La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « portage »

Portage

Définitions de « portage »

Trésor de la Langue Française informatisé

PORTAGE, subst. masc.

A. − [Corresp. à porter11resection I A]
1. Action, fait de porter quelque chose ou quelqu'un, généralement pour le transporter. Bête de portage. De dix minutes en dix minutes, on se relayait au portage de la civière (Verne,Enf. cap. Grant, t.2, 1868, p.251).
Empl. abs. Transport à dos d'homme (souvent dans des régions où d'autres moyens ne peuvent être utilisés ou n'existent pas). N'a-t-on pas fait observer d'ailleurs, que le portage est plus vivant que jamais sur les quais de nos ports où travaillent les dockers, sur nos chantiers où des équipes de manoeuvres transportent sur leurs épaules des fardeaux souvent très lourds, dans les régions méditerranéennes ou montagneuses où l'on rencontre même des femmes ployant sous le poids de charges fort pénibles? (Albitreccia,Gds moyens transp., 1931, p.6).Masques striés comme noix sèches, ossatures énormes, corps tendineux et noués, ils étaient faits pour la patience, voûtés par le portage, ramassés pour grimper, pour crocher dans la glace et le roc de leurs pattes griffues (Peyré,Matterhorn, 1939, p.16).
Région. (Canada). Transport à dos d'homme de tout le matériel et de l'embarcation, sur les portions de trajet où la navigation devient impossible. Une vieille Packard y attendait (...) Rédard (...) chaîna les roues; et nous nous y entassâmes tous (...) parmi les sacs des futurs portages (Genevoix,Laframboise, Lac Fou, 1942, p.93):
. Un jour qu'ils faisaient un portage, portant leur canot et leurs marchandises à travers les rochers qui bordent la rivière, un des voyageurs, envoyé aux écoutes sur le haut de la côte, crut entendre un de ces cris aigus ressemblant au sifflement du serpent. G. Lévesque,La Croix du Grand Calumetds L'Écho des Campagnes, vol. 2, 15 nov. 1847, p.2a.
P. méton. Portion de trajet, chemin où se fait ce portage. Harmony, ville nouvellement fondée sur le coude de cette rivière qui se rapproche le plus des eaux de la Delaware, d'où un portage de 19 milles conduit à Stock-Port, autre petite ville (Crèvecoeur,Voyage, t.1, 1801, p.74).Nous avons campé au bout du portage, dit-il, en haut des chutes (Hémon,M. Chapdelaine, 1916, p.46).
2. [En rapport avec des empl. spéc. de porteur]
a) FIN. ,,Prise de participation minoritaire et provisoire qu'opère une banque, généralement par l'intermédiaire d'une filiale, pour permettre à une société par actions de continuer sa croissance`` (Gestion fin. 1982).
b) MÉD. État d'un sujet porteur de germes. Cette vaccination [contre l'hépatite B] a pour but de diminuer ou d'éradiquer le portage chronique du virus chez le jeune enfant (Le Monde, 5 sept. 1979, p.9, col. 3).
B. − [Corresp. à porter11resection II]
1. Rare. Fait de porter quelque chose d'un lieu dans un autre. Frais de portage. [L'apprenti] se détendait dans les courses, les portages (Hamp ds Lar. Lang. fr.).
2. INFORM. ,,Système de distribution des journaux par livraison à domicile`` (cfpj Presse 1982).
C. − [Corresp. à porter12esection I A 2 a β]
1. MAR. Endroit où un cordage, une vergue touche un autre élément du bateau. On a filé du câble de l'ancre, et sa garniture n'est plus au portage de l'écubier (Verne,Île myst., 1874, p.474).
2. MÉCAN. Mise en contact des surfaces de deux pièces. Après avoir mis en place sur l'arbre moteur le volant de transmission, le monteur doit effectuer le portage parfait des différentes fusées de l'arbre dans les coussinets correspondants (Ambroise,Monteur mécan., 1949, p.16).
REM.
Portager, verbe,région. (Canada). Transporter sur son dos (matériel et embarcation) quand toute navigation devient impossible. a) Empl. trans. À quatorze ans, a portageait son canot toute seule (A. Nantel,À la hache, 1932, p.23 ds Richesses Québec 1982, p.1868).b) Empl. abs. Faut tout faire à leur place: monter la tente,... trouver la piste d'un chevreuil, appeler l'orignal et l'débiter après avoir tué, et puis portager pendant des milles, car ils porteraient pas dix livres pour sauver leur vie, et encore moins le canot (H. Bernard,Les jours...,1951,p.25, ds Richesses Québec 1982, p.1868).
Prononc. et Orth.: [pɔ ʀta:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1250 «action de porter» (G. Espinas, Vie urbaine de Douai, t.3, p.209 ds Fonds Barbier: portage ... de carbon); b) 1635 «(en Amérique du Nord) partie non navigable d'un cours d'eau» (Relations des Jésuites, éd. Thwaites, t.8, p.74 ds Fichier TLFQ: difficultez [...] des sauts et portages); 1694 «(en Amérique du Nord) action de porter ou de traîner une embarcation par voie de terre» (Corneille); c) 1896 alpin. «action de transporter l'équipement d'un camp à un autre» (Annuaire du Club alpin fr., année 1895, p.96 ds Quem. DDL t.27); d) 1909 «transport à dos d'homme (en partic. dans les pays tropicaux)» (Ch. Gide, Cours d'écon. pol., Paris, Sirey, p.248 ds Doc. DDL); e) 1967 «livraison des journaux à domicile» (Voyenne); 2. 1831 mar. «endroit où une vergue porte sur les haubans et galhaubans» (Will.). Dér. de porter1*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 42.

Wiktionnaire

Nom commun - français

portage \pɔʁ.taʒ\ masculin

  1. Action de porter, de transporter.
    • Il faut tant de chevaux, tant de voitures pour le portage de ces marchandises.
    • Frais de portage.
    • En un tournemain, ils avaient relevé l’accidenté et l’emportaient vers la coulisse, mettant en œuvre des moyens variables suivant les cas : portage à bras, portage à l’aide de cannes formant brancard, voire transport à deux bicyclettes avec dispositif entre les deux pour faire civière. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 110)
  2. (En particulier) Action de porter, de transporter par voie de terre une embarcation arrêtée par un obstacle sur un cours d’eau.
    • William Emery et Mokoum étaient donc venus avec un chariot qu’ils avaient laissé au fond de la vallée, […], après avoir évité par un portage de quelques milles les chutes de Morgheda. — (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
    • Le quatrième jour, vers midi, je m’aperçus que j’avais perdu leur trace. A un portage, je cherchai vainement l’empreinte des pieds. Je me rappelai alors que, quelques milles en amont, un affluent avait débouché brusquement dans la rivière. Sans doute l’avaient-ils remonté !… — (Maurice Constantin-Weyer, Un homme se penche sur son passé, 1928, réédition Nelson, page 274)
  3. (Par extension) Lieu où l’on doit transporter une embarcation par voie de terre sur son itinéraire.
    • Ils ont rencontré un ours dans le portage.
    • — Nous avons campé au bout du portage, dit-il, en haut des chutes. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
  4. Transport à dos d’homme ou d’animaux.
    • Nous ne sommes que des chairs à impôts. Nous ne sommes que des bêtes de portage. — (René Maran, Batouala, Albin Michel, Paris, 1921)
  5. (Finance) Opération financière consistant à acheter des devises à taux d'intérêt élevé tout en vendant d'autres devises à taux d'intérêt plus faible.
  6. (Informatique) Adaptation d'un programme dans un environnement autre que celui d'origine.
  7. (Médecine) État de contamination où le malade est porteur de la maladie.
    • Breese, en 1969, montre l'absence de portage de streptocoque A chez 100 enfants traités par la lincomycine, alors que 12/102 enfants traités par pénicilline en sont porteurs. — (Pierre Gehanno, La colonisation microbienne des voies respiratoires, John Libbey Eurotext, 1995, page 165)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PORTAGE (por-ta-j') s. m.
  • 1Action de porter, de transporter. Faire le portage du charbon, Ordonn. de la ville de Paris, ch. 23, dans RICHELET. On suppose que la vente du sel aux étrangers payera largement la façon du sel et le charriage ou portage qu'il en faudra faire dans les greniers et magasins, Vauban, Dîme, p. 108.
  • 2Masse de marchandises qui sont transportées d'un bâtiment à terre, ou d'un magasin à bord.
  • 3Droit de portage, droit qu'ont les officiers de marine et les matelots d'embarquer tant pesant d'effets ou de marchandises (expression maintenant peu usitée).
  • 4Action de porter par terre le canot et tout ce qui est dedans, quand la navigation d'un fleuve est interrompue par quelque obstacle. Faire portage. On ne voyageait alors qu'en canot ; et, lorsque la navigation est interrompue, ce qui arrive souvent, par un saut ou rapide…, on portait ses canots sur l'épaule, ainsi que le dit Champlain dans la phrase que nous citons et qui donne si naïvement l'étymologie du mot portage : « Il nous fallut porter nos canots, hardes, vivres et armes sur nos épaules, qui n'est pas petite peine à ceux qui n'y sont pas accoutumés. », L. Dussieux, Le Canada sous la domination française, p. 11.

    Partie où, certains fleuves d'Amérique cessant d'être navigables, on est obligé d'interrompre la navigation et de faire portage. Depuis Québec jusqu'à Montréal, il y a tant de portages.

  • 5 Terme de marine. Point où une vergue porte sur les haubans.

    Endroit ou un objet quelconque est touché par un autre.

HISTORIQUE

XIIIe s. Notenier qui ne randront rien de portage, Liv. de just. 123.

XIVe s. Qu'il vous plaise ottroyer audit commun de Genes le treffe et le portaige par mer des marchandises que l'en porte de vostre royaume oultre mer, Du Cange, portagium.

XVe s. Le fardeau très pesant s'estoit venu plongier sur mes espaules jusques à durement ressongnier [craindre] comment je me chevirois du portage là où je ploioie dessoubs, Chastelain, Exp. s. vérité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PORTAGE, s. m. (Gramm.) action de porter. Il faudra tant d’hommes & tant de chevaux pour le portage de ces marchandises.

Portage, (Marine.) c’est le privilege par lequel chaque officier, ou chaque matelot d’un vaisseau, a pouvoir d’y embarquer pour soi, jusqu’au poids de tant de quintaux, ou jusqu’à un certain nombre de barrils.

Portage, c’est aussi la quantité de poids ou d’arrimage que peuvent porter ou embarquer des passagers sur le prix de leur passage.

Faire portage, c’est-à-dire, porter le canot par terre avec ce qui est dedans pour passer les chutes d’eau qui se trouvent dans quelques fleuves, tel qu’est celui de Saint-Laurent, où il y a des chutes d’eau qui empêchent de remonter en canot.

Portage, (terme des îles d’Amérique.) c’est un trajet que les coureurs de bois, & ceux des habitans de la nouvelle France à qui on accorde la traite avec les sauvages, qu’ils font ordinairement avec des canots ou petits bateaux sur les rivieres & étangs, aux bords desquels se trouvent les habitations de ces sauvages, sont obligés de faire à pié, lorsqu’ils trouvent des sauts & des endroits difficiles dans leur chemin ; pendant cette course ils doivent porter sur leurs dos leurs canots, hardes, marchandises & provisions. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « portage »

Porter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De porter, avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « portage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
portage pɔrtaʒ

Citations contenant le mot « portage »

  • Le traiteur Bien Manger n’a pas fermé durant cette période de confinement. « Nous avons fait le dos rond, nous avons réduit nos horaires d’ouverture, et nous en avons profité pour travailler sur le projet de portage à domicile ». , Pontivy. Bien Manger : le traiteur propose le portage des repas à domicile en partenariat avec la Poste | Pontivy Journal
  • Le principe du portage salarial permet d’offrir à des professionnels indépendants, la possibilité de mener des missions et d’être rémunérés comme des salariés, sans pour autant passer par la création d’une entreprise. Les portés bénéficient par conséquent du cadre juridique et structurel de la société de portage. Le concept du portage donne ainsi plus de légitimité aux indépendants qui peuvent travailler plus aisément à la construction de leur carrière. Rapporté à la commande publique, le portage salarial ne souffre d’aucune discrimination dans le sens où les marchés publics sont ouverts à toutes les entreprises, pour peu qu’elles présentent les garanties techniques, financières et professionnelles nécessaires à l’exécution d’un marché. Dans cette perspective, les consultants en portage salarial ont toute latitude pour répondre à un appel d’offres. MarchesPublicsPME, Est-il possible de répondre à un marché public en portage salarial ?
  • À moins d’avoir beaucoup de travailleurs indépendants dans votre entourage, il est très probable que vous n’ayez jamais entendu parler du portage salarial. Ce statut existe pourtant depuis les années 80 en France mais s’est véritablement démocratisé au milieu des années 2 000 avec son entrée dans le Code du travail. Numerama, Développeurs, designers : quel intérêt de passer au portage salarial ?
  • Mécanisme original entre le salariat et l’entrepreneuriat, le portage salarial est une relation tripartite : un salarié porté conclut un contrat de travail avec une société de portage salarial (l’équivalent de l’« umbrella company » anglo-saxonne) et une entreprise cliente pour laquelle le salarié porté va réaliser une prestation. Ce mécanisme permet à des travailleurs indépendants de déléguer la gestion administrative de leur activité à la société de portage salarial et de bénéficier des mêmes droits qu’un salarié classique. Les Echos Solutions Business, Portage salarial : un ovni dans le droit social français
  • Pour ceux qui souhaitent travailler en indépendant, le portage permet de bénéficier du statut de salarié, ainsi que d'une couverture sociale. Ceci en toute sécurité, et sans avoir besoin de créer son entreprise, avec toutes les contraintes juridiques et la gestion administrative que cela implique. En effet, un salarié porté n'a pas à se préoccuper de ces dernières tâches, puisque c'est la société de portage qui s'en occupe pour lui. Évidemment, cela a un prix. Une société de portage salarial se rémunère. Webportage, par exemple, prend 5 % ou 8 % de commission du chiffre d'affaires HT encaissé. Son guide complet sur le statut explique en détail le fonctionnement de ce type d'accompagnement. La Tribune, Le portage salarial : une solution pour se lancer dans l'entrepreneuriat
  • Mécanisme original entre le salariat et l’entrepreneuriat, le portage salarial est une relation tripartite : un salarié porté conclut un […] Les Echos Solutions Business, Quels sont les avantages du portage salarial ? 
  • Vous êtes indépendant.e et vous avez surfé tant bien que mal sur la première vague d’épidémie de Covid-19, mobilisant toutes vos ressources pour maintenir votre activité à flot tout en vous renseignant sur les aides d’urgences mises à disposition par le gouvernement. Seulement voilà, vous vous sentez profondément angoissé.e à l’idée de voir se reproduire une crise semblable et de naviguer de nouveau en solitaire face aux défis économiques et sanitaires. Et si vous songiez au portage salarial? Slate.fr, Portage salarial: quels avantages en période de pandémie? | Slate.fr

Images d'illustration du mot « portage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « portage »

Traductions du mot « portage »

Langue Traduction
Anglais portage
Espagnol porteo
Italien portage
Allemand portage
Chinois 搬运
Arabe بورتاج
Portugais portage
Russe волок
Japonais ポーテージ
Basque portage
Corse portage
Source : Google Translate API

Synonymes de « portage »

Source : synonymes de portage sur lebonsynonyme.fr

Portage

Retour au sommaire ➦

Partager