La langue française

Pathologie

Définitions du mot « pathologie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PATHOLOGIE, subst. fém.

MÉDECINE
A. − Science qui a pour objet l'étude des maladies. Professeur, cours de pathologie. Il avait relu justement la veille, en feuilletant son ancien manuel de pathologie, les pages sur les abcès rétropharyngiens, qui font saillie dans l'oesophage (Zola, Joie de vivre, 1884, p.918).La pathologie moderne montre qu'il n'y a jamais de trouble rigoureusement électif, mais elle montre aussi que chaque trouble est nuancé selon la région du comportement à laquelle il s'attaque principalement (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.146):
1. Le fonctionnement du coeur est étroitement lié à celui des autres organes, poumons, estomac, muscles, cerveau, etc.: la physiologie nous l'enseigne, et la pathologie le démontre à chaque instant, en nous faisant assister aux désordres cardiaques provoqués par le trouble des autres organes. Macaigne, Précis hyg., 1911, p.196.
Pathologie générale. ,,Partie de la pathologie qui traite des éléments communs à toutes les maladies (...), considérés en eux-mêmes et non plus dans leurs groupements constituant les différents types morbides`` (Garnier-Del. 1972).
Pathologie expérimentale. Étude des maladies à partir d'affections provoquées artificiellement chez un animal. La pathologie expérimentale a pour objet de connaître la loi de génération de croissance et de cessation des maladies (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.85).
Pathologie externe. ,,Partie de la pathologie qui concerne les affections justiciables le plus souvent d'un traitement chirurgical`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Pathologie interne. ,,Partie de la pathologie qui concerne les affections justiciables le plus souvent d'un traitement médical`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Pathologie comparée. Étude comparative des maladies communes à certaines ethnies ou communes aux hommes et aux animaux. Déjà des arguments empruntés à la pathologie comparée des races ont été invoqués à l'appui de l'hypothèse du peuplement ancien de l'Amérique par des éléments venus d'Océanie (Hist. sc., 1957, p.1394).
Pathologie animale. Étude des maladies propres aux animaux. Cette maladie [le nanisme] est d'ailleurs bien connue en pathologie animale, où elle a été étudiée sur le plan génétique et physiopathologique (Quillet Méd.1965, p.493).
P. anal.
Pathologie végétale. Étude des maladies des végétaux. La pathologie végétale, la défense des cultures, les avertissements agricoles ont connu leur premier développement pour et par la vigne et dans beaucoup d'autres domaines (Levadoux, Vigne, 1961, p.8).
Pathologie forestière. ,,Partie de la botanique qui traite des maladies affectant les arbres et les peuplements forestiers`` (Métro 1975).
B. −
1. Science qui étudie l'ensemble des maladies concernant un organe ou un système organique particulier, un élément biologique ou anatomique précis. Pathologie du foie, du système nerveux, du rein; pathologie cardiovasculaire, moléculaire, chromosomique. À la suite de la découverte des rayons X par Roentgen, naît une science nouvelle la radiologie qui va transformer la pathologie respiratoire (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p.90).Virchow s'empara du monde anthropologique allemand beaucoup moins à cause de son autorité d'anthropologue, qui était très minime, et, même, de sa valeur scientifique −notamment en pathologie cellulaire −que par son autorité d'homme politique (Marin, Ét. ethn., 1954, p.29).La pathologie du pancréas sera envisagée à part avec le diabète dans le chapitre des maladies de la nutrition (Quillet Méd.1965, p.469).
Pathologie mentale. Synon. de psychopathologie.Plus sûrement encore, de nombreuses observations de télépathie relèvent de la pathologie mentale seule, et ne sont appuyées sur aucun phénomène paranormal authentique (Amadou, Parapsychol., 1954, p.28).
2. Étude des maladies concernant un groupe, ou un type humain particulier. Pathologie professionnelle, infantile. La pathologie gémellaire parle nettement dans le même sens. Farland et Meas ont recueilli, à cet égard, des faits très significatifs, que cite Lockhart-Mummery dans un ouvrage où il défend brillamment la thèse génétique du cancer (Cuénot, J. Rostand, Introd. génét., 1936, p.119).La lutte contre (...), le développement de la maladie du sommeil dans le bassin du Congo, tels sont les exemples les plus fameux des rapports qui unissent la pathologie dite tropicale et la géographie humaine (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p.289).
Pathologie sociale. Étude des maladies engendrées par les phénomènes de tension liés à l'environnement social ou culturel d'un groupe humain. Bien entendu, au début, c'est surtout la pathologie sociale qui a fait appel à Freud, pour une meilleure connaissance des personnalités désadaptées ou des situations de crises (Traité sociol., 1968, p.411).
3. Pathologie du langage. Étude des troubles de l'expression orale, en particulier des aphasies et des troubles de l'acquisition du langage:
2. Il n'est pas douteux, en effet, que la doctrine de Pierre Marie ait fait son chemin et qu'elle ait eu l'heureux effet de dissiper une série de nuées encombrant l'étude de la pathologie du langage, qu'elle ait eu l'immense mérite de centrer l'étude de l'aphasie sur le point de vue psychologique en montrant qu'il s'agissait avant tout d'un trouble intellectuel... Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p.254.
4. P. anal. J'ai fait un traité de pathologie de l'ame, où sont classées toutes ses affections morbifiques, leurs symptômes, leurs principes et leurs remèdes (Jouy, Hermite, t.2, 1812, p.369).J'aurais affirmé qu'une telle erreur des sens est impossible si l'on pouvait établir rien de certain dans le domaine obscur de la pathologie passionnelle (A. France, Crainquebille, Pierre gravée, 1904, p.219).Je veux dire que j'ai une répugnance difficile à surmonter pour la physiologie et la pathologie d'un certain mysticisme, surtout quand −comme c'est le cas chez Zinzendorf −la personne du Christ y est mêlée (Du Bos, Journal, 1923, p.362).
REM. 1.
-pathologie, élém. de compos. servant à construire des subst. sav. désignant une spécialisation de l'étude des maladies.a)
Neuro-pathologie, subst. fém.Science qui étudie les maladies du système nerveux et des nerfs. Charcot a complété les travaux de Duchenne de Boulogne, son «maître en neuro-pathologie», il les a amplifiés en s'attachant aux atteintes médullaires chroniques (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p.674).
b)
Physio-pathologie, subst. fém.Ensemble des observations physiologiques et pathologiques concernant un groupe de maladies, ou les maladies particulières à un système organique. Physio-pathologie des toxi-infections. L'étude de la physio-pathologie endocrinienne du pancréas ne s'est pas limitée au diabète (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p.764).
c)
Psychopathologie, subst. fém.Science qui étudie les maladies mentales et les troubles psychiques. La pathologie, et même une certaine «psychopathologie de la vie quotidienne» connaissent ces actions en marge du contrôle même lointain de la volonté (Ricoeur, Philos. volonté, 1949, p.39).
d)
Socio-pathologie, subst. fém.Science qui étudie les maladies généralement d'ordre psychologique créées par un environnement social ou culturel particulier. Il n'est pas impossible, dans certains cas, de parler d'une socio-pathologie des classes et fractions de classes, dans laquelle pourraient intervenir des concepts nouveaux tels que ceux de vitalité, de choc (stress), de schizoïdie collective (Traité sociol., 1968, p.385).
2.
Pathologue, subst. masc.Synon. usuel de pathologiste (infra dér.).Soit que certains pathologues aient raison de prétendre que les malades atteints de lèpre tuberculeuse deviennent aisément satyriases... (Richepin, Flamboche, 1895, p.236).
Prononc. et Orth.: [patɔlɔ ʒi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1550 (H. Fierabras, Méthode Chirurgicale, chap.1 ds Delb. Notes mss). Empr. au gr. π α θ ο λ ο γ ι ́ α «étude des passions» (Liddell-Scott). V. FEW t.8, p.14. Fréq. abs. littér.: 193.
DÉR.
Pathologiste, subst. et adj.(Celui, celle) qui est spécialiste de pathologie. Les pathologistes seraient conduits à étudier les lésions du milieu intérieur aussi bien que celles des organes. Ils auraient à tenir compte de l'influence des états mentaux sur l'évolution des maladies des tissus (Carrel, L'Homme, 1935, p.341). [patɔlɔ ʒist]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1765 (Encyclop. t.12, p.171); de pathologie, suff. -iste*.

Wiktionnaire

Nom commun

pathologie \pa.tɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Médecine) (Didactique) Partie de la médecine qui traite de la nature, des causes et des symptômes des maladies.
    • Pathologie interne, externe.
    • Pathologie générale.
  2. (Par extension) La maladie elle-même.
    • Cela a engendré confusions, conflits et souffrances intrapsychiques, somatisations, pathologies comme l’anorexie ou la frigidité. — (Marie-José Lacroix, Vivre et travailler avec des personnalités difficiles, 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PATHOLOGIE. n. f.
T. didactique. Partie de la médecine qui traite de la nature, des causes et des symptômes des maladies. Pathologie interne. Pathologie externe. Pathologie générale.

Littré (1872-1877)

PATHOLOGIE (pa-to-lo-jie) s. f.
  • Terme de médecine. Science qui traite de tous les désordres survenus, soit dans la disposition matérielle des organes, soit dans les actes qu'ils remplissent. Pathologie chirurgicale, celle qui s'occupe des maladies, lésions ou difformités, auxquelles le principal moyen de remédier consiste dans la pratique de certaines opérations exécutées avec la main seule ou armée de divers instruments.

    Pathologie externe, synonyme de pathologie chirurgicale.

    Pathologie interne ou médicale, celle qui s'occupe particulièrement des maladies que l'on combat par des moyens tirés de la matière médicale et de l'hygiène.

    Pathologie spéciale, celle qui étudie une à une les diverses espèces de maladies auxquelles l'homme est exposé.

    Pathologie comparée, celle dont l'objet est l'étude comparative des phénomènes pathologiques qui se manifestent chez les différentes espèces d'animaux et même de végétaux.

    Pathologie humaine, celle qui s'occupe des maladies de l'homme. Le parti qu'on pourrait tirer de ses observations [sur les maladies d'animaux], même pour éclairer la pathologie humaine, Flourens, Instit. Mém. scienc. t. x, p. 623.

    Pathologie générale, celle qui réunit les considérations communes aux maladies et expose les faits les plus généraux de la science médicale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PATHOLOGIE, s. f. (Méd. Pathol.) ce mot signifie littéralement discours sur la maladie ; il est dérivé du grec, composé de παθος, maladie, affection, & λογος, discours. On a donné ce nom à cette partie de la medecine théorique, dont l’objet particulier est l’état malade. Dans cet état les pathologistes distinguent trois choses, la maladie proprement dite, la cause, & le symptome ; c’est sur cette distinction que porte la division générale de la pathologie en nosologie, aitiologie & symptomatologie ; l’étymologie de ces mots indique assez leur usage & leur signification. Voyez ces articles.

Si moins attachés aux discussions frivoles des mots, on examine avec plus d’attention les choses, on s’appercevra que la nosologie & la symptomatologie ne doivent pas être distinguées, parce que la maladie la plus simple n’est qu’un symptome, & celle qui est composée n’est qu’un concours de symptomes. Voyez Maladie, Symptome. C’est une absurdité que de prétendre considérer & définir la maladie dépouillée de ses symptomes : cette abstraction métaphysique, absolument déplacée dans les sciences de faits, ne serviroit qu’à obscurcir la connoissance des maladies en éloignant les phénomenes qui les caractérisent, & la rendroit incertaine en la pliant aux loix variables de théorie : donnons un exemple pour rendre plus sensible le ridicule d’une pareille méthode. On propose de définir une pleurésie, & d’en déterminer le caractere ; que mettant à part tous les symptomes, on essaie de donner une définition pathologique, c’est-à-dire, empruntée des causes ; pourra-t-on se conformer ici aux premieres regles de logique qui exigent que la définition tirée des qualités sensibles, connues bien averées, répande de la clarté sur le sujet qu’on définit. La cause de la pleurésie ayant lieu dans l’intérieur de la machine, dérobée aux témoignages des sens, est une matiere de discorde parmi les pathologistes. Ils ne sont pas encore venus à-bout de décider en quoi consistoit le vice qui détermine les symptomes de la pleurésie, s’il affecte les vaisseaux ou le sang ; chacun a là-dessus un sentiment plus ou moins éloigné du vrai, tot capita, tot sensus, ils ne sont pas même d’accord sur le siege de cette maladie : ainsi semblables aux constructeurs de la tour de Babel, qui parloient différentes langues, ces médecins définiront chacun cette maladie suivant l’idée qu’ils se sont faite de la cause & de son siege ; l’un dira la pleurésie est une maladie qui consiste dans l’obstruction des vaisseaux du poumon, produite par un sang tendant à la putréfaction : l’autre, que son caractere doit se tirer de la disproportion qui se trouve entre le diametre de ces vaisseaux & la masse des humeurs ; an troisieme prétendra que la pleurésie n’est que l’augmentation de la fermentation du sang dans les vaisseaux de la plevre ou du poumon ; un quatrieme soutiendra, que le vice caractéristique est l’hérence du sang dans les vaisseaux de la plevre, qui entoure & revêt intérieurement les côtes ; un cinquieme placera cette hérence dans les muscles intercostaux ; un autre dans la membrane externe du poumon, &. ainsi tous donneront leurs idées pour caractere de cette maladie ; après avoir long-tems disputé sans s’entendre pour soutenir leurs sentimens, ils réussiront à détruire les systèmes de leurs adversaires sans venir à-bout d’affermir sur leurs ruines les fondemens de leur doctrine ; tous enfin auront raison, parce que tous auront eu tort. Qu’on juge sur cet exemple que nous pourrions généraliser, quelles lumieres, quelle solidité, quels avantages tireroit la pathologie de ces principes s’ils étoient adoptés ; & combien l’histoire des maladies dressée en conséquence seroit simple, juste & conforme à la réalité ; mais parlons sérieusement, & opposons à ces inconvéniens les avantages des définitions symptomatiques, qu’on appelle aussi pratiques, parce qu’elles servent seules au praticien ; nous allons voir à l’instant tous ces théoristes animés d’intérêts différens, & parlant divers idiomes, se réunir au lit du malade. Lorsqu’il sera question de déterminer les symptomes essentiels de la pleurésie, ils vous diront tous que cette maladie est formée par l’ensemble des symptomes suivans : une fievre aiguë, difficulté de respirer, toux & poing de côté : à ce portrait personne ne méconnoîtra la pleurésie, parce qu’il est formé sur des traits que tout le monde peut appercevoir, & qu’on observe en effet dans toutes les pleurésies. C’est ainsi qu’on doit traiter la pathologie ; c’est ainsi qu’elle étoit enseignée par Thémison, le chef des méthodistes, par Théssalus, Cælius Aurelianus, auteur célebre par l’exactitude de ses descriptions & la bonté de ses diagnostics ; c’est sur le même plan qu’est travaillée l’excellente pathologie méthodique de M. de Sauvages, professeur fameux de l’université de Montpellier, & que sont disposées ses classes de maladies. Voyez Maladies.

En réunissant la nosologie & la symptomatologie, les pathologistes ne devroient pas en distinguer la seméiotique ; elle est renfermée nécessairement dans ces deux parties : la séméiotique de la santé ne doit point être séparée de la physiologie ; & celle qui traite des signes généraux de l’état malade doit être traitée par le détail qu’on fait des symptomes dans la pathologie, parce qu’en fait de maladie, comme en santé, tout symptome devient signe aux yeux du médecin éclairé ; il sait par ces phénomenes apparens pénétrer dans l’intérieur du corps, & y découvrir les dérangemens plus cachés ; il paroît ainsi très-naturel, après qu’on a exposé quelques symptomes généraux, de montrer tout-de-suite quel parti on peut en tirer pour le diagnostic ou le prognostic des maladies. Cette application fixe & occupe plus agréablement l’esprit de l’étudiant, que la sécheresse des questions pathologiques isolées ne peut manquer de rebuter.

Nous n’entrons ici dans aucun détail sur la classification des maladies, sur les divisions ultérieures des causes & des symptomes. Voyez Nosologie, Ætiologie, Symptomatologie, & sur-tout l’article Maladie, où cette matiere est discutée à fond. Les auteurs qui ont écrit sur la pathologie sont Galien, les Arabes, qui l’ont farcie de beaucoup de mots & d’idées inintelligibles : Fernel, Sennert, Riviere, Gorter, Hoffman, Wedelius, Boerhaave, Nenter, Juncker, de Sauvages, Fizes, Lacaze. &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pathologie »

Du grec ancien παθολογία, pathologia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Παθολογία, de πάθος, maladie, et λόγος, doctrine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pathologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pathologie patɔlɔʒi

Citations contenant le mot « pathologie »

  • […] Chaque classe sociale a sa pathologie. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, la Fugitive , Gallimard
  • Toute forme d’absolu relève de la pathologie. De Friedrich Nietzsche
  • Ne pas aimer les femmes, chez un homme, c’est une attitude. Ne pas aimer les hommes, chez une femme, c’est une pathologie. De Virginie Despentes / King Kong Théorie
  • La photographie a ouvert des horizons illimités à la pathologie du progrès, puisqu'elle nous a incités à déléguer à la multitude de nos machines de vision le pouvoir exorbitant de regarder le monde, de le représenter, de le contrôler. De Paul Virilio
  • RENNES (TICsanté) - Grâce à son fonds de dotation, le CHU rennais a pu équiper son service d’anatomie et cytologie pathologiques d’un système de pathologie numérique, a-t-il fait savoir dans un communiqué le 20 juillet. , Le CHU de Rennes déploie un système complet de pathologie numérique
  • Personne au monde ne peut ne pas souffrir d’une inflammation au niveau de ses ongles ! Ces « souffrances » que sont les pathologies des ongles ou pathologies unguéales, sont polymorphes c’est-à-dire qu’elles peuvent se présenter sous des formes différentes et ont des causes variables ! HIBAPRESS, QU’EST-CE QUE LA PATHOLOGIE DES ONGLES ? CAUSES ET EFFETS - HIBAPRESS
  • Des enfants qui tombent dans le coma pendant des semaines, voire des mois. C'est le syndrome de résignation, une maladie psychique qui sévit en Suède. La réalisatrice Dea Gjinovci y a rencontré plusieurs familles victimes de cette pathologie. Elle raconte. Franceinfo, VIDEO. Le syndrome de résignation, une pathologie qui interroge en Suède
  • IVUS pour pathologies artérielles périphériques Cardiologie Pratique, Pathologie hypertensive de la grossesse et risque maternel de développer dans le futur des complications cardiovasculaires | Cardiologie Pratique
  • Et ce sont précisément les cas importés, en cette période de vacances, qui pourraient relancer aussi vite l'épidémie selon Éric Caumes, qualifiant le Covid-19 de "pathologie du voyageur". Des craintes qu'il évoquait déjà dimanche auprès de l'Express, dans un entretien décapant : "Récemment, des vols entre l'Algérie et la France ont été organisés avant que les frontières ne rouvrent officiellement. Il y avait des personnes contaminées à bord. Depuis samedi dernier, nous avons des cas de binationaux qui sont probablement allés se confiner là-bas et ont été rapatriés. Il y a une vingtaine de malades dans toute la France", déclarait-il, précisant que son "unité dédiée au Covid est pleine".   LExpress.fr, "Pathologie du voyageur": comment gérer aux frontières le risque de cas de Covid importés? - L'Express
  • «L’autopsie permet de démontrer la présence de lésions internes ou sur le corps et notre expertise en pathologie judiciaire nous permet de caractériser les blessures et d’en donner la nature», explique le Dr Yann Dazé, médecin spécialiste en pathologie judiciaire du laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du Québec en entrevue à TVA Nouvelles. TVA Nouvelles, Médecin en pathologie judiciaire : faire la lumière sur les événements tragiques | TVA Nouvelles
  • Le conducteur du véhicule et son assureur se pourvoient alors en cassation au moyen que « le dommage qui, constituant l’évolution inéluctable d’une pathologie antérieure, se serait manifesté de manière certaine indépendamment de la survenance du fait générateur n’est pas en relation de causalité avec celui-ci ». Ils font ainsi grief aux juges du fond de ne pas avoir recherché si le syndrome parkinsonien ne se serait pas nécessairement déclaré à plus ou moins brève échéance, de sorte qu’ils ne pourraient être tenus de réparer intégralement le préjudice résultant des conséquences de cette maladie. , Réparation intégrale du préjudice corporel en présence d’une pathologie latente de la victime - Responsabilité | Dalloz Actualité

Images d'illustration du mot « pathologie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pathologie »

Langue Traduction
Anglais pathology
Espagnol patología
Italien patologia
Allemand pathologie
Chinois 病理
Arabe علم الأمراض
Portugais patologia
Russe патология
Japonais 病理学
Basque patologia
Corse patologia
Source : Google Translate API

Synonymes de « pathologie »

Source : synonymes de pathologie sur lebonsynonyme.fr

Pathologie

Retour au sommaire ➦

Partager