La langue française

Nationalisme

Sommaire

  • Définitions du mot nationalisme
  • Étymologie de « nationalisme »
  • Phonétique de « nationalisme »
  • Citations contenant le mot « nationalisme »
  • Images d'illustration du mot « nationalisme »
  • Traductions du mot « nationalisme »
  • Synonymes de « nationalisme »

Définitions du mot « nationalisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

NATIONALISME, subst. masc.

A. − HIST. [Après la Révolution française] Courant de pensée fondé sur la sauvegarde des intérêts nationaux et l'exaltation de certaines valeurs nationales. Dans son premier sens le nationalisme est (...) très largement marqué dans un sens révolutionnaire et se confond avec la conscience nationale révolutionnaire (encore convient-il de noter que la référence nationale sert de justificatif dans la phase d'expansion territoriale et de conquête, pendant la Révolution elle-même) (R. Martelli,La Nation,Paris, Éd. soc., 1979, p.105).
P. ext., mod. Doctrine, mouvement politique fondé sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome. Nationalisme arabe, populaire; nationalisme des peuples colonisés. Président au Néo-Destour, il [Bourguiba] réside assez peu en Tunisie, s'employant de préférence à rechercher pour le nationalisme tunisien des appuis à l'extérieur (Le Monde,19 janv. 1952, p.2, col. 3).
B. −
1. [À partir du xixes.] Courant de pensée qui exalte les caractères propres, les valeurs traditionnelles d'une nation considérée comme supérieure aux autres et qui s'accompagne de xénophobie et/ou de racisme et d'une volonté d'isolement économique et culturel. Abus, outrance du nationalisme; nationalisme économique; nationalisme en art, en littérature; nationalisme intégral. Tout retour d'un nationalisme étroit a toujours pour conséquence un développement de l'esprit protectionniste, c'est-à-dire une tendance des peuples à s'isoler, économiquement et moralement, les uns des autres (Durkheim,Divis. trav.,1893, p.266).Jean-Jacques est (...) l'annonciateur du pire nationalisme. Le mot «nation» est à toutes les pages. Jean-Jacques l'emploie avec une ferveur et une autorité prophétique et qui fait peur (Guéhenno,Jean-Jacques,1952, p.293):
1. La presse est à la solde des nationalismes! Pour masquer leurs convoitises, tous les gouvernements ont besoin d'une presse mensongère qui persuade à leurs peuples qu'en se massacrant les uns les autres, chacun d'eux se sacrifie héroïquement à une cause sainte, à la défense sacrée du sol... Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.495.
2. Doctrine qui fonde son principe d'action sur ce courant de pensée, et qui subordonne tous les problèmes de politique intérieure et extérieure au développement, à la domination hégémonique de la nation. Nationalisme intégral. Bien souvent elle demande son salut aux conceptions les plus rétrogrades, à la politique la plus détestable et au plus stérile et avilissant nationalisme (Jaurès,Ét. soc.,1901, p.86).Acceptation d'un déterminisme, ce nationalisme exalte (...) la volonté de combattre tous ceux qui s'opposent au salut de l'État... Il ne se présente pas comme une opinion, mais comme l'évidence d'une condition que seuls nient les imbéciles et les criminels; d'où son fanatisme, caractéristique des doctrines qui énoncent une fatalité de l'histoire (Pol.1969, p.197):
2. Le nationalisme organisé en partis politiques tend (...) à exprimer des politiques de droite, à justifier la remise en cause des acquis républicains (...) et, plus largement, à justifier idéologiquement la politique d'expansion de l'impérialisme français (le nationalisme s'articule alors aux idéologies élaborées dans le cadre de la politique d'État). R. Martelli,La Nation,Paris, Éd. soc., 1979p.106.
Prononc. et Orth.: [nasjɔnalism̭]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1798 «exaltation du sentiment national» (avec connotation péj.: chauvinisme, xénophobie) (Abbé Barruel, Mém. pour servir à l'hist. du jacobinisme, t.III, p.184 ds Brunot t.9, p.639, note 6); 1849 (Proudhon, Confess., p.346: Défaisons-nous de ce nationalisme renouvelé des Romains, des Grecs, des Arabes...); 2.1834 «exaltation du sentiment national» (avec connotation valorisante) (Lamart., Corresp., p.81: [le vieux royalisme] sent enfin que, hors du bon sens et du nationalisme, il n'y a pas d'action pour lui); 1897 (Barrès, Cahiers, t.1, p.174); 3. av. 1865 «aspiration à l'indépendance politique et économique d'une nation opprimée» (Proudhon ds Lar. 19e). Dér. de national*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 197. Bbg. Arias (Fr.). Le Ch. notionnel de fascisme ... Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 14. 1974. Naples. Atti, 1981, t.5, pp.81-87. −Carofiglion (V.), Boschetti (A.). Pour une analyse du lang. pol. nationalisme, fascisme... Milano, 1973, passim. _Maulnier (Th.). Le Sens des mots. Paris, 1976, pp.155-157. −Siccardo (Fr.). Cf. nation bbg. −Slater (C.). Defeatists and their enemies: political invective in France 1914-1918. Oxford, 1981, pp.128-134.

Wiktionnaire

Nom commun

nationalisme \na.sjɔ.na.lism\ masculin

  1. Sentiment qui consiste dans l’exaltation de l’idée nationale, doctrine politique basée sur ce sentiment.
    • Le mépris où il tenait le nationalisme dont j’ai toujours eu l’aversion, le dédain qu’il témoignait pour les trémolos sur le grand air de patrie qui enchantaient le sentimentalisme alangui de mon cher Paul Deschanel achevèrent de m’attacher à lui. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires : (I) Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Si la nation est un mode d'être, soit une présence distincte et originale au monde, le « nationalisme » est un mode d'expression. [...] Volonté de puissance chez les grands peuples, le nationalisme, chez les petits, est une volonté d'être. — (Jean Bouthillette, Le Canadien français et son double, Montréal, 1972)
    • La période de l’entre-deux-guerres fut pourtant dominée, en pays musulmans, par la suprématie politique d’élites dirigeantes laïques visant à promouvoir une idéologie politique séculière, le nationalisme. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • L’huile qu’on jette sur le feu du sentiment anti-turc en Europe donne lieu à un nationalisme anti-européen aveugle en Turquie. — (Orhan Pamuk, cité dans Le Devoir, 14-15 octobre 2006)
    • Il en naît un sentiment de haine diffuse et tenace pour l’étranger, un nationalisme exacerbé, un recours aux extrémismes et aux fanatismes, un dangereux complexe d’infériorité. — (Jean-Paul Roux, Histoire de l’Iran et des Iraniens des origines à nos jours, Fayard, Paris, 2006)
    • Nous inquiéter aussi devant la montée des nationalismes, l’incitation au « choc des civilisations », la radicalisation religieuse et la multiplication des régimes autoritaires. — (Motion pour le congrès de Reims du Parti Socialiste, Un monde d’avance ; la Gauche décomplexée, 2008)
    • Sous influence d'un gourou arabe, Chakib Khalil qui vivait à Genève, Messali issu d'un milieu fétichiste, tomba totalement sous l'influence de ce sbire du nationalisme arabe alors en gestation, jusqu'à devenir une marionnette entre ses mains […]. — (Tarab Omar, Dans une autre vie, Editions Publibook, 2012, page 233)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NATIONALISME. n. m.
Sentiment qui consiste dans l'exaltation de l'idée nationale.

Étymologie de « nationalisme »

(1798)[1] Dérivé de national avec le suffixe -isme[1] ; mot forgé par Augustin Barruel[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nationalisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nationalisme nasjɔnalism

Citations contenant le mot « nationalisme »

  • Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité. De Albert Einstein
  • La nationalisme est une attitude de défense, rendue nécessaire par la faiblesse de l'Etat. De Jacques Bainville / Journal
  • Le nationalisme moderne est une réaction de défense contre l'emprise brutale de la civilisation. De Franz Kafka
  • Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres. De Charles de Gaulle
  • L'intolérance et la haine prospèrent dans l'ignorance, la stupidité et le faux nationalisme. De Albert-Ena Caron / Les Mauvais Bergers
  • On ne saurait séparer arbitrairement les deux aspirations fondamentales de l'âme juive : nationalisme et universalisme. De Josué Jehouda / Les Cinq étapes du judaïsme émancipé
  • Le patriotisme c'est l'amour des siens. Le nationalisme c'est la haine des autres. De Romain Gary
  • La crainte de nourrir le nationalisme ne doit pas faire de l’enseignement de l’histoire une guerre contre l’idée de nation. De Henri Guaino / Le Figaro, 23 janvier 2015
  • Je hais violemment l'héroïsme sur ordre, la violence gratuite et le nationalisme débile. La guerre est la chose la plus méprisable. De Albert Einstein / Comment je vois le monde
  • La nation est une famille, le nationalisme une abstraction. De André Frossard / Le Monde de Jean-Paul II
  • On a besoin des nations pour lutter contre le nationalisme. De Michel Barnier / Le Point - 25 Août 2000
  • Le nationalisme, c'est un patriotisme qui a perdu sa noblesse. De Albert Schweitzer
  • Qu'est-ce que le nationalisme ? C'est un patriotisme qui a perdu sa noblesse et qui est au patriotisme noble et raisonnable, ce que l'idée fixe est à la conviction normale. De Albert Schweitzer / Décadence et renaissance de la culture
  • Le nationalisme turc inquiète l’Europe. Avec son idéologie néo-ottomane, le président islamiste Reçep Tayep Erdogan en est le visage officiel, qui a autorisé la conversion de la célèbre basilique Sainte-Sophie en mosquée. Une première prière musulmane s'y déroulera le 24 juillet. Sur le continent, ce sont les « Loups gris », des ultranationalistes turcs, qui se sont retrouvés au centre de l’actualité la semaine dernière. Vienne a ainsi fait les frais de la violence de ces extrémistes turcs, qui affichent sur le sol européen leur haine des valeurs occidentales. Pendant plusieurs jours, des affrontements ont opposé les Loups gris à des manifestants kurdes et antifascistes.  Valeurs actuelles, Comment les nationalistes turcs s'implantent en Europe et sèment le désordre | Valeurs actuelles
  • C’est alors, et alors seulement que l’islamo-nationalisme d’Erdogan a commencé de s’affirmer avec sa virulence actuelle. Il est essentiel de garder à l’esprit cet enchaînement historique, où Européens et Turcs s’accusent réciproquement d’abandon, voire de trahison, pour apprécier correctement la surenchère en cours d’Ankara. Dans un contexte aussi chargé, répondre à une telle surenchère islamo-nationaliste par une escalade rhétorique du même ordre, où la Turquie est accusée d’agissements « criminels » en Libye et de déstabilisation de la Méditerranée, risque fort de faire le jeu d’Erdogan. Un si Proche Orient, Jusqu’où ira l’islamo-nationalisme d’Erdogan? – Un si Proche Orient
  • La force du rapport de Freemuse est de cerner les tendances. La censure morale est une valeur sûre mais la nouveauté est la montée en flèche de deux phénomènes qui se nourrissent et prennent le créateur en étau : le nationalisme et la religion. Ensemble, ils représentent « l’une des plus grandes menaces » pour les créateurs, lit-on dans le rapport, avec à la clé une fragilisation des « normes internationales des droits de l’homme ». Donc de l’universalisme culturel. Le Monde.fr, « Deux phénomènes se nourrissent et prennent le créateur en étau : le nationalisme et la religion »
  • Le succès de M. Angelini, rendu possible par une stratégie d’alliance avec le courant indépendantiste, se trouve encore affermi par ceux, en Corse-du-Sud, de Jean Giuseppi à Figari et Nicolas Cucchi à Zonza, deux candidats de cette tendance du nationalisme corse, incarnée par Jean-Guy Talamoni, le président de l’Assemblée de Corse, dont les relations avec M. Simeoni sont également tendues. « C’est le combat d’une vie, a déclaré M. Angelini. Des Portovecchiais sont nés et nous ont quittés sans avoir connu autre chose que ce même système, que cette même famille politique. Ce cycle connaît une fin, notre large majorité constitue une victoire historique. » Le Monde.fr, Municipales 2020 : les nationalistes confortent leurs positions en Corse
  • Le nationalisme kazakh en tant que phénomène s’est complètement discrédité, montrant son vrai visage. Il ne s’agit pas juste des événements dans la région de Kordaï, mais de la réaction à ces événements. La vague de xénophobie a atteint des proportions terrifiantes et a balayé non seulement les citadins, non seulement les fameux « leaders de l’opinion publique » qui ont monté le patin du national-populisme pur et simple, mais aussi des gens apparemment intelligents et sensés. Novastan, Kazakhstan : "notre nationalisme local est vide de sens et impitoyable"
  • «Chindia». Cette idée inventée il y a quelques années pour marquer l’émergence de deux géants d’Asie n’est plus qu’une chimère. En réalité, la poussée du nationalisme indien à l’encontre de la Chine empoisonne les relations bilatérales un peu plus chaque jour. Le Temps, Le nationalisme économique indien se déchaîne contre la Chine - Le Temps
  • Les nationalistes avaient déjà l’habitude de subir le mépris de la radiotélévision fédérale et des journaux qui gravitent autour. Ils y étaient présentés comme des intolérants, des gens fermés d’esprit, prônant le repli sur soi et le nationalisme ethnique.  Le Journal de Montréal, Être nationaliste publiquement, c’est accepter de se faire cracher dessus | JDM
  • La course au leadership du Parti québécois fait particulièrement ressortir deux visions claires et campées du Québec. L’une est portée par Sylvain Gaudreault, qui se réclame d’un «nationalisme d’ouverture». L’autre l’est par ma candidature qui incarne un nationalisme décomplexé, qualifié par mon adversaire de «fermé», tandis que messieurs Nantel et Plamondon sont mi-chair mi-poisson. J’ai beaucoup de respect pour le député de Jonquière mais on me permettra de répondre ici à ses critiques. Le Journal de Montréal, Course au PQ: deux visions opposées du nationalisme | JDM
  • La Pologne et la Bulgarie ont choisi la voie du nationalisme alimentaire pendant la crise sanitaire, avec même des mises au pilori public de ceux qui achetaient leur lait ou d’autres denrées en dehors de leur pays. Le résultat ne fut pas des plus convaincants, et a conduit à des actions de l’Union européenne. On ne peut d’une main prendre les subventions européennes qui aident à combattre les concurrences américaines, chinoises ou autres pour, de l’autre main, jeter aux orties les règles. BFM BUSINESS, Bio, circuits-courts: le nationalisme alimentaire n’est pas la solution

Images d'illustration du mot « nationalisme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nationalisme »

Langue Traduction
Anglais nationalism
Espagnol nacionalismo
Italien nazionalismo
Allemand nationalismus
Chinois 民族主义
Arabe القومية
Portugais nacionalismo
Russe национализм
Japonais ナショナリズム
Basque nazionalismo
Corse u naziunalisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « nationalisme »

Source : synonymes de nationalisme sur lebonsynonyme.fr
Partager