La langue française

Éraillé

Définitions du mot « éraillé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉRAILLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de érailler1*.
II.− Emploi adj., MÉD., vx. Œil éraillé. Œil atteint d'ectropion, dont la paupière inférieure est retournée et/ou qui est injecté de sang. Il [Gottlieb] avait ses gros yeux si rouges et si éraillés, que je lui demandai s'il y avait mal (Sand, Ctesse de Rudolstadt, t. 1, 1844, p. 257).
[En parlant du regard] Entre un monsieur dont la tête tient de la vieille femme et du vieux régisseur de théâtre de province, le sourire gracieusé, le regard éraillé (Goncourt, Journal,1862, p. 1201).

ÉRAILLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de érailler2*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une étoffe] Dont la trame est distendue; qui est déchiré(e) superficiellement. Satin, soie éraillé(e). Elle reprisa le velours éraillé des fauteuils (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 69).Au grand jour, son voile blanc [de Pasquala] et son corsage paraîtraient éraillés, fanés, salis par la terre des chemins (Loti, Fleurs ennui,1882, p. 191).
P. ext.
1. [En parlant d'une chose] Dont la surface est écaillée, rayée. Ses flancs épais [du navire] à vertèbres de chêne, étaient éraillés, rugueux, imprégnés d'humidité et de saumure (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 18).Il y avait près de cent ans que la peinture jaune des murs tenait, déteinte en haut, éraillée dans le bas (Zola, Rêve,1888, p. 40).La façade éraillée et ternie (...) de son hôtel de ville peint dans toute sa hauteur (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 281).
2. [En parlant d'une partie du corps] Qui est couvert d'éraflures, de rides. Deux figures tannées, ridées, éraillées, qui étaient comme enduites de bistre et de bitume (Hugo, Alpes et Pyr.,1885, p. 86).Un ongle éraillé (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 156).
B.− P. anal. et au fig., usuel
[En parlant de la voix] Qui est rauque, voilé(e). Voix éraillée et vulgaire. (Quasi-)synon. cassé, enroué, guttural.La voix et le rire éraillés dans une bouche singulièrement canaille (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 40).Voix éraillée et faubourienne (Mauclair, Maîtres impressionn.,1904, p. 88):
Les voix sont rauques, éraillées ou grêles. Mariette la Toulousaine a cette voix tendue, durcie, que font les petits verres. Taine, Notes Paris,1867, p. 35.
[En parlant d'une production vocale, d'un son] Qui est rauque, dissonant. Des sons éraillés, brisés qu'on nomme vulgairement « couacs » (Berlioz, À travers chants,1862, p. 296).Des braillements éraillés de conscrits me heurtent comme un coup (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 49).
[En parlant d'un organe vocal ou de ce qui produit un son] Qui produit un son rauque ou dissonant. Je n'ai jamais tant juré de ma vie, j'en ai la gorge éraillée (Stendhal, Corresp.,t. 1, 1800-42, p. 339).Une cloche éraillée sonnait (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 91).
Fréq. abs. littér. Éraillé1 et 2: 105.

Wiktionnaire

Forme de verbe

éraillé \e.ʁɑ.je\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe érailler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉRAILLÉ (é-râ-llé, llée, ll mouillées, et non é-râ-yé, yée) part. passé.
  • 1Une étoffe éraillée, étoffe dont les fils s'écartent.
  • 2Qui présente un aspect semblable à celui d'une étoffe éraillée. Un mur éraillé par le soleil. Visage éraillé. Teint éraillé. Peau éraillée.

    Avoir l'œil éraillé, avoir des filets rouges dans l'œil, ou les paupières renversées. Rien ne le rebuta, ni sa vue éraillée…, Boileau, Sat. x. Mme Panache était une petite et fort vieille créature avec des lippes et des yeux éraillés, Saint-Simon, 44, 8.

    Terme de marine. Cordages éraillés, cordages détériorés.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éraillé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éraillé eraje

Évolution historique de l’usage du mot « éraillé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éraillé »

  • Il a le timbre de voix éraillé d'Éric Gerets sans l'accoutumance au Cohiba et autre Montecristo, la rebelle attitude de Marcelo Bielsa sans ses légendaires coups de folie, la culture de la gagne de Didier Deschamps sans sa fameuse "chatte" (le sélectionneur des Bleus ne nous en voudra pas pour l'allusion, qui le fait lui-même sourire malicieusement). LaProvence.com, OM | OM - Le billet : Villas-Boas, acte II | La Provence
  • On aura compris que sa voix d’alto présente aussi un timbre éraillé, qui fait son charme, comme on pourra s’en rendre compte à Marciac. PresseLib, Avec sa voix d’alto et son timbre éraillé, qui fait son charme, la chanteuse américaine va faire chavirer la scène de Marciac - PresseLib
  • "Ouais salut c’est toi qui veux faire un petit papier sur le grand Carton ?" Le son éraillé et éminemment sympathique de la voix de Christian Picard, alias Carton, emblématique chanteur du groupe Raoul Petite, donne le ton. Entretien avec le Roi Carton. midilibre.fr, Nîmes : Raoul Petite et grand Carton pour le traditionnel concert au Cargo - midilibre.fr

Traductions du mot « éraillé »

Langue Traduction
Anglais scuffed
Espagnol rayado
Italien scuffed
Allemand abgenutzt
Chinois 擦伤
Arabe جرجر
Portugais arranhado
Russe потертостями
Japonais すり減った
Basque scuffed
Corse scuffata
Source : Google Translate API

Synonymes de « éraillé »

Source : synonymes de éraillé sur lebonsynonyme.fr

Éraillé

Retour au sommaire ➦

Partager