Nativité : définition de nativité


Nativité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

NATIVITÉ, subst. fém.

A. − Vx. Naissance. La paix que Napoléon n'avait pas conclue avec les rois ses geôliers, il l'avait faite avec moi: j'étais fils de la mer comme lui, ma nativité était du rocher comme la sienne (Chateaubr., Mém., t.2, 1848, p.671).Le guignon et les méchantes fées bossues présidèrent à ma nativité (Gautier, Fracasse, 1863, p.429).
ASTROL. Thème de nativité. Synon. de thème de naissance*.Ces faiseurs d'almanachs dressaient des thèmes de nativité, tiraient des horoscopes et lisaient dans le ciel l'annonce des guerres (A. France, J. d'Arc, t.1, 1908, p.191).
B. − RELIG. CATH. [Avec une majuscule] Naissance du Christ, de la Vierge, de saint Jean-Baptiste; p.méton. fête anniversaire de l'un de ces événements. L'Église ne célèbre que trois Nativités: celle de Jésus, celle de Marie et celle de saint Jean-Baptiste (Bloy, Journal, 1892, p.30).Les gens montaient sur la colline, en septembre, pour les fêtes de la Nativité de la Vierge, (...) la superbe procession déployait son cortège (Barrès, Colline insp., 1913, p.96).
1. Emploi abs.
a) La Nativité. La naissance du Christ; p.méton. le jour de Noël. Ils [les paysans] ont agi au jour prédit de la Nativité. Les premiers ils ont adoré l'enfant (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p.121).Cette nuit de Noël, au Middernacht's-tango l'orchestre s'était tu et tous les convives s'étaient levés pour observer, tête nue, une minute de silence et écouter les cloches du dôme qui célébraient la Nativité, comme cela se pratique en Hollande (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.264):
. ... pour la Noël 1943 (...) un camion pénétra [dans le stalag] (...) apparemment chargé de la seule limonade que nous avions eu licence de commander à l'occasion des fêtes, mais sous l'alignement candide des flacons à capsules qui formaient la couche supérieure, plusieurs centaines de bouteilles de vin nous promettaient une Nativité moins indigne. Ambrière, Gdes vac., 1946, p.317.
b) BEAUX-ARTS. Une Nativité. Tableau ou sculpture représentant la naissance du Christ. Dans sa Nativité à l'Académie, il [Giotto] a pris sur le vif le geste du pâtre agenouillé qui, pénétré d'un respect tendre, n'ose approcher davantage (Taine, Voy. Ital.,t.2, 1866, p.119).
2. Au fig., rare. Fait d'apparaître, de se manifester. Il est grand temps de songer aux lendemains d'un règne qui ne sera pas éternel. Règne réparateur, selon moi (...) mais qui devrait être «préparateur», annonciateur d'un nouvel ordre. Cette nativité [du parti socialiste unifié] éveille donc mon espoir −un espoir un peu tremblant (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p.320).
Prononc. et Orth.: [nativite]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. «action de produire; productions, récolte» (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, CVI, 37); 2. a) ca 1140 «jour de naissance» spéc. la Jesu Nativited (Gaimar, Estoire des Engleis, éd. A. Bell, 1020); b) id. la Nativited «jour où l'on célèbre la naissance du Christ, Noel» (Id., op. cit., 817); 1130−40 nativeté [de la Vierge] (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 140); 1375-79 [impr. 1541] «jour où l'on célèbre la naissance d'un saint» la veille de la nativité Sainct Jehan Baptiste (Jean de Brie, Bon Berger, 140 ds T.-L.); 3. 1176-81 «naissance, anniversaire de la naissance (d'une personne)» jorz de sa natevité (Chrétien de Troyes, Chevalier charrette, éd. M. Roques, 6236); 4. xvies. «horoscope» (d'apr. FEW t.7, p.44a); av. 1667 (Scudéry ds Pomey: dresser une figure de Nativité, faire un horoscope). Empr. au b. lat. nativitas «naissance»; dans la lang. chrét. «génération, spécialement la génération éternelle du Verbe; productions, récolte; anniversaire de la naissance du Christ, Noel [nativitas Domini, Mariae]». Du même étymon, la forme pop. naïté (ca 1175 «lieu de naissance, d'origine» Benoît de Ste-Maure, Chron. ducs de Normandie, 1423 ds T.-L.; ca 1200 «naissance, origine» Chevalier au cygne, 255, ibid.). Fréq. abs. littér.: 84. Bbg. Gohin 1903, p.261.

Nativité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

nativité \na.ti.vi.te\ féminin

  1. (Religion) Naissance.
    • La célébration du mouloud, de la nativité du Prophète, à laquelle je viens d'assister, fut un beau spectacle surtout en raison du temps superbe dont il a été favorisé. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 234)
  2. Représentation artistique de la naissance de Jésus-Christ.
    • Il y a dans ce musée de très belles nativités.

Nom commun

nativité \Prononciation ?\ féminin

  1. Naissance, Nativité.
    • De la Jesu Nativité — (Gaimar, Estoire des Engleis, c. 1140, vers 1683, édition de Thomas Wright)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Nativité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NATIVITÉ. n. f.
Naissance. Il ne s'emploie que dans le langage de l'Église. La nativité de Notre-Seigneur, celle de la Vierge et celle de saint Jean Baptiste sont les seules qu'on fête dans l'Église.

NATIVITÉ signifie absolument la Naissance de JÉSUS-CHRIST ou la fête de Noël. Il se dit, par extension, de Représentations artistiques de la naissance de JÉSUS-CHRIST. Il y a dans ce musée de très belles Nativités.

Nativité : définition du Littré (1872-1877)

NATIVITÉ (na-ti-vi-té) s. f.
  • 1Époque de la naissance. L'ingrate, pour le jour de sa nativité, Joignait aux fleurs de sa beauté Les trésors des jardins et des vertes campagnes, La Fontaine, Fabl. XII, 26.

    Peu usité aujourd'hui en cette acception.

  • 2En un sens restreint, naissance de Jésus-Christ, de la Vierge et de quelques saints. C'est donc lui, mes chers auditeurs, qui, par sa sainte nativité et par toutes les circonstances qui l'accompagnent, nous procure aujourd'hui la paix avec Dieu, Bourdaloue, Nativité de Jésus-Christ, 1er avent, p. 239. Quels tableaux Homère et Virgile ne nous auraient-ils pas laissés de la nativité d'un Dieu dans une crèche ? Chateaubriand, Génie, I, I, 5.

    Absolument. La naissance de Jésus-Christ, la fête de Noël.

    An de la nativité, se dit d'une manière de compter les années en commençant au 25 décembre.

    Une nativité, tableau représentant la naissance de Jésus-Christ. Qui n'a cent fois admiré les nativités, les vierges et l'enfant, les fuites dans le désert ? Chateaubriand, Génie, III, I, 4.

  • 3 Terme d'astrologie. Disposition du ciel, des astres, au moment de la naissance de quelqu'un.

    Thème de nativité, un horoscope dressé à l'heure de la naissance, par les règles de l'astrologie.

HISTORIQUE

XIIe s. L'em [l'on] les menoit à grant force, el jor de la nativité le rei, as sacrefises, Machab. II, 6. Venu sunt al quint jur de la nativité… En l'endemain que furent innocent decolé, Th. le mart. 137.

XIIIe s. Et out la gent de cette contrée une telle coustume que, sitost comme uns enfes [un enfant] est nes, ilz escripvent le jour, l'eure, en quelle planette et soubz quel signe il est nez, si que chascuns d'eulx scet le jour de sa nativité, Marc Pol, p. 502.

XIVe s. Jaçoit ce qu'il soit enclin selon la constellacion de sa nativité à aulcun vice…, le Songe du vergier, I, 56. Estre justes, estre attrempés, estre fers [ferme], et autres choses semblables, nous les avon de nostre nativité, Oresme, Eth. 188.

XVe s. Et ceux qui n'estoient pas gentilshommes de nativité, Froissart, III, IV, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Nativité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

NATIVITÉ, (Théol.) nativitas, natalis dies, natalitium, expressions qui sont principalement d’usage en style de calendrier ecclésiastique, & quand on parle des saints, comme la nativité de la sainte Vierge, la nativité de saint Jean-Baptiste, &c. quand on dit simplement la nativité, on entend le jour de la naissance de Notre Seigneur, ou la fête de Noel. Voyez Fête & Noel.

On croit communément que c’est le pape Thelesphore qui a ordonné que la fête de la nativité se célebreroit le 25 Décembre. Jean, archevêque de Nice, dans une lettre sur la nativité de J. C. rapporte qu’à la priere de S. Cyrille de Jerusalem le pape Jules I. fit faire des recherches très-exactes sur le jour de la nativité de N. S. & qu’ayant trouvé qu’elle étoit arrivée le 25 de Décembre, on commença dès-lors à célebrer cette fête ce jour-là. Voyez Incarnation.

Les mots natalis dies, natalitium, étoient autrefois usités parmi les Romains pour signifier la fête que l’on célebroit le jour de l’anniversaire de la naissance d’un empereur ; depuis ce tems on les a étendus peu-à-peu à signifier toutes sortes de fêtes ; c’est pourquoi l’on trouve dans les fastes des anciens, natalis solis pour la fête du soleil. Voyez Fête.

Quelques auteurs pensent que les premiers chrétiens trouvant ces expressions consacrées par l’usage pour signifier une fête, les employerent aussi dans le même tems ; & que c’est pour cela qu’on trouve dans les anciens martyrologes, natalis calicis, pour dire le jeudi-saint, ou la fête de l’institution de l’eucharistie ; natalis cathedræ, pour la fête de la chaire de S. Pierre ; natalis ou natalitium ecclesiæ N, pour la fête de la dédicace de telle ou telle église. Mais outre qu’on n’a pas des preuves bien certaines de cette opinion, il est probable que comme la naissance, natalitium, se prend communément pour le commencement de la vie de l’homme, les chrétiens employerent le même terme par analogie pour exprimer l’anniversaire du commencement ou de l’institution de telle ou telle céremonie religieuse.

Nativité de la sainte Vierge, fête que l’église romaine célebre tous les ans en l’honneur de la naissance de la vierge Marie, mere du Sauveur, le 8 Septembre. Cette fête n’est pas à beaucoup près si ancienne que celle de la nativité de J. C. & de S. Jean. Le pape Sergius I. qui fut élevé sur le saint siege en 687, est le premier qui ait mis la nativité au nombre des fêtes de la sainte Vierge ; car le nalatitium de la bien-heureuse Vierge Marie, que l’on célebroit auparavant en hiver, étoit la fête de son assomption. On trouve depuis la fête de la vierge Marie, au 7 de Septembre, dans les martyrologes, & dans le sacrementaire de saint Grégoire. Elle n’a été établie en France que sous le regne de Louis le Debonnaire ; & elle a été depuis insérée dans les martyrologes de Florus, d’Adon & d’Usuard. Gauthier, évêque d’Orléans, l’introduisit dans son diocese, & Paschase Ratbert en parle dans son livre de la virginité de Marie. Ainsi, ceux qui disent qu’elle n’a été établie que dans le neuvieme siecle, se sont trompés. Cependant cette fête n’a été chomée en France & en Allemagne que dans le x. siecle. Mais saint Fulbert l’établit à Chartres dès le ix. Les Grecs & les Orientaux n’ont commencé à la célebrer que dans le xij. siecle ; mais ils le font avec beaucoup de solemnité. Baillet, vie des Saints.

Nativité de S. Jean-Baptiste, fête que l’église romaine célebre tous les ans en mémoire de la naissance de S. Jean, fils de Zacharie & de sainte Elisabeth, & précurseur de Jesus-Christ, le 24 de Juin, avec office solemnel & octave. Voyez Octave.

L’institution de cette fête est très-ancienne dans l’église. Elle étoit déja établie au 24 de Juin du tems de S.Augustin, qui a fait sept sermons pour cette solemnité. Le concile d’Agde, tenu en 506, la met au rang des fêtes les plus célebres. Il a été un tems qu’on y célebroit trois messes, comme on fait encore à Noël. On a aussi autrefois célebré la fête de la conception de saint Jean-Baptiste au 24 de Septembre.

C’est la coutume en France, la veille de cette fête, dans toutes les paroisses, que le clergé aille processionnellement allumer un feu en signe de réjouissance ; on dit même que les Musulmans ont la mémoire de S. Jean en telle vénération, qu’ils la célebrent aussi par diverses marques de joie.

Nativité, nativitas, chez les anciens Jurisconsultes signifie quelquefois villenage, c’est-à-dire esclavage ou servitude. Voyez Villenage. (G)

Nativité en Astrologie, c’est le thème ou la figure des cieux, & principalement des douze maisons célestes au moment de la naissance de quelqu’un. On l’appelle autrement horoscope. Voyez Horoscope.

Tirer l’horoscope de quelqu’un, c’est-à-dire, chercher par le calcul le tems qu’il avoit à vivre, étoit autrefois en Angleterre un crime qu’on punissoit du même supplice que le crime de félonie, comme il paroît par les statuts de la 25 année de la reine Elisabeth, ch. ij.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nativité »

Étymologie de nativité - Littré

Provenç. nativitat ; esp. natividad ; ital. natività ; du lat. nativitatem, de nativus, natif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de nativité - Wiktionnaire

(1100-50) Emprunt au latin nativitas, de natus (« né ») du verbe nascor (« je suis né »). Voir naistre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de nativité - Wiktionnaire

(1100-25) Du latin nativitas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nativité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nativité nativite play_arrow

Citations contenant le mot « nativité »

  • Visite guidée de l’église de la nativité de Notre-Dame de Bernières-sur-mer du samedi 19 septembre au dimanche 20 septembre à Église de la Nativité de Notre-Dame Unidivers, Visite guidée de l’église de la nativité de Notre-Dame de Bernières-sur-mer Église de la Nativité de Notre-Dame Bernières-sur-Mer samedi 19 septembre 2020

Images d'illustration du mot « nativité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nativité »

Langue Traduction
Corse u natività
Basque natividad
Japonais キリスト降誕
Russe рождество
Portugais natividade
Arabe الميلاد
Chinois 耶稣诞生
Allemand geburt
Italien natività
Espagnol natividad
Anglais nativity
Source : Google Translate API

Synonymes de « nativité »

Source : synonymes de nativité sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires