La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « rauque »

Rauque

Variantes Singulier Pluriel
Masculin et féminin rauque rauques

Définitions de « rauque »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAUQUE, adj.

A. − Rude, enroué, dont le timbre est comme voilé.
1. [En parlant des sons que peut émettre l'homme] Cri, voix rauque. Des chants rauques et lubriques arrivaient en murmure confus, accompagnés à contre temps par des coups de tamtam (Loti, Mariage, 1882, p. 170):
Même si le moindre glissement me jetait à la porte, même si, l'oreille collée au bois, j'attendais éperdument jusqu'à ce que j'entende ma propre respiration, effrayé de la trouver rauque et si pareille au râle d'un chien, au bout du compte mon cœur n'éclatait pas et j'avais encore gagné vingt-quatre heures. Camus, Étranger, 1942, p. 1203.
2. [En parlant de cris d'animaux] La balle siffla et l'ours roula dans la poussière en poussant de rauques hurlements (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 462).[Le perroquet] proférait d'une voix rauque des menaces inintelligibles (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 45).Les panthères! De rauques grondements venaient du bois, aux lisières duquel se trouve la villa d'Alban (Montherl., Songe, 1922, p. 10).
3. [En parlant de bruits produits par certains objets] Sur sa rauque musette Il s'essaie à charmer l'écho de ces cantons (Florian, Fables, 1792, p. 162).Le beuglement rauque d'une sirène apporté par le vent d'Ouest (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 24).
B. − Littér. Rude, sauvage. Les rauques visions, la fauve horreur des bois, Tout, Satan, et sa morne et féroce puissance, S'évanouit au fond du bleu de l'innocence! (Hugo, Art d'être gd-père, 1877, p. 93).C'était la Palestine, la Judée. Les bouquets des cistes pourpres ou blancs chamarraient la rauque garrigue, que les lavandes embaumaient (Gide, Si le grain, 1924, p. 370).
REM.
Rauquement, adv.Avec un timbre, un cri rauque. Des chats en mal d'amour miaulaient rauquement (Willy, Un Vilain Monsieur!Paris, H. Simonis Empis, 1898, p. 198).
Prononc. et Orth.: [ʀo:k]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1377 « se dit d'une voix rude, comme enrouée » (Bernard de Gordon, Pratique, IV, 3 ds Gdf. Compl.); 1690 « se dit d'un son rude » (Fur.); 2. 1828 « âpre, sauvage » (Hugo, Odes et ball., p. 366). Empr. au lat.raucus « enroué, au cri rauque », cf. aussi l'a. fr. raus « enroué » (1272 ds Gdf.). Fréq. abs. littér.: 756. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 528, b) 1 222; xxes.: a) 1 300, b) 1 327.

Wiktionnaire

Adjectif - français

rauque \ʁok\ masculin et féminin identiques

  1. Pour une voix, rude, âpre et comme enroué.
    • Ces carnassiers se montraient fort agressifs, et, réunis par bandes autour du fort, ils remplissaient l’air de leurs rauques aboiements. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Il étudia, consciencieusement, la langue rauque et chantante dont, tout de suite, il avait aimé l’accent, dont il avait saisi l’harmonie […]. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Les voix se font maintenant plus gutturales et plus rauques. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l'Amour et de la Mort », 1940)
    • Le ĥ de l’espéranto se prononce en un raclement de gorge rauque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAUQUE. adj. des deux genres
. Il se dit, en parlant de la Voix, d'un Son rude, âpre et comme enroué. Une voix rauque. Cet homme a une voix forte, mais le son en est rauque. Il a quelque chose de rauque dans la voix.

Littré (1872-1877)

RAUQUE (rô-k') adj.
  • Se dit de la voix devenue rude et comme enrouée. Pouvez-vous endurer que ces rauques cigales Égalent leurs chansons à vos œuvres royales ? Régnier, Sat. Il. Sa voix était rauque, tremblante et entrecoupée, Fénelon, Tél. VII. Quelle rauque grenouille, au milieu de ses joncs, T'a donné de son art les premières leçons ? Regnard, Fol. amour. II, 7. Passé le mois de juin, le rossignol ne chante plus, et il ne lui reste qu'un cri rauque, une sorte de croassement où l'on ne reconnaît point du tout la mélodie de Philomèle, Buffon, Ois. t. IX, p. 129. Et poussant vers le ciel un cri rauque et sauvage, Delille, Én. VII. Le dialecte bolonais dut la surprendre péniblement ; il n'en est pas de plus rauque dans les pays du Nord, Staël, Corinne, XIX, 7.

    Par extension. Et les rauques tambours, les sonores cymbales, Chénier, Fragments, Bacchus.

    Fig. Je réponds bien mal, monsieur, aux choses charmantes que vous m'envoyez ; mais, à mon âge, on a la voix un peu rauque, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 132.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ne je ne puis mais haut crier, Car douze mois en l'an sui raus [enrhumé], A. Dinaux, Trouvères artésiens, p. 122.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « rauque »

Berry, rauche, enroué ; génev. rouche, enrouement ; prov. rauc, rauch ; cat. ronc ; espagn. ronco ; port. rouco ; ital. rauco ; du lat. raucus ; comparez le sanscr. ru, faire du bruit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin raucus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rauque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rauque rok

Fréquence d'apparition du mot « rauque » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « rauque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « rauque »

  • Une page se tourne pour Jean-Jacques Bourdin. A partir de fin août, le journaliste à la voix rauque et au style incisif passera le micro à Apolline de Malherbe, aux commandes de la matinale de RMC. Après 19 ans de bons et loyaux service, le journaliste était donc particulièrement ému pour sa dernière émission, ce 10 juillet. Et il a pris le temps de le dire. Lors de sa prise d'antenne, à 5h57, il a d'abord remercié “les auditrices et les auditeurs, car sans vous on ne peut jamais rien réussir”.
    Les Inrockuptibles — [Vidéo] L'émotion de Jean-Jacques Bourdin dans sa dernière matinale sur RMC
  • Et bientôt elles sont là, nous apparaissant avec d'autant plus d'éclat et de réalité que nous sommes immergés dans l'étendue du paysage. Et qu'un cri rauque retentit et amplifie leur présence. Le musicien Côme Aguiar s'est inspiré de la culture aborigène. Il mêle des sons énigmatiques imitant des barrissements et des instruments traditionnels, tels que le djidoredo. Le site se trouve sur la « ligne du chant » ou « piste du rêve » (Songline) qui serpente sur tout le continent.
    Les Echos — Exploration en terre dinosaure | Les Echos
  • [...] la rue étroite s'avance en spirale vers le sommet de la montagne des boutiques pauvres, des salles de rez-de-chaussée où les femmes causent ou filent, des bandes d'enfants à la voix rauque, aux traits charmants, courant çà et là ou jouant sur le seuil des masures...
    Gérard de Nerval — Voyage en Orient
  • Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,Dans l’air lourd, immobile et saturé de mouches,Pendent, et, s’enroulant en bas parmi les souches,Bercent le perroquet splendide et querelleur,L’araignée au dos jaune et les singes farouches.C’est là que le tueur de bœufs et de chevaux,Le long des vieux troncs morts à l’écorce moussue,Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.Il va, frottant ses reins musculeux qu’il bossue ;Et, du mufle béant par la soif alourdi,Un souffle rauque et bref, d’une brusque secousse,Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,Dont la fuite étincelle à travers l’herbe rousse.En un creux du bois sombre interdit au soleilIl s’affaisse, allongé sur quelque roche plate ;D’un large coup de langue il se lustre la patte ;Il cligne ses yeux d’or hébétés de sommeil ;Et, dans l’illusion de ses forces inertes,Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs,Il rêve qu’au milieu des plantations vertes,Il enfonce d’un bond ses ongles ruisselantsDans la chair des taureaux effarés et beuglants. 
    Leconte de Lisle — « Le rêve du jaguar »

Traductions du mot « rauque »

Langue Traduction
Anglais hoarse
Espagnol ronco
Italien rauco
Allemand heiser
Chinois 嘶哑
Arabe أجش
Portugais rouco
Russe хриплый
Japonais しわがれ声
Basque erlats
Corse arruvitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rauque »

Source : synonymes de rauque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rauque »

Combien de points fait le mot rauque au Scrabble ?

Nombre de points du mot rauque au scrabble : 15 points

Rauque

Retour au sommaire ➦