La langue française

Psychologie

Sommaire

  • Définitions du mot psychologie
  • Étymologie de « psychologie »
  • Phonétique de « psychologie »
  • Citations contenant le mot « psychologie »
  • Images d'illustration du mot « psychologie »
  • Traductions du mot « psychologie »
  • Synonymes de « psychologie »

Définitions du mot « psychologie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PSYCHOLOGIE, subst. fém.

A.−
1. Science qui étudie les faits psychiques. En psychologie il n'y a pas de sentiments simples et (...) bien des découvertes dans le cœur de l'homme restent à faire (Gide, Journal,1918, p. 662).Freud (...) est le seul à avoir restauré en psychologie la dignité de l'événement : toute l'histoire psychologique est faite pour lui d'événements inacceptés ou non liquidés (Mounier, Traité caract.,1946, p. 113).V. behaviorisme ex. 3, éthologie ex., psychologie ex. 1, psychologisme ex. de Traité sociol., psychophysiologie ex. de Durkheim, psychophysiologique dér. s.v. psychophysiologie ex. de Birou 1966 :
1. Proust a fourni à la psychologie des documents infiniment précieux; il lui a apporté en grand nombre ce que les médecins appellent des observations bien faites, particulièrement neuves et aiguës. Benda, Fr. byz.,1945, p. 289.
SYNT. Psychologie classique, moderne, traditionnelle; psychologie appliquée, pure, théorique; laboratoire, méthodes, recherches, traité de psychologie.
2. En partic.
a) Vieilli. Partie de la philosophie qui étudie l'âme, ses facultés, son activité. La psychologie est-elle donc toute la philosophie? Et, à part de la psychologie, la philosophie générale n'a-t-elle pas aussi quelque axiome certain et indubitable à nous fournir? (P. Leroux, Humanité,1840, p. 137).La psychologie, que l'on s'est habitué à considérer comme la philosophie tout entière n'est après tout qu'une science comme une autre; peut-être n'est-ce pas même celle qui fournit les résultats les plus philosophiques (Renan, Avenir sc.,1890, p. 155).
Psychologie ontologique/philosophique/rationnelle. Science qui ,,cherche à partir des données expérimentales à répondre aux questions que se pose l'intelligence sur les activités de l'âme et leur finalité (...), l'union de l'âme avec le corps`` (Suavet 1963). Quand l'observation de l'esprit par lui-même a pour objet de découvrir, au delà des phénomènes, une réalité substantielle et permanente dont ceux-ci ne sont que la manifestation, elle constitue la psychologie ontologique, ou encore la psychologie rationnelle (Lal.1968).
b) [Toujours avec un déterm.] Science qui étudie des faits psychiques particuliers. Les nombreuses branches de la psychologie de l'expression (graphologie, stylistique, chirologie, étude de la démarche, de la poignée de main, etc...) (Mounier, Traité caract.,1946p. 37).V. psychométrique dér. s.v. psychométrie ex. de Lafon 1963, psychopédagogie ex. de Éduc. 1979 :
2. ... la psychologie du langage distingue en l'histoire de celui-ci une phase d'expression sensible, une phase d'expression intuitive et une phase d'expression conceptuelle... J. Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 63.
SYNT. Psychologie criminelle, ethnique, humaine, linguistique (v. psycholinguistique), médicale, pathologique (v. psychopathologie), physiologique (v. psychophysiologie, psychophysique), religieuse, scolaire (v. psychopédagogie), sociale/sociologique (v. psychosociologie); psychologie de l'enfant, de l'adolescent, de l'adulte; psychologie des classes sociales, des foules, des peuples; psychologie de la conscience, des sensations, de la volonté; psychologie du travail.
Psychologie abyssale/analytique; psychologie de l'inconscient/ en profondeur/des profondeurs. Étude des faits psychiques latents, inconscients. Synon. psychanalyse.Si l'on compare le caractère d'un individu à une mélodie, la matière du caractère est l'instrument sur lequel il joue la mélodie. Ce sont ses diverses parties qui tombent sous la compétence de la psychologie analytique (Mounier, Traité caract.,1946p. 48).Ceux que la peur de la sexualité a laissés à la porte de la psychologie des profondeurs (Choisy, Psychanal.,1950, p. 27).
Psychologie collective*.
Psychologie comparée. Étude des différences psychiques; en partic. étude comparative des faits psychiques humains et animaux. Ce serait un chapitre de psychologie comparée aussi intéressant qu'inédit que celui qui noterait, étape par étape, la marche des différentes races européennes vers cette négation définitive de tous les efforts de tous les siècles (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 10).V. intelligent ex. 9.
Psychologie génétique*. V. aussi psychogenèse.
Psychologie individuelle*.
Psychologie industrielle*.
Psychologie objective; psychologie de/du comportement/de réaction. Synon. de behaviorisme.Pavlov (...) fit une découverte capitale pour la psychologie objective, celle du réflexe conditionné (Hist. sc.,1957, p. 1670).
c) [Toujours avec un déterm.] Science qui étudie les faits psychiques selon une théorie particulière, avec une méthode particulière. Un examen psychiatrique, pour être complet, porte, avant tout, sur l'observation directe, par les procédés de psychologie clinique (Codet, Psychiatrie,1926, p. 11).V. dynamiste ex., introspectif ex., psychotechnique I ex. de Lafon 1963 :
3. C'était le défaut de la psychologie éclectique de donner de la réalité une image artificielle en distinguant des phases différentes dans le processus volontaire : délibération, décision, exécution. Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 38.
SYNT. Psychologie associationniste, critique, descriptive, empirique/empiriste, évolutionniste, expérimentale (v. psychotechnique), historique, inductive, intellectualiste, intentionnelle, introspective/d'introspection, matérialiste, mathématique, mécaniste, phénoménologique, quantitative (v. psychométrie), rationnelle, réflexive.
Psychologie compréhensive*.
Psychologie dynamique*.
Psychologie de la forme. Synon. de gestalt-psychologie (s.v. gestalt).[La] psychologie de la forme (...) basée sur la conception du holisme (...) s'opposait à l'origine à la psychologie associationniste (Méd. Biol.t. 31972).V. forme ex. 54.
d) Science qui étudie les faits psychiques, en tant que matière d'enseignement. Chaire, études, licence de psychologie. Cette lecture [de Judith tuant Holopherne (Judith XIII 1-10)], faite par la meurtrière de Marat méditant son crime, avait été citée par un des professeurs de psychologie de Harvard comme un type de suggestion historique (Bourget, Actes suivent,1926, p. 123).
e) La psychologie de + n. propre. La théorie des faits psychiques propre à un auteur. La psychologie de Herder est riche en suggestions que les romantiques n'oublieront pas (Béguin, Âme romant.,1939, p. 57).
B.−
1. Connaissance du comportement, des pensées, des sentiments humains; aptitude à les connaître. Erreur de psychologie; avoir de la, faire preuve de, user de psychologie; être dénué de, manquer de psychologie. Olivier, de son côté, était choqué du manque de psychologie de Christophe; son aristocratie de vieille race intellectuelle souriait de la maladresse de cet esprit vigoureux, mais lourd (...) et qui était la dupe des autres et de soi (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 1008).Le rabatteur me surveillait du coin de l'œil. Ces gars-là ils ont de l'astuce, de la psychologie; ils ne gaffent pas souvent (Arnoux, Paris,1939, p. 192):
4. Son extraordinaire puissance d'investigation intérieure [de Bergson] lorsqu'elle porte sur son propre moi, et (...) son absence complète de psychologie à l'égard d'autrui qui à ses yeux reste toujours le non-moi... Du Bos, Journal,1922, p. 65.
Rare. [Le compl. du n., explicité ou non, désigne une manifestation de l'esprit hum.] « Sans contradiction, sans empêchement, sans scrupule », ces derniers mots de Malaval sont d'une psychologie beaucoup plus juste que les déclamations de Nicole (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 4, 1920, p. 578):
5. Un verset me revint, dont j'avais toujours admiré la psychologie profonde, le trait de lumière projeté sur les rapports de la pensée et de l'action : « Et moi je vous dis que quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur ». Bourget, Sens mort,1915, p. 215.
2. Ensemble des manières de sentir, de penser, d'agir, caractéristiques d'une personne, d'un groupe ou d'un type de personnes ou d'un personnage de fiction. Synon. mentalité, psychisme.Psychologie du malade, du savant; analyser la psychologie féminine. Je ne fais plus rien (...). La psychologie de mes bonshommes me manque, j'attends, et je soupire (Flaub., Corresp.,1857, p. 244).La psychologie simple, rude, naïve du soldat (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 214).V. psychothérapie ex. de Porot 1960 :
6. Chacun peut noter des ressemblances psychologiques frappantes entre générateurs et engendrés, ainsi qu'entre consanguins. On a pu étudier des psychologies familiales : familles de mathématiciens comme les Bernoulli, de musiciens comme les Bach, famille de vagabonds ou de prostituées. Mounier, Traité caract.,1946, p. 53.
[P. méton.] Ensemble des sensations, des sentiments, des motivations qui accompagnent, qui caractérisent un acte, un événement, un phénomène. Psychologie de l'amour, d'un crime. Quand la France a disparu à mes yeux, derrière les îles d'Hyères, j'étais moins ému et moins pensant que les planches du bateau qui me portait. Voilà la psychologie de mon départ (Flaub., Corresp.,1853, p. 135):
7. Un bon peintre ne peindra plus Marius vainqueur des Cimbres ou l'assassinat du duc de Guise, parce que la psychologie de la victoire ou du meurtre est élémentaire et exceptionnelle. Et que le vacarme inutile d'un acte violent étouffe la voix plus profonde, mais hésitante et discrète, des êtres et des choses. Maeterl., Trésor humbles,1896, p. 165.
3.
a) Étude, description des manières de sentir, de penser, d'agir, caractéristiques d'une personne, d'un groupe ou d'un type de personnes ou d'un personnage de fiction. Si je fais jamais ce roman (...) sur la vie de théâtre, si je fais jamais la psychologie d'une actrice, il faut que l'idée dominante (...) soit le combat des instincts peuples (...) avec les (...) qualités congénitales d'un grand talent, d'un génie (Goncourt, Journal,1871, p. 797).Toute la psychologie bien faite d'une époque apporte une lumière sur la nature générale de l'homme (Thibaudet, Réflex. litt.,1936p. 61).
[P. méton.] Étude, description des sensations, des sentiments, des motivations qui accompagnent, qui caractérisent un acte, un événement, un phénomène. Mon client (...) a assassiné son patron dans un mouvement de colère qui me paraît incompréhensible. Voulez-vous me permettre de faire la psychologie de ce crime (...)? Vous jugerez ensuite (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Assass., 1887, p. 589):
8. Charrigaud avait (...) choisi le ridicule du snobisme (...). On pourrait faire toute une étonnante psychologie du snobisme avec les impressions, les traits, les profils serrés, les silhouettes étrangement dessinées et vivantes que son originalité renouvelait et prodiguait, sans jamais se lasser... Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 191.
b) Manière de présenter, de décrire le comportement, les pensées, les sentiments humains, propre à un auteur ou à une œuvre littéraire. La psychologie de ces romanciers est singulière, mais courte. Ils n'ont pas la curiosité des situations nouvelles du cœur (Bourget, Nouv. Essais psychol.,1885, p. 193).Cet amour (...) ferait un joli roman psychologique, à la psychologie fabriquée avec les sentiments les plus délicats, les plus distingués, les plus chouettement purs (Goncourt, Journal,1890, p. 1199).
REM.
Psycho, subst. fém.,abrév. fam. Étudiant en psycho, licence de psycho. Allez, allez, vous pouvez en trouver des formules et en dicter des cours de psycho divisés en paragraphes! (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1906, p. 298).La médecine de notre époque, c'est dans le domaine psychique qu'elle fera son pas décisif (...) La psycho de l'enfance, à mon avis, n'en est qu'à ses débuts (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 122).
Prononc. et Orth. : [psikɔlɔ ʒi]. Ac. 1762, 1798 : psycologie; dep. 1835 : -ch-. Étymol. et Hist. 1. 1588 (Taillepied, Psichologie ou traicté de l'apparition des esprits ds Gdf. Compl.); 2. 1690 « partie de la philosophie qui traite de l'âme, de ses facultés et de ses opérations » (Dionis, Anatomie de l'homme, 138 d'apr. FEW t. 9, p. 502a); 1765 psychologie empirique ou expérimentale (Encyclop. t. 13); 1851 psychologie scientifique (Cournot, Fond. connaiss., p. 548); 1866 psychologie individuelle (Amiel, Journal, p. 162); 1866 psychologie appliquée (Id., ibid., p. 229); 1914 psychologie génétique (G. Marcel, Journal, p. 21); 3. 1857 « connaissance empirique des sentiments d'autrui » (Flaub., Corresp., p. 244); 4. p. ext. 1887 (Maupass., loc. cit.); 5. 1916 « aptitude à prévoir les comportements » (Barbusse, Feu, p. 193 : Attends voir, Bec d'asticot, dit Tirette qui ne manque pas de psychologie). Empr. au lat. psychologia créé au xvies. à l'aide du gr. ψ υ χ η ́ « âme » et λ ο ́ γ ο ς « esprit », « discours », par Melanchton, humaniste et réformateur allemand [1497-1560] comme titre d'une conférence, mot utilisé aussi en 1579 par le philosophe allemand J.-T. Freigius (v. NED, s.v. psychology). Fréq. abs. littér. : 1 971. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 483, b) 801; xxes. : a) 2 438, b) 6 075.
DÉR.
Psychologiser, verbe,rare. a) Empl. intrans. Se livrer à une analyse, une réflexion psychologique. Nous avons psychologisé comme les fous, qui augmentent leur folie en s'efforçant de la comprendre (Baudel., Fanfarlo,1847, p. 535).Qu'il eût pu (...) reprendre assez de sang-froid pour psychologiser de la sorte, n'était-ce pas miraculeux? (Richepin, Cadet,1890, p. 160).b) Empl. trans. Donner une valeur, une explication psychologique (à quelque chose). Le système des relations veut constater empiriquement l'existence de la pensée, il sépare les significations des choses signifiées (...). Aussi « psychologise »-t-il les significations, les valeurs et la sympathie, en les privant de leur intentionnalité ontologique et en les réduisant à de simples intentions de conscience (J. Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 127).En sa grande masse, la poésie est plus mêlée aux passions, plus psychologisée (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 14). [psikɔlɔ ʒize]. 1reattest. 1847 (Baudel., loc. cit.); de psychologie, suff. -iser*.
BBG. − Dumas (G.), et collab. Nouv. traité de psychologie. Paris, P.U.F., 1948, 7 vol. − Moscato (M.), Wittwer (J.). La Psychologie du lang. Paris, P.U.F., 1981, 127 p. − Mueller (F. L.). Hist. de la psychologie. Paris, Payot, 1960. − Quem. DDL t. 21, 29. − Reuchlun (M.). Hist. de la psychologie. Paris, P.U.F., 1961.

Wiktionnaire

Nom commun

psychologie \psi.kɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Médecine) (Didactique) Étude scientifique des phénomènes psychiques.
    • Soit qu'on envisage la psychologie ou la physique générale de Descartes, on y trouve la même faute. — (Jules Simon, Introduction de: « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • J’aurais dû vous le dire plus tôt : pour la psychologie, il n’y a guère d’employable que la femme jeune et gentille ; ça au moins c’est consistant et ça rend sous la plume ! — (Léon Frapié, La bonne leçon, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, page 225)
    • Pavlov ne s'est pas borné à abdiquer simplement la psychologie en tant que science. Il voyait naître en lui le sentiment d'hostilité irréconciliable envers cette « alliée de la physiologie » qui n'a pas fait ses preuves. — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, page 78, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
    • Cette panoplie de données objectives et quantifiées permet de dépasser largement l’approche intuitive, pifométrique et incertaine qui reste la plus souvent celle de la psychologie historique. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 50)
    • J’ai moi-même été militant marxiste-léniniste et j’ai pourtant produit une thèse en anthropologie biologique en recourant au paradigme de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste. — (La démagogie est-elle génétique ?, dans Le Québec sceptique, n°58, p.17, automne 2005)
  2. Série d’états d’âme.
    • Ce romancier excelle à analyser la psychologie féminine.
  3. (Familier) Capacité à se rendre compte des sentiments humains.
    • — On a toujours fait pour le bien ! leur psychologie du racoleur leur ayant depuis longtemps appris que celui-ci interprétait toujours le « bon côté » et le « bien » comme étant sa façon de voir à lui et d’agir. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Nom commun

psychologie

  1. (Médecine) Psychologie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PSYCHOLOGIE. (Dans ce mot et dans les quatre suivants, CH se prononce K.) n. f.
T. didactique. Partie de la philosophie qui traite de l'âme, de ses facultés et de ses opérations. Fam., Manquer de psychologie, Ne pas se rendre compte des sentiments humains. Choisir ce moment pour lui demander un service, c'est manquer de psychologie.

PSYCHOLOGIE se dit aussi, dans le langage courant, d'une Série d'états d'âme. Ce romancier excelle à analyser la psychologie féminine.

Littré (1872-1877)

PSYCHOLOGIE (psi-ko-lo-jie) s. f.
  • Mot employé par Wolff le premier pour désigner l'étude que l'on fait du moral et de l'intelligence, sans prendre en considération les parties qui en sont les organes. La psychologie est le principal objet de l'école écossaise et de l'école éclectique contemporaine. La psychologie est la science de l'âme, Bonnet, Paling. XVII, 5. Charles Bonnet fut un grand naturaliste autant qu'un grand métaphysicien ; il a fait plusieurs applications directes de ses connaissances anatomiques à la psychologie, Cabanis, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 63.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PSYCHOLOGIE[1], s. f. (Métaphysique.) partie de la Philosophie, qui traite de l’ame humaine, qui en définit l’essence, & qui rend raison de ses opérations. On peut la diviser en Phychologie empirique, ou expérimentale, & Psychologie raisonnée. La premiere tire de l’expérience les principes, par lesquels elle explique ce qui se passe dans l’ame, & la Psychologie raisonnée, tirant de ces principes d’expérience une définition de l’ame, déduit, ensuite de cette définition, les diverses facultés & opérations qui conviennent a l’ame. C’est la double méthode à posteriori & à priori, dont l’accord produit la démonstration la plus exacte que l’on puisse prétendre. La Psychologie fournit des principes à diverses autres parties de la Philosophie, au droit naturel[2], à la Théologie naturelle[3], à la Philosophie pratique[4], & à la Logique[5]. Rien de plus propre que l’étude de la Psychologie, pour remplir des plaisirs les plus vifs, un esprit qui aime les connoissances solides & utiles. C’est le plus grand bonheur dont l’homme soit susceptible ici bas, consistant dans la connoissance de la vérité, en tant qu’elle est liée avec la pratique de la vertu, on ne sauroit y arriver sans une connoissance préalable à l’ame, qui est appellée à acquérir ces connoissances, & à pratiquer ces vertus.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « psychologie »

Psycho…, et λόγος, doctrine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1588) Du latin psychologia → voir psycho- et -logie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin psychologia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « psychologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
psychologie psikɔlɔʒi

Citations contenant le mot « psychologie »

  • L'attitude pornographique est fondée sur le postulat que les amants ignorent la lassitude et que la psychologie n'existe pas. De John Atkins / Le Sexe dans la littérature
  • La psychologie de notre temps ne se relèvera point de son erreur principale qui est d'avoir trop cru les fous et les malades. De Alain / Système des beaux-arts
  • L'âme humaine ne s'explique pas par la psychologie. Elle ne peut être expliquée, elle est à vivre. De Tahar Ben Jelloun / Lire - Mars 1999
  • Avec un peu de psychologie et sans vulgarité, on peut tout expliquer à nos chères têtes blondes ! De Philippe Geluck / Le Docteur G. fait le point
  • L'objet de la psychologie est de nous donner une idée tout autre des choses que nous connaissons le mieux. De Paul Valéry / Tel quel
  • La psychologie comme science a ses limites, et de même que la conséquence logique de la théologie est le mysticisme, ainsi la conséquence ultime de la psychologie est l'amour. De Erich Fromm
  • La psychologie c'est l'art de faire croire aux autres que nous les comprenons. De Benoît Gagnon
  • La psychologie. Quand on se sert de ce mot-là, on a l'air de siffler des chiens. De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • Le théâtre n'est pas chargé de représenter la psychologie, mais les passions, c'est tout autre chose. De Ariane Mnouchkine / Petit Dictionnaire de théâtre : citations
  • Jamais la psychologie ne pourra dire sur la folie la vérité, puisque c'est la folie qui détient la vérité de la psychologie. De Michel Foucault / Maladie mentale et psychologie
  • Ne fais pas de psychologie dans la colère, tu verrais trop juste. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste
  • Le burlesque exige une psychologie plus stricte que n'importe quel autre registre au cinéma. De Charlie Chaplin / Ma vie
  • Les Bourses ne traduisent pas l'état des économies, mais la psychologie des investisseurs. De Françoise Giroud / La rumeur du monde
  • La psychologie est la science qui vous apprend des choses que vous savez déjà en des termes que vous ne comprenez pas. De Jean Nohain
  • Après trente ans passés à étudier la psychologie féminine, je n'ai toujours pas trouvé de réponse à la grande question : Que veulent-elles au juste ? De Sigmund Freud
  • La psychologie positive rencontre un franc succès dans l’espace public, mais subit aussi de vives critiques. Pour ses détracteurs, en cherchant à améliorer le bien-être au travail, elle participerait à étouffer la remise en cause du système néolibéral et travaillerait à son maintien. Une analyse approfondie montre que la psychologie positive pourrait être bien plus subversive qu’il n’y paraît. , La psychologie positive : cheval de Troie du néolibéralisme ? | Psychologies.com
  • Avec ce livre de 1895 promis à un succès mondial, Gustave Le Bon (1841-1931) dissèque l’âme des foules, cette logique grégaire qui fait sauter les digues individuelles et emporte tout sur son passage dès lors qu’une masse se constitue. Un classique à l’origine de la psychologie sociale. , G. Le Bon, Psychologie des foules
  • « Je m’intéresse à l’attention sélective et à l’aveuglement lié à l’inattention, expliquait M. Hyman en marge de son colloque sur la psychologie légale. Quand survient un accident ou un évènement extraordinaire comme une agression, un témoin lui portera très rarement sa pleine attention. Alors il aura une mémoire très fragmentaire. » La Presse, La psychologie au secours de la justice

Images d'illustration du mot « psychologie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « psychologie »

Langue Traduction
Anglais psychology
Espagnol psicología
Italien psicologia
Allemand psychologie
Chinois 心理学
Arabe علم النفس
Portugais psicologia
Russe психология
Japonais 心理学
Basque psikologia
Corse psicologia
Source : Google Translate API

Synonymes de « psychologie »

Source : synonymes de psychologie sur lebonsynonyme.fr
Partager