La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « oie »

Oie

Variantes Singulier Pluriel
Féminin oie oies

Définitions de « oie »

Trésor de la Langue Française informatisé

OIE, subst. fém.

A. −
1. ZOOL. Grand oiseau palmipède de la famille des Anatidés (s.v. -idés), dont certaines espèces sont domestiques. Garder les oies; troupeau d'oies; gaver, plumer une oie; duvet d'oie. Des oies, blanches comme des cygnes, lustrent leurs plumes à coups de bec (Du Camp,Hollande,1859, p.152).Chacun a vu des triangles d'oies dans le ciel, et voici la saison des changements, qui va nous ramener cette géométrie volante (Alain,Propos,1934, p.1224):
1. Les doigts experts de la gorgeuse vont et viennent le long du cou (...). Le gésier plein, l'oie est lâchée. Une autre lui succède. L'opération se répète trois fois par jour. Elle est délicate. L'oie engraisse et s'alourdit. Au bout d'un mois, elle ne marche plus qu'à peine. Pesquidoux,Chez nous,1921, p.48.
Oie domestique (oie séquanienne, oie de Toulouse). (Dict. xixes. et xxes.).
Oie sauvage (oie cendrée, oie des moissons, oie rieuse) (Dict. xixes. et xxes.).
Plume d'oie. Plume provenant de l'aile d'une oie, taillée en pointe et utilisée autrefois pour écrire ou dessiner. Écrire avec une plume d'oie. Le maraud étant unique à (...) préparer les plumes d'oie, dont son maître usait communément (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.68).
2. [P. anal. avec l'oie ou avec certains de ses traits caractéristiques]
Oie à duvet. Eider. Voici la fameuse oie à duvet ou canard eider, sous l'édredon de laquelle dorment nos petites-maîtresses; (...) qui n'admirerait ce petit ventre d'un blanc rougeâtre, ce bec vert? (Balzac,Peau chagr.,1831, p.231).
Oie de mer. Dauphin (dont le museau long et plat rappelle le bec de l'oie). V. dauphin1ex. 1.
Oie noire. ,,Macreuse`` (DG).
3. Expressions.
a) [P. allus. hist.] Les oies du Capitole. Oies consacrées à Junon sur le Capitole, à Rome, et dont les cris sauvèrent les Romains d'une attaque nocturne des Gaulois. L'histoire où l'on voit que les oies du Capitole sentirent l'approche nocturne des Gaulois et par ainsi sauvèrent Rome (Gautier,Fracasse,1863, p.159).
b) [P. allus. à un recueil de contes de Ch. Perrault] Contes de ma mère l'oie. Contes destinés aux enfants, contes de fées. Le passé émeut (...) le petit enfant et l'aïeule; il n'en faut pour preuve que les Contes de ma mère l'Oie, les contes du temps que Berthe filait, les fables du temps que les bêtes parlaient (A. France,Vie fleur,1922, p.322).
Au fig. Histoire qui n'est pas vraisemblable:
2. Ainsi s'expliqueraient les deux mille francs par mois de M.de Schwarzkoppen, ainsi que l'aventure du bordereau, qui serait en effet de la main d'Esterhazy, celui-ci l'ayant copié dans une ambassade qui tenait le document de Dreyfus. Voilà un joli conte de la mère l'oie. Clemenceau,Iniquité,1899, p.444.
c) JEUX
Jeu de l'oie. Jeu qui se joue à plusieurs avec des dés et un tableau constitué de soixante-trois cases, illustrées et numérotées, disposées en spirale, dont certaines, placées de neuf en neuf et représentant une oie, permettent au joueur qui y parvient de doubler les points qu'il a faits:
3. ... le noble jeu de l'oie renouvelé des Grecs me ravissait. Dans le jeu de l'oie, tout vit, tout parle, c'est la nature et la destinée: tout y est merveilleux et tout y est vrai, tout y est ordonné et tout y est hasardeux. Les oies fatidiques placées de 9 en 9 m'apparaissaient ainsi que des divinités... A. France,Pt Pierre,1918, p.145.
Tirer l'oie, des oies. Exercice qui consistait à suspendre une oie vivante à un pieu et à lancer des bâtons contre ce but, jusqu'à ce que le cou de l'animal ait été rompu et détaché. J'ai envie de tirer des oies, comme à la fête de chez nous, avec un grand bâton (Goncourt,Ch. Demailly,1860, p.64).
B. − P. méton.
1. Chair de cet oiseau, que l'on utilise dans l'alimentation:
4. Il fit asseoir l'empereur (...) autour de sa table chargée de cerfs, de sangliers, de grues, d'oies sauvages et de paons roulés dans le poivre. A. France,Contes Tournebroche,1908, p.4.
SYNT. Oie confite (v. confit II A), rôtie; oie aux marrons; oie de Noël (engraissée pour être mangée à Noël); pâté de foie d'oie ou foie gras (v.foie B 1); graisse d'oie (au fig. boniments à la graisse d'oie, v. graisse A 1 b α).
2. Vx. Petite oie. Abattis de l'oie que l'on apprête de diverses manières. Petite oie. Faites cuire en hoche-pot (Dumas1873).
P. anal. ou au fig.
Garnitures qui agrémentaient les habits au xviies. La Corbinière avait des chausses de petit velours noir, avec le pourpoint de toile d'argent blanc, le manteau pareil (...) et la petite oie d'argent (Nerval,Filles feu,1854, p.550).
Faveurs préliminaires qu'une femme accorde à un amant. V. octroyer A 1 ex. de Balzac.
P. ext. Préliminaire d'une action quelconque. (Dict. xixes.).
C. − [P. anal. avec certaines caractéristiques de l'oie]
1. (Couleur) merde* d'oie, caca* d'oie.
2. Pas de l'oie. Pas de parade en usage dans certains pays, et en particulier dans l'armée allemande du IIIeReich. Et vous ne savez pas quel soldat est le soldat allemand, vous qui ne l'avez pas vu comme moi défiler au pas de parade, au pas de l'oie, Unter den Linden (Proust,Temps retr.,1922, p.808).
3. Patte d'oie. V. ce mot.
D. − P. compar. et au fig.
1. [P. réf. à la réputation de bêtise de l'oie] Loc. Être bête comme une oie; plus bête qu'une oie. Ah! ce gredin de Rougon! Plus bête qu'une oie sur toutes sortes de choses, et malin avec cela! (Zola,E. Rougon,1876, p.94).
Péj. Personne très bête. C'est une oie. La mère est une oie, dit la baronne (...) mais ce n'est pas la mère que tu épouserais (Feuillet,Honn. d'artiste,1890, p.49):
5. rosa: (...) (Allongeant son pied) Comment trouvez-vous ces petites pantoufles? alidor: Dame! je les trouve en maroquin. rosa: Monsieur le marquis, vous êtes une oie... alidor: Une oie? rosa: Apprenez que, lorsqu'une femme montre ses pantoufles (...) c'est pour qu'on lui parle de son pied! Labiche,Deux merles bl.,1858, III, 5, p.224.
Emploi adj. Elle gardait de l'entrevue (...) avec le nouveau magnat de la pellicule, un souvenir confus. Rien n'avait marqué (...) de cette conversation, où elle s'était sentie stupide, plus oie qu'il n'est possible (Vialar,Tournez,1956, p.50).
2. [P. assoc. entre la bêtise et la candeur] (Petite) oie blanche, petite oie. Jeune fille qui a reçu une éducation pudibonde, qui est niaise. Il y avait un point sur lequel mon éducation m'avait profondément marquée: en dépit de mes lectures, je restais une oie blanche (Beauvoir,Mém. j. fille,1958, p.161):
6. Rosa vivait tout entière (...) dans un roman forgé par elle de toutes pièces: Christophe l'aimait en secret et n'osait le lui dire, par timidité, ou pour quelque inepte raison, romanesque et romantique, qui plaisait à l'imagination de cette petite oie sentimentale. Rolland,J.-Chr.,Adolesc., 1905, p.258.
3. Locutions
Marcher comme une oie. Avoir une démarche peu élégante. Il parle (...) de la femme anglaise, qu'il reconnaît ne savoir pas marcher, −oui, marcher comme une oie, −tandis que la grâce du marcher appartient à la Française (Goncourt,Journal,1889, p.979).
S'empiffrer (ou un autre verbe appartenant au même champ sém.) comme une oie. Manger de façon excessive. Comment, encore à bouffer! (...) Quand on a soixante jours de prison dans la peau ce n'est pas pour qu'on emploie le temps à s'empiffrer comme des oies? (Courteline,Train 8 h 47,1888, 3epart., 3, p.237).
REM.
Ouette, subst. fém.,ornith. ,,Bernache cravant ou bernache mouette`` (Duchartre 1973). Il y en avait déjà au moins trente [oiseaux] (...) un bruant tout en or, une ouette qui balançait sa crête rouge et frappait de droite et de gauche avec ses ailes noires (Giono,Que ma joie demeure,1935, p.73).
Prononc. et Orth.: [wa], [wɑ]. Martinet-Walter 1973 [wa], [wɑ] (9/8). Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1175 zool. (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 28945); b)1669 jeu de l'oie (Molière, Avare, II, 1); c) 1907 pas de l'oie (Lar. d'apr. Lar. Lang. fr.); 1923 (Lar. univ.); 2. a) 1remoitié du xvies. petite oie «abattis tranchés d'oie, qu'on sert à manger» (Rec. de poés. fr. des XVeet XVIes., éd. A. de Montaiglon et J. de Rothschild, t.10, p.168); b)1620 «accessoires, menus détails» (A. d'Aubigné, Hist. univ., XI, 18 ds Hug.); c) 1637 «ensemble des rubans, garnitures ornant un habit» (Corneille, La Galerie du palais, IV, 13); d) 1665 «petites faveurs d'une femme à celui qu'elle aime» (La Fontaine, Contes ds OEuvres, éd. H. Régnier, t.4, p.265); 3. a) 1835 «personne très sotte, niaise» (Ac.); b) 1894 (M. Prévost, Demi-vierges, p.174 ds Rob.: car, pour blanche, cette petite oie est blanche); 1909 oie blanche (Martin du G., Devenir, p.158). Réfection, d'apr. oiseau*, de l'a. fr. oe, oue «oie» (xiies. ds T.-L.), issu du b. lat. auca «oie» (iv-ves. ds TLL), contraction de *avica, dér. de avis «oiseau». La forme avec -i- apparaît à la fin du xiies. dans le ms. T de la Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 28945. Fréq. abs. littér.: 704. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 448, b)1611; xxes.: a) 1441, b) 880. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p.51. _ Gamillscheg (E.). Z. fr. Spr. Lit. 1930, t.54, p.212 (s.v. ouette). _ Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p.5, 16, 46, 47. _ Sain. Sources t.3 1972 [1930], pp.42-43, p.184 (s.v. ouette).

Wiktionnaire

Nom commun - français

oie \wa\ féminin (pour le mâle, on dit : jars)

  1. (Ornithologie) Oiseau palmipède aquatique, apparenté au canard mais plus gros et plus grand, vivant à l’état sauvage ou à l’état domestique.
    • Cette année-là, une épidémie s’étant abattue sur les phasianidés, Mme Lefur dut s’estimer heureuse de pouvoir remplacer par une oie sa dinde noëlesque. — (revue Lectures pour tous, Hachette et Cie, 1908, page 254)
    • Les oies dormaient sur une patte ; le bout de l’autre, fripé à dessein comme un gant, pendait négligemment de leur gousset. Et soudain les voilà qui clament, lançant leur cou et le ramenant en piston de trombone à coulisse, sans ensemble et sans mesure, car ce n’est qu’une répétition. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 37)
    • On ouvrait une oie. On la vidait. On la désossait. On faisait fondre sa graisse. On faisait cuire le tout. Enfin, dans des pots de terre vernissée on enfouissait ces morceaux. On versait dessus la graisse chaude. Elle se figeait et l’oie se conservait, avec sa saveur, dans ce tombeau. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 141)
  2. Femelle de cette espèce, le mâle étant le jars.
  3. (Canada) (Familier) Indistinctement, bernache du Canada (« outarde ») ou oie des neiges (« oie blanche »).
    • À la nuit tombée, il n'est pas donné à tous de distinguer avec certitude le cacardage d’une volée d’outardes de celui d’une volée d'oies blanches. — (Gérald Baril, Si près, si loin, les oies blanches, Montréal, XYZ, 2020, pages 179-180)
  4. (Figuré) Personne sotte.
    • C’est une vraie oie.
  5. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Elle est généralement représentée passante sans aucun caractère particulier la distinguant du jars, ce qui peut induire une confusion. À rapprocher de canard, cane, canette, cygne et jars.
    • D’azur au pont d’or à trois arches maçonné de sable sommé d’une oie d’argent becquée et membrée d’or, qui est de Lapoutroie → voir illustration « armoiries avec une oie »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OIE. n. f.
Espèce d'oiseau palmipède, de la même famille que le canard, vivant soit à l'état sauvage, soit à l'état domestique. Oie grasse. Plume d'oie. Jeu de l'oie, Jeu que l'on joue avec deux dés, sur un carton où il y a, entre autres, des figures d'oies, placées dans un certain ordre. Contes de ma Mère l'Oie. Voyez conte. Fig. et fam., C'est une oie se dit d'une Personne sotte et niaise. Une petite oie blanche se dit d'une Jeune fille très innocente et élevée à l'ancienne mode. Patte d'oie. Voyez PATTE-D'OIE. Fig., Petite oie se disait autrefois pour désigner les Bas, le chapeau, les gants et autres accessoires de toilette. Fig. et fam., Petite oie désignait encore, dans le langage de la galanterie, les Menues faveurs.

Littré (1872-1877)

OIE (oî) s. f.
  • 1Espèce d'oiseau aquatique plus gros et plus grand que le canard : l'oie sauvage, anser segetum ; l'oie domestique, anser cinereus, dite absolument oie ; l'oie à cravate, anas canadensis, L. ; l'oie nonnette, la bernache nonnette, anser erythropus, L. Faire rôtir une oie. Garder les oies. L'oie nous fournit cette plume délicate sur laquelle la mollesse se plaît à reposer, et cette autre plume, instrument de nos pensées, et avec laquelle nous écrivons ici son éloge, Buffon, Ois. t. XVII, p. 47. La domesticité de l'oie est moins ancienne et moins complète que celle de la poule, Buffon, ib. p. 49. Les oies sauvages sont peut-être de tous les oiseaux les plus sauvages et les plus farouches, Buffon, ib. p. 79. Les Gaulois, bien instruits du sentier qui mène au Capitole, y montent pendant la nuit ; toutes les sentinelles dormaient, les oies consacrées à Junon veillaient seules ; elles crient : un personnage consulaire, M. Manlius, s'éveille, appelle du secours…, Lévesque, Inst. Mém. sc. mor. et pol. t. III, p. 224.

    Terme d'antiquité romaine. Oies sacrées, les oies qu'on promenait en triomphe tous les ans en mémoire de ce qu'elles avaient donné l'alarme dans l'attaque nocturne des Gaulois.

    Tirer l'oie, se dit d'un jeu barbare qui consiste à attacher une oie par le cou, et à y lancer des bâtons jusqu'à ce que le cou ait été rompu. Fontaubin : Monsieur a l'air… - Lisette : D'un marinier qui va tirer l'oie, Legrand, l'Usurier gentilh. SC. 13.

    Bête comme une oie, qui se laisse plumer sans crier, c'est-à-dire très bête.

    On dit de même : n'avoir pas le sens d'une oie. La paix ! il n'y aura point de paix ; c'est un labyrinthe dont on ne se peut tirer ; ah ! pauvres Français, réjouissez-vous ; car vous n'avez pas le sens d'une oie, Voltaire, Lett. d'Argental, 14 sept. 1761.

    Fig. C'est une oie, se dit d'une personne très sotte.

  • 2Jeu de l'oie, jeu que l'on joue avec des dés sur un carton où des figures d'oie sont placées dans un certain ordre. Plus, un trou-madame et un damier, avec un jeu de l'oie, renouvelé des Grecs, fort propres à passer le temps lorsqu'on n'a que faire, Molière, l'Avare, II, 1. Le jeu de l'oie vous a renouvelée, comme il l'a été par les Grecs, Sévigné, 125. Mme la Dauphine s'était mise à jouer à l'oie, ne pouvant mieux, Saint-Simon, 303, 199. J'aime les jeux galants où l'esprit se déploie : C'est, monsieur, par exemple un joli jeu que l'oie, Regnard, le Joueur, I, 7. Le jeu de l'oie n'est pas la seule chose qui soit renouvelée des Grecs, Arnault, Loisirs d'un banni, t. II, p. 45, dans POUGENS.
  • 3Contes de ma mère l'oie, contes dont on amuse les enfants. Et ne m'émeus non plus… Que d'un conte d'Urgande et de ma mère l'oie, Régnier, Sat. X. Qu'aurait-on dit de Virgile, bon Dieu ! si à la descente d'Énée dans l'Italie, il lui avait fait conter par un hôtelier l'histoire de Peau d'âne et des contes de ma mère l'oie ? Boileau, Dissert. sur Joconde (en 1669)

    Fig. Faire des contes de ma mère l'oie, dire des choses où il n'y a nulle apparence de raison et de vérité.

    D'après J. Grimm, les contes de la mère l'oie se rattachent à Berthe la fileuse ou Berthe pied d'oie, dite dans le midi la reine Pedauque ; Berthe, Berchta est une divinité germanique.

  • 4Merde d'oie (on prononce mêr-doi), se dit d'une couleur mêlée de vert. Couleur merde d'oie.
  • 5Petite-oie, ce qu'on retranche d'une oie quand on l'habille pour la faire rôtir, comme les pieds, les bouts d'aile, le cou, le foie, le gésier. C'est ce qu'on appelle aujourd'hui un abatis.

    Fig. Petite-oie, les bas, le chapeau, et les autres ajustements pour rendre un habillement complet ; ainsi dit par comparaison avec l'abatis d'une volaille. Ne vous vendrai-je rien ? monsieur, des bas de soie, Des gants en broderie, ou quelque petite-oie ? Corneille, Galer. du pal. IV, 14. Que vous semble de ma petite-oie ? la trouvez-vous congruente à l'habit ? Molière, Préc. 10. À la vérité, nos modes changent de temps en temps ; mais avez-vous pris garde que ces changements ne vont pas tant à l'essentiel des habits qu'aux ajustements et à la petite-oie ? Bouhours, Entret. d'Ariste et d'Eug. 2.

    Fig. Les petites faveurs que les femmes accordent à leurs amants. Hors de cela, elle lui accorda après deux ou trois conversations ce qu'une fille peut accorder honnêtement à un homme ; et il fut maître de ce que nous appelons en France la petite-oie, Bussy-Rabutin, la France galante, p. 305, édit. POITEVIN, 1857. Menu détail, baisers donnés et pris ; La petite-oie ; enfin ce qu'on appelle En bon français les préludes d'amour, La Fontaine, Orais.

    Par extension, toute sorte de prélude, de diminutif. Je mettais mon chapeau en garçon qui n'était pas un sot ; enfin j'avais déjà la petite-oie de ce qu'on appelle usage du monde, Marivaux, Pays. parv. part. I. Cette légère mortification a fait dire à une dévote janséniste, que leur sort était bien digne d'envie, et qu'ils avaient obtenu la petite-oie du martyre, D'Alembert, Destruct. des jésuit. Œuv. t. V, p. 202, dans POUGENS.

    Petite-oie est vieux dans toutes ses acceptions.

  • 6Patte-d'oie, voy. PATTE-D'OIE, à son rang.
  • 7Oie noire, synonyme de macreuse.
  • 8Petite constellation qu'on réunit ordinairement à celle du Renard. Le Renard et l'Oie forment la constellation dite Fleuve du Tigre.

    Le Toucan, autre constellation, est appelé Oie d'Amérique, Legoarant

HISTORIQUE

XIIIe s. Auwes ne capons, Tailliar, Recueil, p. 140.

XIVe s. Chars de buef, d'oies, H. de Mondeville, f° 45. Que nulz n'achate oes que en la place ou es champs qui sont entre le ponceau de Roulle du pont de Chaillouau jusques aus faubours de Paris, Liv. des mét. 176.

XVIe s. C'est toy qui maints de los très amples doues ; Mais endroit moy tu fais cignes les oues, Marot, II, 380. De chacun baril d'auve, sain, oinct, et autres graisses, Arrêt du parlement, 20 sept. 1527. Il est bien mal-aisé que tels esprits croyent aux petites oyes de vostre religion, comme au baptesme des cloches, D'Aubigné, Faen. IV, 15. Verd de gris, merde d'oye, jaune paisle, jaune doré…, D'Aubigné, ib. I, 2. Voilà une bataille avec ses petites oyes [détails], D'Aubigné, Hist. III, 58. Je luy appris à tourner les talons en dedans, à cheminer en oye et de pareille gravité, D'Aubigné, Conf. II, 1. Qui mange de l'oye du roi, en cent ans il en rend la plume, Carloix, I, 32. Or ça on plume l'oye sans la faire crier, Rabelais, Pant. V, 13. Se hoyes sont trouvées en prés ou en vignes, en quelque temps que ce soit, ou en terres embloyées ou semées, La Thaumassière, Cout. du Berry, p. 328, dans LACURNE. Petite oue [abatis], Oudin, Dict. Petite oue d'habit, Oudin, ib.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OIE. Ajoutez :
9Oie de mer, nom sur les côtes de Normandie, d'un petit cétacé, ainsi dit à cause de la forme de son museau.
10Les oies du frère Philippe, les femmes ; locution qui provient d'un conte de La Fontaine, lequel est tiré de Boccace, qui, à son tour, l'a emprunté à une pieuse légende du moyen âge : Un jeune homme élevé loin du monde voit pour la première fois des femmes ; le jeune homme, touché de cette vue, demande ce que c'est ; le vieillard répond : ce sont des oies.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « oie »

(Fin XIIe siècle) Du moyen français oie[1], de l’ancien français oe, oue, du bas latin auca, contraction de *avica[2], du latin avis (« oiseau »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, oche ; wallon, âwe ; namur. auwe ; anc. espagn. auca ; espagn. mod. et portug. oca ; bas-lat. auca, de avica, dérivé fictif de avis, oiseau. Le nom général avica, oiseau, a été réduit à un sens spécial, comme jumentum, bête de somme, a donné jument.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oie wa

Fréquence d'apparition du mot « oie » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « oie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « oie »

  • Vous venez voir l'écrivain ? Méfiez-vous, c'est décevant... C'est comme si après avoir mangé le foie gras vous rencontriez l'oie en personne.
    Arthur Koestler
  • Une oie va pliant le cou, mais à ses yeux rien n'échappe.
    Le Talmud — Megilla
  • L'art de l'imposition consiste à plumer l'oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris.
    Jean-Baptiste Colbert
  • L'alouette en main vaut mieux que l'oie qui vole.
    Proverbe français
  • Les événements ont ceci de commun avec les oies qu'ils vont en troupe.
    Léon Bloy — Le Désespéré, Mercure de France
  • L'intérêt qu'elle prenait à l'histoire naturelle était limité à l'observation des pattes d'oie qui se formaient autour de ses yeux.
    Eric Bentley
  • Trois femmes et trois oies font déjà un marché.
    Proverbe polonais
  • La femme a plus de sagesse qu'une oie ; quand il pleut, elle se met au sec sous un toit.
    Geiler de Kaysersberg
  • Qui mange l’oie du roi, cent ans après il en rend les plumes.
    Proverbe français
  • « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris », rappellent les auteurs d’un récent mémo de l’Institut C.D. Howe, en reprenant une citation de Colbert, le grand argentier du Roi-Soleil.
    La Presse — L’oie, les plumes et vos futures hausses d’impôt
Voir toutes les citations du mot « oie » →

Traductions du mot « oie »

Langue Traduction
Anglais goose
Espagnol ganso
Italien oca
Allemand gans
Chinois
Arabe بجعة
Portugais ganso
Russe гусь
Japonais ガチョウ
Basque antzara
Corse oca
Source : Google Translate API

Synonymes de « oie »

Source : synonymes de oie sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot oie au Scrabble ?

Nombre de points du mot oie au scrabble : 3 points

Oie

Retour au sommaire ➦