La langue française

Paléoclimat

Définitions du mot « paléoclimat »

Trésor de la Langue Française informatisé

paléoclimat , subst. masc.Climat des temps préhistoriques reconstitué et étudié à partir des phénomènes géologiques et biologiques (d'apr. Villen. 1974, Hydrol. 1978).

Wiktionnaire

Nom commun

paléoclimat \pa.le.o.kli.ma\ masculin

  1. Climat des temps reculés, il y a des milliers ou millions d'années.
    • Les fossiles servent à localiser les paléoclimats ; un palmier à 45°N signifie soit que le climat tropical atteignait cette latitude soit qu'à l’époque du dépôt du fossile cette aire géographique était intertropicale, puis qu’elle a été déplacé vers le nord par la tectonique des plaques, soit encore que ce palmier supportait le froid hivernal.— (Valéry Malécot, La géographie des plantes, in Aux origines des plantes: Des plantes anciennes à la botanique du XXIe siècle, 2008, p.558)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « paléoclimat »

Ce mot est composé du préfixe paléo- issu du grec ancien παλαιός, palaios (« ancien ») et de climat issu de κλίμα, klima (« inclinaison de la terre vers le pôle », d'où « climat », « région », « zone » et, au figuré « inclinaison », « penchant »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « paléoclimat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
paléoclimat paleɔklɛ̃a

Citations contenant le mot « paléoclimat »

  • Les scientifiques ont ensuite obtenu des données paléoclimatiques en examinant les caractéristiques détaillées des sédiments, les types d’argile préservés et les isotopes de carbone et d’oxygène dans les couches de calcaire d’eau douce. Grâce à ces mesures, ils ont pu estimer la température ainsi que le taux d’humidité et d’aridité, et ont observé un intervalle distinct de conditions particulièrement chaudes et humides. Daily Geek Show, L’émergence des dinosaures serait vraisemblablement liée à un intense épisode pluvieux
  • Une équipe internationale de paléontologues a étudié les roches carniennes de la formation Los Rastros et daté avec précision les cendres volcaniques préservées dans les sédiments lacustres pour reconstituer le paléoclimat à cette époque. Afin de dater la couche de cendres, les scientifiques ont isolé de petits cristaux de zircon en forme d'aiguilles, ces minéraux agissant comme des capsules temporelles. Lorsqu'un zircon cristallise lors d'une éruption, il emprisonne de l'uranium dans sa structure cristalline mais n'incorpore jamais de plomb. Tout le plomb contenu dans les zircons découverts provient donc de la désintégration radioactive de l'uranium, ce qui permet de les dater avec précision. Sciences et Avenir, Un épisode pluvieux à l'origine des dinosaures - Sciences et Avenir
  • Cette étude, basée sur une nouvelle compilation de données paléoclimatiques déjà publiées, combinée à de nouvelles analyses statistiques, montre donc qu’un refroidissement planétaire avait commencé il y a environ 6500 ans. Radio-Canada.ca, Le réchauffement climatique actuel annule les effets de 6500 ans de refroidissement | Radio-Canada.ca
  • Un scénario corroboré par les données paléoclimatiques (il y a environ 13 000 ans, la dernière ère glaciaire s’achève) et géographiques connues des scientifiques. «L’accessibilité de cette route est dépendante de facteurs géologiques comme la période de glaciation. Qui dit températures plus basses, dit présence de glaciers sur tout le Canada actuel, et donc d’une barrière infranchissable, explique encore Antoine Lourdeau. Cela veut dire qu’on aurait eu un peuplement en deux moments : d’abord de la Sibérie vers l’Alaska. Puis quand les glaciers fondent, une route s’est ouverte vers le continent, ce qui colle du point de vue de la chronologie de Clovis.» C’était oublier qu’il est toujours probable de tomber sur un os – au sens propre comme au figuré. Libération.fr, «Homo sapiens», américain bien avant l’heure - Libération
  • La paléoclimatologue Anaïs Orsi, lauréate, en France puis à l’international, de la bourse L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science – et que l'on voit dans cette vidéo – travaille avec ses collègues du LSCE à reconstituer la variabilité du climat du quaternaire, en particulier au niveau des températures. Elle utilise les méthodes de la géochimie isotopique dans le domaine de la glaciologie pour faire parler des carottes de glace prélevées par exemple en Antarctique, au niveau du dôme de glace de Talos. Ces carottes contiennent des bulles d’air qui renseignent sur la composition de l’atmosphère mais on peut aussi trouver dans la glace d’autres signaux précieux qui ne renseignent pas seulement sur les températures passées et le contenu en CO2 de l’atmosphère. La quantification de la présence de sulfates donne des indications sur le développement du plancton, celle du sodium témoigne des variations de l’extension de la banquise dans le passé et la présence de suies et de poussières nous parle des feux de forêt en Patagonie ou de l’aridité en Australie il y a longtemps. © Laurent Sacco, Futura Futura, Comment prédire le réchauffement climatique ? CEA, CNRS et l'UVSQ ont la réponse avec ICE
  • L’équipe de climatologues a repris le problème en utilisant des données paléoclimatiques (des pollens) et une série de simulations numériques du climat de cette période (il y a 6000 ans) comparées au climat actuel (du moins avant la perturbation par nos émissions de gaz à effet de serre, donc le climat d’avant la Révolution industrielle, vers 1750). Des données qui suggèrent que les terres émergées au nord du 30°N étaient un peu plus chaudes que la période pré-industrielle en moyenne sur l’année entière et non seulement durant l’été. Mais quelle en est la cause ? Pour les auteurs de l’article, le mécanisme dominant est celui de la rétraction de la banquise. La fonte estivale est tellement boostée par ces étés chauds que la rétraction des glaces de mer se poursuit durant l’hiver. La température de l’air chute, bien sûr, mais l’inertie thermique d’un océan qui accumule la chaleur durant tout l’été lui permet d’y résister. Du coup, la banquise hivernale ne serait pas aussi étendue que, par exemple, au début du 20ème siècle (au 14 août 2019, la surface de la banquise – l’aire de l’océan où au moins 15% de la surface est couverte de glaces – ne faisait plus que 5,04 millions de km²  contre environ 8 millions de km² à la même date au début des années 1980). Une affirmation qui repose… sur les simulations numériques car il n’existe pas vraiment d’enregistrements paléo-climatiques qui permettraient de s’assurer de l’étendue de la banquise à l’époque durant les différentes saisons. {Sciences²}, Climat : une mauvaise nouvelle de 6000 ans – {Sciences²}

Traductions du mot « paléoclimat »

Langue Traduction
Anglais paleoclimate
Espagnol paleoclima
Italien paleoclimate
Allemand paläoklima
Chinois 古气候
Arabe المناخ القديم
Portugais paleoclima
Russe палеоклимат
Japonais 古気候
Basque paleoclimate
Corse paleoclima
Source : Google Translate API

Paléoclimat

Retour au sommaire ➦

Partager