La langue française

Majorat

Définitions du mot « majorat »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAJORAT, subst. masc.

DR. Bien inaliénable et indivisible qui a subsisté en France jusqu'en 1849 et consistait en propriétés immobilières, attaché à un titre de noblesse, transmis au fils aîné d'une famille. Constituer, établir, fonder un majorat. Mon fils, devenu marquis d'Aubrion, ayant un majorat de quarante mille livres de rente, pourra prendre dans l'État telle place qu'il lui conviendra de choisir (Balzac,E. Grandet, 1834, p. 241).Il y a encore aujourd'hui des familles romaines qui meurent de faim près d'un million en diamants et en pierreries transmis par majorat, et auquel ils ne peuvent toucher (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 232).La propriété corporative étant abolie, (...) la suppression du droit d'aînesse, des majorats, des fidéicommis, tous les biens, dans l'avenir, viendraient s'offrir à ceux qui auraient fait effort pour les acquérir (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p. 167).
Rem. Selon Ac. 1935 ,,se dit aujourd'hui du titre d'infirmière-major``.
Prononc. et Orth.: [maʒ ɔ ʀa]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1701 (Fur., s.v. Majorasque: Majorat [...] droit d'aînesse établi en Espagne); 1748 «bien inaliénable attaché à la possession d'un titre de noblesse, et transmis avec celui-ci à l'héritier du titulaire» (Montesquieu, Esprit des lois, livre V, chap. 8). Empr. francisé d'apr.major* de l'esp.mayorazgo «ancienne institution espagnole visant à transmettre dans la famille la propriété de certains biens selon des règles préétablies» (1370 ds Cor.-Pasc. et Al., d'où le fr. majorasque 1690 Fur. déjà introduit antérieurement dans des relations de voyage sous la forme esp. mayorasgo; 1664 Bertaut, Relation d'un voyage d'Esp., 83 ds Reinh., p. 220), dér. de mayor, v. major2. Fréq. abs. littér.: 39. Bbg. Reinh. 1963, p. 222. _ Rupp. 1915, p. 78.

Wiktionnaire

Nom commun

majorat \ma.ʒɔ.ʁa\ masculin

  1. Immeuble inaliénable attaché à la possession d’un titre de noblesse et qui passe avec ce titre à l’héritier naturel ou adoptif du titulaire.
    • Aussi l’Angleterre admet-elle les majorats dans les grandes familles, chez les pairs du royaume, tandis que la France défend aux parents d’exhéréder leurs enfants, ne leur laisse la libre disposition de ce qu’ils possèdent que dans de certaines limites. — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, E. Juven, Paris, 1908)
    • La terre de La Bastie, reconstituée à plus de cent mille francs de rentes, était érigée en majorat par lettres patentes que la Cour Royale enregistra vers la fin du mois d’avril. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Baron en 1818, Saillard constitue un majorat en 1821. Il a alors un revenu annuel de l’ordre de 60 000 F, dont son hôtel de la rue de Clichy, son domaine de Rugles (avec grosse forge, fourneau, fonderie et laminoir) et une ferme dans les Ardennes (avec laminoir en cuivre et fonderie) constituent les pièces maîtresses. — (Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, chap.11 : Banquiers et négociants parisiens dans l’économie française, Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999)
  2. (Militaire) Charge d’infirmière-major.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Dignité de maire du palais.
    • Carloman, en prenant l’habit monastique, céda le majorat d’Austrasie à son frère Pépin. — (François Guizot, Mémoires relatifs à l'histoire de France, 1834)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAJORAT. n. m.
Immeuble inaliénable attaché à la possession d'un titre de noblesse et qui passe avec ce titre à l'héritier naturel ou adoptif du titulaire. En France il n'est plus permis d'instituer des majorats.

MAJORAT se dit aujourd'hui du Titre d'infirmière-major.

Littré (1872-1877)

MAJORAT (ma-jo-ra ; le t ne se lie pas, dans le parler ordinaire) s. m.
  • Immeuble qui, attaché à la possession d'un titre de noblesse et ne pouvant être aliéné, passe, avec le titre, d'héritier en héritier, soit naturel, soit adoptif. Constituer un majorat. Il est contre le système d'égalité dans l'ordre équestre d'y établir des majorats, Rousseau, Gouv. de Pol. X.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MAJORAT, s. m. (Jurisprud.) est un fidei-commis graduel, successif, perpétuel, indivisible, fait par le testateur, dans la vûe de conserver le nom, les armes & la splendeur de sa maison, & destiné à toujours pour l’aîné de la famille du testateur.

Il est appellé majorat, parce que sa destination est pour ceux qui sont natu majores.

L’origine des majorats vient d’Espagne ; elle se tire de quelques lois faites à ce sujet du tems de la reine Jeanne en 1505, dans une assemblée des états qui fut tenue à Toro, ville située au royaume de Léon.

Au défaut de ces lois, on a recours à celles que le roi Alphose fit en 1521 pour régler la succession de la couronne, qui est un majorat.

Le testateur peut déroger à ces lois, comme le décident celles qui furent faites à Toro.

Pour faire un majorat, il n’est pas nécessaire d’y être autorisé par le prince, si ce n’est pour ériger un majorat de dignité.

Ce n’est pas seulement en Espagne que l’on voit des majorats, il y en a aussi en Italie & dans d’autres pays. Il y en a quelques-uns dans la Franche-comté, laquelle en passant de la domination d’Espagne sous celle de France, a conservé tous ses privileges & ses usages.

Les majorats sont de leur nature perpétuels, à moins que celui qui en est l’auteur, n’en ait disposé autrement.

La disposition de la novelle 159, qui restraint à quatre générations la prohibition d’aliéner les biens grévés de fidei-commis, n’a pas lieu pour les majorats.

Les descendans, & même les collatéraux descendans d’un souche commune, soit de l’agnation ou de la cognation du testateur, sont appellés à l’infini chacun en leur rang, pour recueillir le majorat sans aucune préférence des mâles au préjudice des femelles, à moins que le testateur ne l’eût ordonné nommément.

La vocation de certaines personnes, à l’effet de recueillir le majorat, n’est pas limitative ; elle donne seulement la préférence à ceux qui sont nommés sur ceux qui ne le sont pas, de maniere que ces derniers viennent en leur rang après ceux qui sont appellés nommément.

Quand le testateur ne s’est point expliqué sur la maniere dont le majorat doit être dévolu, on y suit l’ordre de succéder ab intestat.

La représentation a lieu dans les majorats, tant en ligne directe que collatérale, au lieu que dans les fidei-commis ordinaires elle n’a lieu qu’en directe.

Voyez le Traité de Molina sur l’origine des majorats d’Espagne, où les principes de cette matiere sont parfaitement développés. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « majorat »

Bas-latin, majoratus, sorte de fief, droit d'aînesse ; anc. espagn. majorazgo, droit d'aînesse ; du lat. major, aîné, plus grand (voy. MAJEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIIe siècle) Francisation (voir major, majeur et -at) de l’espagnol mayorazgo (« droit d’aînesse, primogéniture »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « majorat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
majorat maʒɔra

Citations contenant le mot « majorat »

  • Julie Pontalba rappelle toute la symbolique qu’aura pour la ville de Saint Denis les élections du 28 juin : « les électeurs vont mettre fin à 230 années de majorat masculin ». « Dimanche 28 juin, les électrices et électeurs de Saint Denis vont très probablement élire la liste Saint Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts. Les électeurs vont donc permettre d’élire une maire à Saint Denis et mettre ainsi fin à 230 ans de majorat masculin sans discontinuer. C’est un scrutin qui marquera l’histoire de la ville, capitale de La Réunion ». En effet, depuis 1790, date de la création de la commune, seuls des hommes ont été élus maires. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, La victoire d’Ericka Bareigts à Saint-Denis mettra fin à 230 années de majorat masculin - Actualités - Infos La Réunion
  • Sont concernés par cette mesure, les étudiants en deuxième et troisième cycle de médecine, en odontologie, en maïeutique et en pharmacie ainsi que les étudiants. Le versement de cette majoration sera effectué par la direction des affaires médicales (DAM). egora.fr, Majoration de l’indemnité de garde pour les internes et étudiants en médecine mobilisés face au Covid  | egora.fr

Images d'illustration du mot « majorat »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « majorat »

Langue Traduction
Anglais majorat
Espagnol majorat
Italien majorat
Allemand majorat
Chinois 少校
Arabe تخصص
Portugais majorat
Russe майорат
Japonais majorat
Basque majorat
Corse majorat
Source : Google Translate API

Synonymes de « majorat »

Source : synonymes de majorat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « majorat »

Majorat

Retour au sommaire ➦

Partager