La langue française

Mie

Sommaire

  • Définitions du mot mie
  • Étymologie de « mie »
  • Phonétique de « mie »
  • Citations contenant le mot « mie »
  • Images d'illustration du mot « mie »
  • Traductions du mot « mie »
  • Synonymes de « mie »
  • Antonymes de « mie »

Définitions du mot mie

Trésor de la Langue Française informatisé

MIE1, subst. fém.

A. − Vieilli. [Le plus souvent au plur.] Synon. de miette.Dans une rangée de tiroirs numérotés, s'alignaient les chapelures, la fine et la grosse, les mies de pain pour paner, les épices (Zola,Ventre Paris,1873, p.682).
B. − [Le plus souvent au sing.] Partie molle du pain, constituée par la pâte levée située à l'intérieur de la croûte. Boulette(s) de mie de pain. Un clerc (...) mordait en ce moment de fort bon appétit dans un morceau de pain; il en arracha un peu de mie pour faire une boulette et la lança railleusement par le vasistas d'une fenêtre (Balzac,Chabert,1832, p.6).Pain de collège: trop de croûte, mie pas cuite (Renard,Journal,1904, p.907).V. boulette ex. 1:
1. Verscleven (...) prit ses clefs sur la table, enfonça celle qui ouvrait la porte du chemin de ronde dans un morceau de mie de pain, coupa cette mie en deux suivant l'axe de la clé, et en obtint ainsi l'empreinte... Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.292.
Pain de mie. Pain, rond ou carré, cuit au moule, sans croûte et servant à la confection de sandwichs et de toasts. M. Ouine (...) ouvre un pot de marmelade. Le pain est justement ce pain de mie dont Philippe raffole (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1370).
Au fig. et pop.
En mie de pain. Qui a peu de consistance; de peu de valeur. Ces Fourchambault ne sont pas si intéressants (...) Un bonhomme en mie-de-pain que sa femme, coquette, méchante et sotte, roule et pétrit comme elle le veut (A. Daudet,Crit. dram.,1897, p.94).Il était nu sous ces regards, un grand type nu, en mie de pain. Un maladroit (...) Brunet semblait dur et noueux (Sartre,Âge de raison,1945, p.48).
À la mie (de pain). Sans valeur; sans solidité ou fondement. Et si vous n'êtes pas un éditeur à la mie de pain (...) vous allez reconnaître illico et récompenser mon activité (Verlaine,Corresp., t.2, 1888, p.133).Décarcassez-vous, oui, tâchez (...) de sortir enfin, des pantomimes à la mie (Colette,Music-hall,1913, p.209):
2. − J'en ai marre! gueulait l'ivrogne. Marre! Moi qui ai fait la traversée de l'Atlantique en pilotant le prince de Monaco, moi un vieux légionnaire: Tas de salauds, bande de vaches, révolutionnaires à la mie de pain! Malraux,Espoir,1937, p.665.
Prononc. et Orth.: [mi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 «miette de pain» (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E.Walberg, 1035) − 1660, Oudin Fr.-Esp.; 2. ca 1160 «partie molle du pain» (Moniage Guillaume, I, 203 ds T.-L.). Du lat. mica «parcelle, miette».

MIE3, subst. fém.

A. − Vieilli. [Abrév. de amie] Synon. de femme aimée, très chère.Je ne sortis point, je restai près de ma chère mie (Michelet,Journal,1849, p.35).V. mie2ex.:
. Un oiseau chante au bois: Mais j'aime mieux la voix De ma mie. La rosée à la fleur Défleurie Sait rendre sa couleur: Mais j'aime mieux un pleur De ma mie. Banville,Stalactites,1846, p.165.
[Comme terme d'adresse] Isabeau, ma mie, je ne serai content de Jupiter que lorsqu'il aura changé vos deux tétins blancs en deux noires bouteilles, où je téterai du vin de Beaune jour et nuit (Hugo,N.-D. Paris,1832, p.412).
B. − Vx. [Appellation donnée autrefois par les enfants à leur gouvernante ou à leur bonne (v. mamie2)] La mie [bonne] des enfants adultérins est marquise de Maintenon depuis un an (La Varende,Saint-Simon,1955, p.9).
C. − Vieilli, fam. [Forme d'interpellation d'une femme considérée comme étant de condition inférieure] Votre mère eut raison, ma mie: Les noix ont fort bon goût, mais il faut les ouvrir (Florian,Fables, La Guenon, le singe et la noix, 1792, p.161).Taisez-vous, ma mie Bonbec. Je ne parle pas religion avec les gens de votre espèce (Sand,Beaux MM. Bois-Doré, t.2, 1857, p.121).
Prononc. et Orth. V. mie2. Étymol. et Hist. a) 1567 «maîtresse» (Le Mystère de Saint Sebastien, édité par F. Rabut ds Memoires et doc. publiés par la Société savoisienne, t.13, 1872, p.348); b) 1690 (Fur.: Les enfans appellent encore leur Gouvernante, leur Mie). Issu, par mécoupure, de m'amie «mon amie», s'amie «son amie» etc. l'initiale ayant été prise pour l'adj. poss. ma, sa.
STAT. Mie 1, 2 et 3. Fréq. abs. littér.: 658. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 333, b) 3492; xxes.: a) 353, b) 429.

Wiktionnaire

Nom commun 1

mie \mi\ féminin

  1. (Boulangerie) Miette, habituellement de pain.
  2. (Par extension) (Boulangerie) Partie molle qui est à l'intérieur du pain.
    • Il ricana, occupé à modeler dans la mie de pain un petit caniche. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 327)
    • Roulée en boulettes, la mie devient un projectile de la famille des balles. Mâchée avec de la salive, elle acquiert des vertus conglomérantes. Un pantin de papier, fixé à une boulette par un fil, peut se coller au plafond et y exécuter les mouvements du pendu. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 125)
    • Le pain à mie compacte et bise, à la croûte épaisse couleur de couque, sent la farine honnête. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Nom commun 2

mie \mi\ féminin singulier

  1. (Vieilli) Forme affectueuse d’amie après ma, ta ou sa, avec déglutination de la voyelle initiale.
    • Les yeux de ma mie versent de morbides pâmoisons, de câlines stupeurs ! — (Joris-Karl Huysmans, Ballade en l’honneur de ma tant douce tourmente, 1874)
    • Dans une minute, tu hurleras, ma mie !… — (Octave Mirbeau, Le Calvaire - VII, 1886)

Adverbe

mie \mi\ invariable

  1. (Vieilli) (Régionalisme) Exprime la négation avec ne. Pas.
    • Je n’entains mie che baragoin-là. — (Molière, Monsieur de Pourceaugnac, II, 10,)
    • Il y en avait un qui était si petit qu’il n’était mie plus grand que le petit doigt ; on l’appela le Petit Poucet ; […] — (Charles Deulin, Fable ou conte lorrain dans Les Contes de ma mère l’Oye avant Perrault, 1878)
    • Je ne suis mie pressé, répondit l’autre, un peu refroidi par la présence d’un étranger. — (Charles Deulin, Cambrinus)
    • Et messieurs de l’Académie / Ne me le pardonneraient mie — (Scarron Gigantom, III, 1648)
    • Je ne la voit mie, et pourtant je brûle pour elle — (Richelet, 1680)
    • De tous ces potins mondains, je me préoccupe mie — (Marcel Proust, Sodomme et Gommorrhe II, 1922, Edition livre de poche 1993, p. 412)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MIE. n. f.
Partie molle qui est à l'intérieur du pain. Une boulette de mie de pain.

Littré (1872-1877)

MIE (mie) s. f.
  • 1Petite partie qui tombe du pain quand on le mange. Diogène vit de petites souris ramasser des mies de pain sous sa table, Fénelon, Diogène.

    Ce sens, qui est étymologique, n'est plus usité. On dit miette.

  • 2 Par extension, la partie du pain qui est entre les croûtes.

    Fig. Jeûner entre la mie et la croûte, se dit d'un homme que le jeûne n'empêche point de manger.

  • 3Mie de pain, espèce de champignon.

HISTORIQUE

XIIe s. Mès onc li cuens [le comte] ne volt [voulut] de vin gouster, Ne de blanc pein une mie adeser, Bat. d'Aleschans, V. 2756.

XIIIe s. Qui tant estraint crouste que mie, Lai de l'ombre. L'escriture [les Juifs] n'entendent mie, La croste en ont et nous la mie, Gautier de Coincy, p. 82.

XVIe s. Une mie de pain chaud sortant du four, appliquée sur la douleur, De Serres, 919.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MIE, s. m. (Boulang.) la partie intérieure du pain, que la croûte recouvre. Il faut que la mie soit légere & pleine d’yeux, ou de trous ; c’est une marque que la pâte a été bien faite & bien paîtrie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mie »

(Nom 1, Adverbe) Du latin mica (« miette »).
(Nom 2) Réanalyse (métanalyse ou mécoupure) de m’amie comme ma mie. Voir l'occitan mia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. mica, mia, miga, mitga ; espagn. miga ; du lat. mica panis, miette de pain, parcelle, pris ensuite pour la partie molle du pain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mie mi

Citations contenant le mot « mie »

  • Même le pain blanc, s'il est rassis, fait des croûtons et perd sa mie. De Anonyme
  • L'alchimie est à mi-chemin entre la poésie et les mathématiques, entre le monde du symbole et celui du nombre. De Marie-Madeleine Davy / Initiation à la symbolique romane
  • Le premier magasin La Mie Câline a ouvert ses portes en 1985 à l’initiative d’André Barreteau, fils de boulanger et passionné de bons produits. Accompagné de sa femme Michelle et de sa sœur Catherine, André prend le virage de la boulangerie moderne avec la création d’un 1er terminal de cuisson. Depuis, la franchise La Mie Câline n’a cessé de se développer pour atteindre aujourd’hui près de 240 magasins, près de 2 200 franchisés et collaborateurs. Son concept moderne qui s’adapte régulièrement aux mutations de la société et aux tendances de consommation, ainsi que l’implication quotidienne de ses franchisés dans le management et le développement de leurs magasins, ont permis à l’enseigne de devenir l’un des plus gros réseaux en France en nombre de franchisés. AC Franchise, Découvrez la franchise La Mie Câline en quelques chiffres clés
  • Le premier magasin La Mie Câline a ouvert ses portes en 1985 à l’initiative d’André Barreteau, fils de boulanger et passionné de bons produits. Accompagné de sa femme Michelle et de sa sœur Catherine, André prend le virage de la boulangerie moderne avec la création d’un 1er terminal de cuisson. Depuis, la franchise La Mie […] AC Franchise, La Mie Câline : 52% des Français souhaitent gérer leur propre magasin !
  • 1,5 kg de cèpes et autant de pommes de terre. Un peu de mie de pain, environ 50 gr, du persil, des échalotes, du gros sel, du sel fin, du poivre, de l’huile et du beurre. ladepeche.fr, Côtes de bœuf rôties aux cèpes sous la cendre - ladepeche.fr
  • Le succès de la baguette La Mie Câline repose bien évidemment sur le savoir-faire de l’enseigne qui lui donne son bel alvéolage et son moelleux à la mie. AC Franchise, La franchise La Mie Câline invite à redécouvrir la baguette !
  • L’artisan-boulanger a élargi la gamme des produits avec un nouveau pain baptisé Tradition Française, pétri avec une farine grand siècle tradition Française, issue de blé dur sans additif, et également un nouveau pain miel-pignons. midilibre.fr, Renouveau de la Mie de Nissan - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « mie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mie »

Langue Traduction
Anglais crumb
Espagnol miga
Italien mollica
Allemand krume
Chinois
Arabe كسرة خبز
Portugais migalha
Russe крошка
Japonais パン粉
Basque mamia
Corse frittella
Source : Google Translate API

Synonymes de « mie »

Source : synonymes de mie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mie »

Partager