Rauque : définition de rauque


Rauque : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAUQUE, adj.

A. − Rude, enroué, dont le timbre est comme voilé.
1. [En parlant des sons que peut émettre l'homme] Cri, voix rauque. Des chants rauques et lubriques arrivaient en murmure confus, accompagnés à contre temps par des coups de tamtam (Loti, Mariage, 1882, p. 170):
Même si le moindre glissement me jetait à la porte, même si, l'oreille collée au bois, j'attendais éperdument jusqu'à ce que j'entende ma propre respiration, effrayé de la trouver rauque et si pareille au râle d'un chien, au bout du compte mon cœur n'éclatait pas et j'avais encore gagné vingt-quatre heures. Camus, Étranger, 1942, p. 1203.
2. [En parlant de cris d'animaux] La balle siffla et l'ours roula dans la poussière en poussant de rauques hurlements (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 462).[Le perroquet] proférait d'une voix rauque des menaces inintelligibles (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 45).Les panthères! De rauques grondements venaient du bois, aux lisières duquel se trouve la villa d'Alban (Montherl., Songe, 1922, p. 10).
3. [En parlant de bruits produits par certains objets] Sur sa rauque musette Il s'essaie à charmer l'écho de ces cantons (Florian, Fables, 1792, p. 162).Le beuglement rauque d'une sirène apporté par le vent d'Ouest (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 24).
B. − Littér. Rude, sauvage. Les rauques visions, la fauve horreur des bois, Tout, Satan, et sa morne et féroce puissance, S'évanouit au fond du bleu de l'innocence! (Hugo, Art d'être gd-père, 1877, p. 93).C'était la Palestine, la Judée. Les bouquets des cistes pourpres ou blancs chamarraient la rauque garrigue, que les lavandes embaumaient (Gide, Si le grain, 1924, p. 370).
REM.
Rauquement, adv.Avec un timbre, un cri rauque. Des chats en mal d'amour miaulaient rauquement (Willy, Un Vilain Monsieur!Paris, H. Simonis Empis, 1898, p. 198).
Prononc. et Orth.: [ʀo:k]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1377 « se dit d'une voix rude, comme enrouée » (Bernard de Gordon, Pratique, IV, 3 ds Gdf. Compl.); 1690 « se dit d'un son rude » (Fur.); 2. 1828 « âpre, sauvage » (Hugo, Odes et ball., p. 366). Empr. au lat.raucus « enroué, au cri rauque », cf. aussi l'a. fr. raus « enroué » (1272 ds Gdf.). Fréq. abs. littér.: 756. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 528, b) 1 222; xxes.: a) 1 300, b) 1 327.

Rauque : définition du Wiktionnaire

Adjectif

rauque \ʁok\ masculin et féminin identiques

  1. Pour une voix, rude, âpre et comme enroué.
    • Ces carnassiers se montraient fort agressifs, et, réunis par bandes autour du fort, ils remplissaient l’air de leurs rauques aboiements. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Il étudia, consciencieusement, la langue rauque et chantante dont, tout de suite, il avait aimé l’accent, dont il avait saisi l’harmonie […]. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Les voix se font maintenant plus gutturales et plus rauques. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l'Amour et de la Mort », 1940)
    • Le ĥ de l’espéranto se prononce en un raclement de gorge rauque.

Forme de verbe

rauque \ʁok\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rauquer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rauquer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rauquer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rauquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rauquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rauque : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAUQUE. adj. des deux genres
. Il se dit, en parlant de la Voix, d'un Son rude, âpre et comme enroué. Une voix rauque. Cet homme a une voix forte, mais le son en est rauque. Il a quelque chose de rauque dans la voix.

Rauque : définition du Littré (1872-1877)

RAUQUE (rô-k') adj.
  • Se dit de la voix devenue rude et comme enrouée. Pouvez-vous endurer que ces rauques cigales Égalent leurs chansons à vos œuvres royales ? Régnier, Sat. Il. Sa voix était rauque, tremblante et entrecoupée, Fénelon, Tél. VII. Quelle rauque grenouille, au milieu de ses joncs, T'a donné de son art les premières leçons ? Regnard, Fol. amour. II, 7. Passé le mois de juin, le rossignol ne chante plus, et il ne lui reste qu'un cri rauque, une sorte de croassement où l'on ne reconnaît point du tout la mélodie de Philomèle, Buffon, Ois. t. IX, p. 129. Et poussant vers le ciel un cri rauque et sauvage, Delille, Én. VII. Le dialecte bolonais dut la surprendre péniblement ; il n'en est pas de plus rauque dans les pays du Nord, Staël, Corinne, XIX, 7.

    Par extension. Et les rauques tambours, les sonores cymbales, Chénier, Fragments, Bacchus.

    Fig. Je réponds bien mal, monsieur, aux choses charmantes que vous m'envoyez ; mais, à mon âge, on a la voix un peu rauque, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 132.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ne je ne puis mais haut crier, Car douze mois en l'an sui raus [enrhumé], A. Dinaux, Trouvères artésiens, p. 122.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rauque : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAUQUE, adj. (Gramm.) Il se dit du bruit, des sons, de la voix, lorsqu’elle est basse, sourde & dure. Les pigeons ont la voix rauque.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rauque »

Étymologie de rauque - Littré

Berry, rauche, enroué ; génev. rouche, enrouement ; prov. rauc, rauch ; cat. ronc ; espagn. ronco ; port. rouco ; ital. rauco ; du lat. raucus ; comparez le sanscr. ru, faire du bruit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rauque - Wiktionnaire

Du latin raucus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rauque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rauque rok play_arrow

Citations contenant le mot « rauque »

  • Une page se tourne pour Jean-Jacques Bourdin. A partir de fin août, le journaliste à la voix rauque et au style incisif passera le micro à Apolline de Malherbe, aux commandes de la matinale de RMC. Après 19 ans de bons et loyaux service, le journaliste était donc particulièrement ému pour sa dernière émission, ce 10 juillet. Et il a pris le temps de le dire. Lors de sa prise d'antenne, à 5h57, il a d'abord remercié “les auditrices et les auditeurs, car sans vous on ne peut jamais rien réussir”. Les Inrockuptibles, [Vidéo] L'émotion de Jean-Jacques Bourdin dans sa dernière matinale sur RMC
  • Et bientôt elles sont là, nous apparaissant avec d'autant plus d'éclat et de réalité que nous sommes immergés dans l'étendue du paysage. Et qu'un cri rauque retentit et amplifie leur présence. Le musicien Côme Aguiar s'est inspiré de la culture aborigène. Il mêle des sons énigmatiques imitant des barrissements et des instruments traditionnels, tels que le djidoredo. Le site se trouve sur la « ligne du chant » ou « piste du rêve » (Songline) qui serpente sur tout le continent. Les Echos, Exploration en terre dinosaure | Les Echos
  • Depuis son départ forcé de la Comédie-Française en 2010, Catherine Hiegel, qui y a passé quarante ans et en fut la doyenne, se voit constamment sollicitée. En septembre, à la Porte Saint-Martin, elle jouera « Avant la retraite », de Thomas Bernhard, avec André Marcon et Noémie Lvovsky, dans une mise en scène d’Alain Françon. Une pièce sur le nazisme, qu’elle dit d’utilité publique au moment où le racisme connaît une nouvelle flambée dans le monde. La grande Catherine ne comptait pas que des amis dans la maison de Molière. Elle ruait bien souvent dans les brancards. On la disait une terreur. Mais elle vaut mieux que sa réputation. Cette ogresse au rire rauque (elle n’a arrêté de fumer qu’après cinquante et un ans de tabagisme) ne manque ni d’humour ni de tendresse. Encore faut-il les percevoir derrière les vacheries… L'Obs, Catherine Hiegel : « Je dois avoir une tête d’infirmière… »
  • Réédité en vinyle et en CD, "Flaming pie" (1997) est le dixième album studio de Paul McCartney. Le titre fait référence à une blague de John Lennon qui affirmait que le nom Beatles s’inspirait d’une vision d’un homme provenant d’une tarte volante. On y retrouve la superbe voix du musicien, tantôt douce, tantôt rauque, toujours chargée d’émotion ; son appétit pour tous les instruments (de la basse à l’orgue) ; son goût pour les harmonies vocales sophistiquées et son impressionnante efficacité mélodique, la plupart des morceaux ayant été écrits et composés très vite. La première des 14 chansons, "The song we were singing", est une parfaite introduction, qui donne d’emblée une place de choix aux guitares (tenues par McCartney lui-même et son complice Jeff Lynne, musicien tout aussi brillant). Dans ce registre électrique, le guitariste américain Steve Miller est également très présent, d’"If you wanna" à "Young boy" en passant par "Used to be bad", un bon vieux blues rock. Maître es-ballades, l’ex-Beatles en trousse quelques-unes qui font chaud au cœur dont "Somedays" (son orchestre gorgé de cordes… et Ringo Starr à la batterie), "Heaven on a sunday" (avec le fiston James McCartney à la guitare électrique pour une première prestation discographique) ou "Little willow", hommage à un ami disparu et message de soutien à sa veuve. ladepeche.fr, La magie McCartney - ladepeche.fr

Traductions du mot « rauque »

Langue Traduction
Corse arruvitu
Basque erlats
Japonais しわがれ声
Russe хриплый
Portugais rouco
Arabe أجش
Chinois 嘶哑
Allemand heiser
Italien rauco
Espagnol ronco
Anglais hoarse
Source : Google Translate API

Synonymes de « rauque »

Source : synonymes de rauque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rauque »



mots du mois

Mots similaires