La langue française

Pavois

Sommaire

  • Définitions du mot pavois
  • Étymologie de « pavois »
  • Phonétique de « pavois »
  • Citations contenant le mot « pavois »
  • Images d'illustration du mot « pavois »
  • Traductions du mot « pavois »
  • Synonymes de « pavois »

Définitions du mot « pavois »

Trésor de la Langue Française informatisé

PAVOIS, subst. masc.

A. − Grand bouclier ovale ou rectangulaire, en usage au Moyen Âge. Les soldats (...) portaient de grands boucliers, nommés pavois, souvent terminés à leur extrémité inférieure par une pointe de fer qui permettait de les ficher dans le sol (Mérimée, Ét. arts Moy. Âge, 1870, p.287).
Loc. Élever, hisser, porter sur un pavois. Mettre au pouvoir, hisser sur un bouclier en signe d'accession à la royauté (d'apr. Fédou Moy. Âge 1980). Quand les Français élisaient un roi, ils l'élevaient sur un pavois, le portaient sur un pavois (Ac.1798-1878).Lorsqu'on élisait un roi, on le hissait sur le pavois (Ac. 1935).
Loc. fig. Élever, hisser, mettre sur le pavois. Glorifier, parer d'une renommée exceptionnelle. Monter sur le pavois. Parvenir à une haute situation. Monté sur le pavois grâce au succès de la Fille de Madame Angot, il [Lecocq] alla proposer à son éditeur et ami Daubels son recueil qui était intitulé Miettes musicales (L. Schneider, Maîtres opérette fr., 1924, p.182).En le mettant [Alexandre de Girardin] sur le pavois, Émile [de Girardin] reconnaissait son père (...) et cela valait mieux que l'attaquer (Morienval, Créateurs gde presse, 1934, p.34):
1. D'Albertine, en revanche, je n'avais plus rien à apprendre. Chaque jour, elle me semblait moins jolie. Seul le désir qu'elle excitait chez les autres, quand, l'apprenant, je recommençais à souffrir et voulais la leur disputer, la hissait à mes yeux sur un haut pavois. Proust, Prisonn., 1922, p.28.
B. − MARINE
1. Partie de la coque située au-dessus du pont. Le pont se remplissait, à chaque plongeon, et la nappe liquide (...) pouvait submerger le navire. Il eût été sage, pour parer à tout événement, de briser les pavois à coups de hache, afin de faciliter la sortie des eaux (Verne, Enf. cap.Grant, t.3, 1868, p.39).La muraille du bâtiment est généralement prolongée au-dessus du pont des gaillards en formant pavois de manière à protéger l'équipage contre la mer (Croneau, Constr. nav. guerre, t.1, 1892, p.6).
2. Ensemble des pavillons d'un navire. Nous avons hissé le pavois avec le pavillon argentin en tête du grand mât (Charcot, «Pourquoi-Pas?»1910, p.228).
Grand pavois. ,,Ensemble des pavillons du Code international, hissés suivant une disposition donnée, en signe de fête`` (Sizaire Marine 1972). Jour de la fête nationale de France. Sur rade de Nagasaki, grand pavois en notre honneur et salves d'artillerie (Loti, MmeChrys., 1887, p.70).Passant devant les 40 bâtiments qui arboraient le grand pavois (...) je sentais que notre marine avait dévoré ses chagrins et retrouvé ses espérances (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p.12):
2. ... trois fois de suite notre petit canon (...) a tonné pendant que le grand pavois montait dans la mâture et que, cacophonie effroyable, gramophone et phonographe sur deux tons différents luttaient de vitesse pour achever le premier la Marseillaise. Charcot, Expéd. antarct., 1906, p.176.
Petit pavois. Ensemble de pavillons nationaux hissés au sommet des mâts sur un navire de commerce (d'apr. Gruss 1978). Le petit pavois est établi pour honorer le pays étranger dans lequel on se trouve (Gruss1978).
3.
a) Vx. Synon. de pavesade (v. ce mot A).
b) ,,Ensemble de bandes de drap bleu bordées de rouge que l'on plaçait de chaque bord sur les vaisseaux, les jours de fête`` (Gruss 1978).
P. ext. Toiles ornant un bateau. V. barque ex. 1.
Prononc. et Orth.: [pavwa], [-a]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. 1336 au plur. «grands boucliers dont on garnissait le bord supérieur des navires pour former un rempart à l'abri duquel on combattait» (Armement de la nef la Catherine de Leure, 15 déc. ds Actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois, éd. L. Delisle, p.149); 2. 1364 p.ext., avec changement de suff., au plur. pavas «grandes pièces de toile tendues sur le bord supérieur des navires et destinées à cacher l'équipage à l'ennemi» (Compte de J. dou Four, Arch. KK 3b, fo35 vods Gdf.); 1643 pavois (Fournier, Hydrographie, p.831); 1874 désigne les pavillons dont on orne le gréement d'un navire en signe de réjouissance (Lar. 19e); 1887 spéc. grand pavois (Loti, loc. cit.). B. 1365 au plur. pavays «grands boucliers ovales ou rectangulaires faits de bois léger recouvert de cuir ou de lames de fer» (doc. 17 janv. ds Mandements et actes divers de Charles V, éd. L. Delisle, p.138); 1remoitié du xvpavois (Le Viandier de Taillevent, ms. du Vatican, éd. J. Pichon et G. Vicaire, p.274); 1576 spéc. mettre (un roi mérovingien) sur un pavois «(le) proclamer roi» (Du Haillan, L'Histoire de France, p.11); 1827 p.ext. (Chateaubr., Mél. hist., p.46: Mgr le duc de Berry éleva un drapeau blanc, et, sur ce pavois du nouveau Champ-de-Mars, proclama le premier le monarque); 1845 au fig. (Balzac, Lettres Étr., t.3, p.26: [à propos d'une symphonie] Voilà la première fois que la fougue parisienne ne se trompe pas et n'élève pas sur le pavois une sottise). Empr. à l'ital. pavese «bouclier d'osier ou de bois recouvert de cuir» (dep. le xiiies., panvese d'apr. DEI; pavese, 1remoitié du xives. ds Tomm.-Bell.), propr. «(objet) de Pavie», du lat. pavensis «de Pavie»: Pavie fut prob. au Moyen Âge un centre réputé de fabrication d'armes (cf. heaumes Paviëis, ca 1165, Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 14370 et passim; escuz pavaiz, 1337 ds DG; lat. médiév. domaine ital. pavensis «bouclier fabriqué à Pavie» en 1275 ds Vidos, p.521 et en 1299 ds Du Cange). Fréq. abs. littér: 65. Bbg. Gougenheim (G.). Un mot pseudo-mérov.: pavois, Vox. rom. 1938, t.3, pp.237-252. _Guerlin de Guer (J.). À propos de pavois. Fr. mod. 1940, t.8, pp.318-320. _Hope 1971, p.47. _La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p.427. _Lerch (E.). Frz pavois... Neuphilol. Mitt. 1940, t.41, no1/2, pp.29-34. _Vidos 1939, p.26, 49, 520-523.

Trésor de la Langue Française informatisé

PAVOIS, subst. masc.

A. − Grand bouclier ovale ou rectangulaire, en usage au Moyen Âge. Les soldats (...) portaient de grands boucliers, nommés pavois, souvent terminés à leur extrémité inférieure par une pointe de fer qui permettait de les ficher dans le sol (Mérimée, Ét. arts Moy. Âge, 1870, p.287).
Loc. Élever, hisser, porter sur un pavois. Mettre au pouvoir, hisser sur un bouclier en signe d'accession à la royauté (d'apr. Fédou Moy. Âge 1980). Quand les Français élisaient un roi, ils l'élevaient sur un pavois, le portaient sur un pavois (Ac.1798-1878).Lorsqu'on élisait un roi, on le hissait sur le pavois (Ac. 1935).
Loc. fig. Élever, hisser, mettre sur le pavois. Glorifier, parer d'une renommée exceptionnelle. Monter sur le pavois. Parvenir à une haute situation. Monté sur le pavois grâce au succès de la Fille de Madame Angot, il [Lecocq] alla proposer à son éditeur et ami Daubels son recueil qui était intitulé Miettes musicales (L. Schneider, Maîtres opérette fr., 1924, p.182).En le mettant [Alexandre de Girardin] sur le pavois, Émile [de Girardin] reconnaissait son père (...) et cela valait mieux que l'attaquer (Morienval, Créateurs gde presse, 1934, p.34):
1. D'Albertine, en revanche, je n'avais plus rien à apprendre. Chaque jour, elle me semblait moins jolie. Seul le désir qu'elle excitait chez les autres, quand, l'apprenant, je recommençais à souffrir et voulais la leur disputer, la hissait à mes yeux sur un haut pavois. Proust, Prisonn., 1922, p.28.
B. − MARINE
1. Partie de la coque située au-dessus du pont. Le pont se remplissait, à chaque plongeon, et la nappe liquide (...) pouvait submerger le navire. Il eût été sage, pour parer à tout événement, de briser les pavois à coups de hache, afin de faciliter la sortie des eaux (Verne, Enf. cap.Grant, t.3, 1868, p.39).La muraille du bâtiment est généralement prolongée au-dessus du pont des gaillards en formant pavois de manière à protéger l'équipage contre la mer (Croneau, Constr. nav. guerre, t.1, 1892, p.6).
2. Ensemble des pavillons d'un navire. Nous avons hissé le pavois avec le pavillon argentin en tête du grand mât (Charcot, «Pourquoi-Pas?»1910, p.228).
Grand pavois. ,,Ensemble des pavillons du Code international, hissés suivant une disposition donnée, en signe de fête`` (Sizaire Marine 1972). Jour de la fête nationale de France. Sur rade de Nagasaki, grand pavois en notre honneur et salves d'artillerie (Loti, MmeChrys., 1887, p.70).Passant devant les 40 bâtiments qui arboraient le grand pavois (...) je sentais que notre marine avait dévoré ses chagrins et retrouvé ses espérances (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p.12):
2. ... trois fois de suite notre petit canon (...) a tonné pendant que le grand pavois montait dans la mâture et que, cacophonie effroyable, gramophone et phonographe sur deux tons différents luttaient de vitesse pour achever le premier la Marseillaise. Charcot, Expéd. antarct., 1906, p.176.
Petit pavois. Ensemble de pavillons nationaux hissés au sommet des mâts sur un navire de commerce (d'apr. Gruss 1978). Le petit pavois est établi pour honorer le pays étranger dans lequel on se trouve (Gruss1978).
3.
a) Vx. Synon. de pavesade (v. ce mot A).
b) ,,Ensemble de bandes de drap bleu bordées de rouge que l'on plaçait de chaque bord sur les vaisseaux, les jours de fête`` (Gruss 1978).
P. ext. Toiles ornant un bateau. V. barque ex. 1.
Prononc. et Orth.: [pavwa], [-a]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. 1336 au plur. «grands boucliers dont on garnissait le bord supérieur des navires pour former un rempart à l'abri duquel on combattait» (Armement de la nef la Catherine de Leure, 15 déc. ds Actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois, éd. L. Delisle, p.149); 2. 1364 p.ext., avec changement de suff., au plur. pavas «grandes pièces de toile tendues sur le bord supérieur des navires et destinées à cacher l'équipage à l'ennemi» (Compte de J. dou Four, Arch. KK 3b, fo35 vods Gdf.); 1643 pavois (Fournier, Hydrographie, p.831); 1874 désigne les pavillons dont on orne le gréement d'un navire en signe de réjouissance (Lar. 19e); 1887 spéc. grand pavois (Loti, loc. cit.). B. 1365 au plur. pavays «grands boucliers ovales ou rectangulaires faits de bois léger recouvert de cuir ou de lames de fer» (doc. 17 janv. ds Mandements et actes divers de Charles V, éd. L. Delisle, p.138); 1remoitié du xvpavois (Le Viandier de Taillevent, ms. du Vatican, éd. J. Pichon et G. Vicaire, p.274); 1576 spéc. mettre (un roi mérovingien) sur un pavois «(le) proclamer roi» (Du Haillan, L'Histoire de France, p.11); 1827 p.ext. (Chateaubr., Mél. hist., p.46: Mgr le duc de Berry éleva un drapeau blanc, et, sur ce pavois du nouveau Champ-de-Mars, proclama le premier le monarque); 1845 au fig. (Balzac, Lettres Étr., t.3, p.26: [à propos d'une symphonie] Voilà la première fois que la fougue parisienne ne se trompe pas et n'élève pas sur le pavois une sottise). Empr. à l'ital. pavese «bouclier d'osier ou de bois recouvert de cuir» (dep. le xiiies., panvese d'apr. DEI; pavese, 1remoitié du xives. ds Tomm.-Bell.), propr. «(objet) de Pavie», du lat. pavensis «de Pavie»: Pavie fut prob. au Moyen Âge un centre réputé de fabrication d'armes (cf. heaumes Paviëis, ca 1165, Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 14370 et passim; escuz pavaiz, 1337 ds DG; lat. médiév. domaine ital. pavensis «bouclier fabriqué à Pavie» en 1275 ds Vidos, p.521 et en 1299 ds Du Cange). Fréq. abs. littér: 65. Bbg. Gougenheim (G.). Un mot pseudo-mérov.: pavois, Vox. rom. 1938, t.3, pp.237-252. _Guerlin de Guer (J.). À propos de pavois. Fr. mod. 1940, t.8, pp.318-320. _Hope 1971, p.47. _La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p.427. _Lerch (E.). Frz pavois... Neuphilol. Mitt. 1940, t.41, no1/2, pp.29-34. _Vidos 1939, p.26, 49, 520-523.

Wiktionnaire

Nom commun

pavois \pa.vwa\ masculin invariable

  1. (Histoire) Sorte de grand bouclier en usage à l’époque mérovingienne. À la différence de la targe, il est recourbé.
    • Il était impossible d’empêcher des assaillants nombreux et hardis, protégés par des pavois et même par des chats (sortes de chariots recouverts de madriers et de peaux) de saper le pied des tours. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Lorsqu’on élisait un roi, on le hissait sur le pavois.
  2. (Marine) Ensemble des pavillons répartis sur de légers cordages hissés aux mâts et vergues d’un navire. Ils servent habituellement aux signaux, et occasionnellement à célébrer un événement heureux.
    • Et si ce bateau était uniquement peuplé d’enfants que j’aurais arrachés à la stupidité de leurs parents ! D’un bout à l’autre des cordages, un grand pavois de petits êtres volés, baignant dans un bonheur purement maritime ! — (Jules Supervielle, Le voleur d’enfants, Gallimard, 1926, collection Folio, pages 147-148.)
  3. (Figuré) Tenue exceptionnelle.
    • Nous sommes en tenue de noces, et on n’aura pas mis ses grands pavois pour rien ! — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XIX, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  4. (Marine) Partie supérieure de la muraille d'un navire qui dépasse du pont. Originellement, il était formé de boucliers fixés sur la partie supérieure du navire pour se protéger lors du combat.
    • La partie de la muraille qui dépasse parfois du pont vers le haut (pour constituer un garde corps) s’appelle un pavois. — (Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, 1998, p. 22)

Adjectif

pavois \pa.vwa\

  1. (Géographie) Relatif à Vitry-en-Perthois, commune française située dans le département de la Marne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PAVOIS. n. m.
Sorte de grand bouclier. On n'emploie guère ce mot qu'en parlant des Usages de l'époque mérovingienne ou dans la poésie. Lorsqu'on élisait un roi, on le hissait sur le pavois. Fig., Élever sur le pavois, Mettre en grand honneur, en grande renommée.

PAVOIS, en termes de Marine, désigne l'Ensemble des pavillons répartis sur de légers cordages hissés aux mâts et vergues d'un navire. Ils servent habituellement aux signaux, et occasionnellement à célébrer un événement heureux. Grand pavois, Décoration du bateau par l'ensemble de tous les pavillons servant aux signaux. Petit pavois, Décoration du bateau consistant à hisser le pavillon national en tête de chaque mât, en plus du pavillon hissé chaque jour à l'arrière.

Littré (1872-1877)

PAVOIS (pa-voî ; l's se lie : un pa-voî-z orné) s. m.
  • 1Ancien synonyme de bouclier. Lorsque les seigneurs avaient élu les rois, ils les élevaient sur un grand pavois et les faisaient porter dans le camp, où le peuple, étant assemblé en armes, confirmait le choix, Mézeray, Hist. de France, Pharamond. Ils [les Gaulois] n'opposaient que de petits pavois aux épées des Romains, qui étaient lourdes et massives, Rollin, Hist. anc. t. IX, p. 130, dans POUGENS. Toute sa vaisselle [de Salomon] et les meubles de sa mai son du Liban étaient de pur or, sans compter deux cents pavois d'or dont chacun valait près de treize mille livres, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXVII, 2e part. p. 342, dans POUGENS. … Des vieux héros de sa race [duc de Bordeaux] Le premier titre fut l'audace, Et le premier trône un pavois, Lamartine, Méd. I, 15.

    Fig. Élever sur le pavois, mettre en grand honneur ou grande renommée.

    Grand bouclier carré, en usage au XIVe et au XVe siècle ; il couvrait presque entièrement le combattant, qui descendait alors de cheval.

  • 2Se disait pour but d'un tir à l'arc, à l'arbalète ; s'emploie encore en ce sens dans quelques provinces.
  • 3 Terme d'ancienne marine. Boucliers dont on garnissait le bord supérieur du navire et le tour de la hune, pour faire un rempart à l'abri duquel on combattait.

    Plus tard, tenture dont on bordait un navire soit pour décoration, soit pour cacher ce qui se passait sur le pont pendant le combat. J'ai donné ordre de faire faire cinq cents aunes de pavois pour les trois vaisseaux qui sont à Dunkerque, Seignelay, dans JAL.

    On appelle encore pavois, les bordages cloués sur les jambettes, ou plus haut que le plat-bord. Il y a aussi les bordages dits pavois de poulaine.

  • 4Genre renfermant des espèces aplaties d'échinides.

HISTORIQUE

XIVe s. Jehan Bonnet mestre de la net Sainte Marie la Bariande, a recheu… vint pavois aux armes de Franche, dans JAL. Et pavaix et escus moult noblement oevré, Guesclin, 19802.

XVe s. Il ont lances, vouges, pavast, Et sont une grosse puissance Garniz d'arbalestes et ars, Myst. du siége d'Orléans, p. 688. Gaignerent une maison, prindrent deux ou trois huys, et s'en servirent de pavoys, Commines, I, 3.

XVIe s. Ne faut-il pas s'armer et faire pavois de pauvreté à l'encontre de la douleur de privation des biens…, Amyot, Solon, 10. Avezedo fit ouvrir le milieu de son retranchement, qui estoit fait de pavois de navire, D'Aubigné, Hist. III, 197. Il repondit qu'il faisoit pavois de sa conscience contre tous les juges, Pasquier, Recherches, VI, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PAVOIS, s. m. (Art milit.) espece de grands boucliers, dont les anciens se servoient pour se couvrir dans l’attaque des places contre les traits de l’ennemi. On appelloit aussi ces pavois des larges. Ceux qui portoient ces grands boucliers s’appelloient pavesieux du tems de Charles VII. Le P. Daniel, dans son Histoire de la milice françoise, rapporte une note tirée de Monstrelet, laquelle porte que pavesieux c’étoient porteurs de pavois, grands écus à couvert de quoi les arbalétriers rebandoient Ce qui fait voir que les pavois, ou les targes, étoient portés par des gens particuliers destinés à cet effet, qui n’étoient que pour targer, ainsi qu’on parloit alors, c’est-à-dire pour couvrir les autres qui travailloient ou qui tiroient des fleches. Hist. de la milice françoise. (Q)

Pavois, Pavesade, Paviers, Bastingue ou Bastingure, (Marine.) c’est une tenture de frise ou de toile, que l’on tend autour du plat-bord des vaisseaux de guerre, & qui est soutenu par des pontilles, pour cacher ce qui se passe sur le pont pendant un combat : on s’en sert aussi pour orner un vaisseau dans un jour de réjouissance. Les pavois des Anglois sont rouges. Pour ceux de France & des Hollandois, voyez Bastingue ou Bastingure. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pavois »

Esp. paves ; ital. pavese et palvese. Origine inconnue. On peut voir dans du Cange les autres formes françaises : pavars, pavail, pavoisine, pavesche, pavesme. Les textes les plus anciens sont du XIVe siècle ; cependant on trouve, de la fin du XIIIe (1299), pavensis, qui est la représentation latine correcte du français pavais ou pavois, et de l'italien pavese. Ménage y voyait le latin parma par l'intermédiaire de parmensis. Ferrari le tire de Pavia, à cause que ces grands boucliers auraient été fabriqués d'abord à Pavie ; Diez penche pour cette origine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1336) De l’italien pavese (« de Pavie »), voir scudo pavese (it) (« écu de Pavie, écu de grande dimension ») sur le wiktionnaire italien. Le sens moderne de « pavillon maritime » est dû au fait que ces grands boucliers étaient arrimés au bordage des navires pour en protéger les marins militaires.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pavois »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pavois pavwa

Citations contenant le mot « pavois »

  • Rappelons que le Rallye des Îles du Soleil est une course transatlantique sécurisée et encadrée réservée aux monocoques et multicoques de plus de 10 mètres, qui existe depuis 2017 initiée par le Grand pavois Organisation, société organisatrice du Grand Pavois de La Rochelle et Nautic Paris. Toute l'actualité des Outre-mer à 360°, Nautisme : La 4ème édition du Rallye des Îles du Soleil se prépare activement - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° - Toute l'actualité des Outre-mer à 360°

Images d'illustration du mot « pavois »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pavois »

Langue Traduction
Anglais bulwark
Espagnol baluarte
Italien murata
Allemand bollwerk
Chinois 堡垒
Arabe حصن
Portugais baluarte
Russe фальшборт
Japonais 防波堤
Basque bulwark
Corse balu
Source : Google Translate API

Synonymes de « pavois »

Source : synonymes de pavois sur lebonsynonyme.fr
Partager