La langue française

Nirvana

Sommaire

  • Définitions du mot nirvana
  • Étymologie de « nirvana »
  • Phonétique de « nirvana »
  • Traductions du mot « nirvana »

Définitions du mot « nirvana »

Trésor de la Langue Française informatisé

NIRVANA, NIRVÂNA, subst. masc.

A.− RELIG. HINDOUE. État de béatitude parfaite (pouvant être atteint par la contemplation et l'ascétisme) visant à l'absorption définitive de l'individu dans l'âme universelle et à la disparition du désir. Prêcher le nirvâna, entrer dans le nirvâna. Cependant les rois, les prêtres qui le bâtirent, ce prodigieux temple, dans quel nirvâna sont-ils aujourd'hui, ou dans quelle poussière? (Loti, Inde sans Angl.,1903, p. 30).V. aussi Karma(n) ex. de Bergson :
Le bouddhisme, dont l'essence est l'obtention d'un nirvana par l'annihilation des causes douloureuses de réincarnation au moyen d'une vie morale et méditative, fut introduit au Japon au VIesiècle. Philos., Relig., 1957, p. 54-11.
P. métaph. Donc je m'en vais flottant aux orgues sous-marins, (...) Dans la tourbillonnante éternelle agonie D'un nirvâna des Danaïdes du génie! (Laforgue, Complaintes,1885, p. 66).
PHILOS. ,,État de délivrance intellectuelle et affective qu'on obtient par le renoncement au vouloir-vivre, aux intérêts de son individualité, et aux illusions de la sensation`` (Lalande 1960).
B.− PSYCHANAL., dans la doctrine freudienne.Tendance de l'appareil psychique à supprimer toutes les tensions en vue d'atteindre la constance parfaite du psychisme, comme plaisir dernier. Le principe de Nirvana est la tendance (...) à atteindre la constance parfaite du psychisme (...) cette tendance (...) correspond à l'anéantissement progressif de l'individu, à son retour à l'inorganique, à la mort (Thinès-Lemp.1975).
Prononc. et Orth. : [niʀvana]. Littré nirvana; Rob., Lar. Lang. fr. : nirvana. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971 : nirvana. Avec ou sans accent circonflexe dans la docum. Parfois avec long sanscrit (signe non intégré au syst. graph. fr. contrairement à l'accent circonflexe) -vā- (Lar. encyclop., Hachette 1980). Étymol. et Hist. 1826 relig. bouddhique nirwana (A. Balbi, Introd. à l'atlas ethnographique du globe, p. 122). Mot sanscrit, signifiant littéralement « extinction » spécialisé dans le bouddhisme pour désigner un « état qui échappe à la fatalité du devenir et où toute pensée, toute volonté, toute sensation sont abolies » (neutre de l'adj. verbal de nirva « souffler; cesser de souffler; s'éteindre » de va « souffler »), étendu au domaine philos. « état de délivrance intellectuelle et affective obtenu par le renoncement au vouloir-vivre » par A. Schopenhauer (v. Lar. 20eSuppl. et Lal.). Fréq. abs. littér. : 33.
DÉR. 1.
Nirvanien, nirvânien, subst. masc.Qui croit au nirvâna. Il était tolstoyen, nirvânien, évangéliste, bouddhiste, − il ne savait trop lui-même − (Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 419). [niʀvanjε ̃]. Supra prononc. et orth. 1reattest. 1907 id.; de nirvâna, suff. -ien*.
2.
Nirvanique, nirvânique, adj.Qui est propre au nirvâna ou qui évoque la paix, la béatitude de ceux qui accèdent au nirvâna. [Mallarmé] oublie que le philosophe [Kant] exalte cette inutilité au nom de l'ascétisme, alors que le poète la recherche au nom d'une jouissance nirvanique, qui en est juste le contraire (Benda, Fr. byz.,1945, p. 93). [niʀvanik]. Supra prononc. et orth. 1reattest. 1912 (Faure, Hist. art, p. 175); de nirvâna, suff. -ique*. L'angl. nirvanic de même sens est att. dep. 1893 ds NED.
3.
Nirvanisme, nirvânisme, subst. masc.Doctrine du nirvâna. Que l'homme de l'Orient, dont l'individualité est comme perdue, fondue, noyée dans le grand tout, en l'exubérance de végétalité et d'animalité, − et faisant de l'homme de là-bas la proie du nirvânisme, de cette lâche et souriante veulerie d'une volonté, qui semble avoir donné sa démission devant le rien qu'est l'humanité en ces contrées exotiques (Goncourt, Journal,1891, p. 64).La résignation du chrétien, le nirvanisme du bouddhiste, le fatalisme de l'Arabe, le traditionalisme du Chinois sont nés du même besoin pessimiste d'éviter l'effort (Faure,Hist. art,p. 152). [niʀvanism̭]. Supra prononc. et orth. 1reattest. 1890 (Lar. 19eSuppl.); de nirvâna, suff. -isme*.

Wiktionnaire

Nom commun

nirvana \niʁ.va.na\ masculin

  1. (Bouddhisme) Extinction du désir humain, état de béatitude extrême, de libération du samsara.
    • Aux farouches capitaines de Gengis-Khan succédèrent presque subitement de contemplatifs lamas, et l’ambition des conquêtes fut remplacée par celle d’atteindre à la perfection par l’anéantissement extatique (nirvana), et d’arriver au rivage opposé, c’est-à-dire, de rentrer dans le sein de l’ame universelle. — (Jean-Jacques Ampère, « La Chine et les travaux d'Abel Rémusat », Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Lorsque je serai au Nirvana, ici même sera fondée une ville royale ; à la fin de sa vie, ce vieillard montera au séjour des dieux pour renaître fils du roi d’Entapatta. — (Bulletin, Volume 3, Société de Géographie de Rochefort, 1881)
    • Les bouddhistes affirment qu'il y a une réalité ultime, un Absolu, qui se définit comme une chose qui se situe totalement en dehors du monde sensible de l'illusion et de l'ignorance. Arriver à cette réalité ultime est le but suprêmement souhaité de la vie bouddhique. C'est atteindre le Nirvana. — (Pierre Macaire, Le Bouddhisme pour tous, le plein des sens, 2001)
    • Le nirvana bouddhiste a une nature immanente, dans la mesure où il ne peut pas être prêché comme un lieu extérieur. — (Raphaël Liogier, Le bouddhisme mondialisé, Ellipses, 2004)
    • La quatrième caractéristique du bouddhisme affirme que le nirvana est la paix authentique. — (XIV° dalaï-lama, L'Art du bouddhisme, Robert Laffont, 2013)
    • Du point de vue du bouddhisme, le nirvana n’est pas une « extinction », mais le fait pour un être particulier d’atteindre l’Éveil et de se libérer ainsi de l’ignorance et de la souffrance. — (Mathieu Ricard, Plaidoyer pour l’altruisme, NiL, Paris, 2013, page 46)
    • Le samsara est opposé au nirvana, état d’éveil caractérisé par la cessation de l’ignorance et de la souffrance de l’existence conditionnée. — (Chogyam Trungpa, Argent, Sexe et Travail, Le Seuil, 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « nirvana »

(Siècle à préciser) Du sanskrit निर्वाण, nirvāṇa (« extinction (d'une lampe, d'un feu[1], du feu des passions, de la vie), libération[2], béatitude, dissolution[3], émancipation du cycle des réincarnations ou renaissances[4] »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nirvana »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nirvana nirvana

Traductions du mot « nirvana »

Langue Traduction
Anglais nirvana
Espagnol nirvana
Italien nirvana
Allemand nirwana
Chinois 必杀技
Arabe نيرفانا
Portugais nirvana
Russe нирвана
Japonais 涅槃
Basque nirvana
Corse nirvana
Source : Google Translate API
Partager