en espérant que The Creative Assembly osera, la prochaine fois, renouveler un peu plus profondément son fonds de commerce. Total War Warhammer, le prochain titre de la série, en sera peut-être l’occasion. Points forts Une recette certes un peu usée, mais toujours aussi efficace De nouvelles options tactiques avec les factions nomades Points faibles : -  proposer du contenu additionnel payant alors que le titre vient à peine de sortir. -  Vite frustrant si le PC n’a pas la puissance requise pour faire tourner un jeu très gourmand lesechos.fr, Test jeu video : Total War Attila, tactique et batailles rangées au temps des invasions barbares
  • Qui se souvient que l'esclavage n'a été aboli en Afrique du Nord qu'à partir de 1846 à la suite de la colonisation française ? Ou qu'il a au contraire perduré au Maroc jusqu'en 1922, au Quatar jusqu'en 1952, en Arabie Saoudite jusqu'en 1968 ou encore en Mauritanie jusqu'en 1980 ? (Il restait en 2002 jusqu'à 100 000 esclaves en Mauritanie, et plus généralement en 2007 3 millions d'esclaves dans le monde musulman). Pour rappel enfin, la traite orientale (traite des noirs par le Moyen Orient) a concerné 17 millions de personnes. La traite intra-africaine (par des africains entre eux), 11 millions. Enfin, le principal motif de la colonisation de l'Algérie a été la volonté de mettre fin aux raids du Dey d'Alger qui consistaient à piller et razzier les côtes méditerranéennes pour revendre leurs habitants européens en esclaves (estimation pour la seule Algérie : plus d'1,5 millions d'européens réduits en esclavages). A part ça, traiter le monde européen qui a été le premier à remettre en question l'esclavage comme le seul esclavagiste, c'est normal évidemment. Lyonmag.com, Lyon : ils constituent une carte des monuments “qui honorent les figures esclavagistes”
  • Reprendre le chant d'une autre communauté devrait être considéré par cette communauté comme quelque chose de positif. Pas chez certaines personnes de couleur et c'est pitoyable de voir tous les imbéciles se rallier à leur vision catastrophique du vivre ensemble. Ce n'est pas parce que il y a des personnes blanches racistes qu'il faut croire qu'il n'y a que les blancs racistes. Ne jamais oublier que les premiers marchands d'esclaves blancs en Afrique ont commencé leur odieux business en rachetant à des royaumes noirs les esclaves qu'eux mêmes avaient faits pendant leurs razzias contre d'autres royaumes. Et pendant l'empire romain l'énorme majorité des esclaves étaient blancs de même ceux que les pirates barbaresques venaient razzier sur nos côtes méditerranéennes. Et c'est tout aussi condamnable. Sport24, Angleterre : le chant «Swing low, sweet charriot» fait polémique - Rugby
  • Depuis déjà pas mal d’années est évoqué au sein du débat publique le fait arabo-musulman en matière d’esclavagisme. Énormément de bêtises sont formulées à ce sujet. Peut-être que vous m’offrirez une autre occasion à l’avenir de pouvoir vous en expliquer davantage tous ses tenants et aboutissants. De vous éclaircir aussi sur le pourquoi de l’existence et la persistance d’un sentiment anti-Noir dans cette partie du monde. Quoiqu’il en soit dans la majorité des cas (quelques rares contre-exemples existent, notamment vis-à-vis du royaume du Maroc) lorsqu’un musulman mettait les chaînes à un individu, ce n’était pas sur la base de sa supposée « nature raciale » mais parce qu’il était non-musulman (ou accusé de l’être lorsque la forte demande en esclave faisait qu’on allait jusqu’à razzier d’autres musulmans). Des préférences esthétiques pouvaient tout de même se faire savoir à l’égard d’un certain type de femmes blanches par exemple, notamment celles rousses et blondes. Il est commun pour un possédant d’esclave d’apprécier avoir sous son autorité des profils « atypiques » à l’endroit où il vit. Le Comptoir, Alex Tavares : « Le Code noir avait pour but de réaffirmer le pouvoir royal » – Le Comptoir
  • A contrario, les Croisés "franj" les plus belliqueux n'osèrent jamais attaquer et razzier La Mecque, première ville sainte de l'islam. En fait, les Croisés n'envahirent qu'un tout petit territoire du "monde arabe" (ou plutôt araméen/héllénique arabisé) autour de Jérusalem-Palestine (juste un bout de l'ex-Syrie, en fin de compte), tandis que les empires islamiques envahirent non seulement tout l'empire perse, les Indes, le Proche et Moyen-Orient, l'Asie centrale, le Maghreb, la Péninsule ibérique, les Balkans, la Sicile et les pays helléniques, mais aussi toutes les villes saintes de la chrétienté, Rome, Jérusalem, Antioche, Alexandrie, Ephese, Constantinople, puis l'unique ville sainte du Judaïsme, Jérusalem, sans parler des villes saintes de l'Hindouisme et du Zoroastrisme en Inde et en Perse. Ceci permet en passant de rappeler que nulle part dans le Coran et la Tradition théologique islamique il n'existe la notion - actuellement crue par tous ou presque en Europe - selon laquelle Jérusalem serait la "Troisième ville sainte de l'Islam", puisque La Mecque et Médine sont les deux seules et uniques villes saintes de l'Islam en tant que telles, d'où leur nom en arabe Haramain qui signifie "les deux sacrées" (et non pas les trois). On voit donc bien qu'entre l'Islam et le monde judéo-chrétien, le rapport belligène est très inégal. Toutes les études historiques comparatives des prédations et agressions réciproques montrent que les période et des territoires de prédation bien plus étendus que la partie romaine-chrétienne adverse. Curieusement, c'est l'Europe jadis victime continuelle des agressions arabo-berbéro-turco islamiques qui culpabilise et demande pardon en permanence à ceux qui l'ont agressés en premier, plus longtemps et qui ne le regrettent pas puisqu'ils vantent en permanence la gloire de l'Espagne, de la Sicile arabo-berbéro-islamique et des Balkans ottomans à reconquérir.... (voir carte). Atlantico.fr, Pour en finir avec la repentance à sens unique et "l'auto-racisme" occidental ! | Atlantico.fr

Images d'illustration du mot « razzier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « razzier »

Langue Traduction
Corse raid
Basque raid
Japonais 襲撃
Russe набег
Portugais incursão
Arabe غارة
Chinois 袭击
Allemand überfall
Italien incursione
Espagnol redada
Anglais raid
Source : Google Translate API

Synonymes de « razzier »

Source : synonymes de razzier sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires